Bonjour à tous !

Ce site construit de manière utopique,mais néanmoins joyeuse, une ENCYCLOPEDIE UNIVERSELLE DE LA LANGUE FRANCAISE, présentée sous la forme d'un DICTIONNAIRE alphabétique. Explorer en profondeur, et pas à pas, les mots rencontrés dans nos dictionnaires, inviter ceux qui n'y ont injustement pas leur place, c'est le projet d'encyclopédie proposé ici. Cette aventure est née suite au bilan de santé qu'on peut aisément établir des grandes encyclopédies du moment, d'ici ou d'ailleurs. Le diagnostic est alarmant, je ne vous le cache pas :

- Absence manifeste de gourmandise, se caractérisant par peu d'appétit et peu de goût dans l'exploration de multiples saveurs.

- Nombreuses difficultés à répondre à des questions simples mais importantes.

- Négligées de leur personne, elles rechignent à nous présenter les atours des mots, l'éclat ou la pâleur de leur teint ou de leurs parures.

Nous allons donc tenter ici de dévorer les mots, de leur faire avouer leurs plus menus secrets, de répondre aux questions qui nous viennent à la bouche dès qu'on en parle, mais nous ferons aussi tout notre possible pour penser à ceux dont on peut avoir besoin et qui sont injustement oubliés, ou délaissés. Enfin, nous dévisagerons le plus possible leurs mille et une bouilles, car comment évoquer de loin des visages familiers, qu'ils soient ordinaires ou exceptionnels, avenants ou repoussants, sans montrer leur album de famille ?

Question pratique, des pictogrammes vous aident à vous diriger sur le site. Sur cette page d'accueil, vous trouverez une enveloppe pour adresser du courrier à l'encyclopédiste, une loupe pour aller au moteur de recherche du site, un premier menu déroulant pour les entrées alphabétiques du dictionnaire et un second pour les documents annexes de l'encyclopédie. Sur chacune des autres pages du site, vous trouverez un teepee vert qui vous ramènera à la page principale que vous lisez en ce moment et, le cas échéant, des teepees oranges ou jaunes qui vous conduiront à différents menus de l'article concerné. Enfin, suivez les empreintes de pas, au bas des pages, pour passer d'une page à une autre.

Comparateur d'hôtels : recherchez, trouvez, réservez


Bonne promenade !

La présente encyclopédie se construit d'abord autour des noms communs de la langue française. Cependant, les noms propres relatifs aux articles, et liés fortement à lui, seront éclairés du mieux possible.

Vous êtes tous conviés à commenter les pages de ce site, mais aussi à les critiquer de manière constructive ou à y participer, si l'envie vous en vient.

N'hésitez pas non plus à signaler les fautes d'orthographe, les ruptures de lien ou tout autre problème que vous rencontreriez. Il a été fait une vérification en ce sens sur tout le site, mais ce dernier commence à être trop volumineux pour y réussir toujours parfaitement.

Les sources

La construction de l'Encyclopédie de la langue française s'appuie sur une pierre angulaire : La Grande Encyclopédie, Inventaire raisonné des Sciences, des Lettres et des Arts, établie sous la direction principale de Pierre-Eugène-Marcelin Berthelot et achevée dans les dernières années du XIXe siècle. Elle est la source de base du travail sur ce site et ne figurera pas plus dans les sources citées. N'y figureront plus de la même manière les autres dictionnaires ou encyclopédies de référence du XIXe siècle, souvent mis à contribution, je cite :

- Le Dictionnaire Universel de la Langue Française (1874-1876) dirigée par Pierre Larousse.

- Le Dictionnaire de la Langue Française d'Emile Littré (1873).

- Le Dictionnaire National ou Dictionnaire Universel de la Langue Française de Bescherelle aîné (1865).

Toutes les autres sources, toutes les contributions figureront à la fin de l'article ou du sous-article concerné.

L'USAGE

Liens

- La plupart des liens de l'encyclopédie mènent à d'autres pages de l'encyclopédie. Cependant, il existe un certain nombre de liens externes, vers d'autres sites web, quand il n'existe que peu d'informations sur le sujet traité et que seules une ou deux pages web constituent les seules sources à la disposition de l'encyclopédiste.

- Le visiteur serait aimable d'informer l'encyclopédiste des liens rompus. Cela lui permettrait de faire la rectification qui s'impose et il pourrait vous envoyer le document manquant si la page s'avère introuvable, ladite page étant la plupart du temps conservée en copie, justement à cause du caractère parfois éphémère ou mouvant des liens.

- Cependant, il n'est de plus en plus indiqué que l'adresse du lien, les URL changeant de manière si fréquente que beaucoup de liens deviennent vite caducs. Les pages pouvant carrément disparaître, vous pouvez toujours me demander une copie d'une page citée : je les conserve en majorité.

Abréviations (par ordre alphabétique)

Bonjour à tous !

Le dictionnaire encyclopédique de la langue française du XXIe siècle est, de mon avis, à inventer. Il n'existe pleinement, ni en papier, ni en bits. Il faut, hélas, regarder en arrière, au XIXe siècle, pour dénicher des encyclopédies qui n'ont, proportionnellement au savoir du temps, aucun équivalent aujourd'hui : Ce sont les entreprises monumentales dirigées par Berthelot ou Larousse. Quant au web, il offre toutes sortes de lexiques ou autres glossaires, mais point d'encyclopédies comparables à celles que nous venons de citer.

Alors, me direz-vous, pourquoi ne pas tenter à nouveau cette grande aventure? Le pessimiste, lui, a bien des arguments pour répondre à cette question: Travail colossal, oeuvre s'accomplissant en pas moins d'une vingtaine d'années pour une brochette d'encyclopédistes (les encyclopédies susdites bénéficiaient d'une myriade de collaborateurs, tous plus savants les uns que les autres), et donc, projet utopique pour une personne seule et autodidacte. Quant à l'optimiste, il a pour lui, en vrac, la gloutonnerie, un grain de folie, la patience d'une fourmi, l'excitation d'une abeille concoctant son miel, et enfin, l'espoir que d'autres gloutons s'attableront, joyeux, autour de son festin, et voudront bien y goûter de toutes leurs papilles.

Un jour, vous avez peut-être, comme moi, cherché à savoir quelle tête pouvait bien avoir

l' a en arabe, en hébreu, ou en cyrillique voire, pourquoi pas, en wisigoth ou en sanscrit. Alors, vous avez sauté sur votre petit Robert. Rien. Vous vous êtes jeté ensuite sur votre petit deuxième, le petit Larousse. Encore rien. Dédaignant une punition facile (l'autodafé façon Pepe de Carvalho, pour les connaisseurs) et imméritée, vu leur faible constitution, vous avez décidé d'aller voir de ce pas la plus grande, celle qui a fait beaucoup plus d'études que vos deux vauriens et qui a une tête bien pleine : L'Encyclopédie Universalis, pour ne pas la nommer. Mais a t-elle seulement la tête bien faite ? Je me permets de vous poser la question, parce que, dès qu'elle ouvre son clapet, ce n'est pas l' a chéri dont elle vous abreuve d'entrée le poème, non, pas du tout. Beaucoup plus triviale, c'est d'Abcès, qu'elle vous entretient, la mal élevée,

et là, vous ne savez pas ce qui vous

retient de……....

Si, en fait, vous savez. Vous avez un grand respect pour elle. Et puis pour vos deux petits loupiots aussi, allez, vous les portez tous sur votre coeur. Mais voilà, Universalis n'a que faire d'un sujet aussi insignifiant qu'un petit a.

Universalis, elle, se nourrit de grands thèmes, de grandes idées. Alors, bien sûr, avec un peu de patience vous finirez bien par lui faire dire des choses sur "a". Mais il faudra prononcer clairement les mots magiques qui la persuaderont de vous livrer un ou deux petits secrets. Vraiment, quelle coquine cette fille! Allez, essayez quand même, prenez-vous au jeu ! Lancez : Arabe ! Hébreu ! Lettre! Ecriture ! Alphabet ! et attendez sa réaction. Vous y glanerez bien quelque chose à un moment où à un autre, à condition, bien sûr, que vous y mettiez beaucoup du vôtre!

Enfin, ayons un instant souci de justice. Et rendons à César ce qui est à César. L'autre jour, quand vous avez buté sur

"cacochyme",

vos petits costauds, pas cacochymes pour un sou, eux, étaient bien là pour vous empêcher de piquer du nez. Une autre fois, rappelez-vous, avant d'aller voir une exposition abstraite en diable , il vous est venu l'envie de vous remettre un peu en tête les facettes de l'art abstrait et, ni une ni deux, vous êtes évidemment tourné vers Universalis, votre puits de science, et, bien sûr, en avez eu pour votre tendresse.

Cependant, aujourd'hui qu 'il vous prend l'impérieuse envie de dévoiler un peu l'intimité d'abaca ou d' abacocrinus, il vous faut quitter les sentiers battus, car vos petiots ne vous sont pas d'un grand secours.

Tout juste, s'il vous chuchotent deux ou trois petites choses qu'ils savent sur le premier. A propos du second, tous vous toiseront, purement et simplement...

Et resteront bouche bée !!!!!

Il a été question d'abacocrinus, mais on aurait pu parler d'abacète, d'ababouiné, d'abada, entrées parmi tant d'autres qui ont disparu des grandes encyclopédies aujourd'hui. Pour les amoureux des dictionnaires, ces disparitions sont incompréhensibles et tristes à la fois: L'abacocrinus est toujours un fossile, l'abacète, toujours un coléoptère, et les navires ababouinés peuvent toujours vous faire face dans vos récits de pirates. Je suis sûr que vous aimeriez pouvoir vous précipiter sur un dictionnaire qui éclairerait aussitôt votre lanterne quand vous en avez besoin.

C'est avec un peu de nostalgie donc, que ce travail est entamé. Il consistera à rester au plus près de la matière des mots, tournant autour autant de fois qu'il sera nécessaire pour y butiner toute la richesse possible.

-->