Noms géographiques canadiens - Mon nom est passé à l'histoire...

«Mon nom est passé à l'histoire ....»[1]

Il y a quelques années, l'auteur a participé à la reprise des levés sur une partie du détroit de Malaspina et de l'inlet Jervis (carte 3589). La toponymie de cette région fait les délices d'un historien de la navigation et donne un aperçu de l'utilisation des toponymes sur la côte ouest par les hydrographes de l'Amirauté.

À l'époque où le capitaine G.H. Richards de la Marine royale effectuait des levés détaillés de la région vers 1860, la seule entité importante qui avait un nom était Jervis Inlet, nommé en 1792 par le capitaine Vancouver de la Marine royale. Richards en fit son point de départ de la trame de noms historiques qui couvre cette région.

Le contre-amiral sir John Jervis a été créé comte de St. Vincent, en 1797 après la victoire qu'il a remportée sur les Espagnols à la bataille du cap St. Vincent, alors que Nelson était un commodore de la flotte.

La grande île qui se trouve au nord-ouest du havre Pender lorsqu'on s'en éloigne en direction nord est Nelson Island qui est séparée de la péninsule Sechelt par Agamemnon Channel, d'après le HMS Agamemnon, navire portant 64 canons sous le commandement de Nelson en première ligne de bataille et qui devait ensuite participer à la bataille de Trafalgar.

La pointe sud-est de l'île s'appelle Fearmey Point, d'après William Fearney, marinier de Nelson. La pointe sud-ouest de l'île où se trouve un phare, se nomme Cape Cockburn, d'après l'amiral sir George Cockburn, vieil ami de Nelson et capitaine de la frégate Minerve au cap St. Vincent.

Du côté nord-ouest de l'île, Blind Bay et Telescope Passage rappellent la bataille de Copenhague dans laquelle Nelson ne voulant pas tenir compte de l'ordre de retraite de son commandant en chef mis sa lorgnette sur l'oeil qu'il avait perdu.

De l'autre côté de la baie Blind et à côté de l'île Nelson se trouve Hardy Island. La pointe nord-ouest de cette île se nomme Ball Point, nommée en l'honneur du contre-amiral sir Alexander Ball qui faisait partie des «Capitaines» de Nelson et qui commandait le HMS Alexander lors de la bataille du Nil. Toutefois, nous ne savons pas si la Alexander Point située au sud-ouest de l'île tient son nom de l'amiral ou de son navire.

Deux navires de Nelson ont légué leur nom à deux entités situées sur la rive sud de l'inlet Jervis. D'abord, Vanguard Bay du côté nord de l'île Nelson, nommée d'après le HMS Vanguard, navire portant 74 canons et vaisseau amiral de Nelson à la bataille du Nil. Plus loin à l'est, au point de rencontre du chenal Agamemnon et de l'inlet Jervis se trouve Captain Island, nommée d'après le HMS Captain, navire de Nelson au cap St. Vincent.

La pointe nord-est de l'île Nelson porte le nom de Nile Point d'après la victoire remportée par Nelson sur les Français à la baie Aboukir.

À l'entrée de Hotham Bay, nommée d'après l'amiral William Hotham que Jervis a remplacé comme commandant en chef en Méditerranée, se trouve St. Vincent Bay et Culloden Point à son extrémité sud. Le HMS Culloden était le navire de Troubridge lors de la bataille du cap St. Vincent et de celle du Nil.

La pointe nord de la baie se nomme Elephant Point, nom qui rappelle le navire du capitaine Foley, le HMS Elephant. Foley était le capitaine du navire amiral de Nelson à Copenhague et lorsque le HMS Elephant a été démembré il a obtenu quelques madriers de chêne dont il s'est fait un cercueil qui l'a accompagné dans tous ses voyages ultérieurs.

Sykes Island qui se trouve dans la baie St. Vincent tient son nom de John Sykes, un matelot de deuxième classe qui a servi sous les ordres de Nelson pendant de nombreuses années et qui a sauvé la vie de Nelson alors que celui-ci combattait les Espagnols à bord d'une petite embarcation au cours d'une escarmouche dans la baie de Cadiz.

Plusieurs entités commémorent «les capitaines» de Nelson dans cette région. Mount Troubridge, Foley Head, le mont Foley et Parker Range. Ce dernier tient son nom du vice-amiral sir William Parker, troisième officier lors de la bataille du cap St. Vincent. La plus haute montagne de cette chaîne porte le nom de Diadem Mountain, d'après le HMS Diadem, navire d'escadre sous le commandement de Jervis lors de cet engagement.

À l'entrée du détroit de Skookumchuck se trouve un petit établissement du nom d'Egmont, d'après le HMS Egmont, portant 74 canons. À l'entrée du détroit Prince of Wales, Goliath Bay rappelle un autre navire qui a participé à la bataille du cap St. Vincent et plus tard, sous le commandement du Foley, à la bataille du Nil.

Le dernier nom d'origine navale est Saumarez Bluff qui se trouve dans une courbe du reach et qui est nommé d'après l'amiral James, lord de Saumarez qui était le second de Nelson lors de la bataille du Nil.

La même trame historique se continue en altitude dans les lointains de l'inlet Jervis et des liens évidents existent entre Marlborough Heights, Mount Spencer et Mount Churchill et aussi entre Mount Arthur et Mount Wellington.

Viennent ensuite le Prince of Wales Reach, Princess Royal Reach et Queens Reach (Victoria), le dernie entouré d'éléments portant les noms des enfants de la reine : Victoria, Albert, Alice, Alfred et Helena d'après lesquels des monts ont été nommés, tandis que Princess Louisa Inlet rapelle le nom de sa mère, la princesse Louisa.

Cette idée de donner des noms faisant partie d'une trame historique était répandue lorsqu'il s'agissait de donner des noms aux éléments qui se trouvaient dans des régions peu habitées et qui n'avaient pas encore été nommés. Cette habitude s'est poursuivie sur la côte ouest jusqu'à une époque relativement récente, pour prendre fin lorsque tous les éléments importants ont eu un nom ou parce qu'ils se trouvaient trop loin les uns des autres pour être inclus dans un thème historique.

Dans certains cas, la date des premiers levés peut être établie avec une certaine précision au moyen de l'explication toponymique. Parfois, une culture générale suffira. Par exemple, nous trouvons dans le détroit de Georgia, les noms Ajax Bank et Achilles Bank puis le Exeter Shoal et Harwood Point, situés à proximité, qui ont été nommés en 1945, mais les levés ont été effectués en 1939, soit l'année de la bataille de la rivière Plate (carte 3520).

Il faut prendre soin, toutefois, de vérifier la date de l'application de noms semblables au sein d'une même région. Harwood Island est située près du groupe d'entités dont nous venons de parler et il serait facile de commettre l'erreur de rattacher ce nom au thème de la bataille de la rivière Plate. En réalité, le nom a été attribué 150 ans avant cette bataille par le capitaine Vancouver, d'après un chirurgien de la marine qui avait servi sous les ordres de Bligh; la similitude des noms est pure coïncidence.

Parfois, il est possible de découvrir les sujets de conservation à bord du navire. Il semble que le capitaine Richard était entouré de parieurs enthousiastes à bord du HMS Plumper lors des levés de 1860 du détroit de Georgia lorsque Thormanby (Islands), propriété de M. Merry (Island), a remporté le Derby (Point); il s'agissait d'un résultat bien apprécié (Welcome Pass). Buccaneer Bay n'a rien à voir avec les pirates, mais rappelle plutôt un autre cheval de course. On trouve d'autres noms reliés au monde du sport dans la région, par exemple Epsom Point, Oaks Point et Tattenham Ledge (carte 3590).

Les entités situées aux environs du détroit de Queens qui ont fait l'objet de levés au début des années 1940 rappellent des jours moins joyeux avec des noms comme Spitfire, Hurricane, Seafire, Stirling et Blenheim (tous des noms d'îles), Kittyhawk Group, Swordfish Bay et les Mosquito Islets (carte 3784).

Il est intéressant de se demander quels commentaires sociaux un hydrographe léguerait aujourd'hui à la postérité s'il avait carte blanche en matière de toponymes.


Source : Sandilands, R.W. (1979) : «I am become a name ....», Canoma, vol. 5(1), p. 12-15. Une version de cet article a déjà paru dans le journal de l'Association des Hydrographes Canadiens, Lighthouse, No. 15, avril 1977.

R.W. Sandilands, Service hydrographique du Canada, Région du Pacifique, Institut des sciences océaniques, Sidney, Colombie-Britannique.

[1] D'Ulysses par Alfred Tennyson; en anglais «I am become a name....».



(Last updated March 1998/Mis à jour mars 1998)
©1996
Geographical Names, Natural Resources Canada/
Les noms géographiques, Ressources naturelles Canada
geonames@NRCan.gc.ca
-->