ACTIONS DE LA SCOOP ou SCOPD MANUFRANCE SAINT ETIENNE : Guides d'achat eBay

Rédiger un guide Guides de : rfra152 ( confidentiel )  1000 Meilleurs rédacteurs
11 utilisateurs sur 11 ont trouvé ce guide utile.
Guide visité : 4330 fois Balises : SCOOP | MANUFRANCE | ACTION | SCOPD | COLLECTION


Introduction

La " Manufacture Française d’Armes et de Tir " de Monsieur MARTINIER-COLLIN, rachetée par Étienne MIMARD et Pierre BLACHON le 10 novembre 1885, s’appellera désormais " Manufacture Française d’Armes de Saint-Étienne ". Celle-ci connaîtra une ascension fulgurante pour s’appeler ensuite en 1892 la " Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Étienne " puis deviendra une Société Anonyme sous le nom de Manufrance. Étienne MIMARD en deviendra le Président-Directeur-Général, affirmant son autorité face à Pierre BLACHON qui décédera en 1914. Il léguera la majorité de ses actions aux Hospices Civils de Saint-Étienne. En 1944, surviendra la mort d’Étienne MIMARD qui engendrera le déclin de Manufrance.

Pour comprendre les raisons de la faillite de Manufrance, nous nous pencherons plus précisément sur les années 1970-1980, période de crise mondiale. Nous nous intéressons exclusivement à cette étape de la vie de Manufrance car cette entreprise de renommée mondiale et qui a fait l’apogée d’une ville n’était pas prédestinée à une fin si tragique. Mais, malgré ce dénouement particulier, Manufrance reste très présente dans nos mémoires et demeure le symbole de la ville. Nous analyserons donc tout d’abord les modalités du déclin de Manufrance pour ensuite décrire les représentations qu’elle suggère.

Les modalités de la faillite de Manufrance

Le 10 novembre 1885, la " Manufacture Française d’Armes de Saint-Étienne " est créée dans une ville où l’activité est particulièrement artisanale. Monsieur MIMARD décide donc de réunir en un seul atelier toutes les activités liées à l’arme. Son entreprise se développe assez rapidement. MIMARD décide donc de faire construire d’immenses bâtiments cours Fauriel et des ateliers derrière, rue de la Convention. Les articles présentés dans le " Tarif-Album " ne sont pas tous fabriqués par Manufrance mais aussi par des entreprises sous-traitantes. Tout se déroule bien. En 1898, elle emploie 1000 ouvriers et en 1976, 3800. Elle fabrique, en 1960, 80.000 armes de chasse, 30.000 machines à coudre et édite 720.000 exemplaires du " Tarif-Album " et 800.000 du " Chasseur Français ".

Mais comment, avec une telle croissance, a-t-elle pu subir une faillite ?

Monsieur MIMARD était très proche de tous ses employés et pointait ses heures de travail comme tous ses ouvriers. D’ailleurs, ils parlaient de leur lieu de travail en disant : " je travaille chez MIMARD " et non " je travaille à Manufrance ". En 1937, le personnel soumet Manufrance à l’épreuve d’une grève très longue : 100 jours. Mais Étienne MIMARD très attaché à son entreprise n’accepte pas ce mouvement. Dans un testament établi auparavant, Monsieur MIMARD léguait la moitié de ses actions à son personnel. Cependant, avec ce mouvement social ou les deux partis : MIMARD et ses salariés, sont autant entêtés l’un que l’autre, il renouvelle son testament en léguant les actions concernées à la Municipalité.

En 1944, Étienne MIMARD meurt et son testament est réalisé : la Municipalité de Saint-Étienne hérite de la moitié des actions détenues. Pierre DREVET devient Président-Directeur-Général de Manufrance pendant huit ans. En 19 ans, sept Présidents-Directeurs-Généraux se succéderont : Jean FONTVIEILE, Georges DREVET, André BLANC, Henri FONTVIEILLE, Jacques PETIT, François GADOT-CLET et René MESTRIES. Ces changements rapides n’entraînent pas immédiatement et pendant les premières années de modifications notables du chiffre d’affaires. Mais les directions successives font de nombreux investissements industriels et commerciaux. Par exemple, la construction d’un immense entrepôt sur le site Molina/La Chazotte est un gros investissement. En effet, à cette époque, le " Tarif-Album " n’est plus comme avant une richesse mais une perte car tous les articles présentés à l’intérieur doivent être stockés. Ce grand entrepôt, abritant un stock énorme, coûtera la somme de huit à neuf milliards de Francs. L’investissement, non rentable, entraîne la chute de la trésorerie. L’aide demandée aux banques et établissements financiers ne leur est pas accordée car le principal actionnaire de l’entreprise est la Municipalité de Saint-Étienne, situation unique en France.

De plus, de forts concurrents viennent entraver le bon fonctionnement du développement de Manufrance comme les entreprises de vente par correspondance ‘La Redoute’ et ‘Les 3 Suisses’. De même, l’arrivée de plus en plus nombreuse dans le commerce français des armes étrangères, engendrent une augmentation des difficultés de l’entreprise.

Ce phénomène est amplifié par un manque de modernisme de Manufrance. En effet, Jean FONTVIEILLE veut introduire l’informatique pour la gestion de l’entreprise mais Monsieur Georges DREVET continuera en parallèle une comptabilité manuelle. De plus, les cadres écriront dans un " livre blanc " leurs remarques comme la stagnation des investissements depuis 1965, le vieillissement des machines ayant environ 20 ans et l’absence de politique à long terme pour assurer l’expansion nécessaire à la firme.

En 1975, les premières difficultés apparaissent : manque d’évolution de l’outil de production, effets négatifs du premier choc pétrolier sur la consommation. De plus, des problèmes commerciaux voient le jour avec le transfert de la vente par correspondance dans les locaux du site de Molina.

Entre 1976 et 1978, les problèmes s’amplifient, l’intérieur de l’entreprise commence à bouger. En automne 1977, les premières manifestations apparaissent.

En 1979, La Société Anonyme Manufrance est mise en liquidation judiciaire. Une location-gérance à la Société Nouvelle Manufrance est acceptée sous la direction de Monsieur MESTRIES. Cependant, elle ne peut pas servir les commandes par manque de fonds de roulement non-accordés par les banques.

En 1980, la Société Nouvelle Manufrance est mise en liquidation. La Société Anonyme Manufrance annule son contrat de location gérance. Le 4 septembre, un millier de personnes se déplacent à Paris pour protester. Le 22 octobre, les salariés occupent les locaux de l’entreprise pendant sept mois. Le Tribunal de Commerce vend le " Chasseur Français ". Fin décembre, une Société de Coopérative Ouvrière de Production et Distribution (SCOPD) est mise en place en six jours avec la coopération de 600 salariés.

En 1981, la SCOPD relance la production de nombreuses armes. Les coopérateurs ont apporté leur prime de licenciement soit environ neuf millions de francs. Le Tribunal de Commerce officialise donc la reprise du travail. En novembre, les magasins de Saint-Étienne, Lyon et Paris ont rouvert.

En 1982, le gouvernement donne une participation de plusieurs millions de francs pour permettre à la SCOPD de moderniser ses productions et relancer la commercialisation.

En 1985, les biens de la SCOPD sont mis en liquidation. Le contrat de location-gérance avec la Société Anonyme Manufrance est résilié.

En 1986-1988, les biens de la Société Anonyme Manufrance sont mis en liquidation pour cause d’échec de la location-gérance. Le 19 février 1986, le matériel, le mobilier et les immeubles sont vendus. Le 20 juin 1988, Jacques TAVITIAN acquiert les marques, brevets et modèles de la " Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Étienne " dont Manufrance et MF.

La vieille dame de Saint-Étienne aura donc vécu près d’un siècle et fait la renommée de toute une ville.
 

Les représentations de Manufrance
Notre démarche a débuté sur la mise en place d’un sondage anonyme sur un échantillon d’environ cinquante cinq personnes. Puis, il nous a paru intéressant, après la découverte d’un dernier magasin Manufrance à Saint-Étienne, d’aller questionner son responsable et également un salarié. Nous obtiendrons difficilement celui-ci, compléter par une personne que ne s’est pas présentée mais semble-t-il, suivant le contexte, par Monsieur Jacques TAVITIAN, Président Général de Manufrance. Enfin, nous avons interrogé deux anciens salariés sur des éléments d’ordre général afin d’obtenir leur opinion.

Malgré des problèmes de mise en forme du sondage et l’inexactitude des réponses rapportées par les personnes sondées, souvent trop jeunes lors des faits, il en ressort une représentation plus ou moins précise de Manufrance. En effet, elle va de la ‘Manufacture Française d’Armes et de Cycles de Saint-Étienne’ à la vente par correspondance tout en passant par un symbole de qualité. De plus, la faillite leur semble due à une gestion négligée ou à un manque de réaction face à la concurrence nationale et internationale encouragée par une mauvaise adaptation aux progrès techniques. Mais nous remarquons toutefois que Manufrance est un souvenir fort, resté gravé dans les mémoires. En effet, elle est considérée comme un héritage commun aux stéphanois et une des premières entreprises de vente par correspondance.

Malgré une faillite laborieuse, Manufrance reste toutefois une image emblématique dans l’esprit de tous même si elle s’efface peu à peu.

La personne de la Direction de Manufrance ayant répondu à notre questionnaire nous apparaît de mauvaise volonté, impression accentuée par la difficulté d’obtention de celui-ci, toutefois nous pouvons dire qu’une structure d’organisation a été créée pour le redéploiement de Manufrance sur deux sites. Ainsi, aucun lien n’est visible entre le magasin et l’ancienne entreprise. Mais nous nous apercevons que le nom de ‘Manufrance’ a toujours un impact sur les ventes effectuées par le magasin. De même, le catalogue est toujours un moyen de distribution important de la production et l’exploitation de la revue ‘Le Chasseur Français’ demeure solide et d’une renommée toujours rattachée au nom de Manufrance. Nous remarquons donc que le thème de la chute de Manufrance ou tout ce qui lui est liée, est un thème encore très sensible.

En dépit de certaines questions qui n’entraient pas vraiment dans le cadre de notre sujet et d’un entretien un peu long, il résulte des interviews que la faillite de Manufrance provient d’une mauvaise gestion de l’entreprise à la mort de son principal créateur, d’un défaut de modernisme et d’une absence de réaction face à la concurrence des autres entreprises.

Nous avons d’ailleurs remarqué que les personnes interrogées dans notre sondage avançaient ces mêmes raisons pour expliquer le dépôt de bilan. Cependant, les anciens salariés nous ont rapportés d’autres informations. Ils ont également fait allusion aux nombreux investissements entrepris par la Société ainsi que la passivité de la municipalité de Saint-Étienne face au déclin de Manufrance.

A travers les yeux d’anciens salariés nous avons ainsi pu voir que cette ‘Grande Dame’ de Saint-Étienne, perçue comme inébranlable pendant de nombreuses années, n’a toutefois eu, comme seule alternative, que de faire faillite malgré les efforts fournis par les salariés pour la sauver.

Conclusion

Manufrance n’a jamais été une entreprise comme les autres. Grâce à Monsieur MIMARD, elle a toujours été une originalité dans son mode de fonctionnement et de développement. Mais à la mort de son fondateur, cette situation unique va causer sa perte.

Malgré cette faillite laborieuse, elle reste dans la mémoire de tous comme le patrimoine de Saint-Étienne. Ils la considèrent toujours comme ‘La Vieille Dame de Saint-Étienne’. Cette fin n’a pas trahi son image de marque dans l’esprit de la population.

Mais nous sommes dans l’incapacité de répondre totalement à notre problématique. En effet, ceci nécessiterait une recherche plus poussée ne se limitant pas seulement au niveau local, Manufrance étant connue mondialement. Nous pourrions comparer la situation de Manufrance à celle que vit actuellement l’entreprise ‘Moulinex’, usine de fabrication de produits électroménagers et dont le siège se situe en Normandie, à Alençon dans le département de l’Orne.

N'OUBLIEZ PAS DE VOTER POUR CE GUIDE AFIN QUE D'AUTRES EBAYEURS PUISSENT EN PROFITER ! VOUS POUVEZ AUSSI CONSULTER MES AUTRES GUIDES EN ESPERANT VOUS AIDER .MERCI PAR AVANCE ET BONNES ENCHERES... -----------> INFO différentes signature sur le Président du directoir sur les titres Manu....

Numéro du guide : 10000000005705455Date de création : 18/02/08 (mis à jour le 04/04/14)

 
Trouvez-vous ce guide utile ? Signaler ce guide

Vous souhaitez partager votre expérience avec des membres eBay ? Rédigez un guide



Autres moyens de navigation du site