L épître des oiseaux. Abu Hamid El Ghazali

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L épître des oiseaux. Abu Hamid El Ghazali"

Transcription

1 L épître des oiseaux Abu Hamid El Ghazali

2 L'ÉPÎTRE DES OISEAUX El Ghazali Les différentes espèces d'oiseaux se réunirent de part leur diversité, leurs caractères s étant manifestés : ils déclarèrent qu il était nécessaire qu ils aient un roi pour régner sur eux. Ils furent unanimes à reconnaître que le phénix était l'oiseau le mieux adapté pour ce rang. Ils avaient entendu dire que le phénix vivait à l'ouest dans une des «îles» («El Jaza ir») (1). La cause de ce désir et l ardeur de la requête les rassemblèrent. Ils décidèrent, par conséquent, à partir de là de se lever vers lui, de chercher refuge sous son ombre, d être debout dans sa cour et d avoir le plaisir de se placer eux-mêmes à son service. Alors ils se mirent à chanter en chœur et dirent : Allons à sa demeure que nous ferons revivre par Leïla. Oui, nous questionnerons sur sa famille. Si les désirs secrets apparaissent des complots de cœurs et qu est exprimée par la langue la demande : Dans quelle partie du monde pouvons-nous désirer nous rencontrer? Si, à vous rois, l'accès est défendu? Comme ils étaient sur le point de commencer, (ils entendirent) une voix de l invisible de derrière un voile qui avertit : «Ne vous exposez pas de votre propres mains à la perdition» (Coran : Sourate 2 - Verset 195) Restez plutôt à vos places et ne délaissez point vos pauvres : car si vous partez de votre pays natal, votre détresse les affaiblira. Ainsi sans vous, ils seraient exposés aux épreuves et s ouvrirait la voie de la disparition : La Paix vient du destin. (1) : Désigne aussi l Algérie en arabe.

3 Mais quand ils entendirent un avertissement d impossibilité (de difficulté) des pouvoirs, leur désir augmenta et ils devinrent agités, soucieux et insomniaques ; et d autres parmi eux dirent : Si tous les docteurs du genre humain te soignaient, Sans les mots relaxants de Leïla, ils ne te guériraient pas. Ils déclarèrent : En fait, soit que L amoureux que rien ne satisfait. Ou, soit que lui et son seul amour vivront sous un toit. Là, l affection les appela et la démence les envahit. Alors, ils n hésitèrent pas dans leur requête. Certains s agitèrent vers l atteinte du désir. Alors, il leur fut dit : «Les déserts sont entre vos mains ainsi que les espaces, les hautes montagnes, les mers engloutissantes, les régions glaciales et les régions torrides mais il est à craindre que vous soyez impuissants avant même d atteindre votre aspiration et que le destin ne vous déchire. Et là, plus de choix en vous de quiétude que les nids de désirs avant que ne vous gagne l avidité.

4 Et eux, dès lors qu ils ne prêtèrent pas l oreille à cet avertissement, ni n en tinrent compte, prirent le départ de leur voyage en disant : Chaque fois qu'une personne est abandonnée et seule dans une région, Si son besoin est grand, l'aide est limitée (insuffisante). Alors chacun d'eux enfourcha la monture du dessein, tenant en bride par les rênes du désir intense vigorisé par la force de la passion d amour et dirent : Observe ma chamelle dans la vallée du fleuve. Progressant avec ardeur et joie sous l effet des balancements Si elle se plaint des lassitudes de la grande distance répétée, Le courage d avancer revit alors par ma promesse. Ainsi, elle voit sur ton visage une lumière qui l éclaire et dans ton bienfait une incitation à aller de l avant. Ils dévièrent des chemins connus et furent entraînés dans la contrainte de l urgence, alors périt celui qui était venu de la zone torride dans la contrée du froid et mourut celui qui était venu de la région glaciale dans la zone torride. Ils furent frappés par des coups de foudre et pris dans des tempêtes jusqu à ce que seulement une petite portion d eux y échappa et atteint l'île du roi sans risque.

5 Ils descendirent à sa cour et se mirent sous son ombre. Ils cherchèrent alors quelqu un afin de prévenir le roi de leur présence. Mais cela était interdit dans la cour. En entendant parler de leur présence, le roi demanda aux habitants de la cité ce qui les conduisit à lui. Ils dirent alors qu'ils étaient venus pour inviter le roi à régner sur eux. On leur répondit donc : «Vous vous êtes fatigués en vain. Car nous sommes le roi, que vous le vouliez ou non, et que vous veniez ou que vous partiez. Nous n avons rien de commun avec vous». Quand ils sentirent l excuse et qu on se dispensait d eux, ils désespérèrent, se trouvèrent gênés et leur attente fut déçue, abattus et unis par le désarroi. La dignité les aveuglait. Ils dirent alors que le retour était impossible pour eux, que leur force leur faisait défection, que la vitalité n était plus là et plut à Dieu qu ils soient abandonnés pour mourir seuls dans l'île. Et ils se mirent à déclamer ces vers : Un désir ardent habita les gens de la cité. La nuit a envoyé un invité accommodant de par leur camp. Il serait content s'ils étendaient Vers lui un gracieux regard et un mot bienveillant.

6 Mais la maladie se fut répandue parmi eux et ils étaient sur le point de l'annihilation complète. Ils se sont donc réfugiés dans la prière, leur seul espoir. Tout comme ivres de la coupe d'amour. Ainsi, chacun abreuvait son frère. Quand le désespoir les envahit et qu ils furent pris d essoufflement, ils sentirent un sentiment d espoir (d amabilité) et il leur fut dit : «Ne perdez pas espoir, il n y a point de désespoir dans L Esprit de Dieu que pour ceux qui sont destinés à la perdition, même avec toute la richesse du monde : il y a nécessité de respect et de réponse. La belle qualité requiert la bienveillance et l acceptation. Et maintenant que vous avez su la mesure de votre faiblesse à connaître notre rang et notre position, il nous convient de vous donner l'abri. Celui-ci est le foyer de la dignité et la demeure de la prospérité. Que les pauvres qui ont émigré de leurs demeures requièrent un dédommagement. Et ainsi le Seigneur des créatures et leurs chefs n auraient pas dit : «Fais-moi revivre pauvre» et celui qui a le sentiment de son manque de mérite est digne d être accepté par le roi phénix comme son compagnon. Après qu ils se soient domestiqués après avoir désespéré, et qu ils aient fait leur nid après s être renfrognés : ils reprirent confiance de l intérêt de la dignité et de l assurance de la grâce. On les questionna au sujet de leurs compagnons et ils répondirent : «Quelles peuvent être les nouvelles de gens qui ont failli à leur mission et à l affection, dont le sang a été versé impunément : ont-ils droit au prix du sang versé?». Il fut dit alors : «Jamais! «Quiconque s expatrie pour servir la Cause de Dieu et de son Prophète, et que la mort vient surprendre, la récompense de Dieu lui est acquise» (Coran : Sourate Les Femmes - Verset 100). Ils ont été choisis par la main du destin après qu'ils eurent été éprouvés : «Ne dites pas que celui qui est mort dans la voie de Dieu est mort mais bien vivant» (Coran : Sourate La Vache - Verset 154). Ils déclarèrent : «Et ceux qui ont été engloutis par les flots des mers et qui n ont atteint ni la maison ni les demeures mais ont été avalés par les bas-fonds des courants.» Il leur fut dit : «Que non! «Ne crois surtout pas que Ceux qui sont tombés pour la Cause de Dieu soient morts. Ils sont, au contraire, bien vivants» (Coran : Sourate La Famille d Imran - Verset 164).

7 Pour Lui qui vous a apportés ici, a été la cause de leur mort et les a ramenés à la vie, a remué en vous la raison du désir jusqu à la délivrance du labeur et de la perdition dans la munificence de la demande. Il les a appelés, les a portés, les a rapprochés et les a favorisés de la proximité à Lui ; ils sont donc le voile de la gloire et de la puissance : «*Ils sont+ Dans un séjour tout de vérité, auprès d un Souverain Tout-Puissant» (Coran : Sourate La Lune - Verset 55). Ils dirent : «Nous est-il possible de les voir?» Il leur fut dit : «Non, car vous êtes dans le Voile de la Puissance et de l Humanité, les ethnies du futur et sa chaîne, et si vous assouvissez vos envies et quitter vos nids, alors vous vous visiterez et les rencontrerez». Ils dirent : «Et ceux qui sont retenus par l impotence ne sortiront pas?». Il leur fut dit : «Que non. S ils avaient voulu réellement partir au combat, ils s y seraient préparés. Mais Dieu les en jugea indignes et les rendit impotents» (Coran : Sourate Le Repentir - Verset 46). Et si nous l avions voulu, nous les aurions invités mais nous les avons détestés et les avons refoulés. Vous-mêmes, êtes-vous venus de par vous-mêmes ou est-ce Nous qui vous avons conduits? Vous-mêmes, vous êtes-vous éprouvés ou est-ce Nous qui vous avons éprouvés? Nous vous avons angoissés puis nous vous avons transportés ainsi qu eux à travers les terres et les mers ; et là quand ils entendirent cela : ils s apprivoisèrent avec tout le soin et, l assurance de la capacité compléta leur enthousiasme ainsi que leur confiance fut entière. Alors ils furent rassurés, habitèrent et acceptèrent les vérités de la connaissance certaine avec les preuves de la puissance, et abandonnèrent avec la pérennité du réconfort les lieux de coloration, ce afin que vous appreniez son information après un temps.

8 [A PARTÉ] Vois-tu s il y a entre la personne qui retourne à cette île et l innovateur une différence? En fait, il a dit : «Nous sommes venus pour prendre le contrôle de tout innovateur, mais pour celui qui retournait à la vie d origine : «Ô, toi âme apaisée, retourne» (Coran : Sourate L Aube - Versets 27-28). Et il retourna pour écouter l appel. Comment peut-on lui dire : «Tu n es pas venu»? Il dira alors : «Je n ai pas été appelé non vraiment». Et il dira : «Je n ai pas été transporté vers ce pays qui est le pays de la proximité, la réponse dépend de la valeur de la question, et la question de la valeur du savoir et les peines de la valeur des efforts. [A PARTÉ] Celui qui a de l égard pour cette épigramme qu il renouvelle sa connaissance avec le langage des oiseaux et la munificence de la spiritualité, ainsi le langage des oiseaux n est compris que de celui qui est oiseau, et le renouvellement de la connaissance dépend de l assiduité à l ablution, au respect des temps de prières et à la consécration d une heure de «dhikr» *rappel à Dieu en retraite spirituelle+. Ceci est le renouvellement savoureux de la connaissance dans l insouciance. En fait, il n y a que deux voies : «Rappelez-vous de Moi : Je Me rappellerai de vous» ou «Ils ont oublié Dieu, et Il les a oubliés.». A celui qui persiste dans la voie du «dhikr» *rappel à Dieu+ *est dit+ : «Je suis Présent là où l on m invoque», et quant à celui qui suit la voie de l oubli : «Quiconque reste insensible à l appel de Dieu, Nous lui susciterons un démon qui deviendra son compagnon inséparable.» (Coran : Sourate L Ornement Verset 36). Et le Fils d Adam pour chaque âme est un authentifieur d une ou l autre de ces deux catégories. Et au Jour du Jugement Dernier, il lui sera présenté absolument une des deux marques : il devra reconnaître les criminels de par leurs marques et les vertueux de par leurs marques aussi sur leur visage dûes aux prosternations. Que Dieu te sauve avec la réussite et qu Il te guide à la Vérité et qu il affermisse ton chemin. Fin de l épigramme

-->