Les candidats libéraux de la Péninsule acadienne sont maintenant connus

Publié à 6h00 le jeudi 22 juillet 2010

À un peu plus de deux mois des élections générales au Nouveau-Brunswick, l'équipe de candidats libéraux dans la Péninsule acadienne est maintenant complète. Sans grande surprise, les membres des associations libérales de Tracadie-Sheila et de Lamèque-Shippagan-Miscou ont choisi Norma McGraw et Alonzo Rail pour représenter le parti de Shawn Graham lors du scrutin du 27 septembre.

B3

Les nouveaux candidats rejoignent les autres libéraux de la région, les députés sortants Denis Landry, ministre régional et député de Centre-Péninsule-Saint-Sauveur, Hédard Albert, député de Caraquet et ministre du Mieux-être, Culture et Sport et Carmel Robichaud, députée de Baie-de-Miramichi-Néguac.

Agrandir
Photo David Caron, L'Étoile Péninsule
Les candidats libéraux dans Lamèque-Shippagan-Miscou et dans Tracadie-Sheila, Alonzo Rail et Norma McGraw.

À Tracadie-Sheila, Norma McGraw tentera de déloger le député progressiste-conservateur Claude Landry, en poste depuis 2006. Infirmière à la retraite, c'est dans un Centre Bellefeuille bondé, à Sheila, qu'elle a été choisie sans opposition par les membres du parti.

Le Parti progressiste-conservateur détient cette circonscription depuis 1995. De plus, Roger Duguay, chef du NPD, tente lui aussi de s'y faire élire. Par contre, Norma McGraw croit qu'elle peut ravir le siège de Tracadie-Sheila.

«J'y crois à 100 %. Je pense qu'il est temps que les gens votent pour le gouvernement au pouvoir. Nous (Tracadie-Sheila) avons été beaucoup négligés dernièrement, autant pendant les années conservatrices qu'aujourd'hui. Je pense que la population est consciente qu'il faut être du côté du pouvoir. Je veux faire une différence. C'est le bon temps et le bon moment», affirme Mme McGraw.

Même si elle s'intéresse à la politique depuis longtemps, Mme McGraw avait choisi de mettre ses ambitions politiques de côté pour un certain temps, préférant se consacrer à sa famille et à sa carrière. Si elle est élue, elle deviendrait la première femme à représenter Tracadie-Sheila à Fredericton.

«Je pense que ça démontrerait aux jeunes filles qu'il n'y a pas de limites. Je veux donner une place aux femmes en politique. J'ai mis mon rêve de côté, mais je me disais qu'un jour, on reconnaitrait mon potentiel et qu'on viendrait me chercher», indique-t-elle.

Inspirée en partie par Louis J. Robichaud, l'un des moments marquants de sa vie fut la visite du premier ministre acadien à Tracadie en 1967, alors que Mme McGraw n'avait que 14 ans.

Selon elle, il existe plusieurs dossiers pressants dans la région, mais surtout ceux concernant le développement du réseau routier et du système de santé.

Alonzo Rail dans Lamèque-Shippagan-Miscou

De son côté, Alonzo Rail, également élu sans opposition, n'est pas néophyte en politique. Son investiture représente toutefois le début d'un rêve qu'il caresse depuis longtemps.

«On a toujours des buts dans la vie et une de mes ambitions était de me lancer en politique», dit-il.

Il possède déjà une certaine expérience à l'Assemblée législative, puisqu'il a occupé le poste de chef de cabinet auprès d'Aldéa Landry, de 1987 à 1991. Une expérience qui lui sera bénéfique, croit-il.

«Le candidat actuel (Paul Robichaud) a beaucoup d'expérience, mais depuis quatre ans, c'est au niveau de l'opposition. Ce n'est pas très beau sur un CV. J'ai eu presque cinq ans d'expérience avec le gouvernement McKenna, alors je ne crois pas que c'est tant déséquilibré que ça», estime M.Rail.

De plus, Alonzo Rail est connu dans sa communauté. Il a uvré bénévolement pour divers organismes au fil des ans, notamment pour préserver les services de l'hôpital de Lamèque et dans le hockey mineur.

Il cite le développement des infrastructures comme une de ses priorités.

«Notre circonscription est à la pointe de la province. Il n'y a pas beaucoup de gens qui passent par chez nous, donc il est plus difficile de les attirer chez nous. Il nous manque des infrastructures touristiques», explique-t-il.

Parmi les exemples de succès économiques au cours des dernières années, il cite les investissements libéraux d'environ un million $ pour la restauration du phare de Miscou.

«Mais il en manque encore. S'ils vont à Miscou, ils doivent passer par Shippagan et Lamèque. Il est important de souligner notre patrimoine. Un endroit comme la Mission Saint-Charles est l'une des plus anciennes au Canada», croit-il.

Il souligne aussi l'importance des soins de santé dans la région.

Lui non plus n'aura pas la tâche facile. Paul Robichaud, du Parti progressiste-conservateur, briguera un quatrième mandat consécutif.

«Il n'y a pas de formule magique. Je n'ai jamais eu peur de défendre des causes. Je pense que cela m'aidera parce que les gens me connaissent», conclut le candidat libéral.

 
Publicité
Publicité

Recherche

'use strict';