En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×

Incendie d'une salle de prière musulmane dans la Marne : 5 suspects présentés à un juge

avec
le 21 mai 2015 à 11h53
Temps de lecture
3min
Des musulmans en prière (ici à la mosquée de Marseille)

Des musulmans en prière (ici à la mosquée de Marseille) / Crédits : Reuters

A lire aussi
Faits diversCinq personnes, dont un père et son fils, soupçonnées d'avoir incendié la salle de prière musulmane de Pargny-sur-Saulx (Marne) en avril dernier vont être présentés dans la journée à un juge. Les individus auraient agi sous l'emprise de l'alcool.

L'affaire avait fait grand bruit le mois dernier : dans la nuit du 23 au 24 avril, un incendie volontaire ravageait la salle de prière musulmane de Pargny-sur-Saulx dans la Marne, fréquentée notamment par la sœur du terroriste présumé Sid Ahmed Ghlam. Les cinq suspects, dont un père et son fils, vont devoir maintenant expliquer leur geste devant un juge.

Selon les premiers éléments de l'enquête dévoilés par le procureur de Châlons-en-Champagne, Christian de Rocquigny, les individus auraient agi sous l'emprise de l'alcool "après avoir vu un reportage à la télévision sur l'affaire Sid Ahmed Ghlam", cet Algérien de 24 mis en examen pour un projet d'attentat contre au moins une église et pour l'assassinat d'Aurélie Châtelain à Villejuif.

"Une soirée arrosée qui aurait dégénéré"

"Les interpellés, dont un est en récidive de destruction, ne sont pas structurés politiquement. Il s'agit plutôt d'une soirée arrosée qui aurait dégénéré après que le père a lancé l'idée d'aller incendier la salle", a précisé Christian de Rocquigny.

Les cinq suspects, dont deux mineurs de 16 et 17 ans, ont été arrêtés et placés en garde à vue mardi dernier. Les trois autres auteurs présumés de l'incendie sont âgés de 24, 28 et 44 ans.

Dans la nuit du 23 au 24 avril, l'incendie avait ravagé les locaux de la salle de prière de Pargny-sur-Saulx, qui était abritée dans une maison de plain pied d'environ 70 m2 réaménagée depuis un peu plus d'un an et gérée par une association cultuelle créée en 2010. Cette salle se trouve près de Saint-Dizier où avait été interpellée la  compagne présumée de Sid Ahmed Ghlam.La soeur de ce dernier avait déclaré à plusieurs journalistes qu'elle donnait des cours dans cette salle de prière.
 

Commenter cet article

  • moijebosse : Et le nombre de véhicule brulés à Saint Dizier chaque année par les adeptes de cette sale? pas un mot bien sure. je suis de Vitry le François, je sais de quoi je parle.

    Le 21/05/2015 à 16h00
  • jejadu1 : Votre système pour voter est bloqué sur ce site???? Volontairement ou non ?

    Le 21/05/2015 à 15h49
  • quasar33 : Ils auraient dû incendier une église, personne ne leur aurait rien dit....

    Le 21/05/2015 à 14h48
  • salsa3 : 2 poids ,2 mesures comme pour tout ce qui concerne la justice en France aujourd'hui. Il y a les uns et les autres : ceux qui peuvent nuire à Hollande pour les élections 2017 et ceux qui vont voter Hollande en 2017.

    Le 21/05/2015 à 13h37
  • contreumps : Et les 140 Églises incendiés et saccagés ? là la Justice ont la voit JAMAIS, alors ne vous demandez pas pourquoi Marine le Pen monte .....vous avez la réponde de ce gouvernement anti Français qu'est le PS

    Le 21/05/2015 à 13h21

      Les dernières infos

      Le tribunal de grande instance de Paris a tranché. L'UMP pourra s'appeler les Républicains. La justice a jugé que le dommage imminent invoqué par quatre partis de gauche et des associations n'était pas démontré. Les requérants ont annoncé qu'ils allaient faire appel. Pour la droite, c'est une victoire. Le changement de nom pourrait avoir lieu lors du congrès, ce samedi.
      Nous suivre :
      Du yoga à 300 mètres d'altitude : à la découverte de la Slackline

      Du yoga à 300 mètres d'altitude : à la découverte de la Slackline

      logAudience