Fukushima : températures en hausse dans les piscines de refroidissement

L'Expansion.com - publié le 16/03/2011 à 00:53

Le directeur de l'AIEA juge la situation "très grave" et réclame plus d'informations.

Capture d'écran de la télévision publique NHK. Un des hélicoptères pompant de l'eau en mer avant de la larguer sur le réacteur n°3.
DR

Les évènements du jeudi 17 mars sont à suivre en direct ici

Lire la synthèse des évènements de la journée ici

00h53 : ce fil d'information est désormais terminé. Il reprendra demain. Merci de l'avoir suivi. La rédaction de l'Expansion.com

00h46 : NHK annonce de nouveaux rejets de vapeur - probablement radioactifs - des réacteurs 2, 3 et 4.

00h40 : Tepco annonce qu'une nouvelle tentative de largage par hélicoptère sera effectuée mais sur le réacteur n°3. Mercredi, une tentative sur le réacteur n°4 avait été abandonnée en raison du niveau trop élevé de radioactivité.

00h07 : Voici les chiffres de la radioactivité mesurée à Fukushima et qui permettent à l'agence de sûreté d'annoncer une baisse : à 17 heures mercredi (heure japonaise), un niveau de 752 millisieverts par heure était relevé. A 5 heures du matin (23h00 en France), il était de 338 millsieverts. C'est un niveau toujours dangereux mais en baisse. Pour savoir ce qu'est un millisievert, vous pouvez lire notre lexique des mots de la crise nucléaire.

23h35 : Tepco dément l'information de l'autorité de régulation américaine : la piscine du réacteur n°4 n'est pas vide.

23h31 : l'Agence internationale de l'énergie atomique vient de donner les températeurs des bassins de refroidissement pour le 16 mars. La piscine du réacteur 4 est à 84 °C (données datant du 15 mars), celle du réacteur 5 à 62,7 °C, et celle du réacteur 6 à 60 °C. En temps normal, elles devraient pas dépasser 25°C. L'agence annonce aussi que ces températures augmentent régulièrement.

23h15 : selon l'agence de sûreté nucléaire japonaise, le niveau de radioactivité a baissé ces dernières heures autour de la centrale de Fukushima 1.

22h14 : Il actuellement plus de 6h du matin au Japon. La prochaine communication de Tepco ne devrait pas tarder. Les dernières nouvelles des réacteurs datent de 16h00, heure française.

21h56 : Le point sur l'état des réacteurs :

Mercredi, un nouvel incendie s'est déclaré dans le réacteur n°4. Il avait éclaté alors que la piscine de stockage du combustible usagé continuait de chauffer. Pour refroidir ce combustible, l'armée japonaise a largué de l'eau par hélicoptère. Cette opération a été interrompue à cause du niveau trop élevé de radiations près du réacteur. Un canon à eau de la police, habituellement destiné à disperser les manifestants, est actuellement sur zone. Dans le réacteur n°3, dont l'enceinte de confinement serait endommagée, les techniciens tentent toujours d'injecter de l'eau de mer pour refroidir le coeur. Des vapeurs radioactives se sont échappées. Ces deux réacteurs sont la priorité de l'autorité de sûreté japonaise.

Les réacteurs 1 et 2, dont les coeurs ont partiellement fondu, sont en cours de refroidissement. Tepco, l'opérateur de la centrale, s'est d'ailleurs montré rassurant à leur sujet. Néanmoins, l'étanchéité de l'enceinte du réacteur n°2 est remise en cause.

20h16 : Tepco annonce qu'une ligne électrique de remplacement est sur le point d'être achevée à Fukushima 1. Elle permettrait de réactiver les systèmes de refroidissement des réacteurs. L'électricité est coupée depuis le tsunami.

20h06 : l'équipe de sécurité civile française présente à Sendaï doit quitter la ville et rejoindre une zone plus au nord.

20h00 : La piscine de stockage du réacteur 4 de la centrale nucléaire de Fukushima ne contient plus d'eau, ce qui a pour effet des niveaux"extrêmement élevés" de radiations, a déclaré mercredi le président de l'Autorité américaine de régulation nucléaire (NRC). Ce dernier développement pourrait "remettre en cause les opérations de secours" menées sur place pour éviter une catastrophe, a-t-il ajouté.

19h08 : le gouvernement invite ses ressortissants à quitter le nord du pays et la région de Tokyo.

19h06 : Le séisme et le tsunami qui ont frappé le Japon depuis vendredi pourraient coûter jusqu'à 25 milliards de dollars aux assurances, a estimé mercredi la société américaine Eqecat, spécialisée dans la modélisation du risque.

18h44 : les Américains appelés à évacuer un périmètre de 80 km autour de Fukushima

18h41 : Un avion sans pilote de l'armée américaine va survoler la centrale nucléaire de Fukushima dans le nord-est du Japon, pour observer l'état des réacteurs de ces installations situées dans la zone ravagée par le séisme et le tsunami de vendredi, a affirmé mercredi l'agence de presse Kyodo.

18h36 : note aux lecteurs : il est actuellement 2h du matin au Japon. Les informations devraient de nouveau affluer à partir de 6h, heure locale.

1 sur 5 page suivante

Commentaires (12)

Mike_Toronto - 17/03/2011

Bonjour, Pour information, Chernobyl était une centrale dont l'uranium était enrichie à 35% (taux militaire) tandis que les normes actuelles de l'AIEA limitent l'enrichissement de l'uranium à 5% (soit 4.99%) pour les centrales nucléaires civiles, surement le cas de celle de Fukushima. La comparaison est donc plus délicate.

Signaler un contenu abusif

Refroidis - 17/03/2011

Je suis favorable au nucléaire, mais je suis très surpris : 1/ l'Institut de sureté nucléaire (IRSN) dit clairement qu' EDF ne lui a pas apporté la preuve de la tenue des centrales en cas de problèmes graves sur le refroidissement (Synthèse du rapport de l’IRSN sur le bilan du réexamen de sûreté mené par EDF dans le cadre de la troisième visite décennale des réacteurs de 900 MWe de juillet 2009); 2/ j'ai été maître d'ouvrage d'une chaîne de TV : pour garantir l'alimentation et éviter la coupure d'antenne, nous avions prévus 6 (six) secours : deux câbles EDF 2 x 1/2 heures de batteries = 2 x 2 énormes groupes électrogènes. Or, il semble que le secours en cas de panne du refroidissement soit très faible partout dans le monde. Mon opinion est que les centrales françaises sont incapables de faire face à un accident majeur touchant le refroidissement, simplement parce qu'il n'y a pas de circuits de secours en quantité et qualité suffisante. C'est bien ce que semble dire l'IRSN. Au japon, le tsunami a bousillé le système de refroidissement: où sont les systèmes et/ou les moyens de secours : le japon fait appel à l'armée américaine !

Signaler un contenu abusif

mensonge - 17/03/2011

c'est n'importe quoi cet article : le titre est le suivant : Fukushima : températures en hausse dans les piscines de refroidissement et quand on regarde la dernière dépêche, on lit : 23h15 : selon l'agence de sûreté nucléaire japonaise, le niveau de radioactivité a baissé ces dernières heures autour de la centrale de Fukushima 1. et vous voulez qu'on vous prenne au sérieux ?

Réponse de LExpansion.com -

Le message de 23h31 donnant les températures à été publié en même temps que le titre. Il se peut qu'un problème d'actualisation vous ait empêché de le voir à un moment donné. En aucun cas, il ne s'agit d'un mensonge. Bien à vous, La rédaction.

Signaler un contenu abusif

Luther Ph.D - 17/03/2011

"plus grave que Tchernobyl , je ne pense pas , dans la mesure ou la centrale de Tchernobyl était au milieu des terres , tandis que les centrales japonaises sont en bord de mer et à 180° vous êtes entourés d'eau . Les cotes américaines sont à 5000 kms . C'est un simple avis personnel . Mais le problème qui peut se poser est que la quantité de rejets soit bien supérieur à la centrale de Tchernobyl et c'est bien là l'inconnue ." <---- Oblast de Kiev = Population :1 721 764 hab. (2010) - pripiat = ville fantome , ca fait beaucoup de monde "pélican" pour un patelin au milieu des terres . Autre chose , il semble que 4 réacteurs soient en rupture de confinement , et que comme Tchernobyl va falloir faire 4 sarcophages pour empêcher "la fumée radioactive" de se débiner car il faut savoir qu'un "feu" nucléaire ,c'est le seul feu sans fumée (visible) . :) - on en reparle dans quelques mois quand l'AIEA déclarera qu'il faut construire 4 sarcophages (peut être 6 si on compte les piscines et autres) pour étouffer cette ..... mot de cambronne . par contre tu as raison sur une chose , la dangerosité de la radioactivité diminue avec la distance , j'en veux pour preuve le soleil , notre soleil qui est un réacteur thermonucléaire (fusion des atomes) et que la distance qui nous sépare de notre bon vieux soleil est de 150.000.000 de kilomètres (et je vous fais grâce du champ magnétique qui nous protege du vent solaire) PS : le nuage radioactif estvisible par satellites (spéciaux)car elle irradie l'air ambiant et donc provoque un échauffement de l'air donc elles sont visibles dans la gamme de l'infrarouge .

Signaler un contenu abusif

jimmmy - 16/03/2011

Si le 11 Mars à 15h, la piscine du réacteur N° 4 était à 25°, et que le courant a été coupé peu après le tsunami (15h, donc), et si on considère que le relevé de température daté du 15 Mars (84°) a été relevé aux environs de 14h, la temperature s'est donc eélevée en moyenne de 0.6°C par heure. A ce ryhtme, la piscine sera en ebullition 26 heures plus tard, soit le 16 Mars à 16h00 heure locale, soit 9h00 heure française. La piscine est donc probablement en ebullition depuis ce matin, et c'est peut-être bien pour ça que l'AIEA ne communique pas la temperature de ce jour.

Signaler un contenu abusif

torpedolos - 16/03/2011

En France, les réacteurs nucléaires sont toujours a coté d'un cours d'eau et en dessous du plus bas niveau du cours d'eau en question. Ce qui offre une sécurité supplémentaire en cas de risque de fusion, le réacteur étant purement et simplement inondé, sans pompe, mais grâce a la gravité (qui, vous me l'accorderez, tombe rarement en panne...) Apparemment, d'après les schémas fournis par les médias, au Japon, le réacteur est au dessus du niveau de l'océan pacifique et le circuit d'eau assuré par une pompe. Plus de courant=> plus de pompe => plus de refroidissement. Y a t'il une raison a avoir mis le réacteur aussi haut ? Pourquoi avoir perdu une chance supplémentaire de récupérer la situation si elle devient critique ?

Signaler un contenu abusif

Expatlib - 16/03/2011

Comme une majorité de lecteurs, je ne crois pas une seconde en l'honnêteté des informations qui émanent de l'industrie coupable nucléaire japonaise. Les faits établissent déjà leur triste vérité : des hommes se suicident en pissant sur une cocotte minute, espérant éteindre le feu qui est à l'intérieur ! La solution au problème posé, conséquence de la légèreté outrageuse de l'industrie coupable nucléaire japonaise, ne peut qu'être radicale. Ayons le courage de regarder la vérité en face !

Signaler un contenu abusif

GRANDIOSE - 16/03/2011

On parle beaucoup des conséquences économiques, mais des conséquences sur notre atmosphère ??? rien?!

Signaler un contenu abusif

walter99 - 16/03/2011

.GE General Electric a construit la centrale, paiera t il les dégâts comme Total a payé pour la marée noire et GE sera-t-il encore rentable après l'addition ? GE doit payer comme Areva doit payer pour un million d'années de gardiennage des déchets nucléaires! Le lobby nucléaire veut nous faire croire qu'il n'y a pas d'alternative! Mensonge: 90% des pays de la planète se passent du nucléaire. Et le nucléaire est l'électricité la plus chère et de loin quand on internalise les coûts astronomiques du stockage et reconditionnement périodique des déchets sur un million d'années. Qui paiera? surement pas AREVA ! et sans compter le coût astronomique des catastrophes ! Quittons ce Titanic technologique.Une marée noire est terrible, mais dix ans après il n'y a plus de traces ,contre des centaines de milliers d'années pour les déchets nucléaires sans parler des catastrophes.....

Signaler un contenu abusif

La Faneztte - 16/03/2011

Association Française des Malades de la Thyroïde BP 1 82700 BOURRET Permanences du lundi au vendredi de 9 h à 12 h au tel fax : 05 63 27 50 80 et 03 84 52 25 08 AFFAIRE TCHERNOBYL Les victimes françaises de Tchernobyl s’indignent de la demande de non lieu du Procureur Général de Paris et du dessaisissement du Juge d’instruction : Mobilisation générale pour l’audience de la Cour d’appel du 31 mars 2011 Au moment où le monde traverse l’une des plus graves calamité nucléaire au Japon et alors que nous commémorons le 25ème anniversaire de la tragique catastrophe de Tchernobyl, l’Association Française des Malades de la Thyroïde a appris avec indignation et consternation que le Procureur Général de la Cour d’appel de Paris a décidé de requérir un non lieu dans l’affaire pénale des mensonges sur les dangers du passage du nuage radioactif de Tchernobyl sur la France. L’Association Française des Malades de la Thyroïde apprend également avec stupeur le dessaisissement soudain de la juge d’instruction chargée du dossier, dans l’attente de la décision de la Cour d’appel sur ce non-lieu ! Pour la co-présidente de l’Association, Madame Chantal Lhoir : « les victimes françaises de Tchernobyl estiment que cette attitude vise à étouffer l’instruction pénale portant sur la problématique majeure de la communication officielle en direction des populations, lors des catastrophes nucléaires, ce qui est absolument intolérable ». L’Association Française des Malades de la Thyroïde en appelle à la sagesse de Monsieur Michel MERCIER, Garde des sceaux, Ministre de la justice, connu pour ses valeurs humanistes, afin qu’aucune entrave ne soit opposée au déroulement normal de l’instruction pénale sur Tchernobyl jusqu’à son terme et pour que cette audience n’ait pas lieu et que cette demande scandaleuse du Parquet soient retirée. Pour marquer leur indignation, les victimes françaises de Tchernobyl, leurs familles et leurs proches se rendront le 31 mars à Paris à 9h dev...

Signaler un contenu abusif

dnizard - 16/03/2011

@lexpansion : Dans le chapeau, vous précisez que le réacteur n°3 est en cours de refroidissement normal alors que dans le fil vous dites qu'il concentre l'attention avec le n°4. Quel info faut-il croire? (et merci de ce fil info qui est probablement l'un des meilleurs des medias français) Sinon, je suis assez perplexe face à l'alarmisme à tout va du gouvernement... Ca devient d'une telle cacophonie que l'on y comprend plus rien. Chacun y va de sa petite phrase catastrophiste. Faut-il réellement s'inquiéter? Surtout ici en France? Si c'est le cas, à quoi bon défendre encore la filière nucléaire française?

Réponse de LExpansion.com -

Bonjour, Merci de votre commentaire, il nous signale effectivement une erreur. Le 3 fait bien parti des priorités et n'est pas refroidi dans des conditions satisfaisantes. Bien à vous,

Signaler un contenu abusif

pélican - 16/03/2011

plus grave que Tchernobyl , je ne pense pas , dans la mesure ou la centrale de Tchernobyl était au milieu des terres , tandis que les centrales japonaises sont en bord de mer et à 180° vous êtes entourés d'eau . Les cotes américaines sont à 5000 kms . C'est un simple avis personnel . Mais le problème qui peut se poser est que la quantité de rejets soit bien supérieur à la centrale de Tchernobyl et c'est bien là l'inconnue .

Signaler un contenu abusif

Réagissez à cet article

Déjà membre? Vous pouvez commenter l'actualité en direct

Connectez-vous Devenez membre

Vous n'êtes pas membre, laissez votre commentaire avec votre pseudo et email.
Il apparaîtra après modération

Newsletter et Alertes
Partenaires
Immobilier

Des milliers d'offres immobilières en quelques clics !

avec Se loger
Votre retraite

Calculez gratuitement le montant de votre retraite

Votre retraite
avec Simul-retraite
Rencontres

Rencontrez des célibataires qui vous correspondent

Se rencontrer
avec Parship
Emploi Finance

Découvrez des milliers d'offres d'emploi en finance

avec eFinancialCareers
Cours d’anglais

Perfectionnez votre anglais avec un e-mail personnalisé chaque matin

Cours d'anglais
avec Parship