Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2010-03-12

Les militants demandent un enseignement qualifié en langue amazighe

Par Siham Ali pour Magharebia à Rabat – 12/03/10

  • 6

Les écoles marocaines sont loin d'enseigner la langue amazighe à leurs élèves, malgré un accord signé avec des groupes de défense de cette langue visant à intégrer des classes d'amazigh dans toutes les écoles du Maroc, affirment plusieurs groupes de défense de la langue amazighe.

Les écoles ont du mal à enseigner l'amazigh aux élèves durant les trois heures d'instruction hebdomadaire comme le prévoit un accord signé entre le ministère de l'Education et l'Institut royal de la culture amazighe du Maroc (IRCAM), explique Ahmed Assid, membre de l'IRCAM.

"Il a été signalé que certains directeurs d'établissement remplacent les trois heures d'enseignement de l'amazigh par du tutorat", explique-t-il. "Le combat consiste à changer les attitudes car l'Etat a pendant longtemps favorisé l'arabisation."

Cent dix autres organisations appellent à l'adoption immédiate de classes de langue amazighe dans toutes les écoles du Maroc, poursuit-il. Elles craignent que cette langue n'intéresse plus les enseignants et les responsables des écoles.

L'AFRAK, un autre groupe de défense de cette langue, souhaite "un enseignement plus standardisé et unifié" de la langue amazighe.

Le recteur de l'IRCAM Ahmed Boukous est toutefois confiant dans le fait que l'amazigh regagnera sa place dans les programmes marocains dès qu'un certain nombre d'obstacles auront été levés.

Le plus gros problème pour la mise en oeuvre de classes d'amazigh dans les écoles est le manque d'enseignants qualifiés, explique-t-il.

Pour résoudre ce problème, l'IRCAM a commencé à développer un programme d'enseignement visant la préparation de manuels en amazigh, et des centres d'enseignement régionaux commenceront à proposer des séances de formation pour les enseignants, les formateurs et les inspecteurs, pour leur permettre de maîtriser cette langue, ajoute Boukous.

De gros progrès ont déjà été réalisés dans la formation des enseignants, explique le secrétaire général de l'IRCAM Houcine Mujahid. Aujourd'hui, quelque 12 000 professeurs, 300 inspecteurs et 558 directeurs d'établissements ont bénéficié d'une formation à l'amazigh par le biais de l'institut.

Le gouvernement fait des efforts importants pour intégrer l'instruction amazighe dans toutes les écoles du Royaume, a déclaré un porte-parole du ministère de l'Education. Près de 500 000 élèves dans 3 400 écoles étudieront cette langue cette année, selon les chiffres du ministère. L'instruction en langue amazighe était seulement proposée dans 317 écoles dans le pays en 2003, lorsque le Maroc avait commencé à intégrer l'amazigh dans les programmes nationaux.

La formation des enseignants pour diriger des classes d'amazigh ne répond pas au problème de base, explique un professeur amazigh.

L'état fragmenté de cette langue elle-même est peut-être la raison de son inclusion non généralisée dans les écoles marocaines, explique Baâlla Jamal. Cette langue comporte en effet trois dialectes dans le seul Maroc.

"La langue amazighe doit être standardisée en appliquant la rigueur scientifique pour en faciliter l'apprentissage. C'est une chose qui n'a pas encore été faite", a-t-il poursuivi.

D'autres Marocains critiquent ce nouvel accent mis sur l'apprentissage de l'amazigh, notamment à l'ère de la mondialisation, où la maîtrise d'autres langues est essentielle.

Une plus grande importance devrait être apportée dans les écoles du Maroc à l'apprentissage de l'anglais et du chinois, explique la députée Fatima Moustaghfir. Elle rejette les arguments amazighs selon lesquels cette langue doit être enseignée pour ne pas disparaître.

"Les Amazighs ont réussi à préserver leur langue sans écoles", affirme-t-elle. "Dans plusieurs régions, ils ne parlent que l'amazigh. Nous ne devrions pas sur focaliser sur l'apprentissage [de la langue amazighe] parce que la mondialisation impose d'autres priorités."

Que pensez-vous de cet article ?

3 N'aime pas

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 6

Anonymous_thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous_thumb

    نورالدين (Libye) 2013-10-6

    Pourquoi est-ce qu'il n'y a plus de candidatures pour la langue Amazighe ?

    • 0 Aime

  2. Anonymous_thumb

    Amazig Mohamed 2010-11-8

    La langue Tamazight est une langue de communication en majorité en Afrique du Nord et c'est une langue africaine ; nous devons donc l'apprendre mieux pour mieux comprendre les défis que nous devons affronter au Maroc et je pense qu'apprendre cette langue nous permettra de nous rendre plus forts et mieux éduqués. Le taux d'analphabétisme au Maroc est de 50 % parce que la majorité trouve l'arabe trop ambitieux. Je ne suis contre personne mais notre but c'est l'unité avec des cultures différentes. Ce qui compte c'est que le Maroc devienne aussi développé et avancé que les Etats-Unis et il faut pour ça une grande démocratie, il faut respecter et accorder des droits aussi aux autres cultures.

    • 0 Aime

  3. Anonymous_thumb

    salam 2010-4-17

    J'aimerais savoir si l'apprentissage de la langue amazighe est obligatoire pour les élèves. Si nous l'apprenons, comment est-ce que ça nous aidera ? Je ne comprends pas ce grand intérêt porté à cette langue. Si la question est politique et le problème aussi, quelle est la faute des élèves qui sont obligés de l'apprendre ? Nous devons nous occuper de questions plus importantes comme la langue arabe qui est attaquée aujourd'hui par différents moyens parce que c'est la langue du Coran. Et maintenant, on essaie de semer le doute sur l'arabe. Merci !!

    • 0 Aime

  4. Anonymous_thumb

    Iwis n tmazirt 2010-3-15

    La population amazighe est victime d'une aliénation forcée. Les enfants amazighs quittent souvent l'école très tôt parce qu'ils ne peuvent continuer un apprentissage dans une langue qu'ils ne comprennent pas : l'arabe (pas le Darija). Les différents gouvernements depuis 1950 se sont focalisés sur la destruction de la culture amazighe, de la langue et des valeurs amazighes. Aujourd'hui, il est temps de changer. Le Tamazight devrait être la première langue officielle marocaine par rapport au Darija. Nos élèves devraient apprendre l'anglais, l'espagnol. L'arabe est une langue de religion et elle ne devrait pas être officielle(personne ne parle arabe au Maroc à part les médias). Nous devrions nous concentrer sur le Tamazight, le Darija, l'anglais, et l'espagnol, sinon nous resterons en retard par rapport aux autres nations, en vivant dans nos misères économiques, politiques et culturelles.

    • 0 Aime

  5. Anonymous_thumb

    aliflam 2010-3-14

    Il y a un point que je ne comprends pas : J'ai toujours su que, au Maroc, il y avait trois dialectes différents (le tarifit, le tashelhit, et le soussiya). Je n'ai aucun problème avec le fait d'enseigner ces trois langues dans les différentes régions où elles sont pratiquées. Mais maintenant, voilà qu'on évoque une langue standardisée qui pourrait être enseignée dans tout le pays ? C'est en conséquence une nouvelle langue qui n'aurait rien à voir avec la langue natale que les gamins parlent chez eux. Cette langue apparaîtra donc comme "étrangère", dont les enfants n'auront aucune intuition. Je pensais que l'apprentissage de l'amazigh servirait à améliorer les processus scolaires en utilisant la langue natale de ces enfants, au lieu de leur transmettre un enseignement en arabe (puisqu'ils ne parlent pas l'arabe dans leurs foyers...) Je dois dire que tout cela est très dérangeant

    • 0 Aime

  6. Anonymous_thumb

    Iwis n tmazirt 2010-3-13

    Fatima Moustaghfir, le mouvement amazigh est d'accord avec vous sur le fait que nous avons besoin d'apprendre les langues de l'économie et en particulier l'espagnol et l'anglais. Certains parmi nos élèves doivent apprendre d'autres langues largement utilisées afin que nous soyions en mesure de communiquer avec le reste du monde. Prenez simplement l'exemple des Etats-Unis d'Amérique, les élèves ont le choix d'apprendre toutes les langues qu'ils veulent, dont le tamazight. Aux Etats-Unis la priorité est accordée aux langues parlées au coeur du territoire : l'anglais et l'espagnol. Et je ne vois personne là-bas appelant à la marginalisation de l'espagnol, ce sont toujours davantage de gens qui apprennent cette langue pour pouvoir communiquer avec les hispanophones qui sont de plus en plus nombreux. Ce que je tente de dire c'est que les pays civilisés se concentrent sur les langues de leurs citoyens en premier lieu, considérés comme des outils de communication et d'apprentissage. Au contraire, au Maroc, on se focalise sur la langue arabe Al-Akhira” que personne ne parle. Oui, nous les amazighs sommes parvenus à préserver notre langue pendant des siècles, sans écoles. Ce n'est pas le cas aujourd'hui. Voyez les tendances ; au début du vingtième siècle, plus de 80% des marocains parlaient le tamazight, et aujourd'hui selon le mouvement amazigh ce chiffre a baissé à environ 50%, et selon le gouvernement ce phénomène serait même plus marqué encore (moins de 30%). Le Tamazight est vital pour notre progrès, et pas seulement pour la survie de notre identité. Nous devons utiliser le Tamazight dans l'enseignement de tous les élèves. L'enseignement et l'éducation devraient être menés en Tamazight pour ceux qui le parlent, afin que ce soit une réussite. Le peuple Amazigh est victime d'une assimilation forcée. Les enfants Amazigh quittent souvent l'école à un très jeune âge parce qu'ils ne peuvent continuer leurs apprentissages dans une langue qu'ils ne comprennent pas : l'arabe (pas le Darija). Différents gouvernements depuis les années 1950 se sont focalisés sur la destruction des Amaz

    • 0 Aime

-->