Voulez-vous faire du français votre langue par défaut sur ce site ?

2012-12-06

Le Maroc reporte l’officialisation du tamazight

Par Siham Ali pour Magharebia à Rabat – 06/12/12

  • 3

Un an et demi après l'amendement de la constitution marocaine qui a mis sur un pied d'égalité le tamazight et la langue arabe, l’officialisation de la langue amazighe n’est pas encore concrètement mise en œuvre.

Les militants amazighs appellent à l’accélération de la cadence sur le plan législatif pour atteindre cet objectif.

Tout le monde doit désormais se mobiliser pour que cette langue puisse prendre sa place au Maroc, a déclaré le 21 novembre Mahjoubi Aherdane, président amazigh du Mouvement populaire et ancien ministre, lors d’une rencontre organisée par la Chambre des conseillers. Il a tenu à rappeler que les Amazighs furent les premiers habitants du Maroc.

Le recteur de l’Institut royal de la culture amazighe (IRCAM), Ahmed Boukousa, a estimé pour sa part que l’officialisation de l’amazigh par la constitution est un évènement historique et qu’il faut que le gouvernement mette en place les mesures nécessaires afin de permettre l’application de cette décision.

Mais le ministre chargé des Relations avec le parlement, Habib Choubani, a mis en garde contre la précipitation. Il a souligné la nécessité de créer un débat pluraliste pour l’échange de points de vue, avec les experts nationaux et les différents acteurs concernés, autour de la question de la mise en œuvre du caractère officiel du tamazight.

L’objectif est de parvenir à une vision commune qui sera traduite par des projets de loi précisant les modalités de l’application des mesures nécessaires à l’officialisation de la langue amazighe.

Le ministre a précisé que le gouvernement est en train d’étudier le volet législatif de ce dossier. "C’est le principe de sagesse qui doit servir de cadre afin de réussir la mise en œuvre graduelle du statut officiel de la langue amazighe", a-t-il expliqué. Le Maroc est encore en phase expérimentale. L’enseignement du tamazight n’est pas encore généralisé au niveau des écoles primaires et connaît des difficultés, notamment la pénurie d’enseignants spécialisés.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique Lahcen Daoudi, lui-même amazigh, a expliqué que pour que la langue amazighe soit maîtrisée convenablement, il faut créer des colonies de vacances linguistiques au lieu de l’enseigner.

Daoudi a critiqué le choix d’une "langue standard" enseignée aux élèves qui diffère de celle parlée à la maison. Il a également pointé du doigt le choix porté sur l'adoption de l'alphabet tifinagh.

"Même moi en tant qu’Amazigh, j’ai du mal à cerner le tifinagh", a-t-il reconnu.

Le recteur de l’IRCAM ne partage pas cet avis. Il a signalé que la langue standard est le résultat d’un grand effort déployé pour trouver une interaction entre les différents dialectes amazighs parlés au Maroc.

Pour pallier ces difficultés, le ministère de l’Education nationale a lancé une étude destinée à évaluer l’enseignement de la langue amazighe dans les écoles primaires et à définir les perspectives de son développement.

Cette année, le nombre des élèves bénéficiant des cours de cette langue a doublé, passant de 500 000 élèves à un million, selon les données officielles du ministère. C’est encore insuffisant pour atteindre l'objectif de la généralisation.

Que pensez-vous de cet article ?

7

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez les derniers articles de Magharebia dans votre boîte aux lettres électronique.

PUBLIEZ VOTRE COMMENTAIRE 3

Anonymous_thumb

Vous n'êtes pas inscrit. Les commentaires anonymes sont vérifiés. Inscrivez-vous pour que votre commentaire soit publié immédiatement - En savoir plus

Ou publiez votre commentaire en utilisant :

* INDIQUE UN CHAMP OBLIGATOIRE

  1. Anonymous_thumb

    idir 2013-5-29

    ce ministre qui veut que l'on enseigne les dialectes berberes parles les eleves a la maison,ok,qu'en est-il des dialectes arabes marocains?donc,halal aux arabes d'ensengner une langue standard et haram aux amazigh d'en faire autant!le moins que l'on puisse dire de ce ministre est que c'est un khobzizste, un ministre de service.

    • 0 Aime

  2. Anonymous_thumb

    Bencheikh 2012-12-9

    Daoudi a dit : "Même moi en tant qu’Amazigh, j’ai du mal à cerner le tifinagh". Il semblerait que Daoudi soit la référence en termes de cultures du monde. Personne ne peut prétendre appartenir à une quelconque culture à moins d'en parler la langue associée. Il a simplement besoin d'aller à l'école et de l'apprendre, tout comme les Allemands ou les Français vont à l'école pour apprendre comment lire et écrire leurs langues natales. Ou il doit, tout du moins, accorder ce droit au peuple amazigh.

    • 0 Aime

    • Anonymous_thumb

      amar ait bella 2013-3-30

      Mr Daoudi me rappele ce qu a dit Mr benkirane tifinaghe c'est comme CHINWYA et alors la chine qui a su comment garder sa langue la developer et l'imposer au monde reconnue aux siege des nations unies en gardant sa langue la chine est devenue une puissance mondiale elle est fiere de son identité quand a nous tout est importé rien nous appartient on fait venir des enseignants de partout de la syrie d'irak du liban de la jordanie juste pour tuer notre identité et nous rendre des arabes malgrés nous et plus malheureux ceux qui font tout pour arabiser les personnes lla terre les arbres les revieres les noms les roches tout tout envoient leurs enfants ds les écoles de la france coloniale aux etats unis pou former un loubi qui s"empara par la suite de la richesse de notre beau pays plus encore ils continuent a d"fondre l'identité arabe du maroc alors que la plus part d'eux ne sont pas d'origine arabe

      • 0 Aime