retour à l'entrée du site  

 

 

 

 

 

SÉNÈQUE

 

TRAGÉDIES

DE

L. A. SÉNÈQUE

TRADUCTION NOUVELLE

PAR M. E. GRESLOU

TOME PREMIER.

PARIS

C. L. F. PANCKOUCKE

INTRODUCTION

HERCULE FURIEUX

THYESTE

LES PHÉNICIENNES

HIPPOLYTE + notes

OEDIPE + notes

LES TROYENNES + notes

MÉDÉE + notes

AGAMEMNON + notes

HERCULE SUR L'OETA + notes

OCTAVIE + notes

 

 

 

 

 

Oeuvre numérisée par Marc Szwajcer

 TABLES DES MATIÈRES DU PREMIER VOLUME.

Notice I.
De la Colère 1

livre I - livre II - livre III

Consolation à Marcia 83
Petites Pièces de vers 115
Consolation à Helvia 119
Consolation à Polybe 143
De la Vie heureuse 163
Du Repos ou de la Retraite du sage 191
De la Constance du Sage 199
De la Providence 219
De la tranquillité de l'âme 234
Apokolokyntose 265
De la Clémence 281

livre I - livre II

De la brièveté de la vie 313
Des Bienfaits 337

livre I - livre II - livre III - livre IV - livre V - livre VI - livre VII

Notes sur la Colère 501
Notes sur la Consolation à Marcia. 509
Notes sur les petites Pièces de vers 514.
Notes sur la Consolation à Helvia 517
Notes sur la Consolation à Polybe 517
Notes sur la Vie heureuse 521
Notes sur le Repos ou le de la Retraite du sage 523
Notes sur la constance du sage 524
Notes sur la providence 526
Notes sur la Tranquillité de l'âme. 528
Notes sur l'Apokolokyntose. 531
Notes sur la Clémence 532
Notes sur la Brièveté de la vie 538
Notes sur les Bienfaits 542

FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES

 

 Oeuvre numérisée par Marc Szwajcer

TABLE DES MATIÈRES DU DEUXIÈME VOLUME.

Lucilius 1 (voir plus bas la dénomination de chaque lettre)
Questions naturelles 455

livre I - Étude de Dieu et de la nature, la plus grande de toutes. Météores ignés. Arc-en-ciel. Miroirs. Verges. Parhélies.
livre II - L'air. Les nuages. Les éclairs. La foudre. Doctrine des Toscans sur les augures. Ne pas plus craindre la foudre que tout autre danger de mort.
livre III. Les eaux terrestres : d'où elles se forment. La terre, pareille au corps humain. Les poissons. Le rouget. Luxe des tables. Déluge final.
livre IV. Éloge de Lucilius. Dangers de la flatterie. Origine et description du Nil. Phénomènes de la grêle, de la neige, de la glace, de la pluie. La glace, comme consommation de luxe.
livre V. Ce que c'est que le vent. Diverses sortes de vents. Leurs avantages. Comment l'homme en a fait des instruments de malheurs.
livre VI. Des tremblements de terre.  Pompéi. Système de Thalès. Sources du Nil. Aristote, Théophraste, Callisthène tué par ordre d'Alexandre. La philosophie nous aguerrit contre tous les fléaux.

livre VII. Des comètes. Quelle est leur nature. Importance des études qui ont pour objet les phénomènes naturels. On les néglige, on les oublie pour se donner tout entier à la mollesse et aux vices.


Fragments de Sénèque 623
Notes sur les Lettres de Sénèque 633
Notes sur les Questions naturelles 678
Notes sur les Fragments 685
FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES.

 

LETTRES A LUCILIUS.

 

LETTRE I.  Sur l'emploi du temps.

LETTRE II. Des voyages et de la lecture.

LETTRE III. Du choix des amis.

LETTRE IV. Sur la crainte de la mort

LETTRE V. De la philosophie d'ostentation et de la vraie philosophie. La crainte et l'espérance.

LETTRE VI. De la véritable amitié.

LETTRE VII. Fuir la foule. Cruauté des spectacles de gladiateurs.

LETTRE VIII. Travail du sage sur lui-même. Mépris des biens extérieurs.

LETTRE IX. Pourquoi le sage se fait des amis.

LETTRE X. Utilité de la retraite. Vœux et prières des hommes.

LETTRE XI. Ce que peut la sagesse contre les défauts naturels. Il faut se choisir des modèles.

LETTRE XII. Avantages de la vieillesse. — Sur la mort volontaire.

LETTRE XIII. Sur la force d'âme qui convient au sage. — Ne pas trop craindre l'avenir.

LETTRE XIV. Jusqu'à quel point il faut soigner le corps.

LETTRE XV. Des exercices du corps. — De la modération dans les désirs.

LETTRE XVI. Utilité de la philosophie. — La nature et l'opinion.

LETTRE XVII. Tout quitter pour la philosophie. — Avantages de la pauvreté.

LETTRE XVIII. Les Saturnales à Rome. — Frugalité du sage

LETTRE XIX. Quitter les hauts emplois pour le repos

LETTRE XX. Même sujet. — Inconstance des hommes.

LETTRE XXI. Vraie gloire du philosophe — Éloge d'Épicure.

LETTRE XXII. Manière de donner les conseils. —Quitter les affaires. — Peur de la mort.

LETTRE XXIII. La philosophie, source des véritables jouissances.

LETTRE XXIV. Craintes de l'avenir et de la mort. — Suicides par dégoût de la vie.

LETTRE XXV. Dangers de la solitude. — Se choisir un modèle de vie.

LETTRE XXVI. Éloge de la vieillesse.

LETTRE XXVII. Il n'est de bonheur que dans la vertu. — Ridicules de Sabinus.

LETTRE XXVIII. Inutilité des voyages pour guérir l'esprit.

LETTRE XXIX. Des avis indiscrets. — Que le sage plaise à lui-même, non à la foule.

LETTRE XXX. Attendre la mort de pied ferme, à l'exemple de Bassus.

LETTRE XXXI. Dédaigner les vœux même de nos amis et l'opinion du vulgaire.

LETTRE XXXII. Compléter sa vie avant de mourir.

LETTRE XXXIII. Sur les sentences des philosophes. Penser à son tour par soi-même.

LETTRE XXXIV. Encouragements à Lucilius.

LETTRE XXXV. Il n'y a d'amitié qu'entre les gens de bien.

LETTRE XXXVI. Avantages du repos. — Dédaigner les vœux du vulgaire. Mépriser la mort.

LETTRE XXXVII. Le serment de l'homme vertueux comparé à celui du gladiateur.

LETTRE XXXVIII. Les courts préceptes de la philosophie préférables aux longs discours.

LETTRE XXXIX. Aimer mieux la médiocrité que l'excès.

LETTRE XL. Le vrai philosophe parle autrement que le rhéteur.

LETTRE XLI. Dieu réside dans l'homme de bien. — Vraie supériorité de l'homme.

LETTRE XLII. Rareté des gens de bien. — Vices cachés sous l'impuissance.  Ce qui est gratuit coûte souvent bien cher.

LETTRE XLIII. Vivre comme si l'on était sous les yeux de tous. — La conscience.

LETTRE XLIV. La vraie noblesse est dans la philosophie.

LETTRE XLV. Sur les subtilités de l'école.

LETTRE XLVI. Éloge d'un ouvrage de Lucilius.

LETTRE XLVII. Qu'il faut traiter humainement ses esclaves.

LETTRE XLVIII. Que tout soit commun entre amis. Futilité de la dialectique.

LETTRE XLIX. La vie est courte. Ne point la dépenser en futilités sophistiques.

LETTRE L. Que peu d'hommes connaissent leurs défauts.

LETTRE LI. Les bains de Baïes. Leurs dangers, même pour le sage.

LETTRE LII. Sages et philosophes de divers ordres.

LETTRE LIII.  Des maladies de l'âme. La philosophie veut l'homme tout entier.

LETTRE LIV. Sénèque attaqué de l'asthme. Préparation à la mort.

LETTRE LV. Description de la maison de Vatia. L'apathie ; le vrai repos.

LETTRE LVI. Bruits divers d'un bain public. Le sage peut étudier même au sein du tumulte.

LETTRE LVII.  La grotte de Naples. Faiblesses naturelles que la raison ne saurait vaincre.

LETTRE LVIII. De la division des êtres selon Platon. La tempérance, le suicide.

LETTRE LIX. Leçons de style. La flatterie. Vraies et fausses joies.

LETTRE LX. Vœux imprévoyants. Avidité des hommes.

LETTRE LXI. Se corriger, se soumettre à la nécessité.

LETTRE LXII. Même au sein des affaires on peut étudier.

LETTRE LXIII  Ne point s'affliger sans mesure de la perte de ses amis.

LETTRE LXIV. Éloge du philosophe Q. Sextius. Respect dû aux anciens, instituteurs de l'humanité.

LETTRE LXV. Opinions de Platon, d'Aristote et des stoïciens sur la cause première.

LETTRE LXVI. Que tous les biens sont égaux et toutes les vertus égales.

LETTRE LXVII. Que tout ce qui est bien est désirable. — Patience dans les tourments.

LETTRE LXVIII. La retraite : n'en point faire vanité.

LETTRE LXIX. Que les fréquents voyages sont un obstacle à la sagesse.

LETTRE LXX. Du suicide. Quand peut-on y recourir? Exemples mémorables.

LETTRE LXXI. Qu'il n'y a de bien que ce qui est honnête. Différents degrés de sagesse.

LETTRE LXXII.  Tout abandonner pour embrasser la sagesse.

LETTRE LXXIII.  Que les philosophes ne sont ni des séditieux ni de mauvais citoyens.  Jupiter et l'homme de bien.

LETTRE LXXIV.  Qu'il n'y a de bien que ce qui est honnête.

LETTRE LXXV.  Ecrire simplement et comme on pense. Affections et maladies de l'âme.  Trois classes d'aspirants à la sagesse.

LETTRE LXXVI. Sénèque, quoique vieux, prend encore des leçons. Il prouve de nouveau que l'honnête est le seul bien. N'estimer dans l'homme que son âme.

LETTRE LXXVII.  La flotte d'Alexandrie. Mort volontaire de Marcellus.  Juger d'une vie par son dénouement.

LETTRE LXXVIII.  Le mépris de la mort, remède à tous les maux.  L'opinion, mesure des biens et des maux.

LETTRE LXXIX Scylla, Charybde, l'Etna. La gloire est l'ombre de la vertu

LETTRE LXXX.  Futilité des spectacles. Certains grands comparés à des comédiens.

LETTRE LXXXI. Des bienfaits, de l'ingratitude, de la reconnaissance.

LETTRE LXXXII. Contre la mollesse. Subtilités des dialecticiens.

LETTRE LXXXIII. Dieu connaît toutes nos pensées. Exercices et régime de Sénèque.  Sophisme de Zénon sur l'ivresse.

LETTRE LXXXIV.  La lecture. Comment elle sert à la composition. Les abeilles.

LETTRE LXXXV. Que le sage s'interdise même les passions les plus modérées

LETTRE LXXXVI. Maison de campagne et bains de Scipion l'Africain. Bains modernes. Plantation des oliviers.

LETTRE LXXXVII. Frugalité de Sénèque. Du luxe. Les richesses sont-elles un bien?

LETTRE LXXXVIII. Des arts libéraux.

LETTRE LXXXIX. Division de la philosophie. Du luxe et de l'avarice.

LETTRE XC. Eloge de la philosophie. Les premiers hommes.  La philosophie n'a pas inventé les arts mécaniques.

LETTRE XCI. Sur l'incendie de Lyon, l'instabilité des choses humaines et la mort.

LETTRE XCII. Contre les épicuriens. Le souverain bien n'est pas dans la volupté.

LETTRE XCIII. Sur la mort de Métronax. Mesurer la vie sur l'emploi qu'on en fait, non sur sa durée.

LETTRE XCIV.  De l'utilité des préceptes. De l'ambition, de ses angoisses.

LETTRE XCV. Insuffisance des préceptes philosophiques. Il faut encore des principes généraux.  Sur l'intempérance.

LETTRE XCVI. Adhérer à la volonté de Dieu. La vie est une guerre.

LETTRE XCVII. Du procès de Clodius. Force de la conscience.

LETTRE XCVIII Ne point s'attacher aux biens extérieurs.  L'âme, plus puissante que la Fortune, se fait une vie heureuse ou misérable.

LETTRE XCIX. Sur la mort du fils de Marullus. Divers motifs de consolation.

LETTRE C.  Jugement sur les écrits du philosophe Fabianus.

LETTRE CI. Sur la mort de Sénécio. Vanité des longs projets. Ignoble souhait de Mécène.

LETTRE CII. Sur l'immortalité de l'âme. Que l'illustration après la mort est un bien.

LETTRE CIII. Comment l'homme doit se méfier de l'homme. Ne point rompre avec les usages reçus.

LETTRE CIV. Une indisposition de Sénèque. Tendresse de sa femme pour loi.  Les voyages ne guérissent point les maux de l'âme.  Vivre avec les grands hommes de l'antiquité.

LETTRE CV.  Ce qui fait la sécurité de la vie. Des mauvaises consciences.

LETTRE CVI. Si le bien est corps. Fuir les subtilités.

LETTRE CVII. Se préparer à toutes les disgrâces. Suivre sans murmurer les ordres de Dieu.

LETTRE CVIII. Comment il faut écouter les philosophes. Attalus, Sotion, Pythagore. Tout rapporter à la vie pratique.

LETTRE CIX. Si le sage est utile au sage, et comment.

LETTRE CX. Vœux et craintes chimériques de l'homme.

LETTRE CXI. Le sophiste. Le véritable philosophe.

LETTRE CXII. Difficulté de réformer les mauvaises habitudes.

LETTRE CXIII. Si les vertus sont des êtres animés : absurdes questions. Suivre la vertu sans espoir de récompense.

LETTRE CXIV. Que la corruption du langage vient de celle des mœurs. M écène écrivain. Salluste.

LETTRE CXV.  Que le discours est le miroir de l'âme. Beauté de la vertu. Sur l'avarice.

LETTRE CXVI. Qu'il faut bannir entièrement les passions.

LETTRE CXVII. Quelle différence les stoïciens mettaient entre la sagesse et être sage. Du suicide.

LETTRE CXVIII.  Des élections à Rome. Du bien et de l'honnête.

LETTRE CXIX. Qu'on est riche quand on commande à ses désirs.

LETTRE CXX. Comment nous est venue la notion du bon et de l'honnête.  L'homme est rarement semblable à lui-même.

LETTRE CXXI. Que tout animal a la conscience de sa constitution.

LETTRE CXXII. Contre ceux qui font de la nuit le jour. Le poète Montanus.

LETTRE CXXIII. Mœurs frugales de Sénèque. Fuir les apologistes de la volupté.

LETTRE CXXIV. Que le souverain bien se perçoit non par les sens, mais par l'entendement.

 

 

 

 

 




 

-->