NouvelObs.com en temps réel Afrique

Rechercher

À la Une < Toutes les dépêches < International < Afrique

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer cet article Envoyer cet article à un ami Réagir à cet article en créant votre Blog Traduction français / anglais Traduction français / espagnol
Afrique

Tunisie: six candidats potentiels pour la présidentielle de 2009

AP | 31.10.2008 | 20:26

Sur les neufs partis légaux en Tunisie, six pourront présenter des candidats à l'élection présidentielle prévue en novembre 2009, en vertu des dispositions d'un amendement "exceptionnel" de la Constitution tunisienne introduit en juillet dernier, a assuré vendredi le secrétaire général du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD, au pouvoir), Mohamed Ghariani.

Le responsable du puissant parti au pouvoir qui tenait une conférence de presse à l'occasion du 21ème anniversaire du "Changement", marquant l'accès au pouvoir du président Zine El Abidine Ben Ali, y voit "un signe éloquent d'ouverture" et d'une "volonté de promouvoir le processus démocratique" dans le pays.

Lors de la précédente consultation en 2004, trois candidats de l'opposition avaient brigué la magistrature suprême. Ils avaient recueilli ensemble moins de 6% des voix contre plus de 94% pour Ben Ali, candidat du RCD qui compte plus de deux millions d'adhérents, selon ses dirigeants.

Jusqu'ici trois candidatures ont été annoncées en vue de cette échéance. Outre l'actuel président Ben Ali, qui briguera à l'occasion un cinquième mandat de cinq ans, les dirigeants de deux partis d'opposition, proche du pouvoir, seront en lice. Il s'agit de MM. Mohamed Bouchiha, chef du parti de l'unité populaire (PUP) et Ahmed Inoubli qui dirige l'Union démocratique unioniste (UDU).

Tout en supprimant la condition de parrainage par 30 députés et/ou président de municipalité, l'amendement exige cependant que le candidat soit le premier responsable de son parti et qu'il ait été élu à cette responsabilité depuis au moins deux ans.

Ces dispositions excluent automatiquement le chef historique du Parti démocratique progressiste (PDP), Néjib Chebbi. Cet avocat de 61 ans qui avait cédé en 2006 la tête de sa formation à Maya Jribi, première femme à diriger un parti politique en Tunisie, considère cette réforme "sur mesure" comme "une manoeuvre politique visant à l'écarter". AP

 

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer cet article Envoyer cet article à un ami Réagir à cet article en créant votre Blog Traduction français / anglais Traduction français / espagnol
Offres spéciales
 
 
-->