Taliban

Les taliban se dotent d’un conseil de direction

Bassirat.net

mardi 24 juin 2003

Selon le quotidien pakistanais The News, le mollah Mohammad Omar, le leader des taliban, a désigné un conseil de direction, composé de dix membres, chargé d’organiser la résistance contre les troupes étrangères et contre le gouvernement afghan.

L’information a été transmise par cassette audio sur laquelle on peut entendre un message en pashto du mollah Omar appelant ses partisans à lancer le djihâd contre les soldats américains et contre leurs alliés afghans considérés comme des marionnettes actionnés par les États-Unis.

Ce conseil de direction (appelé Rahbari Shura) comprend donc dix hommes :

- Akhtar Mohammad Osmani,
- Akhtar Mohammad Mansour,
- Mollah Obaidôllah Akhond,
- Mollah Dadôllah,
- Djalâlouddine Haqqani,
- Saif-ur Mansour,
- Hâfez Aboul Madjid,
- Mollah Mohammad Rasoul,
- Mollah Beradar,
- Mollah Abdorrazzaq Nafez.

Akhtar Mohammad Osmani est l’ancien commandant du Coprs d’armée de Kandahâr. Originaire de la province d’Helmand, il avait été désigné par le Mollah Mohammad Omar chef militaire des taliban peu avant la chute de Kandahâr, en décembre 2001. Son nom figure sur la liste des personnes recherchée par l’Afghanistan que le président Karzaï à remis le 23 avril à son homologue pakistanais.

Akhtar Mohammad Mansour commandait la base aérienne de Kandahâr.

Ancien ministre de la Défense, le Mollah Obaidôllah Akhond est originaire de Kandahâr. Il participa à la prise de Mazar-e sharif en 1998. Il était considéré comme l’officier de liaison entre les taliban et les services secrets pakistanais.

Originaire du village de Char Chine, dans la province d’Ourouzgan, le mollah Dadôllah s’est illustré sur les champs de bataille d’Afghanistan en dépit de son infirmité. Le mollah unijambiste a notamment été chargé de sécuriser Taloqan en septembre 2000, après la prise de la ville par les Taliban. En janvier 2001, il aurait été l’un des instigateurs du massacre avéré d’au moins 170 civils dans le district de Yakawlang, dans la province de Bamyân. En juin 2001, il aurait, selon l’Ong Human Right Watch, était chargé de nettoyer ce district, afin d’empêcher que ses habitants se soulèvent contre les Taliban. En novembre 2001, on le retrouve sur le front e Kundouz, d’où il réussit à s’échapper en dépit du siège de la ville. Depuis, il prend une part active à la réorganisation des Taliban. Son nom figure sur la liste des personnes recherchée par l’Afghanistan que le président Karzaï à remis le 23 avril à son homologue pakistanais.

Figure de la résistance afghane dans les années 80, Djalâlouddine Haqqani fut le premier, et le seul commandant moudjahidine d’envergure à rallier le mouvement Taliban

Saif-ur Mansour est le fils de l’illustre mawlawi Mansour, commandant du Paktiâ. Selon les informations communiquée par l’armée américaine, Saif-ur Mansour commandait les combattants taliban engagés dans les montagnes de Shah-e Kot, dans la province de Paktîa, contre l’armée américaine en mars 2002.

Hâfez Aboul Madjid est un jeune homme âgé d’environ 25 ans. Il aurait sauvé la vie du mollah Omar lors de l’attentat au camion piégé qui a détruit sa maison de Kandahâr en août 1999. Depuis cette date, Hâfez Aboul Madjid est dévoué corps et âme au Mollah Omar. Le nom de cet ancien chef de la police talêb figure sur la liste des personnes recherchée par l’Afghanistan que le président Karzaï à remis le 23 avril 2003 à son homologue pakistanais.

Mollah Mohammad Rasoul est l’ancien gouverneur de la province de Nimroz.

Mollah Abdorrazzaq Nafez est un commandant taliban qui a notamment servi dans les provinces septentrionales. Fin 2001, il aurait été capturé par les hommes de Rachid Dostom qui l’auraient laissé libre de rejoindre Kandahâr.

Mollah Beradar est un proche du mollah Omar. Il a notamment occupait la fonction de vice-ministre de la Défense.

La nomination de cette shura soulève de nombreuses interrogations. Tout d’abord, le rôle dévolu au mollah Omar n’est pas précisé. Ensuite, il convient de noter les absences du mollah Abdor Razzaq Akhond, l’ancien ministre de l’Intérieur qui a été un commandant de tout premier plan. Dans le même ordre d’idée, l’absence du mawlawi Kabir est étrange. Cet homme dirigeait les provinces de l’est de l’Afghanistan. En outre, il gérait les finances du mouvement. Enfin, manque à l’appel Hâfez Abdour Rahim, le commandant talêb qui est en première ligne à Spin Boldak, dans le sud de la province de Kandahâr.

Par ailleurs, aucune mention n’est faite de la collaboration entre les taliban et le Hezb-e Islami de Gôlbouddine Hekmatyar.

Selon le mollah Abdoul Samad, un membre des services de renseignement du mouvement taliban, le conseil s’est déjà mis au travail. En effet, on apprenait aujourd’hui que des combattants taliban ont occupé les bureaux du gouvernement du district d’Atghar, dans la province de Zâbol.








Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Contact | © copyright bassirat.net - 2007
phpMyVisites
'use strict';