CLARETIE, Jules (1840-1913) : Explication, (1896).
Saisie du texte : S. Pestel pour la collection électronique de la Médiathèque André Malraux de Lisieux (20.III.2004)
Texte relu par : A. Guézou
Adresse : Médiathèque André Malraux, B.P. 27216, 14107 Lisieux cedex
-Tél. : 02.31.48.41.00.- Fax : 02.31.48.41.01
Courriel : mediatheque@ville-lisieux.fr, [Olivier Bogros] obogros@ville-lisieux.fr
http://www.bmlisieux.com/

Diffusion libre et gratuite (freeware)
Orthographe et graphie conservées.
Texte établi sur un exemplaire (coll. part.) des Huit Contes à Mariani publiés à Paris en 1900.
 
Explication
par
Jules Claretie
de l’Académie Française

~~~~

 
Hercule

A mon ami Mariani

HERCULE, fils d’Alcmène et de Jupiter, Hercule, fondateur de villes, dompteur de monstres, héroïque Béotien, à qui Thèbes, sa patrie, dressa des statues moins nombreuses que les hauts faits du grand justicier, Hercule m’a toujours étonné.

Il en a étonné bien d’autres ! O poètes, qui l’avez chanté, savez-vous le secret de sa force indomptable ? Savants qui, penchés sur les textes, vous demandiez le secret de sa vertu, et qui, après avoir nié son existence, avez découvert qu’il y eut jusqu’à sept héros du nom d’Hercule dans l’antiquité, vous êtes-vous posé cette question attirante et inquiétante : « Par quel don des cieux, par quel prodige, quel miracle ΉΡΑΚΛΕΟΣ a-t-il pu accomplir les travaux dont on nous a donné la liste ?

Le monstrueux lion de Némée terrassé et tirant la langue, le sanglier d’Erymanthe emporté comme un petit lapin, l’hydre abattue, la biche aux pieds d’airain prise à la course et sans bicyclette, les harpies en brochette, les Amazones prisonnières, le dragon des Hespérides rendant l’âme sur le sable et laissant à la main du vainqueur les pommes d’or merveilleuses, quelle incroyable épopée ! Et comment ces victoires sont-elles possibles, même à un fils du divin Jupiter ? Car il ne s’en tenait pas là, l’étonnant Hercule, et, tour à tour mari de Mégare, fille du roi Créon, d’Astydamié, de Déjanire, d’Hébé, n’eut-il pas pour maîtresses Omphale et Iole, et Epicaste et Astyoché, et Augé et Parthénope, sans compter (proh pudor !) les cinquante filles de Thestius qu’il séduisit du crépuscule à l’aurore, le plus surprenant et le plus délicieux de ses travaux !

Et je cherchais, je le répète, le secret d’une robustesse aussi sévère à nos anémies, lorsque je songeai au professeur qu’avait eu en son enfance le fils si bien musclé de Jupiter. Non pas Linus qui lui enseigna la musique, si bien ou si mal, que le jeune Hercule l’assomma d’un coup de sa lyre ; non pas Rhadamante qui lui apprit comment on tend l’arc en Crète ; non pas Castor qui lui donna des leçons de ceste. Mais Chiron, le bon centaure, Chiron, le maître d’Achille, d’Ulysse, de Nestor, d’Hippolyte et de Méléagre, Chiron qui connaissait l’art d’interroger les astres et de guérir les hommes, Chiron habile à cueillir les simples et à examiner les étoiles, Chiron qui lui dit un jour : « Fils, quand tu auras la fièvre, procure-toi la petite fleur bleue qu’en souvenir de moi les hommes de l’avenir nommeront encore dans deux ou trois mille ans Centaurée, la fleur du Centaure, et fais-la bouillir dans du vin blanc dulcifié de miel ; mais surtout, ô toi qu’enfanta Jupiter, si tu sens dans tes luttes contre les monstres ou tes assauts avec les mortelles, quelque lassitude qui te rappelle que notre chair est désespérément faible, sache qu’il est dans un pays encore ignoré un arbrisseau dont les feuilles donnent la force et rendent la vie et, voyageur qui t’en vas à travers les mondes, demande à Jupiter où se trouve la terre du Pérou et devance l’avenir en y cueillant la Coca. Tu pourras ensuite, à ton gré, exterminer les Amazones par la Mort ou par l’Amour. »

Et la fable prouve que, bien avant Colomb, et sur le conseil de Chiron, Hercule avait découvert l’Amérique.

A mon ami Angelo Mariani

Jules CLARETIE.


retour
table des auteurs et des anonymes
-->