Sociétés 2008/2
Sociétés
2008/2 (n° 100)
116 pages
Editeur
I.S.B.N. 9782804157739
DOI 10.3917/soc.100.0079
A propos de cette revue Site Web
Acheter en ligne

Ce numéro ou un abonnement.
Papier et électronique

Ajouter au panier Ajouter au panier - Sociétés
Sociétés 2008/2 (n° 100) 35 €

Versions papier et électronique : le numéro est expédié par poste.
Il est également accessible immédiatement en ligne.

Abonnement annuel 2013 125 €

Versions papier et électronique : les numéros sont expédié par poste
au fur et à mesure de leur parution.
Tous les numéros en ligne sont immédiatement accessibles.

ATTENTION : cette offre d'abonnement est exclusivement réservée
aux particuliers. Pour un abonnement institutionnel, veuillez
vous adresser à l'éditeur de la revue ou à votre agence d'abonnements.

Cairn.info respecte votre vie privée
Alertes e-mail

Recevez des alertes automatiques relatives à cet article.

S'inscrire Alertes e-mail - Sociétés

Être averti par courriel à chaque nouvelle parution :
d'un numéro de cette revue
d'une publication de Vincent Rubio
d'une citation de cet article

Votre adresse e-mail

Gérer vos alertes sur Cairn.info

Cairn.info respecte votre vie privée
Marges

Vous consultezPsychologie des foules, de Gustave le Bon. Un savoir d’arrière-plan

AuteurVincent Rubio du même auteur



Au sein de la vaste bibliographie de Gustave Le Bon (1841-1931), Psychologie des foules occupe une place tout à fait particulière. Sa publication en 1895 marque en effet un tournant majeur dans la carrière du « célèbre Docteur ». Et ceci, pour plusieurs raisons. Avec cet ouvrage, s’affirme tout d’abord une inflexion notable des travaux qu’il mène depuis 1881 et L’homme et les sociétés, dans le domaine des sciences humaines et sociales. Spécialisé jusqu’à l’approche des années 1880 dans le champ de la recherche médicale, Le Bon avait alors imperceptiblement glissé vers l’étude de l’homme et des sociétés d’un point de vue essentiellement anthropologique ; plus particulièrement d’ailleurs à travers le thème de la civilisation. À ce titre, la phrénologie, l’analyse des variations du volume et de la forme du crâne visant à établir une classification scientifique des races humaines – très en vogue à l’époque –, l’intéressa fortement. Avec Psychologie des foules, cette perspective anthropologique se transforme, ou, tout au moins, se marie à une approche (plus) psychologique du monde humain.

2 Cet intérêt porté à une « science encore dans l’enfance »[1] [1] Moscovici S. , 1981, L’âge des foules. Un traité historique...
suite
, et l’utilisation qu’il va en faire, assure alors à Le Bon – personnalité déjà en vue, savant dont on connaît le nom malgré ses revers auprès du monde académique –, un succès grandissant, une renommée « galopante » et bientôt internationale. On trouve là le deuxième élément qui confère à Psychologie des foules un statut particulier. Car, non seulement ce livre affirme-t-il le passage de l’anthropologique au psychologique chez le penseur français, mais, plus loin, il fait entrer ce dernier dans l’histoire ; ni plus ni moins. Traduit en dix-sept langues, c’est un véritable succès de librairie mondial qui connaît quinze éditions en moins d’un quart de siècle. L’année 1939 en verra paraître la quarante et unième.

3 Écrivain prolifique, Le Bon voit sa plume plus que jamais aiguisée avec la nouvelle orientation de sa pensée. Âgé de 53 ans, il fait ainsi paraître en un mouvement (presque) continu, Lois psychologiques de l’évolution des peuples (1894), Psychologie des foules (1895), Psychologie du socialisme (1898), Psychologie de l’éducation (1902), La psychologie politique et la défense sociale (1910), Les opinions et les croyances (1911) et La Révolution française et la psychologie des révolutions (1912). Seul un « intermède » dans le domaine de la physique nucléaire (avec la publication, tout de même, de trois ouvrages : L’évolution de la matière en 1905, L’évolution des forces en 1907 et La naissance et l’évanouissement de la matière en 1908) viendra interrompre cette impressionnante série d’écrits.

4 Mais Psychologie des foules est remarquable d’un autre point de vue encore. Parallèlement à ce qui fait basculer les travaux de Le Bon sur l’homme et les sociétés dans le champ de la psychologie, à côté de ce qui assure à son auteur célébrité et postérité (parfois peu envieuses, il est vrai), ce petit essai constitue également une étonnante synthèse, non seulement de cette science à l’existence bien éphémère qu’est la psychologie des foules, mais, plus loin, de ce que l’on pourrait nommer l’ensemble de la tradition du traitement intellectuel de la foule. Incontestablement en effet, cette dernière trouve sa forme la plus complète et la plus aboutie en 1895.

5 Il n’est pas ici question d’examiner à nouveaux frais, l’épineux problème de la rigueur scientifique et de l’honnêteté intellectuelle réelles dont il est possible de créditer Gustave Le Bon ; polygraphe à la production foisonnante, avide, tout au long de son existence, d’une reconnaissance à sa mesure. Il n’est pas plus question de dresser l’exacte configuration des itinéraires par lesquels le thème de la foule a cheminé au fil du temps. À titre de repères, on soulignera simplement que trois grandes périodes composent cette tradition. La première, ouverte par Platon et Aristote, est la « période antique ». La foule y est « simple » objet d’attention. Puis vient la « période classique », celle des historiens (Burke, Taine, Michelet, etc.) et des écrivains (Balzac, Hugo, Zola, Maupassant, etc.). Elle s’échelonne de l’ouverture du XIXe siècle jusqu’à la naissance de ses dix dernières années. La foule y devient un véritable objet de préoccupation. Enfin, la « période scientifique », couvrant l’ultime décennie du XIXe siècle et les premières années du siècle suivant, fera de la foule un objet de science à proprement parler. Cette période est celle de l’avènement de la psychologie des foules, dont, aux côtés de Le Bon, Scipio Sighele, Gabriel Tarde et Henry Fournial peuvent être tenus pour les principales figures.

6 Bien entendu, cette distinction est avant tout formelle, dans la mesure où ces trois périodes sont intimement articulées les unes aux autres. Il existe une forte cohérence entre elles, et elles constituent bien un seul et même ensemble. Pour autant, l’idée de paliers qui s’en dégage – paliers qui correspondraient aux différents degrés d’une forme d’urgence devant la thématique de la foule – est conforme à la réalité de l’histoire. Il y a bien une évolution qui mène le rapport à la foule de la simple attention à la science en passant par la préoccupation. Après l’avènement du point d’acmé scientifique de l’intérêt porté à cette thématique, cette dernière rejoindra les rangs des causes entendues (ou perdues, c’est selon). À la suite de son épisode freudien, elle deviendra une « affaire classée », comme si, déjà, l’époque était (passée) à autre chose. Au long du XXe siècle, sans tout à fait disparaître, elle laissera alors le devant de la scène au public, à la masse, et, bien entendu, à l’opinion publique.

7 Mais plutôt que d’en remonter et d’en analyser l’histoire[2] [2] Histoire bien connue peut-être, insuffisamment exploitée...
suite
, il s’agit bien plus ici de mettre en lumière la singulière actualité, voire l’intemporalité, de la psychologie des foules. Plus précisément encore, ce dont il sera question dans les lignes qui vont suivre, c’est de l’étonnante vitalité des idées développées par Gustave Le Bon dans sa Psychologie des foules et, à travers cet ouvrage, de la trace indélébile que semble bien avoir laissé dans nos esprits, l’ensemble de la tradition du traitement intellectuel de la foule.

8 Il est effectivement saisissant de constater à quel point les individus qui composent notre société, sont imprégnés de cette théorie de la foule née dans l’antiquité grecque dont Le Bon a élaboré la parfaite synthèse il y a à présent plus d’un siècle. Dès lors qu’ils sont confrontés à (l’insoluble) question de la définition (objective) de la foule, qu’ils décrivent leur propre expérience de ce type de situation également, ces derniers sont capables de développer un raisonnement et tout un argumentaire n’ayant rien à envier aux propres raisonnements et autres démonstrations tenus par Le Bon et l’ensemble de ses prédécesseurs. En réalité, ces raisonnements et ces argumentaires, « vulgaires » d’un côté et savants de l’autre, sont strictement comparables. De la même manière, nombre des exemples que les « individus ordinaires » sollicitent pour illustrer leurs propos, sont similaires à ceux mobilisés par les hommes de science ; à tout le moins, ces illustrations renvoient, pour l’essentiel, à un registre strictement identique (le cas de la Révolution française est à cet égard révélateur).

9 Cet exposé ne saurait toutefois s’engager sans quelques précisions concernant les conditions dans lesquelles ces informations ont été recueillies. Non pas tant pour proposer une nouvelle version de l’éloge (et/ou de la critique) de l’orthodoxie méthodologique en sociologie – et par là s’assurer, précisément, d’une forme d’orthodoxie ou de « normalité » –, que pour rappeler combien le terrain ne peut être réduit, dans nos disciplines, à une simple instance de vérification d’hypothèses préalablement déterminées. Autrement dit, ce n’est pas de « pure technique d’investigation », mais bien de ce qui, en dernière instance, échappe nécessairement à cette technique, dont il s’agit de souligner la force ici ; ce fourmillement perpétuel qui caractérise le donné mondain, et qui, parfois, jaillit au visage du sociologue de manière intempestive.

10 L’étonnement et la capacité d’étonnement, l’humilité et, surtout, la faculté du chercheur à voir le monde tel qu’il est (et non « tel qu’il devrait être »), demeurent des valeurs étalons dans le domaine des sciences de l’homme. Ainsi, il est d’autant plus surprenant de retrouver les traces de la psychologie des foules dans le discours de nos contemporains, qu’on ne les recherche pas. Le terrain « dicte parfois sa loi ». Et, en la matière, il faut bien reconnaître que ni la présence ni, plus loin, la véritable maîtrise de la psychologie des foules chez les individus que nous avons rencontrés, ne constituaient des hypothèses retenues dans le cadre de l’enquête dont une partie des résultats est exposée ici.

11 Pour le dire en quelques mots, après une longue exploration de l’histoire du traitement intellectuel de la foule, l’objectif de ce travail était d’analyser les situations qualifiées de foule par nos interlocuteurs, à partir de la notion de face-à-face. Ainsi, il s’agissait de prendre appui sur le discours des individus eux-mêmes (en en complétant la lecture par quelques observations), pour mieux saisir, non seulement le déroulement, mais également la signification et les enjeux des multiples interactions banales et quotidiennes dont les grandes villes sont le théâtre aujourd’hui. Les personnes contactées pour réaliser les entretiens étaient des hommes et des femmes domiciliés à Paris et en Île de France, dont l’âge était compris entre 18 ans et 70 ans.

12 C’est ainsi que, d’une manière tout à fait inattendue, et sans qu’il s’agisse de l’un des objectifs du guide d’entretien, bien entendu, il est apparu que chacun de nos interlocuteurs possédait ce que l’on serait tenté de nommer une « petite psychologie des foules prête à l’usage ». Cette expression aux apparences de trivialité, n’a pas d’autre dessein que de traduire le caractère d’évidence et de peu d’importance, tout autant que l’aspect « miniature » ou « de poche », que revêt ce savoir incorporé pour ceux qui en sont porteurs. Mais derrière ces apparences, c’est bien la Psychologie des foules de Gustave Le Bon que l’on retrouve. Car cette véritable théorie des foules que les individus peuvent solliciter à tout instant avec la même efficacité – ou, plus précisément d’ailleurs, cette théorie des « phénomènes de foules », si l’on respecte le vocabulaire le plus régulièrement employé par ces derniers –, n’est rien d’autre qu’un étonnant condensé des principaux aspects du livre de Le Bon ; lui-même synthèse de toute la tradition du traitement intellectuel de la foule.

13 Bien sûr, cette théorie est plus ou moins fournie et plus ou moins étayée selon les enquêtés (ou ne serait-ce que selon les séquences d’un même entretien). Mais quel que soit le degré de raffinement formel du propos, quelle que soit la sophistication de sa construction, le fond en est à chaque fois identique. Ce sont bien les thèses énoncées dans Psychologie des foules que l’on retrouve au sein de ces discours « vulgaires » ; souvent même, d’ailleurs, avec une précision n’ayant rien à envier au texte original. Ainsi, par exemple, la foule jouit d’une image particulièrement négative chez les personnes que nous avons interrogées. À la manière de Gustave Le Bon, ces dernières entretiennent une aversion aiguë et spontanée à son endroit. Incontestablement, on reconnaît dans leurs propos, les traits du sombre personnage mis en scène par l’ensemble de la tradition. À ce sujet, Marion parle de « gêne […]. Je n’aime pas ça. Ça bouffe mon espace vital. J’aime pas qu’il y ait foule », tandis que Bernard indique « un phénomène de rejet ». Comme pour (mieux) souligner son importance et son caractère décisif[3] [3] Son évidence aussi peut-être ? ...
suite
, c’est d’ailleurs par ce thème que, le plus souvent, nos enquêtés débutèrent leur propos.

14 Pour eux, cette image négative trouve son principal fondement dans le fait que la foule est un être dénué d’intelligence, et qui, par conséquent, n’élève pas les personnes la composant. En réalité, d’élévation il ne pourrait s’agir, et c’est, au contraire, d’un avilissement, d’une dégradation dans le strict sens du terme dont il est question. Le propos de Marion est là encore frappant. Selon elle, rappelant quelque peu le Sighele de la première édition de La foule criminelle par exemple : « Prenez une personne seule elle peut être adorable, mettez-la avec trois personnes de plus elle va être insupportable ». Développant son point de vue, elle poursuit sur un mode identique rappelant instantanément Le Bon : « Ça fait ressortir plein de mauvais côtés. [Plus loin], il y a comme un côté conquérant dans le fait d’avoir des personnes en groupe. Ils vont avoir une espèce de supériorité qu’ils vont se donner uniquement parce qu’ils sont plusieurs ».

15 Ainsi, à l’évidence, l’absence d’intelligence chez la foule, et, ce faisant, l’image dépréciative qu’elle véhicule, sont intimement liées à la sensation de toute-puissance par laquelle les individus définissent (également) cette dernière. La foule développerait en effet un sentiment et une volonté irrépressible de puissance. Et, comme dans Psychologie des foules, c’est fondamentalement ce sentiment de puissance, ainsi que la violence (au moins) potentielle qui lui est nécessairement associée, qui, aux yeux des individus, fait de la foule un véritable danger pour la société. Selon Bernard, « on peut obéir à des réflexes collectifs qui peuvent être irrationnels et dangereux, quels que soient le motif et le lieu de rassemblement ». « Il y a des réactions collectives », ajoutera-t-il d’un ton lapidaire trahissant son pessimisme et, en réalité, toute son inquiétude à la simple évocation de ce sujet. D’une certaine façon, la foule porterait donc en elle quelque chose de l’ordre du pathologique, voire de la dégénérescence ; ainsi que l’avaient eux-mêmes affirmé Gustave Le Bon et ses prédécesseurs.

16 Mais ces premières considérations ne sont qu’accessoires. Il y a plus saisissant en effet. Ainsi, si pour Bernard, « on peut obéir à des réflexes collectifs qui peuvent être irrationnels et dangereux, quels que soient le motif et le lieu de rassemblement », c’est avant tout parce que « la foule se constitue toujours un peu en entité autonome. C’est-à-dire que l’individu, même s’il vient pour un concert ou une manifestation politique, c’est-à-dire pour un but précis, il y a quand même quelque part une perte d’individualité ». En d’autres termes, à l’image de Bernard, ce que soulignent les personnes que nous avons rencontrées, ce n’est rien d’autre que l’existence d’une âme collective de la foule ; âme collective au sein de laquelle se dissout l’individualité, la personnalité consciente des individus. De cette idée, que l’on peut considérer comme la véritable pierre angulaire de toute la tradition, et en particulier de la psychologie des foules, Le Bon, doué du sens de la formule, fit une loi, celle de l’unité mentale de la foule[4] [4] Le Bon G. , 2002, Psychologie des foules, Paris, Presses...
suite
.

17 Si l’on s’en tient aux résultats de notre enquête, savoir scientifique et savoir commun partageraient donc le même point de vue : non seulement la foule serait le lieu du règne sans partage de l’irrationnel et du dépassement le plus absolu de l’individu, mais, plus loin, elle ne formerait en fait qu’un seul être (le plus souvent mauvais) en vertu de l’âme collective (ou unité mentale) par quoi elle se définit fondamentalement. Pour le savoir commun, dont nos enquêtés incarnent l’expression, tout ceci relève même de l’ordre de l’évidence. Ces derniers sont d’ailleurs capables de décrire le processus qui mène à la désintégration de l’individualité au sein de la foule et à l’érection d’une âme collective. Et là encore, ils ne disent pas autre chose que ce qu’avait dit Gustave Le Bon lui-même. Sur ce point, les « foules de coquilles vides menées par un seul esprit malade », que Marion décrit lorsqu’elle parle de l’Allemagne hitlérienne, sont particulièrement significatives.

18 Pourtant, ni Marion ni aucun de nos interlocuteurs n’a, à quelque moment que ce soit, cité ou ne serait-ce que fait référence à Psychologie des foules ; et moins encore aux théories de la suggestion, de la contagion et de l’hypnose, dans lesquelles la psychologie des foules avait trouvé, précisément, ses principaux soubassements théoriques[5] [5] C’est effectivement sur ces « phénomènes d’emportement »...
suite
. D’ailleurs, si Bernard, statisticien à la retraite, cite (notamment) le Masse et puissance d’Elias Canetti, « une lecture qui commence à dater […], un des plus beaux travaux sur le thème », cela demeure l’exception. La majorité des individus n’a pas recours à de telles références. D’une manière générale, si les exemples et autres illustrations n’y manquent pas[6] [6] Qu’ils soient issus de l’expérience vécue de l’individu...
suite
, si, par ailleurs, le vocabulaire utilisé peut y être (en partie) identique à celui mobilisé par la tradition (charisme, hypnose, contagion, sont, par exemple, des termes que nos enquêtés ont régulièrement convoqués), il n’y a pas, par contre, au sens strict du terme, de références dans les propos que nous avons recueillis. Que ces références soient scientifiques, littéraires, cinématographiques, etc., ne change d’ailleurs rien de ce point de vue. Tout juste Pascal fredonna-t-il l’air de la chanson d’Édith Piaf : « Emportés par la foule… ».

19 Pour le dire de façon synthétique, si personne ne semble même connaître le titre de l’ouvrage de Gustave Le Bon, nombreux sont ceux qui, sans le savoir, en mobilisent le contenu lorsque les circonstances le nécessitent. Ceci, répétons-le, dans des termes d’une étonnante similarité, et sans la moindre référence ou presque[7] [7] Que ces références soient explicites ou non. ...
suite
. C’est dans cette même optique qu’il faut entendre les multiples tentatives de typologie rythmant les démonstrations tenues par nos interlocuteurs. Ainsi, les « foules amies » et les « foules ennemies » de Claude, celles qualifiées par Patrick de « avec but et sans but », les « foules d’esprit » et les « armées de coquilles vides » de Marion, ou bien encore la distinction qu’établit Charlotte entre une « multitude de personnes debout » et une « multitude de personnes assises ». Toutes ces distinctions n’ont bien souvent rien à envier à celles opérées par Le Bon ou Gabriel Tarde en leur temps. Sur le plan théorique, l’axiome « de la plus ou moins grande foule » développé par Claude – axiome organisé autour du croisement des trois variables « lieu, motif, densité » –, fait même bien mieux, pour ainsi dire, que supporter la comparaison avec les foules homogènes et les foules hétérogènes du premier[8] [8] Le Bon G. , ibid. , pp.  93-95. ...
suite
, ou, par exemple, les foules expectantes et les foules attentives – et manifestantes et agissantes – du second[9] [9] Tarde G. , 1898, « Le public et la foule », Revue de...
suite
.

20 Au fond, et pour tout dire, à travers ces typologies, les individus ne reconnaissent pas autre chose que ce que le Dictionnaire de sociologie lui-même affirme : « Parler de la foule, c’est déjà opter pour une explication sommaire alors qu’il y a des foules »[10] [10] Akoun A. et Ansart P. (sous la direction de), 1999, Dictionnaire...
suite
. C’est bien ce que souligne Aline lorsqu’elle dit, maladroitement et un peu gênée par peur de nous contredire : « Y’a plein de cas, la foule sous différents angles, dans différentes situations. La foule dans différentes situations, je dirais euh…, non, les foules ». Bernard, quant à lui, « choisit ses foules, dans la mesure du possible ». Il y aurait donc comme une forme d’irréductibilité de chaque (type de) foule ; irréductibilité telle que, pour les personnes que nous avons rencontrées, la foule ne constituerait pas une série de faits objectivables qu’il serait possible de réunir dans une catégorie conceptuelle homogène nommée foule[11] [11] Il est pourtant légitime de se demander si ce n’est précisément...
suite
.

21 Cette pluralité de la foule trouve son équivalent dans la figure du meneur ; indissociable pendant de la foule précisément. C’est là un autre point de convergence entre l’ensemble de la tradition d’un côté et le discours de nos enquêtés de l’autre. Pour ces derniers comme pour Le Bon et ses prédécesseurs – bien que ceux-là n’en prononcent pas nécessairement le terme –, il n’y a pas un meneur mais des meneurs. Et si le grand meneur (pour reprendre une expression lebonienne) se distingue de ses homologues, il convient toujours de se méfier de celui qui, par son charisme, sait s’extraire de la foule et prendre sa tête. Ainsi, ces propos de Marion sur le sujet de l’Allemagne nazie et de son leader : « C’était un homme à partir du moment où t’assistais à un de ses discours, il avait un tel pouvoir psychologique, un tel charisme que tu te retrouvais lavé de tout bon sens et tu n’arrivais pas à faire autre chose qu’être d’accord. C’était quelqu’un qui à la limite hypnotisait les foules, et dans ces cas-là ça reste qu’une armée de coquilles vides menée par un seul esprit malade. Un esprit très intelligent certes, mais un esprit malade ».

22 L’image du meneur n’est donc pas meilleure que celle de la foule. Pluriel comme cette dernière, il est tout aussi malveillant qu’elle. Ceux que l’on pourrait qualifier de « petits meneurs », ceux qui, en quelque sorte, constituent les relais du grand meneur au sein de la foule, ne le sont d’ailleurs pas moins. Ainsi, pour poursuivre avec Marion et l’exemple de l’Allemagne nazie : « Dans toutes ces coquilles vides, t’as aussi des esprits qui sont malades à la base, qui se retrouvent dans ça et qui galvanisent les autres, et qui eux vont plus loin »[12] [12] Précisons que s’il se rattache à la thèse selon laquelle...
suite
.

23 Ce rapide inventaire des multiples similitudes existant entre savoir savant et savoir vulgaire serait incomplet, si l’on omettait de mentionner deux autres points. En premier lieu, il faut souligner que, d’un côté comme de l’autre, la foule est envisagée à partir de l’idée de contact physique. On pourrait parler en la matière de proximité corporelle, voire tout simplement de présence physique[13] [13] On notera toutefois que Gustave Le Bon peut être considéré...
suite
. Les jurys de cour d’assises, les grèves, les manifestations, la Révolution française, etc., pour les uns, le RER, le métro, les grands magasins, les concerts ou bien encore les lieux au sein desquels se déroulent les grands événements sportifs, etc., pour les autres, la foule est toujours décrite comme un ensemble d’individus en contact physique dans un même lieu. Elle apparaît donc géographiquement située, et semble ainsi relever avant tout de l’entassement, de l’agglutinement physique, selon une échelle comportant différents degrés d’intensité (de proximité). En ce sens, elle se distinguerait (notamment) de la masse, plus diffuse.

24 En second lieu, il est remarquable de constater combien nos interlocuteurs, au même titre que toute la tradition, assimilent foule et peuple dans la même image négative. Pour eux, ces deux termes ont partie liée dans la mesure où, dans un mouvement continu, la foule est vue comme une excroissance (ou une expression) du peuple, pendant que ce dernier apparaît comme l’émanation de celle-là. Derrière le peuple se tapit toujours la foule sombre, dangereuse et vulgaire. Ainsi, très concrètement, pour les personnes que nous avons rencontrées, la foule et le peuple (au sens large de populaire), ce sont d’abord ces multitudes s’agglutinant bêtement – et (même) de manière crasse –, dans le métro ou les grands magasins le week-end[14] [14] Multitudes dont le pire peut jaillir à tout moment. ...
suite
. Au fond[15] [15] Comme si la foule ne se définissait que comme antithèse...
suite
, ce sont ces gens dont ils se distinguent – dont on se distingue (nécessairement) ? –, ainsi que le faisait déjà Maupassant en 1882 : « J’entrai dans cette foule et je la regardai. Dieu que les hommes sont laids ! Pour la centième fois au moins, je remarquais au milieu de cette fête que, de toutes les races, la race humaine est la plus affreuse. Et là-dedans une odeur de peuple flottait, une odeur fade et nauséabonde de chair malpropre. […] J’ai, pour une autre raison encore, l’horreur des foules. Je ne puis entrer dans un théâtre ni assister à une fête publique. J’y éprouve aussitôt un malaise bizarre, insoutenable, un énervement affreux comme si je luttais de toute ma force contre une influence irrésistible et mystérieuse. Et je lutte en effet contre l’âme de la foule qui essaie de pénétrer en moi. Que de fois j’ai constaté que l’intelligence s’agrandit et s’élève, dès qu’on vit seul, qu’elle s’amoindrit et s’abaisse dès qu’on se mêle de nouveau aux autres hommes. […] Mais un remous eut lieu dans le public, les mariés allaient sortir. Et soudain, je fis comme tout le monde, je me dressai sur la pointe des pieds pour voir, et j’avais envie de voir, une envie bête, basse, répugnante, une envie de peuple. La curiosité de mes voisins m’avait gagné comme une ivresse ; je faisais partie de cette foule »[16] [16] Maupassant G. de, 1993, Sur l’eau, Paris, Gallimard, (1re...
suite
.

25 Il semble donc qu’il existe un stock de connaissances commun, comme un savoir abstrait et ordinaire sur la foule. Ce savoir est organisé autour d’un intangible triptyque : « foule ; suggestion - contagion - hypnose ; meneur ». Ces trois éléments indissociables représentent ainsi le socle sur lequel les individus font reposer la « petite psychologie des foules prête à l’usage » que chacun d’eux possède. Cette dernière se décline par ailleurs suivant deux registres distincts, mais qui constituent, dans le même temps, des catégories éminemment poreuses l’une envers l’autre : l’expérience vécue (même indirectement) de l’individu, qui, pour l’essentiel, renvoie à sa vie quotidienne, et un certain nombre d’épisodes historiques « objectivés », dont la Révolution française ou l’Allemagne nazie comptent parmi les principaux cadres[17] [17] C’est à ce second registre que, spontanément, les individus...
suite
. Les lignes précédentes ont tâché d’exposer à la fois la « tonalité » et le contenu spécifiques de ce savoir ordinaire. Bien sûr, une telle opération exigerait quelques précisions pour être tout à fait exhaustive. On évoquerait alors ces (autres) thèmes qui parcourent les propos de nos interlocuteurs, comme ils rythment les pages de Psychologie des foules : le simplisme des idées de la foule, son irritabilité, sa crédulité, etc. Mais, au fond, l’essentiel n’est pas là.

26 L’existence de ce savoir pose effectivement un certain nombre de questions d’importance. La première d’entre elles renvoie au fait que, en la matière, sens commun et discours savant sont (presque) strictement transposables. Ainsi, apparaît-il nécessaire de se demander comment la psychologie des foules – discipline qui a depuis longtemps rejoint les poussiéreux sous-sols de l’histoire, voire ses bas-fonds –, et, à travers elle, toute la tradition du traitement intellectuel de la foule, ont pu marquer à ce point nos esprits ? Quels peuvent donc être les canaux par lesquels la science s’est ici diffusée ? En existerait-il, pour les individus, des voies d’accès privilégiées ? Cet accès pourrait-il être favorisé par une culture spécifique, une appartenance groupale particulière, ou quelques autres déterminismes sociaux ? On le voit, les interrogations et les hypothèses ne manquent pas.

27 Mais il est possible de renverser le point de vue. Plutôt que de s’interroger sur la façon dont s’est « vulgarisée » la théorie savante des foules, ne serait-il pas plus pertinent de questionner les origines et les fondements mêmes de cette théorie ? En un mot, à quelle(s) source(s) Gustave Le Bon et ses prédécesseurs se sont-ils (communément) abreuvés ? Le savoir savant ne serait-il pas alors à considérer ici comme une simple reformulation, voire une pure copie du sens commun ; copie mise en forme et méticuleusement mise en scène ? Nombre d’indices laissent à penser qu’il y a là un scénario très vraisemblable.

28 Les termes de l’alternative sont toutefois trop rigides. Ces deux interrogations sont tout aussi pertinentes l’une que l’autre. Elles ne sont pas concurrentes mais compossibles. À bien y regarder, elles ne forment même qu’une seule et unique question. Celle-ci relève de la problématique de l’interpénétration des savoirs et de leurs statuts. Autrement dit, ce n’est pas dans une direction ou dans l’autre qu’il faut observer, mais bien dans les deux à la fois. Et cela, probablement de manière simultanée. Les résultats d’une telle recherche, ainsi que le dispositif de travail idoine à mettre en œuvre dans ce cadre, demeurent néanmoins incertains. Il ne s’agit pas de l’occulter. Mais si l’on reconnaît dans la foule une figure centrale de la mythologie de la république et de notre culture démocratique, alors, incontestablement, il convient d’accorder (également) à ces questions, la vertu d’interroger de manière neuve « l’éducation politique » de nos concitoyens.

29 Une autre interrogation découle encore de la mise au jour de cette « petite psychologie des foules prête à l’usage ». Plus que d’une interrogation d’ailleurs, c’est d’abord d’une constatation dont il s’agit. Car ce que notre enquête tend à montrer, c’est bien que les individus définissent les situations empiriques qu’ils rattachent à l’idée de foule, à partir du schème interprétatif de la psychologie des foules. Plus loin, c’est leur manière de lire, de décoder et, ainsi, de vivre ces situations, qui, par l’intermédiaire de la « petite psychologie des foules prête à l’usage », est déterminée à l’aune des thèses de Gustave Le Bon et de ses prédécesseurs. En d’autres termes, et plus précisément encore, c’est bien par le truchement de la psychologie des foules, à travers son prisme en quelque sorte, que, dans ce type de situation, les acteurs sociaux médiatisent leurs rapports aux autres. Pour ainsi dire, la « petite psychologie des foules prête à l’usage » que tout un chacun possède, représente l’arrière-plan (à tout le moins, l’un des arrière-plans) qui rend(ent) les situations de foule – et les (inter)actions qui s’y déroulent – signifiantes ; ce dernier terme étant à entendre, bien entendu, dans la perspective que nous ont léguée la tradition phénoménologique et la sociologie compréhensive.

30 Ce savoir ordinaire sur la foule – qui traduit de toute évidence l’existence de quelque chose renvoyant simultanément à des expressions aussi proches et (néanmoins) différentes (concurrentes ?) que conscience collective, mémoire collective, inconscient collectif, ou bien encore imaginaire (social) –, constitue donc un cadre, au sens où Erving Goffman entendait ce terme. L’analyse de ses origines, de son contenu et de ses implications pratiques dans l’existence des individus, pourrait faire l’objet de ce qu’il conviendrait de nommer une sociologie des foules. Pour reprendre librement une expression du philosophe et sociologue belge Eugène Dupréel, celle-ci se destinerait à l’étude des phénomènes intercalaires qui, dans l’intervalle de ce qui est censé faire l’essentiel de la vie quotidienne des habitants des grandes villes (vie de famille, travail, loisirs, etc.), voient parfois ces derniers devoir partager, en compagnie de purs inconnus, un singulier espace/temps caractérisé par l’encombrement (rue, rame de métro ou de train, etc.). D’une certaine manière, bien qu’il ne saurait être question d’autre chose ici que d’en esquisser quelques contours, il s’agirait peut-être aussi dans cette optique d’examiner à nouveaux frais et d’éclairer – au moins pour partie – le mystère de ce que Georg Simmel avait nommé au début du siècle dernier, « l’intensification de la vie nerveuse » et le « blasement » caractéristiques du citadin.

 

Notes

[ 1] Moscovici S., 1981, L’âge des foules. Un traité historique de psychologie des masses, Paris, Fayard, p. 76.Retour

[ 2] Histoire bien connue peut-être, insuffisamment exploitée assurément.Retour

[ 3] Son évidence aussi peut-être ?Retour

[ 4] Le Bon G., 2002, Psychologie des foules, Paris, Presses universitaires de France, (1ère éd. 1895), p. 9-15.Retour

[ 5] C’est effectivement sur ces « phénomènes d’emportement » que reposent le mécanisme d’apparition de l’âme collective de la foule, et, par conséquent, l’existence de la foule elle-même. En un certain sens, on y trouve également les clefs du mystère qui enveloppe le personnage du meneur.Retour

[ 6] Qu’ils soient issus de l’expérience vécue de l’individu (le métro, le RER, le concert, les grands magasins, etc.) – y compris lorsqu’il s’agit d’histoires qui ont été rapportées et non directement vécues –, ou bien encore tirés d’épisodes historiques (la Révolution française ou les foules nazies par exemple).Retour

[ 7] Que ces références soient explicites ou non.Retour

[ 8] Le Bon G., ibid., pp. 93-95.Retour

[ 9] Tarde G., 1898, « Le public et la foule », Revue de Paris, 1er août 1898, pp. 621-625.Retour

[ 10] Akoun A. et Ansart P. (sous la direction de), 1999, Dictionnaire de sociologie, Paris, Le Seuil, p. 236.Retour

[ 11] Il est pourtant légitime de se demander si ce n’est précisément pas ce qu’ils font à travers la « petite psychologie des foules prête à l’usage ».Retour

[ 12] Précisons que s’il se rattache à la thèse selon laquelle le meneur est un être à l’influence néfaste, Le Bon considère dans le même temps que l’action de ce dernier peut (parfois) se révéler bénéfique ; en particulier lorsqu’elle contribue à repousser l’avènement de « l’ère des foules » (Le Bon G., op.cit., p. 2). On retrouve là toute l’ambiguïté et l’ambivalence caractéristiques de la pensée de Gustave Le Bon ; ambiguïté et ambivalence qui, à notre sens, éclairent à la fois l’incontestable succès qu’il rencontra et les multiples attaques dont il fut la cible. L’historienne américaine Susanna Barrows a développé ce même point de vue avec justesse : « Parce qu’il savait donner à sa rancœur la forme d’épigrammes, parce qu’il savait faire une critique brillante de tout programme social ou politique, quel qu’il soit, on pouvait utiliser des passages de ses œuvres pour justifier ou dénigrer pratiquement n’importe quoi. Les républicains conservateurs pouvaient louer son adhésion à la démocratie et son horreur du collectivisme. Les anarcho-syndicalistes comme Georges Sorel pouvaient partager son dégoût pour le socialisme parlementaire et son intérêt pour les “illusions” collectives. Les racistes et les impérialistes utilisaient ses ouvrages pour prouver leur mission civilisatrice. Les critiques de l’impérialisme y trouvaient la dénonciation de la politique d’assimilation coloniale de la France. Les racistes et les antiféministes y découvraient la preuve “scientifique” de l’infériorité des femmes et des peuples de couleur. Et surtout à tous ceux qu’alarmait le déclin de la France en tant que puissance mondiale et la montée du socialisme, il offrait une analyse dramatique et péremptoire » (Barrows S., 1990, Miroirs déformants. Réflexions sur la foule en France à la fin du 19e siècle, Paris, Aubier, p. 167).Retour

[ 13] On notera toutefois que Gustave Le Bon peut être considéré comme celui qui, précisément, libère la foule du contact physique ; avant même Gabriel Tarde, par exemple, qui « transforma » cette dernière en public. Il n’en demeure pas moins que – Le Bon restant en cela fidèle au caractère ambigu et ambivalent de sa pensée –, les exemples qui parcourent Psychologie des foules, ont tous quelque chose à voir avec cette notion de contact physique.Retour

[ 14] Multitudes dont le pire peut jaillir à tout moment.Retour

[ 15] Comme si la foule ne se définissait que comme antithèse ou « faire-valoir ».Retour

[ 16] Maupassant G. de, 1993, Sur l’eau, Paris, Gallimard, (1re éd. 1888), pp. 109-116. Ce passage est pour une large part inspiré d’une chronique que Maupassant avait publiée, six ans avant Sur l’eau, dans Le Gaulois du 23 mars 1882 et intitulée « Les Foules ».Retour

[ 17] C’est à ce second registre que, spontanément, les individus se réfèrent de manière prioritaire lorsqu’ils tentent de définir la foule.Retour


POUR CITER CET ARTICLE

Vincent Rubio « Psychologie des foules, de Gustave le Bon. Un savoir d'arrière-plan », Sociétés 2/2008 (n° 100), p. 79-89.
URL :
www.cairn.info/revue-societes-2008-2-page-79.htm.
DOI : 10.3917/soc.100.0079.

-->