Consulado General del Perú en Montreal

 

FETES, MUSIQUE ET ART POPULAIRE DU PEROU

 

FêTES, MUSIQUE ET ART POPULAIRE DU PÉROU

  

TABLE DES MATIÈRES

 

PERMANENCE DE LA DIFFÉRENCE                                                                  

 

FÊTES POPULAIRES DU PÉROU                                                                        

 

Calendrier des Fêtes

 

Janvier                                                                                                                                                     

Remise des Bâtons de Commandement (Entrega de Varas)                                                                  

Chiaraje (Bataille Rituelle)                                                                                                                       

Festival de la Marinera                                                                                                                             

Février

Vierge de la Candelaria                                                                                                                            

Marquage du Bétail (Tinca de Vacas)                                                                                                      

Février et/ou Mars

Carnavals                                                                                                                                                  

Mars

Festivals des Sports d’Aventure de Lunahuaná                                                                                       

Festival des Vendanges (Festival de la Vendimia)                                                                                 

Les Croix de Porcón (Cruces de Porcón)                                                                                                

Mars et/ou Avril

Semaine Sainte (Semana Santa)                                                                                                              

Le Seigneur des Tremblements de Terre (Señor de los Temblores)                                                     

Avril

Festival du “Caballo de Paso Peruano"                                                                                                   

Mai

Vierge de Chapi                                                                                                                                        

Le Seigneur de Muruhuay (Señor de Muruhuay)                                                                                      

Fête des Croix (Fiesta de las Cruces)                                                                                                    

Le Seigneur de Qoyllur Rit’i (Señor de Qoyllur Rit’i)                                                                              

Juin

Inti Raymi (La Fête Inca du Soleil)                                                                                                           

Saint-Jean (San Juan)                                                                                                                              

Saints-Pierre et Paul (San Pedro y San Pablo)                                                                                       

Corpus Christi (Fête-Dieu))                                                                                                                     

Juillet

Vierge du Carmen de Paucartambo                                                                                                         

Fête Nationale (Fiestas Patrias)                                                                                                              

Yawar Fiesta (La Lutte du Taureau et du Condor)                                                                                   

Août

Santa Rosa de Lima                                                                                                                                  

Septembre

Vierge de Cocharcas                                                                                                                                

Festival International du Printemps (Festival de la Primavera)                                                              

Octobre

Vierge du Rosario                                                                                                                                     

Le Seigneur Captif d’Ayabaca (Señor Cautivo de Ayabaca)                                                                   

Le Seigneur des Miracles (Señor de los Milagros)                                                                                 

Le Seigneur de Luren (Señor de Luren)                                                                                                   

Novembre

Toussaint et Jour des Défunts (Todos los Santos y Día de los Difuntos)                                              

Décembre

Noël Andin                                                                                                                                                 

Foire de Santuranticuy                                                                                                                              

Vierge du Carmen                                                                                                                                     

Coca et Offrande à la Terre                                                                                                                      

 

DANSES ET INSTRUMENTS                                                                                                                  

 

La Marinera et le Cajón (Caisse de Bois)                                                                                                

Le Huayno et la Quena                                                                                                                             

Le Huaylarsh et la Harpe                                                                                                                          

Le Festejo et la Quijada (La Maxillaire Inferieur de l’âne)                                                                      

Le Carnaval et la Mandoline                                                                                                                     

Le Santiago et la Tinya (Petit Tambour)                                                                                                  

La Valse Créole et la Guitare                                                                                                                   

Le Sikuri et la Zampoña (Flûte de Pan)                                                                                                   

Le Harawi et le Charango (Guitarre de 12 Cordes)                                                                                 

Les Danseurs aux Ciseaux                                                                                                                      

La Chicha ou Cumbia Péruvienne                                                                                                            

Huacos Siffleurs                                                                                                                                       

 

ARTISANAT ET ART POPULAIRE                                                                                                        

 

Art Éphémère                                                                                                                                            

Feux d’Artifice                                                                                                                                           

Tapis de Fleurs                                                                                                                                         

T’anta Wawas (Pains Décorés)                                                                                                               

Bougies et Cierges                                                                                                                                   

 

Art Funéraire                                                                                                                                          

 

Céramique                                                                                                                                                 

Ayacucho                                                                                                                                                   

Puno                                                                                                                                                          

Cusco                                                                                                                                                        

Céramique Shipiba                                                                                                                                   

 

Paniers et Articles en Paille                                                                                                                

 

Images                                                                                                                                                       

Masques                                                                                                                                                    

Retables                                                                                                                                                    

Objets Taillés en Pierre de Huamanga                                                                                                   

Objets Taillés en Bois                                                                                                                              

 

Calebasses Gravées au Burin                                                                                                              

 

Bijoux                                                                                                                                                        

Argenterie                                                                                                                                                  

Filigrane d’or                                                                                                                                             

Pierres Semi-précieuses                                                                                                                          

                                                                                                                                                                   

Objets en Cuir                                                                                                                                         

 

Tableaux de Sarhua                                                                                                                              

 

Textiles                                                                                                                                                     

Arpilleras                                                                                                                                                   

Broderies                                                                                                                                                   

Filés de Coton                                                                                                                                           

Tapisseries                                                                                                                                               

Articles Tricotés                                                                                                                                       

 

Objets Décoratifs                                                                                                                                   

 

Foires, Centres d’Artisanat et Musées                                                                                                

 

RÉPERTOIRE D’INSTITUTIONS                                                                                                            

 

LECTURES SUGGÉRÉES                                                                                                                       

 

 

 

 

PERMANENCE  DE  LA  DIFFÉRENCE

 

L’esprit de l’homme péruvien, modelé par l’art et la religiosité, a donné lieu à une grande créativité qui se manifeste dans une infinité de formes, de rythmes et de rituels. Chaque année, ses plus  de 3 000 fêtes populaires, 1 500 genres musicaux et une infinité de métiers artisanaux confirment que le Pérou est l’un des pays possédant le folklore le plus varié du monde.

 

À travers ces expressions les Péruviens se nourrissent de profondes racines afin de projeter une alliance immémoriale avec la nature et approfondir par des rythmes et des couleurs leur engagement avec la vie, mais aussi pour adresser au visiteur ce geste d’hospitalité et de réciprocité qui caractérise la culture péruvienne. Les fêtes - même les religieuses - révèlent l’allégresse des hommes et des femmes du Pérou, leur sociabilité et leur propension à partager leurs espoirs.

 

Bien qu’elles ne soient pas toujours éloignées de la vie quotidienne et du travail, les fêtes s’inscrivent dans un présent marqué par une sensualité débordante, par l’élan irrépressible de la foi religieuse et le besoin d’interpréter de façon créative le renversement temporaire de l’ordre qui renouvelle la cohésion des peuples. De nos jours s’y mêlent les sons des instruments à vent et de percussion provenant de l’époque préincaïque avec d’autres de création plus récente, et les danses les plus traditionnelles comme la marinera et le huayno, avec des rythmes plus modernes comme la valse créole et dernièrement la chicha.

 

Cette capacité pour la fusion musicale est la caractéristique la plus frappante d’une culture qui n’admet pas de purismes sectaires, qui se forge petit  à petit une identité commune à partir d’un multiculturalisme riche  en différences.

 

Ces différences, et la permanence d’une histoire où toutes se rejoignent, ouvrent de multiples possibilités créatrices qui se matérialisent aussi dans la production d’objets d’usage courant ou destinés à des rituels  sacrés. Les artisans déversent leur force expressive dans un vaste répertoire de céramiques, textiles, images, objets taillés, orfèvrerie et toutes sortes de formes typiques du pays, comme les tableaux de Sarhua ou les retables  de San Marcos. Leur oeuvre révèle, de même que la plus grande partie du folklore péruvien, des rapports essentiels avec  l’abondance, la fertilité, la vie .


 

FÊTES POPULAIRES DU PÉROU

 

Au Pérou, près de 3 000 fêtes populaires sont célébrées chaque année. Ce guide réunit une sélection de 34 festivités choisies pour leur résonance touristique, leur expansion géographique, leur importance culturelle et leur caractère singulier.

 

La plupart d’entre elles s’organisent autour d’un saint patron et s’inscrivent dans un calendrier chrétien instauré à l’époque de la Vice-royauté, mais soigneusement adapté aux croyances magico-religieuses d’une région particulière.

 

A ces fêtes religieuses s’ajoutent d’autres célébrations nettement païennes, comme celles qui sont liées aux mythes ancestraux dans les communautés indigènes de la Selva (forêt amazonienne) et les nombreuses fêtes créées au cours des siècles précédents ou des dernières décennies. En outre, le jour même  de la célébration, les migrants appartenant aux quatre mille clubs départementaux, provinciaux et de districts montent des répliques urbaines des différentes fêtes qui  se réalisent dans leur village d’origine.

 

Une fête traditionnelle péruvienne est un espace de confluence où le sacré et le profane s’intègrent dans une seule et orgueilleuse manifestation de vitalité et d’allégresse.

 

Le culte religieux chrétien - qu’on peut reconnaître à première vue, particulièrement dans la Sierra - se déroule sur la tradition préhispanique du taki (en même temps

"chant et danse", en langue quechua) dédié aux dieux païens qui, sous des noms de

saints occidentaux, renaissent chaque année.

 

S’ajoute aux célébrations un programme  nourri comprenant messes, processions, défilés, bals, pèlerinages, repas, foires artisanales et agricoles ainsi que danses et toutes sortes de spectacles où alternent en toute liberté la sensualité et la spiritualité, l’ordre circulaire et le chaos temporaire, le passé et le futur.

 

Les fêtes péruviennes composent un radieux arc-en-ciel aux couleurs duquel s’unissent  les sons, les saveurs, les textures, les odeurs et  une vigoureuse théâtralité destinée à réinventer l’histoire et à produire une synthèse pour célébrer l’union de l’homme avec sa mère Terre.

 

CALENDRIER DES FÊTES

 

JANVIER

1er

Cusco

Remise des Bâtons de Commandement

(Entrega de Varas)

Le pouvoir d’un bâton

 

En début d’année les hommes les plus âgés de chaque communauté de la région (les yayas) se réunissent pour désigner les candidats qui deviendront les autorités suprêmes de leurs villages : les Varayocs. Au cours d’une fête arrosée de chicha (boisson à base de maïs fermenté) et de llonque (eau-de-vie) le Maire ou Varayoc reçoit la vara ou bâton de commandement, symbole du pouvoir. Il s’agit en fait d’une coutume préhispanique déguisée sous des formes occidentales. Les varas, confectionnées dans des bois  durs tels que la chonta, le hualtaco negro, le huallacán ou le membrillo (cognassier), mesurent environ un mètre de long et sont garnies d’incrustations d’argent et d’or (au petit musée de la Mairie de Cusco on peut en voir quelques-uns des plus beaux exemplaires). Quand ses fonctions prennent fin le varayoc n’exerce plus aucune charge dans sa communauté et se convertit en un vénérable ancien.

 

20

Canas (Cusco)

Chiaraje

Bataille rituelle

 

La tradition de représenter des batailles rituelles pour maintenir la fertilité de la terre subsiste dans un coin reculé du département du Cusco. Dans la pampa de Chiaraje (4 700 m d’altitude), province de Canas, où l’on arrive en partant de la ville impériale (Cusco) par une route puis par un chemin carrossable, les pacifiques habitants des communes de Checcas, Langui et Layo se livrent une fois par an à un impressionnant affrontement.

 

Munis de frondes en laine de mouton durcie, de fouets en cuir et revêtus de gilets ornés de fleurs, les jeunes guerriers se défient dans la brume ou sous les averses de grêle. Il s’agit d’un pucllay, jeu guerrier où les gagnants sont ceux qui occupent la plus grande étendue de terrain et obligent l’ennemi à reculer.

 

20

Trujillo (La Libertad)

Festival de la Marinera

Séduire avec un mouchoir

 

L’une des danses les plus élégantes du Pérou est la marinera, danse de séduction qui est exécutée en couple en agitant un mouchoir de la main droite, mouvement  qui sert à marquer la cadence de cette chorégraphie complexe.

 

Les pas caractéristiques de la marinera sont le coqueteo (jeu d’invites galantes entre

les deux danseurs) et l’habile cepillado (littéralement: brossage) avec les pieds. La coquine marinera de cette région se danse avec le chapeau à larges bords et le poncho, pour l’homme, et la robe de mochera (de Moche, district de la province de Trujillo), pour la femme.

 

Du 20 au 30 janvier a lieu, au colisée Gran Chimú de Trujillo, le concours le plus important de cette danse organisé par le Club Libertad et auquel participent des couples de tout le pays. Pendant la durée du festival se déroulent également des défilés de chars allégoriques et une ambiance de fête règne dans toute la ville. Les habitants "prennent" la Place d’Armes où ils dansent et se divertissent

 

FÉVRIER

1-14

Puno

Vierge de la Candelaria

La foi dans la capitale folklorique d’Amérique

 

Pendant 18 jours la ville des hauts-plateaux, Puno, qui s’étend sur les rives du lac Titicaca  (3 870 m d’altitude) devient la capitale folklorique d’Amérique. Plus de 200 troupes de musiciens et de danseurs s’y rassemblent pour célébrer la fête de la Mamacha Candelaria. Pendant les 9 premiers jours les mayordomos (chargés de diriger les festivités) décorent l’église et assument les frais de messes, banquets et jeux pyrotechniques.

 

Le jour central, le 2 février, la Vierge est conduite à travers la ville en une procession riche en couleurs; derrière elle, et respectant une pointilleuse hiérarchie, défilent les curés, les enfants de choeur, les fidèles, chrétiens et païens. Vient le moment de la présentation des ensembles de musiciens et de danseurs qui parcourent toute la ville. La fête est en rapport avec les cycles agraires préhispaniques des semailles et des récoltes, ainsi qu’avec l’activité minière de la région; elle est le produit du mélange entre la respectueuse allégresse aymara et la gravité ancestrale quechua. La danse des diables, (diablada), constitue le principal cortège folklorique; elle aurait été imaginée par des mineurs attrapés dans une galerie et qui, en proie au désespoir, se seraient recommandés à la Vierge de la Candelaria.Les danseurs font leurs offrandes à la terre (Pachamama) en jouant de la zampoña (flûte de Pan), revêtus de déguisements très voyants et presque toujours masqués. Les masques les plus impressionnants, à cause de leur aspect terrifiant, sont ceux des cerfs avec leurs

longues cornes tordues, associés au démon, et aussi le Jacancho ou dieu des minéraux. Dans le cacharpari, moment des adieux, les cortèges qui petit à petit remplissent les rues se dirigent finalement vers le cimetière pour rendre le culte aux morts.

 

27-30

Quico (Cusco)

Marquage du Bétail (Tinca de Vacas)

Distinguer son bien de celui d’autrui

 

L’acte central de cette fête, liée à l’image de l’apôtre Jacques, est le marquage du bétail (señalay). Seules les familles qui en possède la célèbrent et invitent les visiteurs à déguster de la viande de boeuf ou de lama et à boire de la chicha. Le théâtre de cette fête est la communauté de Quico, située à 4 800 m d’altitude. L’accès en est difficile depuis la route Urcos-Quince Mil (à dos de mule) mais gratifiant.

 

FÉVRIER et/ou MARS

2e quinzaine de février-

1e semaine de mars

Panpéruvienne

Carnavals

La fête de l’allégresse

 

Les carnavals péruviens sont marqués par le caractère festif des zones andines qui, cycliquement, rompent avec toute solennité. Au-delà des particularités régionales, une caractéristique commune à presque toutes les régions de la sierra est le rituel de la yunza, connue sous le nom de umisha dans la selva (forêt amazonienne) et de cortamonte sur la côte. Il consiste à planter artificiellement un arbre chargé de cadeaux et autour duquel on danse jusqu’à ce qu’il tombe sous les coups de machette ou de hache. Le couple assénant le coup qui fera tomber l’arbre sera lié et chargé de l’organisation de la yunza de l’année suivante. Jeter de l’eau aux gens qui passent est une coutume très répandue dans tout le pays; il vaut donc mieux être sur ses gardes pendant toute la durée de la fête. Les villes de carnavals qui se distinguent par leur exubérance et le soin de leur organisation sont Cajamarca et Puno.

 

MARS

1e semaine

Cañete (Lima)

Festival des Sports d’Aventure

de Lunahuaná

Semaine d’aventures

 

À seulement 30 minutes de San Vicente de Cañete, ville située à 150 km au sud de Lima, la vallée chaude de Lunahuaná est un paradis pour les sports d’aventure, grâce

à l’abondance des eaux du fleuve Cañete qui comporte des rapides allant jusqu’au niveau 4. S’y déroule un festival comprenant des championnats de canotage, parapente, trekking, vol libre, cyclisme de montagne, pêche au cordeau et au filet (atarraya). Le séjour à Lunahuaná est un excellent prétexte pour visiter le site archéologique proche de Incahuasi et le pont suspendu de Catapalla. La zone présente encore d’autres attraits tels que la dégustation de vins dans les caves avoisinantes et les plats exotiques préparés par les gens du cru, comme le lapin à la carapulcra (pommes de terre séchées) et le cochon d’Inde au vin.

 

2e semaine

Ica

Festival des Vendanges

(Festival de la Vendimia)

Le miracle du désert

 

Cette fête célèbre l’abondance du raisin et du vin dans la région d’Ica (à quatre heures de route au sud de Lima) où un travail persévérant a permis que la vigne couvre d’un manteau vert de grandes étendues de terrain gagnées sur le désert.Le festival des vendanges, très gai, comporte des foires, concours, défilés de chars allégoriques, festivals de musique et fêtes où l’on danse le festejo afropéruvien.

 

L’un des principaux attraits est l’élection et le couronnement de la Reine des Vendanges qui, accompagnée de sa suite, exécute le "foulage du raisin" pour en extraire le jus qui se transformera en vin. Avec les délicieuses tejas - de noix de pécan ou de fruits confits farcies de confiture de lait et recouvertes d’un bain de sucre glace - les assistants pourront apprécier la saveur du pisco, eau-de-vie de raisin née au Pérou il y a presque quatre siècles, qui séduit par son arôme et sa saveur.

 

2e quinzaine de mars-

1e semaine d’avril

Porcón (Cajamarca)

Les Croix de Porcón (Cruces de Porcón)

La symétrie de la foi

 

Entre les premières brumes de cinq heures du matin, une impressionnante procession d’immenses croix colorées faites de roseaux et de palmes traverse la vallée de Porcón pour célébrer l’entrée triomphale du Christ à Jérusalem. À la différence d’autres célébrations de Semaine Sainte, celle de ce joyeux hameau situé à une demi-heure de route de Cajamarca ne se concentre pas sur la mort de Jésus-Christ.

 

Le jour central, Dimanche des Rameaux, ont lieu quatre cérémonies différentes : le couronnement des croix, le salut au Seigneur dans la maison du mayordomo (chargé de diriger les festivités), les divers répons chantés en quechua et en latin et finalement la procession à la chapelle  de l’hacienda.

 

Les croix sont ornées de miroirs ronds ou ovales qui représentent les âmes des défunts, ainsi que d’images de la Vierge Marie, du Sacré-Coeur de Jésus et de divers saints patrons, placés symétriquement pour former un immense losange aux extrémités duquel sont suspendues des clochettes de métal pour annoncer l’arrivée à la communauté. Pendant l’imposante procession des croix, les anges vêtus de turquoise, de jaune et de rose avancent en conduisant la señorca, l’ânesse qui porte le Seigneur des Rameaux.

 

MARS et/ou AVRIL

2e quinzaine de mars-1e semaine d’avril

Ayacucho

Semaine Sainte (Semana Santa)

La ferveur d’Ayacucho

 

C’est au cours de cette semaine que se concentre le plus fervent sentiment religieux de l’homme andin. Dans la capitale du département d’Ayacucho, San Cristobal de Huamanga, située dans la sierra centrale du pays à 2761 m d’altitude, l’une des plus intenses adaptations de la passion, mort et résurrection du Christ y est présentée.

 

La semaine commence par l’entrée de Jésus dans la ville, monté sur un âne. Le mercredi, les images de la Vierge Marie et de Saint-Jean parcourent les rues sur des tapis de fleurs, en de ferventes processions, jusqu’au moment de la rencontre avec l’anda (sorte de plate-forme portée à bras d’hommes) du Seigneur, qu’ils "saluent" sur la Plaza de Armas. Dans la nuit du Vendredi Saint les lumières de la ville s’éteignent pour laisser passer le Seigneur du Saint-Sépulcre ou Christ du Calvaire. L’image sort du monastère de Santa Clara pour parcourir la ville sur un lit de roses blanches, suivie de la Vierge Douloureuse et des files d’hommes et de femmes en strict deuil, portant des cierges allumés.

 

La magnificence des andas envahies de bougies blanches offrent un spectacle saisissant. Se déroule ensuite la vigilia (veillée) avec prières et chants, jusqu’au Sermon des Trois heures du samedi. Après deux jours d’affliction le Dimanche de Résurrection devient une fête, le Christ ressuscité apparaît sur son anda qui le transporte à travers la ville.

 

2e quinzaine de mars-

1e semaine d’avril

Cusco

Le Seigneur des Tremblements de Terre

(Señor de los Temblores)

Le Christ noir et la fleur cramoisie

 

Depuis 1650, date à laquelle, selon les fidèles, une peinture du Cristo de la Buena Muerte arrêta un violent séisme qui secouait la ville du Cusco, les habitants rendent un culte à l’image du Taitacha Temblores. Cette célébration qui a lieu le Lundi Saint dans le cadre de la Semaine Sainte présente un intérêt spécial car elle permet d’apprécier clairement la fusion des religions andine et chrétienne. La cathédrale elle-même, qui abrite l’image, est construite sur la base de l’ancien temple dédié au dieu Apulla Tikse Wiracocha. L’image du Señor de los Temblores (Seigneur des Tremblements de terre) est conduite en procession à travers la ville, comme on le faisait autrefois avec les momies des chefs, prêtres et gouvernants incas. La fleur de ñucchu (salvia esplendes) est un élément important de cette célébration; dans les temps anciens elle faisait partie des offrandes aux dieux Kon et Wiracocha et de nos jours elle est utilisée pour confectionner la couronne du Señor de los Temblores. Les pétales de cette fleur cramoisie sont lancés par les fidèles sur l’image vénérée, symbolisant le sang du Christ. L’image actuelle fut donnée par Charles V et en dépit des ans aucun pinceau ne s’est risqué à la retoucher. Le temps et surtout la fumée des bougies et des cierges l’ont noircie au point d’en faire un étrange Christ noir d’un sombre aspect.

 

AVRIL

15-20

Pachacámac (Lima)

Festival du “Caballo de Paso Peruano”

La danse du cheval

 

Le cheval espagnol croisé avec l’arabe et élevé dans une région désertique qui a formé sa démarche et sa taille, a donné naissance au Caballo de Paso péruvien. Pendant 300 ans le sang de cette nouvelle race s’est purifié petit à petit jusqu’à développer les caractéristiques qui en ont fait l’un des plus beaux et des plus élégants exemplaires du monde. De leur côté les éleveurs, les chalanes (cavaliers) et les artisans ont su au cours des ans épurer l’art de l’amble - mouvements synchronisés des pattes antérieures et postérieures de façon parallèle - qui est également à l’origine des pas si particuliers et de la grâce de la marinera.

 

Le superbe harnachement (jato, montura et guarnición) fait partie de l’ensemble, ainsi que le costume du chalán (chemise et pantalon blancs, chapeau de paille, poncho en laine de vigogne, mouchoir noué autour du cou, bottes et éperons).Cette tradition - qui s’est exportée dans diverses parties du monde - se voit alimentée par les différents concours qui se déroulent dans les villes tant de la côte que de la sierra, le plus important étant le Concours National du Caballo de Paso qui a lieu chaque année sur le terrain d’exhibition de Mamacona, dans la localité archéologique de Pachacámac située à une trentaine de kilomètres au sud de Lima.

 

MAI

1er

Chapi (Arequipa)

Vierge de Chapi

La Vierge immobile

 

Partant de la ville d’Arequipa et traversant le désert, un immense pèlerinage se déroule chaque année jusqu’au sanctuaire de Chapi pour y vénérer l’image de la Vierge de la Purification, connue maintenant sous le nom de Virgen de Chapi.

 

En 1790 le curé de Pocsi, Juan de Dios José Tamayo, essaya de transporter la petite statue dans un autre village mais il lui fut impossible de la bouger car subitement elle devint excessivement lourde. Ce miracle se propagea dans toute la région et aujourd’hui les fidèles parcourent 45 km en 15 heures environ, marchant toute la nuit en s’appuyant sur de rustiques bâtons pour arriver jusqu’à cet endroit désertique situé à 2 420 m d’altitude.

 

Avant le premier arrêt les mombreuses pèlerins s’approvisionnent en pierres de différentes tailles qu’ils laisseront à Tres Cruces, au bord du chemin, pour former ce qu’on appelle les apachetas symbolisant la fatigue et les péchés que les fidèles laissent derrière eux. Ils referont la même chose à Alto de Hornilla puis à Siete Toldos, à 15 km du sanctuaire, formant avec les cierges une infinité de lumières qui scintillent dans l’obscurité de la nuit. Le jour suivant, à Chapi, la Vierge sort en procession sur des tapis de fleurs. À côté du sanctuaire, la nuit venue, se déroule un spectacle de feux d’artifice au cours duquel divers plats traditionnels sont proposés.

 

3

Acobamba (Junín)

Le Seigneur de Muruhuay

(Señor de Muruhuay)

Le visage du Christ en pierre

 

Abandonnés à leur sort par les autorités de la Vice-royauté, les malades atteints de variole (muru : variole, huay : maison) furent secourus par une image du Christ qui, selon la croyance, "entra" dans une immense dalle de pierre des pentes du mont Shalacoto (2 959 m) et s’y fixa. C’est à cet endroit, situé dans le district d’Acobamba à 12 km de Tarma, département de Junín, que se déroule l’un des plus importants pèlerinages du Pérou. Dans cette célébration survivent des rites préhispaniques et les éléments prédominants sont l’eau, la terre et la pierre. De nos jours les rituels d’adoration débutent la nuit antérieure avec un spectacle de feux d’artifice. Le jour central une messe en quechua est célébrée et ensuite les croyants déposent leur "Lettre à Dieu".

 

Plus tard les fidèles retournent à Tarma en une procession conduite par le mayordomo (qui dirige les festivités) et sa femme, suivie des troupes de danseurs où rivalisent caracollilos et negritos qui exécutent la contradanza, les abrecalle et les chutos.

 

Après la procession a lieu un déjeuner où sont servis les plats traditionnels andins, comme le typique cuy frito con maní y habas (cochon d’Inde frit accompagné de cacahuètes et de fèves). Les jours suivants on danse dans les principales rues d’Acobamba la fameuse chonguinada, sur de merveilleux tapis de fleurs.

 

 

Lima, Apurímac, Ayacucho,

Junín, Ica, Cusco

Fête des Croix (Fiesta de las Cruces)

Croix catholiques, esprits andins

 

Au cours de cette fête, très répandue dans la sierra, les membres de chaque communauté s’organisent pour la décoration de leur croix respective et la préparer ainsi pour la procession aux églises voisines.

 

La célébration est intimement liée à la reconnaissance pour les bonnes récoltes que les paysans offrent à leurs divinités depuis les temps préhispaniques.

 

Les spectacles folkloriques servent très souvent de cadre à cette fête, avec la participation des "danseurs aux ciseaux". Autrefois les danzaq ou danzantes de tijeras réalisaient leurs pas téméraires sur les clochers des églises.

 

De nos jours les danzaq rivalisent encore, exécutant d’incroyables prouesses.

 

1e semaine

Quispicanchis (Cusco)

Le Seigneur de Qoyllur Rit’i

(Señor de Qoyllur Rit’i)

Le plus grand pèlerinage

indigène d’Amérique

 

Les habitants du district d’Ocongate (Quispicanchis) célèbrent un rite qui a pour symbole extérieur l’image du Christ mais dont l’objet fondamental est l’intégration

de l’homme à la nature.

 

Le rituel, associé à la fertilité de la terre et à l’adoration des Apus (montagnes et en même temps dieux tutélaires), fait partie de la fête des peuples indiens la plus grande d’Amérique : le Qoyllur Rit’i. La cérémonie principale se déroule au pied du mont Ausangate, à 4 700 m d’altitude et à une température en-dessous de 0º. Le rituel consiste en un pèlerinage de bergers, commerçants et curieux qui se réunissent dans le sanctuaire de Sinakara. Selon la croyance, l’Enfant-Jésus déguisé en petit pâtre apparut à un enfant indigène, Marianito Mayta, et ils devinrent amis. Quand les parents de Marianito les trouvèrent revêtus de riches habits ils avertirent le curé de la paroisse, Pedro de Landa, qui essaya de les capturer mais sans succès car à la place de l’Enfant-Jésus apparut une pierre. Marianito mourut au même instant et l’image du Seigneur de Qoyllur Rit’i se fixa sur la roche. Actuellement la fête commence le jour de la Sainte Trinité où plus de 10 000  pèlerins grimpent jusqu’à la limite des neiges éternelles. Ils sont accompagnés  de danseurs (chauchas, qollas, pabluchas ou ukukus) qui symbolisent les divers personnages mythiques. Les ukukus (ours) sont les gardiens du Seigneur ainsi que des Apus et des apachetas (monticules de pierres déposées par les pèlerins en guise de péchés expiés) et se chargent de maintenir la discipline pendant les actes liturgiques. Un groupe de robustes Queros - habitants de ce qui pourrait être la plus pure communauté quechua du Pérou - déguisés en pabluchas, part en direction des sommets du mont (6 362 m), à la recherche de l’Étoile des Neiges qui est enfermée dans ses entrailles.

 

Au moment de retourner dans leurs communautés d’origine, ces robustes indigènes chargent sur leurs épaules de grands blocs de glace pour arroser symboliquement leurs terres avec l’eau sacrée de l’Ausangate.

 

JUIN

24

Cusco

Inti Raymi

La fête inca du soleil

 

Le solstice d’hiver de l’hémisphère sud et le temps des récoltes servent de prétexte à cette célébration qui rappelle la plus grande et la plus majestueuse cérémonie préhispanique en hommage au soleil. De nos jours l’Inti Raymi évoque le splendide rituel inca à travers un scénario élaboré par des professeurs, archéologues et historiens du Cusco. La représentation centrale a lieu sur l’esplanade de l’impressionnante forteresse de Sacsayhuamán, à 2 km de la ville du Cusco, où il est facile de se rendre en voiture ou à pied. Là sont mises en scène pas à pas, en une longue cérémonie, la reconnaissance et la gratitude rituelles envers le dieu Soleil. L’Inca est conduit en anda depuis le Koricancha ou Temple du Soleil jusqu’au Huacaypata (place principale de la ville), où il exhorte les autorités à réaliser un bon gouvernement.

 

Les participants se rendent ensuite à Sacsayhuamán où aura lieu le sacrifice d’un lama blanc et d’un lama noir. Les viscères et la graisse des lamas sont remises à deux prêtres : les intestins sont d’abord offerts au Callpa Ricuy pour qu’il fasse les prédictions de l’année, tandis que le Wupariruj prend la graisse d’où il tirera ses présages en observant la fumée. Les prédictions données  sont interprétées par le Wíllac Umo, prêtre suprême, qui en fait part à l’Inca. Finalement, au coucher du soleil l’Inca donne l’ordre de se retirer; éclate alors un tumulte effréné qui durera plusieurs jours.

 

24

Cusco, Loreto, San Martín, Ucayali

Saint-Jean (San Juan)

Fertilité et sensualité

 

Saint-Jean-Baptiste revêt un caractère très symbolique très marqué dans la selva, en raison de la prépondérance de l’eau comme élément vital dans toute l’Amazonie. Cette date est donc considérée comme la fête la plus importante de tout l’Orient péruvien. Dans la ville d’Iquitos ont lieu divers festivals et actes publics : on y organise des fêtes animées par des groupes de musiciens typiques et on y prépare les plats de la région comme le tacacho (purée de bananes rôties) ou les fameux tamales de riz appelés juanes en honneur au saint. Au milieu de cette ambiance carnavalesque de bouleversement de l’ordre et de grande chaleur humaine le mythe populaire de la sensualité toute spéciale de cette région de Loreto s’est fortement développé. Il existe la croyance très répandue que les meilleurs aphrodisiaques sont préparés à Iquitos, à base de macérations de toutes sortes de fruits et d’herbes dans de l’eau-de-vie de canne à sucre, et que l’on désigne par des noms étranges et suggestifs.

 

Le plus connu est sans aucun doute le chuchuhuasi, préparé avec une racine de la région. Dans la sierra la fête est également liée à la fertilité mais l’élément central en est le bétail, facilement associé à l’image de Saint-Jean en tant que pasteur des

âmes. Ce jour-là les animaux sont comptés, marqués et, dans le cas des lamas, on

leur adresse même des prières. Au Cusco, où les paysans emmenaient leurs moutons richement parés pour qu’ils "écoutent" la messe, la tradition s’est déplacée au 25, cédant la place à l’Inti Raymi.

 

29

Chorrillos et Lurín (Lima),

San José (Lambayeque)

Saints-Pierre et Paul

(San Pedro y San Pablo)

Les Saints des pêcheurs et des paysans

 

Dans les localités de la sierra a lieu une véritable fête de l’eau, en même temps que s’effectue la limpia (nettoyage) des canaux d’irrigation. Sur la côte, Saint-Pierre a été choisi comme patron des pêcheurs et son culte est célébré dans les petits ports de Chorrillos et de Lurín (Lima) et dans celui de San José situé à 13 km au nord de Chiclayo. La cérémonie se déroule à l’embouchure du fleuve Lambayeque où - selon la légende - débarqua le dieu fondateur Naylamp. Le Saint est conduit - au milieu des senteurs des brûle-parfums, des chants et des prières - jusqu’au bord de mer où il est embarqué pour une traversée dans le but de bénir les eaux pour une bonne année de pêche.

 

Fête mobile

Cusco

Corpus Christi (Fête-Dieu)

Le passage des saints et des vierges

 

La fête de Corpus Christi (Fête-Dieu) est célébrée dans tout le pays depuis l’époque de la Colonie mais c’est au Cusco qu’elle atteint toute son intensité. Quinze saints

et vierges de divers districts arrivent en procession à la cathédrale pour "saluer" le corps du Christ, c’est-à-dire l’hostie consacrée qui est conservée dans le fabuleux ostensoir en or massif pesant 26 kilos et mesurant

1,20 m de haut.

 

Soixante jours après le dimanche de Pâques, chaque église promène son Saint Patron au rythme des sons de la María Angola, la plus grosse cloche du Pérou, façonnée au cours du XVIe siècle par le maître Diego Arias de la Cerda dans un alliage de cuivre et d’or.

 

La nuit précédente une veillée a lieu au cours de laquelle sont servis des plats typiques tels que le chiriuchu, cochon d’Inde au piment, accompagné de bière, de chicha et de pains de maïs. À peine la lumière du jour point-elle que commence le défilé, autour du Huacaypata (place principale), des cinq vierges parées d’un ensemble impressionnant de pierreries et de luxueux brocarts, ainsi que des saints Sébastien, Blaise, Joseph et de l’Apôtre Jacques sur son magnifique cheval blanc.

 

Les saints entrent ensuite dans la cathédrale pour le salut. La cérémonie terminée les représentants des diverses communautés et les autorités se réunissent sur la place principale pour discuter des problèmes locaux. Finalement les délégations retournent dans leurs églises d’origine accompagnées de cantiques et de chants.

 

JUILLET

2e semaine (15-16)

Paucartambo (Cusco)

Vierge du Carmen de Paucartambo

Mamacha Carmen

 

À quatre heures du Cusco, dans la localité

de Paucartambo, des milliers de croyants vénèrent la Virgen del Carmen, patronne des métis appelée localement Mamacha Carmen. La réunion qui marque le début de ces journées de fête a lieu sur la place principale où des groupes de musiciens jouent de leurs instruments, tandis que des choristes richement parés chantent en quechua, donnant le signal du départ à d’ingénieuses chorégraphies représentant des passages de l’histoire du Pérou. Des cortèges de différents déguisements (Doctorcitos, Waca, Sarjas) défileront en procession pendant cinq jours, accompagnant la Mamacha pendant toute la durée de son parcours sur la place, le parvis de l’église et les rues du village.

 

Le jour central de la célébration la Vierge est conduite en procession pour bénir les assistants et éloigner les démons. Les danseurs exécutent sur les toits des maisons des figures acrobatiques et risquées, arborant des tenues à la mode incaïque ou coloniale.

A la fin de la procession est déclenchée la guerre contre les démons d’où les fidèles sortiront triomphants. Finalement le cortège achève son trajet au cimetière pour rendre hommage aux "âmes".

 

28-29

Panpéruvienne

Fête Nationale (Fiestas Patrias)

Le Pérou libre et indépendant

 

Des fêtes et célébrations patriotiques ont lieu dans tout le pays pour commémorer la Déclaration d’Indépendance du Pérou (28 juillet 1821), prononcée par le Libertador José de San Martín. À Lima comme dans toutes les villes du Pérou et jusque dans les villages les plus reculés, les maisons pavoisent dès les premiers jours du mois.

 

La nuit du 27 des groupes de musique folklorique et criolla se produisent sur les places et dans les parcs. Le lever du jour du 28 est salué par une salve de 21 coups de canon, préambule à la cérémonie du lever de drapeau.

 

Le jour suivant un Te Deum est célébré dans la cathédrale de Lima, auquel assiste le Président de la République. Le 29 se déroule la fameuse Parade Militaire, en présence également du Président.

 

Dans plusieurs villes de l’intérieur ont lieu des foires agricoles (Cajamarca, Piura, Monsefú), en même temps que trois fêtes qui caractérisent bien l’âme du criollismo : combats de coqs, courses de taureaux et exhibitions de caballos de paso.

 

MAI

1er

Chapi (Arequipa)

Vierge de Chapi

La Vierge immobile

 

Partant de la ville d’Arequipa et traversant le désert, un immense pèlerinage se déroule chaque année jusqu’au sanctuaire de Chapi pour y vénérer l’image de la Vierge de la Purification, connue maintenant sous le nom de Virgen de Chapi.

 

En 1790 le curé de Pocsi, Juan de Dios José Tamayo, essaya de transporter la petite statue dans un autre village mais il lui fut impossible de la bouger car subitement elle devint excessivement lourde. Ce miracle se propagea dans toute la région et aujourd’hui les fidèles parcourent 45 km en 15 heures environ, marchant toute la nuit en s’appuyant sur de rustiques bâtons pour arriver jusqu’à cet endroit désertique situé à 2 420 m d’altitude.

 

Avant le premier arrêt les mombreuses pèlerins s’approvisionnent en pierres de différentes tailles qu’ils laisseront à Tres Cruces, au bord du chemin, pour former ce qu’on appelle les apachetas symbolisant la fatigue et les péchés que les fidèles laissent derrière eux. Ils referont la même chose à Alto de Hornilla puis à Siete Toldos, à 15 km du sanctuaire, formant avec les cierges une infinité de lumières qui scintillent dans l’obscurité de la nuit. Le jour suivant, à Chapi, la Vierge sort en procession sur des tapis de fleurs. À côté du sanctuaire, la nuit venue, se déroule un spectacle de feux d’artifice au cours duquel divers plats traditionnels sont proposés.

 

3

Acobamba (Junín)

Le Seigneur de Muruhuay

(Señor de Muruhuay)

Le visage du Christ en pierre

 

Abandonnés à leur sort par les autorités de la Vice-royauté, les malades atteints de variole (muru : variole, huay : maison) furent secourus par une image du Christ qui, selon la croyance, "entra" dans une immense dalle de pierre des pentes du mont Shalacoto (2 959 m) et s’y fixa. C’est à cet endroit, situé dans le district d’Acobamba à 12 km de Tarma, département de Junín, que se déroule l’un des plus importants pèlerinages du Pérou. Dans cette célébration survivent des rites préhispaniques et les éléments prédominants sont l’eau, la terre et la pierre. De nos jours les rituels d’adoration débutent la nuit antérieure avec un spectacle de feux d’artifice. Le jour central une messe en quechua est célébrée et ensuite les croyants déposent leur "Lettre à Dieu".

 

Plus tard les fidèles retournent à Tarma en une procession conduite par le mayordomo (qui dirige les festivités) et sa femme, suivie des troupes de danseurs où rivalisent caracollilos et negritos qui exécutent la contradanza, les abrecalle et les chutos.

 

Après la procession a lieu un déjeuner où sont servis les plats traditionnels andins, comme le typique cuy frito con maní y habas (cochon d’Inde frit accompagné de cacahuètes et de fèves). Les jours suivants on danse dans les principales rues d’Acobamba la fameuse chonguinada, sur de merveilleux tapis de fleurs.

 

3

Lima, Apurímac, Ayacucho,

Junín, Ica, Cusco

Fête des Croix (Fiesta de las Cruces)

Croix catholiques, esprits andins

 

Au cours de cette fête, très répandue dans la sierra, les membres de chaque communauté s’organisent pour la décoration de leur croix respective et la préparer ainsi pour la procession aux églises voisines.

 

La célébration est intimement liée à la reconnaissance pour les bonnes récoltes que les paysans offrent à leurs divinités depuis les temps préhispaniques.

 

Les spectacles folkloriques servent très souvent de cadre à cette fête, avec la participation des "danseurs aux ciseaux". Autrefois les danzaq ou danzantes de tijeras réalisaient leurs pas téméraires sur les clochers des églises.

 

De nos jours les danzaq rivalisent encore, exécutant d’incroyables prouesses.

 

1e semaine

Quispicanchis (Cusco)

Le Seigneur de Qoyllur Rit’i

(Señor de Qoyllur Rit’i)

Le plus grand pèlerinage

indigène d’Amérique

 

Les habitants du district d’Ocongate (Quispicanchis) célèbrent un rite qui a pour symbole extérieur l’image du Christ mais dont l’objet fondamental est l’intégration

de l’homme à la nature.

 

Le rituel, associé à la fertilité de la terre et à l’adoration des Apus (montagnes et en même temps dieux tutélaires), fait partie de la fête des peuples indiens la plus grande d’Amérique : le Qoyllur Rit’i. La cérémonie principale se déroule au pied du mont Ausangate, à 4 700 m d’altitude et à une température en-dessous de 0º. Le rituel consiste en un pèlerinage de bergers, commerçants et curieux qui se réunissent dans le sanctuaire de Sinakara. Selon la croyance, l’Enfant-Jésus déguisé en petit pâtre apparut à un enfant indigène, Marianito Mayta, et ils devinrent amis. Quand les parents de Marianito les trouvèrent revêtus de riches habits ils avertirent le curé de la paroisse, Pedro de Landa, qui essaya de les capturer mais sans succès car à la place de l’Enfant-Jésus apparut une pierre. Marianito mourut au même instant et l’image du Seigneur de Qoyllur Rit’i se fixa sur la roche. Actuellement la fête commence le jour de la Sainte Trinité où plus de 10 000 pèlerins grimpent jusqu’à la limite des neiges éternelles. Ils sont accompagnés de danseurs (chauchas, qollas, pabluchas ou ukukus) qui symbolisent les divers personnages mythiques. Les ukukus (ours) sont les gardiens du Seigneur ainsi que des Apus et des apachetas (monticules de pierres déposées par les pèlerins en guise de péchés expiés) et se chargent de maintenir la discipline pendant les actes liturgiques. Un groupe de robustes Queros - habitants de ce qui pourrait être la plus pure communauté quechua du Pérou - déguisés en pabluchas, part en direction des sommets du mont (6 362 m), à la recherche de l’Étoile des Neiges qui est enfermée dans ses entrailles.

 

Au moment de retourner dans leurs communautés d’origine, ces robustes indigènes chargent sur leurs épaules de grands blocs de glace pour arroser symboliquement leurs terres avec l’eau sacrée de l’Ausangate.

 

JUIN

24

Cusco

Inti Raymi

La fête inca du soleil

 

Le solstice d’hiver de l’hémisphère sud et le temps des récoltes servent de prétexte à cette célébration qui rappelle la plus grande et la plus majestueuse cérémonie préhispanique en hommage au soleil. De nos jours l’Inti Raymi évoque le splendide rituel inca à travers un scénario élaboré par des professeurs, archéologues et historiens du Cusco. La représentation centrale a lieu sur l’esplanade de l’impressionnante forteresse de Sacsayhuamán, à 2 km de la ville du Cusco, où il est facile de se rendre en voiture ou à pied. Là sont mises en scène pas à pas, en une longue cérémonie, la reconnaissance et la gratitude rituelles envers le dieu Soleil. L’Inca est conduit en anda depuis le Koricancha ou Temple du Soleil jusqu’au Huacaypata (place principale de la ville), où il exhorte les autorités à réaliser un bon gouvernement.

 

Les participants se rendent ensuite à Sacsayhuamán où aura lieu le sacrifice d’un lama blanc et d’un lama noir. Les viscères et la graisse des lamas sont remises à deux prêtres : les intestins sont d’abord offerts au Callpa Ricuy pour qu’il fasse les prédictions de l’année, tandis que le Wupariruj prend la graisse d’où il tirera ses présages en observant la fumée. Les prédictions données  sont interprétées par le Wíllac Umo, prêtre suprême, qui en fait part à l’Inca. Finalement, au coucher du soleil l’Inca donne l’ordre de se retirer; éclate alors un tumulte effréné qui durera plusieurs jours.

 

24

Cusco, Loreto, San Martín, Ucayali

Saint-Jean (San Juan)

Fertilité et sensualité

 

Saint-Jean-Baptiste revêt un caractère très symbolique très marqué dans la selva, en raison de la prépondérance de l’eau comme élément vital dans toute l’Amazonie. Cette date est donc considérée comme la fête la plus importante de tout l’Orient péruvien. Dans la ville d’Iquitos ont lieu divers festivals et actes publics : on y organise des fêtes animées par des groupes de musiciens typiques et on y prépare les plats de la région comme le tacacho (purée de bananes rôties) ou les fameux tamales de riz appelés juanes en honneur au saint. Au milieu de cette ambiance carnavalesque de bouleversement de l’ordre et de grande chaleur humaine le mythe populaire de la sensualité toute spéciale de cette région de Loreto s’est fortement développé. Il existe la croyance très répandue que les meilleurs aphrodisiaques sont préparés à Iquitos, à base de macérations de toutes sortes de fruits et d’herbes dans de l’eau-de-vie de canne à sucre, et que l’on désigne par des noms étranges et suggestifs. Le plus connu est sans aucun doute le chuchuhuasi, préparé avec une racine de la région. Dans la sierra la fête est également liée à la fertilité mais l’élément central en est le bétail, facilement associé à l’image de Saint-Jean en tant que pasteur des âmes. Ce jour-là les animaux sont comptés, marqués et, dans le cas des lamas, on leur adresse même des prières. Au Cusco, où les paysans emmenaient leurs moutons richement parés pour qu’ils "écoutent" la messe, la tradition s’est déplacée au 25, cédant la place à l’Inti Raymi.

 

29

Chorrillos et Lurín (Lima),

San José (Lambayeque)

Saints-Pierre et Paul

(San Pedro y San Pablo)

Les Saints des pêcheurs et des paysans

 

Dans les localités de la sierra a lieu une véritable fête de l’eau, en même temps que s’effectue la limpia (nettoyage) des canaux d’irrigation. Sur la côte, Saint-Pierre a été choisi comme patron des pêcheurs et son culte est célébré dans les petits ports de Chorrillos et de Lurín (Lima) et dans celui de San José situé à 13 km au nord de Chiclayo. La cérémonie se déroule à l’embouchure du fleuve Lambayeque où - selon la légende - débarqua le dieu fondateur Naylamp. Le Saint est conduit - au milieu des senteurs des brûle-parfums, des chants et des prières - jusqu’au bord de mer où il est embarqué pour une traversée dans le but de bénir les eaux pour une bonne année de pêche.

 

Fête mobile

Cusco

Corpus Christi (Fête-Dieu)

Le passage des saints et des vierges

 

La fête de Corpus Christi (Fête-Dieu) est célébrée dans tout le pays depuis l’époque de la Colonie mais c’est au Cusco qu’elle atteint toute son intensité. Quinze saints et vierges de divers districts arrivent en procession à la cathédrale pour "saluer" le corps du Christ, c’est-à-dire l’hostie consacrée qui est conservée dans le fabuleux ostensoir en or massif pesant 26 kilos et mesurant

1,20 m de haut.

 

Soixante jours après le dimanche de Pâques, chaque église promène son Saint Patron au rythme des sons de la María Angola, la plus grosse cloche du Pérou, façonnée au cours du XVIe siècle par le maître Diego Arias de la Cerda dans un alliage de cuivre et d’or.

 

La nuit précédente une veillée a lieu au cours de laquelle sont servis des plats typiques tels que le chiriuchu, cochon d’Inde au piment, accompagné de bière, de chicha et de pains de maïs. À peine la lumière du jour point-elle que commence le défilé, autour du Huacaypata (place principale), des cinq vierges parées d’un ensemble impressionnant de pierreries et de luxueux brocarts, ainsi que des saints Sébastien, Blaise, Joseph et de l’Apôtre Jacques sur son magnifique cheval blanc.

 

Les saints entrent ensuite dans la cathédrale pour le salut. La cérémonie terminée les représentants des diverses communautés et les autorités se réunissent sur la place principale pour discuter des problèmes locaux. Finalement les délégations retournent dans leurs églises d’origine accompagnées de cantiques et de chants.

 

JUILLET

2e semaine (15-16)

Paucartambo (Cusco)

Vierge du Carmen de Paucartambo

Mamacha Carmen

 

À quatre heures du Cusco, dans la localité de Paucartambo, des milliers de croyants vénèrent la Virgen del Carmen, patronne des métis appelée localement Mamacha Carmen. La réunion qui marque le début de ces journées de fête a lieu sur la place principale où des groupes de musiciens jouent de leurs instruments, tandis que des choristes richement parés chantent en quechua, donnant le signal du départ à d’ingénieuses chorégraphies représentant des passages de l’histoire du Pérou. Des cortèges de différents déguisements (Doctorcitos, Waca, Sarjas) défileront en procession pendant cinq jours, accompagnant la Mamacha pendant toute la durée de son parcours sur la place, le parvis de l’église et les rues du village. Le jour central de la célébration la Vierge est conduite en procession pour bénir les assistants et éloigner les démons. Les danseurs exécutent sur les toits des maisons des figures acrobatiques et risquées, arborant des tenues à la mode incaïque ou coloniale. A la fin de la procession est déclenchée la guerre contre les démons d’où les fidèles sortiront triomphants. Finalement le cortège achève son trajet au cimetière pour rendre hommage aux "âmes".

 

28-29

Panpéruvienne

Fête Nationale (Fiestas Patrias)

Le Pérou libre et indépendant

 

Des fêtes et célébrations patriotiques ont lieu dans tout le pays pour commémorer la Déclaration d’Indépendance du Pérou (28 juillet 1821), prononcée par le Libertador José de San Martín. À Lima comme dans toutes les villes du Pérou et jusque dans les villages les plus reculés, les maisons pavoisent dès les premiers jours du mois.

 

La nuit du 27 des groupes de musique folklorique et criolla se produisent sur les places et dans les parcs. Le lever du jour du 28 est salué par une salve de 21 coups de canon, préambule à la cérémonie du lever de drapeau.

 

Le jour suivant un Te Deum est célébré dans la cathédrale de Lima, auquel assiste le Président de la République. Le 29 se déroule la fameuse Parade Militaire, en présence également du Président.

 

Dans plusieurs villes de l’intérieur ont lieu des foires agricoles (Cajamarca, Piura, Monsefú), en même temps que trois fêtes qui caractérisent bien l’âme du criollismo : combats de coqs, courses de taureaux et exhibitions de caballos de paso.

 

26-30

Cotabambas (Apurímac)

Yawar Fiesta

La lutte du taureau et du condor

 

Dans la localité de Ccollurqui, province de Cotabambas, Apurímac, à huit heures de la ville d’Abancay par une route difficile, les Fiestas Patrias sont célébrées par une course de taureaux dont les caractéristiques symboliques en font un véritable rituel. Les protagonistes sont un taureau et un condor qui représentent respectivement l’espagnol et l’andin. Une fois capturé, le condor est attaché sur le dos du taureau auquel il donne de furieux coups de bec pour essayer de s’échapper. À son tour le taureau est excité par des espontáneos qui se lancent dans l’arène et réalisent une faena avec leurs propres ponchos. Le taureau fait des sauts désespérés pour tâcher de se libérer et quand finalement il est vaincu -en général il l’est - on libère le condor au milieu de la musique et de la fête. Si le condor est grièvement blessé, où pire encore s’il meurt, c’est un signe de malheur pour le village. Pendant la nuit ont lieu des défilés de danseurs, des feux d’artifice et des cortèges de torches.

 

AOÛT

30

Ville de Lima et Quives (Lima),

Ocopa (Junín) et Arequipa

Santa Rosa de Lima

Patronne des Amériques et des Philippines

 

Santa Rosa de Lima est le nom sous lequel est entrée dans l’éternité une liménienne du XVIIe siècle. Une grande vocation religieuse poussa Isabel Flores de Oliva à prendre l’habit de tertiaire (célibataire consacrée sans ordre religieux particulier) et à mener une vie pieuse au service des malades. La rigueur de ses pénitences pour résister au péché ainsi que sa bonté la rendirent célèbre, même de son vivant. Son culte s’est propagé non seulement au Pérou mais aussi aux Philippines et dans d’autres parties du continent, raison pour laquelle elle fut proclamée Patronne des Amériques et des Philippines. Son sanctuaire, situé dans le centre de Lima, est un lieu permanent de pèlerinage où les fidèles se rendent dans l’espoir d’être favorisés par un miracle, spécialement en rapport avec la santé des malades. Le 30 août la coutume est d’aller jeter une lettre de souhaits dans le puits où Santa Rosa laissa tomber la clé de son cilice et de visiter l’ermitage qu’elle- même construisit. Santa Rosa est la Patronne de la Police Nationale du Pérou et sa fête est célébrée dans tout le pays, mais c’est dans la localité de Santa Rosa de Quives, dans la sierra du département de Lima, qu’elle revêt un caractère quechua tout spécial.

 

SEPTEMBRE

6-10

Andahuaylas (Apurímac)

Vierge de Cocharcas

La Vierge Voyageuse

 

La Vierge de Cocharcas est une réplique qu’un fidèle, Sebastián Quiminchi, natif de San Pedro de Cocharcas, fit tailler en 1598 en remerciement pour les miracles accordés par la Vierge de Copacabana, en Bolivie.

La célébration de cette fête est à la charge de ses fidèles ou quimichos (nom dérivé de Quiminchi) qui conduisent la Vierge en procession à travers les rues de Cocharcas.

Il existe d’autres répliques de la même image qui sont emmenées en pèlerinage dans plusieurs villes hors du département d’Apurímac. Ces déplacements vers les villes du Cusco et de Huamanga (Ayacucho) - qui lui ont valu le surnom de Vierge Voyageuse - se réalisent au milieu des chants, de la musique et des prières, une fois les récoltes faites. La Vierge est associée aux pluies et à la fertilité de la terre.

 

Dernière semaine

Trujillo (La Libertad)

Festival International du Printemps

(Festival de la Primavera)

Éternellement vert

 

La fête du printemps est célébrée dans tout le pays et dans les régions de la selva elle est spécialement riche en couleurs, mais c’est celle de Trujillo, capitale du département de La Libertad, qui revêt la plus grande splendeur. La danse la plus caractéristique de cette fête est la marinera norteña qui est toujours exécutée en couple, en agitant de la main droite un mouchoir pour marquer la cadence. Des tournois de ses multiples variantes se déroulent pendant plusieurs jours. Pendant la semaine que dure la fête les rues et les maisons sont décorées, il y a des défilés de chars allégoriques et des bandes de collégiens dansent dans les rues avec à leur tête la Reine du Printemps, toujours flanquée de majorettes venues de diverses parties du monde pour montrer leurs spectaculaire adresse.

 

OCTOBRE

4

Lima, Ancash, Apurímac,

Arequipa et Cusco

Vierge du Rosario

Une bataille entre "Maures" et Chrétiens

 

La Vierge du Rosaire est la patronne de l’ordre des dominicains qui eurent à leur charge la confrérie des esclaves à l’époque coloniale, raison pour laquelle son image est souvent accompagnée d’une icône avec la lettre S fixée par un clou (symbole des esclaves noirs).

 

Son culte, qui remonte à 1536, est célébré dans tout le Pérou. Le premier dimanche d’octobre, à Cajatambo (sierra de Lima), a lieu une foire agricole accompagnée de courses de taureaux, de concours de marinera et d’une procession avec Los Diablos comme principal cortège.

 

Dans les districts d’Urcos, dans la province de Quispicanchis, ainsi qu’à Combate et Checaupe, province de Canchis, tous deux du département du Cusco, cette fête est célébrée avec processions, foires taurines et copieuses pachamancas, aliments préparés "dans la terre", c’est-à-dire dans des fosses peu profondes recouvertes de pierres brûlantes.

 

Mais le centre le plus important des célébrations de la Virgen del Rosario et qui attire les plus des participants est le département d’Ancash. Les festivités se réalisent en présence des pallas, jeunes filles revêtues d’une tunique à larges manches et portant de hautes couronnes de fleurs sur la tête, ainsi que les fameux negritos, danseurs masqués de laine noire qui animent la commémoration.

 

C’est au cours de cette fête qu’on peut assister à un affrontement symbolique entre Maures, des paysans en costume andin et chrétiens en costumes espagnols du temps de la Colonie. La lutte prend fin quand les rois maures, après avoir été vaincus et faits prisonniers, se repentent et demandent leur conversion au christianisme. En fin d’après-midicommence la procession de la Vierge qui retourne dans son église, accompagnée de groupes de musiciens.

 

2e semaine

Ayabaca (Piura)

Le Seigneur Captif d’Ayabaca

(Señor Cautivo de Ayabaca)

Le doux visage du Seigneur

 

Des milliers de croyants de diverses zones du Nord du Pérou et même d’Équateur se rendent en pèlerinage jusqu’à Ayabaca, agglomération située à 211 km au nord- ouest de Piura. Le jour central de la fête a lieu une procession de l’image du Christ Prisonnier à travers les rues du village préalablement recouvertes de tapis de fleurs. Avant la d’Aypate Conquête, au même endroit, on portait des offrandes (pagos) aux centres de culte d’Aypate et La Huaca. Les fidèles ont une grande dévotion pour les miracles accomplis par l’image de la Vierge, spécialement concernant la guérison des malades. Son origine remonte à 1751, quand un prêtre d’origine espagnole fit tailler cette image caractérisée par son expressivité très déconcertante, à la fois douce et énigmatique, véritable consolatrice des affligés.

 

18-28

Lima

Le Seigneur des Miracles

(Señor de los Milagros)

La plus grande procession

d’Amérique du Sud

 

L’origine de cette procession - qui rassemble le plus grand nombre de fidèles d’Amérique du Sud - remonte à la Colonie, quand un esclave amené d’Angola dessina l’image d’un Christ noir sur les murs d’une humble maison de Pachacamilla, près de Lima. L’image resta sur le mur bien qu’à plusieurs reprises on ait tenté de l’effacer, origine de la dévotion dont elle fait l’objet. Au cours du tremblement de terre de 1746 toutes les constructions voisines furent détruites, excepté le mur du Christ noir. La foi populaire se consolida à la suite de cet événement, foi qui n’a cessé de grandir au point que ce Christ est actuellement l’image la plus vénérée de Lima. Le centre de la célébration est l’une des plus grandes processions d’Amérique, où des dizaines de milliers de fidèles revêtus de l’habit violet chantent et prient en accompagnant l’image. La plate-forme sur laquelle elle repose (anda) pèse deux tonnes et ce sont les fidèles qui la portent sur leurs épaules. Le parcours traditionnel dure presque 24 heures et débute à l’église de Las Nazarenas, traversant ensuite la zone du centre de Lima pour arriver à l’église de La Merced de Barrios Altos. À cette époque abondent les vendeurs proposant une grande variété de plats et de friandises typiques, comme le réputé Turrón de Doña Pepa. En octobre, en commémoration du Señor de los Milagros, a lieu également la très célèbre sai son taurine du même nom dans les arènes de la Plaza de Acho, où se présentent les plus prestigieux toreros d’Espagne et d’Amérique.

 

3e semaine

Ica

Le Signeur de Luren

(Señor de Luren)

Le Christ du désert

 

L’origine de la dévotion au Seigneur Crucifié de Luren, patron de la ville d’Ica (300 km au sud de Lima) remonte à l’année 1570 lorsque cette image s’égara mystérieusement dans le désert pendant le trajet de Lima à Ica, pour réapparaître dans un endroit désolé appelé Luren. Quelque temps plus tard, Nicolás de Ribera le Vieux, premier maire de Lima, fit construire à cet endroit un petit temple et  un hôpital pour les Indiens. Actuellement, un sanctuaire moderne de style romantique abrite l’image en bois du Christ agonisant ainsi que celles de la Vierge Marie et de Marie Madeleine. Le dimanche, jour central de la fête, l’image parcourt la ville en procession depuis la tombée de la nuit jusqu’à l’aube du jour suivant.

 

NOVEMBRE

1er-2

Panpéruvienne

Toussaint et Jour des Morts

(Todos los Santos y Día de los Difuntos)

Dialogue avec les âmes du Purgatoire

 

Ces jours-là, consacrés à la mémoire des défunts, les gens ont l’habitude d’assister à la messe et de se rendre au cimetière avec des fleurs dans les localités de la côte et de la nourriture dans celles de la sierra, qu’ils partageront symboliquement avec les âmes du purgatoire. Le culte des morts fut une pratique très répandue dans l’antiquité préhispanique et une partie de cette tradition, combinée avec des éléments chrétiens, se maintient encore de nos jours. Dans la localité de La Arena (Piura) les habitants se rendent sur la place principale en emmenant leurs enfants revêtus de leurs meilleurs habits. S’y rendent également les membres des familles qui ont perdu un enfant ou un neveu en bas âge et quand ils rencontrent un enfant ressemblant au défunt ils lui offrent des petits pains, des friandises traditionnelles telles que le camotillo (à base de patate douce) ou la cocada (à la noix de coco), dans de petits sachets finement décorés qu’ils appellent angelitos (petits anges). La nuit venue les familles font une veillée dans le cimetière qui pour cette occasion est illuminé avec des bougies jusqu’au lever du jour. Dans les régions d’Arequipa et de Junín les petits sachets d’angelitos sont remplacés par des pains en forme de bébés (t’anta wawas).

 

DÉCEMBRE

24 et 25

Panpéruvienne

Noël Andin

Temps d’intégration et de

splendeur artistique

 

Le contexte rural qui accompagne la venue de l’Enfant-Jésus a déterminé une identification immédiate avec la festivité, soulignée par la créativité artisanale, le sens esthétique et la dévotion religieuse des populations andines. C’est ainsi que les Noëls andins ont acquis des traits particuliers grâce à l’intégration des éléments propres à chaque région. Ces éléments sont caractérisés par le soin extrême apporté à

la décoration des crèches que l’on installe dans les églises et les maisons, à l’exécution des danses, aux représentations théâtrales, à la confection des plats typiques et à toute une gamme de créations artisanales comme la taille de crèches en pierre de Huamanga ou les retables sur le thème de Noël, la céramique ou les calebasses gravées au burin sur le même thème. Dans la plupart des localités andines cette fête se prolonge jusqu’au Jour des Rois (6 janvier) où l’on offre les cadeaux traditionnels.

 

24

Cusco

Foire de Santuranticuy

La vente de saints

 

Son origine remonte à l’époque de la Vice-royauté et c’est actuellement l’une des plus grandes foires artisanales du Pérou. Elle a lieu sur la place principale (Plaza Mayor) du Cusco où les artistes étendent leurs couvertures à même le sol, suivant la coutume des traditionnelles foires andines. Santuranticuy, qui signifie "vente de saints", est un marché provisoire où les fabricants d’images et les artisans offent les santons les plus variés pour égayer les fêtes de Noël et accompagner les crèches ou nacimientos qui sont installés dans les maisons et les paroisses. Sont proposés également divers articles en terre cuite apportés de Pucará et de Quinua. Sur cette place on peut trouver toutes sortes d’objets artisanaux, figurines en bois taillé, céramiques, retables. La nuit est particulièrement propice à la vente des traditionnels ponchos pour se garantir du froid.

 

27

El Guayabo et El Carmen

(Chincha, Ica)

Vierge du Carmen

La Peoncita

 

La Virgen del Carmen est l’image la plus vénérée du Pérou après celle du Señor de los Milagros. Son culte remonte à l’époque de la Colonie quand arrivèrent les frères de l’ordre du Carmel. Dans diverses localités de la région d’Ica, El Carmen et El Guayabo ainsi qu’à Chincha (200 km au sud de Lima) où réside la plus forte concentration de population afro-péruvienne, on lui rend un culte spécial en fin d’année avec la particularité que là elle y est appelée Peoncita (petite péone) pour son lien avec les adolescents qui exécutent la danse des negritos et des pallitas pour fêter la Vierge.

 

COCA ET OFFRANDE À LA TERRE

Une mystique de la fertilité

 

La religiosité précolombienne persiste jusqu’à nos jours et plus spécialement dans le monde andin, à travers des rites ancestraux liant l’homme à la nature et où la Terre revêt une grande importance symbolique. La Pachamama ou Madre Tierra, déesse de la fertilité, vit dans le Urkhupacha ou monde intérieur dont elle offre les fruits aux hommes pour leur alimentation.

 

C’est pourquoi, compte tenu de la logique de réciprocité andine, les paysans la rétribuent en lui faisant des offrandes (pagos, pagapus ou despachos). L’offrande consiste en feuilles de coca, argent non travaillé, chicha, vin et certaines graines de la forêt aux pouvoirs symboliques et magiques appelées huayruros. La même offrande est faite aux Apus, esprits des ancêtres qui vivent à l’intérieur des montagnes sacrées.

 

La coca, plante sacrée qui sert de médiatrice entre le monde du dedans (celui des Apus et de la Pachamama) et le monde du dehors (celui des hommes), est présente dans nombre de célébrations religieuses métisses des villages de l’intérieur et même des centres urbains. Ses feuilles chacchadas, c’est-à-dire ensalivées et formant une boule dans la bouche, mais non mastiquées, servent à se libérer de la fatigue dans les moments les plus durs du labeur. Dispersées sur une couverture étendue sur le sol, les feuilles de coca sont également "lues" pour prédire l’avenir.


 

DANSES ET INSTRUMENTS

 

Grâce aux récentes découvertes archéologiques d’instruments musicaux, on sait maintenant que la musique au Pérou a une ancienneté d’au moins 10 000 ans.

 

C’est de cette longue tradition que procèdent les quenas (flûtes), zampoñas (flûtes de

Pan), pututos (trompettes de coquillages marins) et une grande variété d’instruments

à vent faits de roseau, terre cuite, os,

cornes et métaux précieux, ainsi que divers

instruments à percussion.

 

Quand s’établit le contact avec l’Occident

une grande quantité d’instruments furent incorporés puis adaptés avec beaucoup

de créativité aux nécessités rythmiques

et tonales de chaque région du pays.

En témoignent clairement les nombreuses transformations qu’ont subies la harpe,

le violon et la guitare dans les différentes zones de la sierra péruvienne.

 

La rencontre de deux cultures, l’andine et l’occidentale, a donné naissance au Pérou

à plus de 1 300 genres musicaux. Mais

deux d’entre eux ont dépassé le cadre régional et sont devenus le symbole de l’identité péruvienne : le huayno et la marinera. Composé d’un mélange de nostalgie et d’allégresse, le huayno est devenu la base de la création de nouveaux rythmes musicaux contemporains, du fait

de sa structure musicale trés simple et

trés flexible.

Bien que la marinera ne soit pas un genre original comme le huayno, elle présente

des variantes nettement différenciées sur la côte et dans la sierra. Grâce à sa beauté musicale et à sa splendide chorégraphie elle

a atteint une grande diffusion à travers

tout le territoire national.

 

La force festive du migrant africain a également contribué à enrichir le panorama musical : elle a produit l’invention du cajón (caisse à percussion) et la découverte musicale de la quijada (mâchoire d’âne) comme instrument de percussion.

 

Dans la région de la selva il existe également, en rapport avec ses fêtes et ses rituels,

une grande variété de rythmes, danses

et instruments comme par exemple le

manguaré (tronc tubulaire), appelé "tambour sémiotique" car il sert à transmettre des messages à grande distance  à travers la forêt.

 

De nouveaux instruments - batteries, guitares électriques, synthétiseurs et harmonicas -

et de nouveaux genres, comme la chicha, continuent à être assimilés, permettant à la musique péruvienne de s’ouvrir à de nouvelles influences afin de se propager à l’échelle nationale et internationale, au-delà du domaine réservé à la production autochtone. Cette capacité pour la fusion et l’innovation musicale exprime de façon vigoureuse la force intégratrice et le caractère dynamique de la culture péruvienne.

 

La Marinera et le Cajón

 

La Marinera

Cette danse dérive de la zamacueca et de la mozamala. En 1893 Abelardo Gamarra,

"El Tunante", la baptisa du nom de marineraen hommage au héros naval Miguel Grau, au cours d’un concert de piano offert par une fillette liménienne qui plus tard contribua beaucoup à sa diffusion, Rosa Mercedes Ayarza de Morales. De cette rencontre naquit la marinera la plus connue, intitulée "La Decana", ensuite rebaptisée populairement sous le nom de "La Concheperla". La marinera conquit du terrain lentement. En 1938 elle arriva jusqu’au Théâtre Municipal de Lima pour être présentée au concert des Fiestas Patrias. Aujourd’hui des festivals ont lieu dans tout le pays mais le plus connu est celui qui se déroule à Trujillo au mois de janvier.

 

Il existe plusieurs styles de marinera dont la dénomination est en rapport avec le lieu d’origine : marinera costeña (de la côte), serrana (de la sierra) et norteña (du Nord). Son déroulement dénote un grand dynamisme, avec des mouvements élégants et une chorégraphie complexe de séquences coordonnées et synchronisées. Chaque membre du couple marque constamment le rythme en même temps qu’ils aqitent un mouchoir que chacun utilise également pour le galanteo (le manège galant), bien qu’à aucun moment ne se produise un contact physique. Les instruments utilisés pour son exécution sont la guitare et le cajón.

 

Le Cajón (Caisse de Bois)

Instrument de percussion d’origine afro-péruvienne utilisé dans la plupart des variantes musicales de la marinera costeña, ainsi que dans la musique criolla et negra en général. Il consiste en une caisse de bois percée d’un orifice sur la partie postérieure. L’exécutant s’assoit sur la caisse qu’il frappe directement avec les mains. Bien que d’apparence très simple cet instrument a commencé à se répandre hors du Pérou, comme en témoigne sa récente incorporation à la musique flamenca.

 

Le Huayno et la Quena

 

Le Huayno

Il est considéré comme la danse andine par excellence. Ses origines précolombiennes ont été quelque peu modifiées par l’assimilation d’influences occidentales et il présente de ce fait de multiples variantes régionales. La structure musicale de cette danse naît d’une base pentatonique de rythme binaire, caractéristique qui a permis à ce genre de servir de base à une série de rythmes hybrides, depuis la chicha jusqu’au rock andino. La danse s’exécute en couples, chacun effectuant des tours et des mouvements à partir de petits sauts et de frappements de pied (zapateo) pour marquer le rythme.

 

Les instruments qui interviennent dans l’exécution du huayno sont le charango  (sorte de petite guitare), la quena, la harpe et le violon. Dans certaines variantes interviennent des groupes musicaux typiques qui ajoutent d’autres instruments : trompettes, saxophone et accordéon. Par ailleurs, et bien qu’il s’agisse de genres très différents, pour la sensibilité populaire le huayno est plus lié à la marinera qu’il n’en a l’air, comme le rappelle ce refrain de la sierra: no hay marinera sin huayno / ni huayno sin marinera / cholita pollera verde / para ti va la tercera (il n’y a pas de marinera sans huayno / ni huayno sans marinera / petite indienne à la jupe verte la troisième est pour toi).

 

La Quena

D’origine préhispanique, c’est l’instrument à vent le plus répandu au Pérou. Il est formé d’un tube de roseau, bois, os ou plastique et d’un segment biseauté qui constitue l’embouchure. Il est percé de 5 à 6 trous qui permettent les variations du son produit par le souffle de l’exécutant. Dans chaque région prédomine une taille différente.

 

Le Huaylarsh et la Harpe

 

Le Huaylarsh

C’est un rythme et une danse de fête et d’allégresse liés à l’époque des récoltes dans la sierra centrale. Son énergie et sa vivacité se manifestent par des sauts et des démonstrations d’agilité de la part des hommes, face au léger zapateo de leurs partenaires. Au cours de son exécution les couples de danseurs démontrent leur habileté dans une joyeuse rivalité. Dans son instrumentation interviennent des orchestres ou des groupes musicaux composés de harpes, violons, saxophones, clarinettes, trompettes et tambours (bombos).

 

La Harpe

C’est un instrument à cordes confectionné sur une base en bois creuse de forme conique qui sert de caisse de résonance. Son origine est occidentale mais elle a eu beaucoup de succès au Pérou, en particulier dans la sierra centrale, car elle se prête facilement à l’exécution de variations sur les sons aigus. La harpe a été adaptée et modifiée dans de nombreuses régions, aussi bien dans sa forme que dans sa façon de l’accorder.

 

Le Festejo et la Quijada

 

Le Festejo

C’est une danse afropéruvienne populaire sur la côte centrale. Elle se danse en couples, en insinuant et en même temps en évitant le contact physique. Les mouvements joyeux et aguichants donnent lieu à une expressivité pleine de sensualité. L’instrumentation se compose de la guitare, du cajón et de la quijada (mâchoire d’âne), accompagnée d’un chanteur soliste et d’un choeur.

 

La Quijada

(Le Maxillaire Inferieur de l’âne)

Le maxillaire inférieur de l’âne, de la

mule ou du cheval s’est converti, grâce à l’ingéniosité afro-péruvienne, en un efficace intrument de percussion. On le tient d’une main et de l’autre on le frappe au rythme

de la musique exécutée. Le son particulier

de la quijada, produit par la vibration des dents de l’animal, s’amplifie dans la structure

même de l’os.

 

Le Carnaval et la Mandoline

 

Le Carnaval

Il est dansé dans tout le Pérou avec

quelques variantes régionales mais plus spécialement dans les zones rurales de Puno, Cajamarca et de l’Amazonie. Il s’exécute en bandes (comparsas) qui parcourent les rues accompagnées de leurs propres musiciens. Les paroles des chansons, aux rimes généralement exactes, sont très souvent gaillardes, satiriques et pleines de gaieté. Guitares, tambores andins (tinyas et tamboriles), mandolines, accodéons  et charangos sont les instruments les plus employés pour son exécution.

 

La Mandoline

D’origine européenne et ressemblant au luth, la mandoline a subi une série de transformations au Pérou, tant en ce qui concerne la matière de la caisse de résonance que les cordes.

 

Elle est généralement utilisée en duo avec la guitare pour interpréter huaynos et autres variétés musicales de la sierra.

 

Le Santiago et la Tinya

 

Le Santiago

Ce genre musical provient des coutumes liées à la garde des troupeaux. Il est joué au cours des cérémonies andines de marquage du bétail et des rituels de fertilité des troupeaux. À cette occasion une série de chansons propitiatoires au rythme simple et d’une fine sensibilité sont interprétées, le plus souvent par de jeunes femmes. Les instruments les plus employés sont les tinyas et les wakrapuko, trompettes faites d’une corne de boeuf.

 

La Tinya (Petit Tambour)

Cet instrument de percussion est une espèce de petit tambour en cuir. Il est très répandu dans toute la région andine et ce sont surtout les femmes qui en jouent à l’aide d’une baguette pour accompagner les danses et les cérémonies en rapport avec la vie paysanne, spécialement à l’époque des récoltes et du marquage du bétail.

 

La Valse Créole et la Guitare

 

La Valse Créole

Le couple, dans la position classique des valseurs, danse en exécutant de fins pas entrelacés, style recréé par les Liméniens à partir des typiques valses viennoises. Cette valse créole, qui fit son apparition au XIXe siècle, se répandit dans la classe moyenne urbaine comme une manifestation synthétisant la nostalgie romantique du criollismo pour une Lima qui s’éloignait. Les instruments utilisés sont la guitare et le cajón.

 

La Guitare

C’est l’instrument d’usage populaire le plus répandu du Pérou. La forme la plus courante est l’espagnole moderne mais il y en a au total 10 variétés qui se différencient par la forme, les matériaux de fabrication et le nombre de cordes. La façon de l’accorder diffère selon les régions. Elle se combine avec plusieurs autres instruments selon le genre musical interprété, entre autres la valse créole, la marinera, le festejo, le huayno, la zamacueca, le tondero et même la chicha.

 

Le Sikuri et la Zampoña

 

Le Sikuri

Le rythme quelque peu martial de la danse des sikuris est originaire de la région de l’altiplano (hauts-plateaux). Le sikuri se danse en groupes nombreux (comparsas) se déployant en grands cercles autour des musiciens qui jouent de leurs zampoñas de différentes tailles. La composition chorégraphique marque la complémentarité et l’harmonie qui doivent présider à toute intégration humaine, car un groupe d’exécutants ne peut émettre que la moitié des notes requises et nécessite la participation d’un autre groupe pour compléter la mélodie.

 

La Zampoña (Flûte de Pan)

C’est un instrument de la famille des flûtes de Pan composé de plusieurs tubes de roseau de différentes tailles, réunis par des fils entrelacés sur une ou deux rangées. La taille du tube détermine la note musicale. Il existe plusieurs variétés régionales de zampoña, selon la longueur, la disposition et le nombre de tubes. Elle est très couramment utilisée dans presque toutes les festivités du sud du pays, spécialement dans le département de Puno. L’une de ses variantes est l’antara, fabriquée avec les plus fines tiges de la laîche (carex).

 

Le Harawi et le Charango

 

Le Harawi

Appelé aussi yaraví, c’est un genre musical dont les mélodies transmettent des sentiments de tristesse et de nostalgie. Il est consideré comme l’une des variantes musicales les plus anciennes du répertoire péruvien et s’apparente à la manifestation poétique du même nom qui se développa à l’époque incaïque. Sa musique léthargiqueest rythmée par de fréquents silences qui ajoutent un certain dramatisme à son exécution. Ce genre ne se prête pas à la danse sauf s’il est incorporé au huayno ou à la marinera, comme c’est le cas de quelques-unes de ses variantes métissées. Les instruments utilisés sont le charango, la mandoline et la quena.

 

Le Charango (Guitare de 12 Cordes)

Cet instrument a été créé sur le modèle de la guitare classique mais sa taille est beaucoup plus petite; en revanche, il possède un plus grand nombre de cordes (12). Sa caisse de résonance est faite d’une carapace de tatou (kirchincho) mais elle peut être aussi en bois. C’est un instrument très populaire dans le sud du pays.

 

Les Danseurs aux Ciseaux

Adresse physique et défi rituel

 

Du point de vue de l’homme occidental la danse des ciseaux est en essence une manifestation d’art et d’adresse physique, mais pour l’homme andin ou métissé qui habite dans les communautés agraires de la sierra elle constitue avant tout un rituel complexe. Une série de mystères entoure les danzaq (exécutants du rituel) qui, dans un déploiement de force et d’élasticité mettent à l’épreuve leur agilité au moyen de sauts acrobatiques au rythme de la harpe et du violon. Selon les prêtres de la Colonie le halo magique qui les entoure obéit à un pacte supposé avec le diable, en raison des surprenantes pastas ou épreuves qu’ils exécutent au cours de la danse. Ces épreuves, appelées atipanakuy, consistent à s’enfoncer des épées dans l’oesophage, à se traverser le visage avec des fils de fer, à ingurgiter des insectes, crapauds et couleuvres, entre autres exploits propres du fakirisme andin. Le principal instrument de la danse sont les ciseaux, faits de deux branches de métal indépendantes d’environ 25 cm de long et qui, une fois jointes, ont la forme d’une paire de ciseaux à bouts ronds. Les lieux où cette danse est la plus répandue sont Ayacucho, Apurímac, Arequipa, la sierra de Ica, Huancavelica et Lima.

 

La Chicha ou Cumbia Péruvienne

Un nouveau genre s’impose

en Amérique du Sud

 

La chicha est un nouveau rythme musical très répandu au Pérou et qui en train de pénétrer avec force dans divers pays d’Amérique du Sud. Bien qu’y soient intégrés des éléments de rock et d’autres rythmes contemporains, les deux genres musicaux qui servent de base à la création de la chicha ou cumbia péruvienne sont le huayno et la cumbia colombienne. Après s’être propagée sur tout le territoire péruvien elle a pris fortement en Argentine, au Chili, en Bolivie et en Colombie. La principale caractéristique de ce genre, qui se projette sur toute l’Amérique latine, est la fusion permanente de nouveaux rythmes, aussi bien modernes que traditionnels, ainsi que l’emploi d’une grande variété d’instruments, surtout électroniques.

 

Huacos Siffleurs

Sons et voix du passé

 

Une grande variété de sons et d’instruments présents dans les rythmes et mélodies actuellement en vogue au Pérou ont une origine préhispanique. A part quelques instruments de percussion, les plus abondants étaient les instruments à vent, comprenant sifflets de différentes formes, quenas, antaras ou zampoñas (flûtes de Pan) et trompettes, encoreutilisés de nos jours, et les huacos silbadores ou bouteilles acoustiques que l’on peut voir notamment au musée d’Archéologie, Anthropologie et Histoire de Lima. Ces curieux instruments, trouvés dans les temples, résidences de caciques, équipements funéraires de guerriers, tombes d’enfants, jouaient aussi un rôle décoratif et symbolique et étaient liés aux cérémonies rituelles : les sons entre 33 et 50 centièmes de demi-ton représentaient des êtres humains, ceux de 80 à 100 les victimes de sacrifices et ceux de 25 des êtres surnaturels.

 

Les huacos siffleurs sont généralement composés de deux chambres acoustiques accolées et d’une série d’orifices alignés de différentes tailles qui permettent de moduler les sons (timbre et fréquence) au moyen du souffle, à la façon d’une flûte. Dans certains huacos la chambre acoustique non seulement amplifie le son de l’exécutant mais elle produit aussi des sons par le déplacement de liquides à l’intérieur, eau ou chicha, d’un vase communicant à l’autre.

 

ARTISANAT ET ART POPULAIRE

 

L’artisanat péruvien est l’un des plus variés du monde, comme le prouve le vaste réseau d’exportateurs qui chaque année expose l’habileté des Péruviens sur les marchés européens, asiatiques et nord-américains. Sa diversité, ses couleurs, sa créativité et son caractère multifonctionnel en font une activité essentielle, non seulement pour la configuration de l’identité péruvienne mais aussi pour la survie de milliers de familles et même de villages entiers, comme ceux de Sarhua et de Quinua (Ayacucho). Ces petites pièces, qui suscitent l’admiration ausi bien des nationaux que des étrangers, renferment des siècles d’histoire chargés de formes et de symboles préhispaniques qui se fondent et cohabitent avec d’autres éléments apportés par les Espagnols. Cette identité multiple et complexe est peut-être, et paradoxalement, l’une des raisons de la tendance marquée de l’artisanat  péruvien au moderne "art naïf" qui imprègne ses pièces de tendresse et d’une sagesse ingénue.

 

L’excellence des métiers artisanaux au Pérou se manifeste en particulier dans l’harmonie des dessins géométriques des tissages, dans la minutieuse représentation de la vie paysanne des mates burilados (calebasses gravées au burin), dans le métissage culturel et la richesse de couleurs des retables.

 

Mais aussi dans l’étrange cosmovision des dessins shipibos, dans la grande finesse de la taille des pierres de Huamanga, l’éphémère splendeur des tapis de fleurs, des cierges, des feux d’artifice, le baroque compliqué des sculptures en bois, la beauté des pièces en or et en argent et les multiples formes que prend l’argile dans la céramique.

 

Ces productions ne sont que quelques-unes des manifestations d’un peuple qui communique avec les autres principalement à travers l’art, en utilisant un langage dont les clés essentielles sont l’abondance, la fertilité et le pari pour l’avenir.

 

ART ÉPHÉMÈRE

 

L’un des principaux attraits de l’art éphémère est le long et patient effort déployé pour que la beauté dure quelques minutes ou même quelques secondes. Ce genre complexe regroupe toutes les réalisations qui ne peuvent être appréciées que durant un temps très court, bien qu’il s’agisse d’oeuvres d’art dont l’élaboration a nécessité un grand déploiement de temps et de créativité.

 

Feux d’Artifice

 

La vieille tradition des feux d’artifice est fortement enracinée parmi les populations de la sierra et de la côte, où se sont développées des variantes á chaque région, comme la représentation de fleurs et d’animaux gigantesques. Il est pratiquement impossible d’imaginer une fête patronale sans les éblouissants spectacles pyrotechniques.

 

Tapis de Fleurs

 

À l’occasion des principales processions religieuses de la sierra et de la côte, la coutume est de confectionner d’immenses tapis de fleurs dans les rues où passera le saint dont on célèbre la fête.

 

Les couleurs variées des fleurs et la grande perfection basée sur les dessins utilisés - correspondant généralement à une ample gamme d’images de saints, blasons, cartes, paysages et animaux faits avec beaucoup de soin - ont pour principe une éphémère splendeur qui s’achève inévitablement dans le piétinement des milliers de participants aux processions.

 

T’anta Wawas (Pains Décorés)

 

Une autre pratique qui peut être qualifiée d’art est l’élaboration des t’anta wawas ou pains décorés. Une grande variété de motifs tels qu’enfants (wawas), familles, maisons, couronnes de fleurs et animaux sont représentés à partir de la farine de blé.

 

Les styles varient depuis l’impeccable simplicité jusqu’à la décoration la plus compliquée. Chaque année, le jour de la Toussaint, a lieu à Lima un concours de t’anta wawas et ce sont généralement les départements de Junín, Arequipa, Cusco et Huancavelica qui présentent les oeuvres les plus remarquables.

 

Bougies et Cierges

 

La confection de bougies et cierges décorés est un art en rapport direct avec le culte religieux. Cusco, Ayacucho, Huaraz, Arequipa et Lima sont les principaux centres de fabrication. Les plate-formes (andas) sur lesquelles sont chargées les images des

saints lors de la Semaine Sainte d’Ayacucho ont une base richement décorée de figures en cire, telles que fleurs, feuilles, visages de saints, anges, animaux de basse-cour. Mais ce sont les bougies et les cierges de toutes tailles et diversement décorés qui sont les plus utilisés lors des fêtes patronales de tous les villages du Pérou. Pour la fête du Señor de los Milagros la grande variété et la décoration compliquée que présentent ces objets est véritablement impressionnante. Voir les cierges allumés tout près de l’image du Christ Noir dans l’église des Nazarenas est un spectacle émouvant.

 

ART FUNÉRAIRE

 

La tradition de l’art funéraire au Pérou se manisfeste avant tout dans la peinture réalisée sur les pierres tombales. Au cimetière de Chilca, à 60 km au sud de Lima, on peut voir toutes sortes de styles, depuis la reproduction de la peinture religieuse classique occidentale jusqu’à la représentation de la vie quotidienne des défunts. Un autre lieu où l’art pictural est toute une tradition est Puno, où l’on exécute surtout des représentations allégoriques en rapport avec le monde des morts. De même à Cajamarca, dans la région de Huambocancha et Porcón, où les cimetières sont clôturés par des dalles funéraires en pierre sculptée représentant des façades d’églises en miniature, peintes de couleurs chaudes et variées. Dans cette catégorie il convient de signaler aussi le développement croissant d’une architecture funéraire populaire dans les cimetières des nouveaux quartiers de Lima où sont recréés, à la façon de maquettes, maisons, églises et même petits villages.

 

CÉRAMIQUE

 

La céramique est l’une des activités les plus répandues au Pérou. D’anciennes techniques préhispaniques employées par les cultures Vicús, Recuay et Pashash, comme la "colombina" et la "peinture négative",  obtenue par réduction de l’oxygène au cours  de la cuisson, sont encore utilisées à Chulucanas (Piura) ainsi que dans la selva du nord du Pérou par les indigènes des communautés Arabelas. L’une des techniques utilisées à Simbilá (Piura) et à Mollepampa (Cajamarca) est le paleteo, qui consiste à modeler la céramique avec les mains et à petits coups de palette. La céramique utilitaire et décorative de Chulucanas - notamment celle du district de la Encantada où 250 artisans ont été recensés - est l’une des plus réputées, surtout pour les fines nuances obtenues dans l’utilisation du noir, le brillant et le poli de ses poteries,  ainsi que pour l’élaboration de personnages typiques (marchandes de chicha, musiciens  et danseurs) et d’animaux modelés à la  main qui paraissent doués de vie. Le circuit de commercialisation de la céramique est très étendu sur les marchés de Cusco,  Juliaca (Puno), Arequipa. Il existe également tout un réseau de centres artisanaux et  de foires à Lima.

 

Céramique d’Ayacucho

 

À Quinua, située à 40 km d’Ayacucho, la céramique est l’activité principale du village. Les différentes espèces d’argile aux couleurs rouge et crème donnent un caractère spécial à ces pièces qui, malgré leurs formes simples et presque enfantines, possèdent  une grande force expressive.

 

Les petites églises, chapelles, maisons et les taureaux de la Quinua sont particulièrement connus. Sont également devenus populaires les petits personnages tels que les paysans, les commères (chismosas) et de multiples représentations de thèmes religieux.

 

Céramique de Puno

 

L’une des figures les plus remarquables de la céramique de Puno, et également l’une des plus répandues de la céramique péruvienne, est le torito (petit taureau) de Pucará.

 

À l’origine élément rituel utilisé lors du marquage du bétail, le torito - qui est en même temps une cruche - servait de récipient pour la chicha qui, mélangée au sang du bétail,  était bue par les officiants de la cérémonie.

 

À Puno, les habiles artisans confectionnent également des églises, chapelles de villages  et maisons dont les dessins d’apparence naïve sont recouverts d’une sorte de vernis blanc. Des motifs de fleurs et quelques  coups de pinceau de vernis (technique du pastillaje) en constituent la décoration. Les musiciens, danseurs et divers éléments de la flore et de la faune du lac Titicaca sont aussi très souvent représentés.

 

Céramique du Cusco

 

La tradition inca a marqué la production de la céramique au Cusco. Dans une revitalisation de l’art cusquénien, qualifiée   de "renaissance du style incaïque", une abondante production de pièces utilitaires et décoratives a resurgi, comme le Tica Curuna (vase de fleurs stylisé), les ppucus (assiettes) et toutes sortes de récipients très colorés, comme les keros, arybalos, qochas, ayanas et raquis.

 

La prolifération de la "céramique grotesque", créée par Edilberto Mérida qui se serait inspiré des personnages de la céramique de Quinua, est un autre aspect de la production cusquénienne dans ce domaine. Elle se caractérise par l’élaboration de personnages en terre non polie, tels que paysans et christs, aux traits déformés et tourmentés, aux mains énormes et très disproportionnées.

 

Céramique Shipiba

 

Dans la selva, en plus des Arabela, les femmes Shipiba de la région de la rivière Ucayali travaillent la céramique avec une argile de grande plasticité appelée neapo.

 

Les motifs décoratifs les plus fréquents sont inspirés des fameuses lignes géométriques que les artisans utilisent pour représenter leur vision du monde.

 

Parmi les objets les plus élaborés figurent  les vases anthropomorphes où hommes et femmes sont représentés dans différentes positions en montrant clairement leur sexe; ils produisent également de grandes jarres  en forme d’animal, par exemple de tortue

ou d’oiseau de la région.

 

PANIERS ET ARTICLES EN PAILLE

 

Chapeaux et paniers sont confectionnés en tissant les fibres de laîche ou de roseau, surtout dans les départements de San Martín, Piura et Cajamarca. La totora (sorte de typha) est utilisée dans ceux de La Libertad et Lambayeque pour la fabrication des caballitos de totora ("petits chevaux" de totora), embarcations sommaires que chevauchent les pêcheurs de Huanchaco, petit port près de Trujillo.

 

IMAGES

 

L’imagerie vient de la tradition artisanale de l’époque de la Vice-royauté. Elle consiste en l’élaboration d’une grande variété d’objets  en rapport avec les différentes pratiques magico-religieuses. Ce sont les départements d’Ayacucho, Cusco et Huancavelica qui en offrent la plus grande variété. Le Retable ou Cajón San Marcos, les croix, les saints, les crèches, la Sainte Famille et les multiples représentations de l’Enfant-Jésus sont quelques-unes des pièces exécutées mais les thèmes populaires se développent actuellement. Les matériaux les plus utilisés sont les différents types de pâtes à base de fécule de pomme de terre, grains de sapotillier, plâtre, toile encollée et agave. Les figures les plus connues de ce genre artisanal sont les images religieuses aux longs cous stylisés créées par Hilario Mendívil et  sa femme Georgina dans leur atelier du quartier de San Blas au Cusco.

 

Masques

 

Les masques font partie de l’habillement pour de nombreuses danses traditionnnelles andines. Les motifs les plus courants sont  la représentation de démons, anges, Noirs, Espagnols et toutes sortes d’animaux. L’exposition de masques la plus importante se tient dans la région sud-andine du Pérou, notamment lors de la fête de la Vierge de la Candelaria. Un autre centre important  est Junín et dernièrement on a découvert une riche variété de masques en Amazonie, en rapport avec les mythes et coutumes des villages de la région, entre autres dans  la communauté Bora (Loreto).

 

Les matériaux utilisés pour l’élaboration des masques sont aussi variés que leurs lieux d’origine : plâtre, cuir, bois, grillage et fer-blanc. Parmi les masques les plus représentatifs on trouve ceux de la culture Piro, la parlampán (personnages facétieux de la région de Huaral), les auquis d’Ancash, les jija huanca de Junín (inspirées des têtes enclavées), les huacones de la sierra centrale, ainsi que les fameux diablos de los siete pecados (diables des sept péchés) de Puno.

 

Retables

 

Minuscules figures humaines, animaux de la zone andine, images de saints chrétiens et de dieux tutélaires précolombiens, étoiles, collines et lacs sont quelques-uns des éléments qui font partie du monde coloré représenté dans les Cajones San Marcos, ou retables.

 

Cette forme artistique venue d’Espagne remonte aux premiers temps de la civilisation occidentale et l’on trouve ses antécédents dans les dyptiques romains, avec leurs images portatives faites de petites planches se fermant l’une sur l’autre. Dans le reste de l’Europe ils se répandirent sous le  nom de frontales ou antipendios et sont à l’origine des retables monumentaux qui composaient les autels des églises du XIIIe au XVe s. Les versions les plus  proches du retable péruvien se trouvent dans les Cajas de Santos, espèces d’autels portatifs utilisés en Espagne et faisant partie des accessoires du rituel catholique.

 

Ce furent les artisans d’Ayacucho qui virent dans les autels portatifs l’élément parfait sur lequel ils pouvaient faire converger leur propre tradition religieuse et celle qui leur était imposée, sans éveiller les redoutables soupçons des extirpateurs d’idolâtrie coloniaux. Les éléments de ces retables étaient disposés sur deux niveaux : le supérieur, réservé au monde céleste et peuplé de saints et d’animaux sacrés andins, et l’inférieur, relatif au monde terrestre.

 

La zone de circulation de ces retables se limitait initialement au monde des bergers et des paysans d’Ayacucho. Et ce sont justement les artistes ayacuchanos qui ont le plus cultivé cette tradition tenant une grande place dans l’imaginaire péruvien. Les plus connus sont Joaquín López Antay, décédé, Florentino Jiménez et Jésus Urbano.

 

Ces trois noms sont à l’origine de trois écoles du retable : l’une de tendance magico-religieuse, une autre de tendance populaire et la dernière de contenu historique et réaliste. De nos jours les styles et les thèmes ont proliféré, en compétition avec le Cusco qui apparaît comme un autre grand centre d’élaboration et de commercialisation.

 

Objets Taillés en Pierre de Huamanga

 

Il existe au Pérou plusieurs types de pierre se prêtant à la taille : le granite, le basalte, l’andésite, la "pierre du lac", que l’on trouve à Puno, et l’albâtre blanc connu sous le nom de "pierre de Huamanga". La taille en pierre de Huamanga commença à l’époque de la Colonie pour faire face à la pénurie de marbre et de porcelaine. Les premiers motifs furent des figures de l’Enfant-Jésus et d’autres de même nature, telles que saints, croix, vierges et reliquaires. Ultérieurement, les artisans qui trouvèrent dans ce support une matière propice à la taille exécutèrent de nouveaux motifs religieux et des images relatives à la culture criolla (par exemple l’image de la Vigogne piétinant le Lion de Castille). En pierre de Huamanga on trouve actuellement des crèches taillées à l’intérieur de petites niches ovoïdes, des répliques du monument de la Pampa de la Quinua, ainsi que d’autres figurines assez grossièrement taillées destinées à la vente de "souvenirs".

 

Objets Taillés en Bois

 

À l’époque de la Colonie la taille du bois connut un important développement sous l’influence de la sculpture polychrome religieuse. On fit des retables, des images et du mobilier décoré pour les églises et les couvents, dont le style baroque et compliqué trouve dans le fameux pupitre de San Blas, dans l’église du même nom au Cusco, l’une de ses pièces les plus élaborées.

 

L’un des centres actuels de production  d’objets en bois taillé est le village de Molinos (Huancayo). On y trouve depuis des ustensiles et des pièces décoratives jusqu’à des jouets, entre autres "l’équilibriste aux bras mobiles", en plus d’une longue série d’animaux (coqs, canards, chevaux, ânes, lions) et une espèce de bestiaire d’animaux fantastiques. Les bâtons de Sarhua, où sont produites également les fameuses planches peintes, sont des pièces plus finement élaborées.

 

CALEBASSES GRAVÉES AU BURIN

 

La legenaria vulgaris, connue sous le nom de mate ou calabaza au Pérou, sert de support à l’élaboration de l’art épuré du mate burilado. Les plus anciens mates travaillés datent de 3 500 ans et furent découverts à Huaca Prieta (vallée de Chicama), sur la côte nord du pays. Plus récemment, cette pratique s’est beaucoup développée dans la région de Huanta (Ayacucho) d’où proviennent les mates huantas, réputés pour la vitalité de leurs traits, d’une grande sûreté bien qu’épais, au moyen desquels l’artisan représente des scènes de la vie paysanne.

 

Une autre variante est la miniaturisation des dessins qui très souvent ne peuvent  être appréciés qu’à l’aide d’une loupe. La technique consiste à faire de fines incisions sur le mate avec un burin, créant ainsi des dessins qui généralement représentent des scènes d’un grand dynamisme à la façon des bandes dessinées et dont les thèmes  sont en rapport avec la vie champêtre. Les régions de la vallée du Mantaro, et plus particulièrement les districts de Cochas Chico et Cochas Grande, sont les principaux centres de production de mates burilados.

 

BIJOUX

 

L’abondance de minéraux et de pierres semi-précieuses sur le territoire péruvien a rendu possible depuis l’antiquité le développement d’un travail créatif à partir des métaux. L’or le plus anciennement travaillé trouvé en Amérique du Sud correspond à la culture Chavín (1 000 ans av. J.-C.). Plus tard des pièces d’une valeur incalculable ont été trouvées dans les régions de Chancay, Paracas et Cusco, ainsi que de belles réalisations des cultures Mochica, Chimú et Lambayeque.

 

C’est au cours des dernières années qu’ont été découvertes les fameuses tombes royales du Seigneur de Sipán, appartenant à la culture Moche (VIIe-XIIIe s.), dont les costumes et ornements en or travaillé  révèlent des techniques très avancées pour l’époque. Ces techniques, employées encore de nos jours par les artisans en bijoux, statuettes et ustensiles sont l’alliage, la soudure, le laminage, ainsi que la ciselure,

la découpe, le fil fondu, le filigrane, les applications, les incrustations et le sertissage.

 

Argenterie

 

Les centres les plus importants du travail de l’argent sont les départements de Junín, Huancavelica, Ayacucho et Cusco. Les artisans qui ont maintenu la tradition coloniale produisent une riche variété de formes et de motifs : bijoux en forme d’animaux de basse-cour, de paons royaux, de chevaux ou d’étoiles, ainsi que des

objets à usage religieux et domestique.

 

Une autre catégorie d’objets fabriqués en argent fondu comprend les pinches (piques) de style colonial cusquénien, les tupus, sortes de longues épingles servant à fixer les llicllas (châles portés par les Indiennes des Andes), les colliers travaillés avec de l’onyx noir et du bambou, les colliers d’argent et d’obsidienne, les pendants d’oreilles avec des opales de différentes couleurs ou en argent brûlé de style colonial, ainsi que la marqueterie sur bois pour les cadres et les miroirs.

 

Filigrane d’or

 

Cette technique d’orfèvrerie consiste à amincir l’or au maximum afin de pouvoir s’en servir comme d’un fil et donner forme à des bijoux de grande beauté. L’un des centres de production de cet art délicat du filigrane d’or est le bourg de Catacaos (Piura), héritier de la tradition de la culture Vicús. Les pièces les plus travaillées sont les dormilonas (boucles d’oreilles) et les colliers, où le motif de la lune revient constamment dans l’ornementation.

 

Pierres Semi-précieuses

 

La grande diversité de pierres semi-précieuses - beaucoup d’entre elles trouvées sur le territoire péruvien et d’autres importées, comme au temps de la Colonie,  du reste de l’Amérique du Sud, - fournit d’autres matières aux artisans, en particulier dans la branche de la bijouterie, pour confectionner colliers, pendants d’oreilles, anneaux et bracelets. La chrysocolle ou turquoise péruvienne, l’onyx, l’obsidienne et l’opale sont parmi les plus belles. Il faut également mentionner l’emploi de la traditionnelle coquille rouge ou spondylus (spondyle), appelée jadis "l’aliment sacré des dieux", dans la confection de très beaux bijoux.

 

OBJETS EN CUIR

 

Les premiers beaux travaux en cuir datent de la Colonie : malles, fauteuils destinés aux religieux et une grande variété de harnais et autres éléments en rapport avec l’équipement du cheval de selle. Les motifs ornementaux inspirés de l’art baroque - prédominant à cette époque-là - étaient obtenus en peignant, en ajourant ou en repoussant le cuir.

 

Actuellement on continue à faire les mêmes objets, en particulier chaises, chaises-longues, banquettes et malles, décorés de motifs traditionnels. À Puno on confectionne en plus des petits chevaux en cuir, d’un style tendre et naïf.

 

TABLEAUX DE SARHUA

 

Le village de Sarhua (Ayacucho) est devenu mondialement célèbre pour ses tableaux peints sur bois (tablas), l’une des manifestations les plus originales de la peinture dite populaire, tradition qui inclut les dessins du chroniqueur Guamán Poma de Ayala (XVIe s.), les aquarelles de l’évêque Martínez Compañón (XVIe s.), du peintre créole Pancho Fierro (XIXe s.) et les oeuvres d’autres créateurs anonymes qui ont exécuté des fresques à l’époque coloniale et encore récemment, dans les églises de l’intérieur du Pérou. Les peintures sur bois de Sarhua sont connues également sous le nom de quellcas, pour leur analogie avec les anciens dessins que les Incas faisaient faire pour rendre compte de leur période de gouvernement.

 

Il s’agit de scènes très colorées peintes sur un support en bois, illustrant les coutumes du village et accompagnées d’un texte explicatif. Au début les tablas étaient peintes sur les poutres des plafonds (sur lesquelles initialement étaient tracés les arbres généalogiques) mais de nos jours ce sont les formats rectangulaires et carrés qui prédominent, dans le but d’en faciliter la commercialisation. L’un des rénovateurs de cet art fut le peintre Carmelón Berrocal (1964-1998) qui modifia les canons établis sans perdre les caractéristiques originales, créant ses tableaux à partir de la tradition orale que lui-même recueillait.

 

TEXTILES

 

La confection de pièces tissées est l’héritière d’une longue tradition hispanique qui se développa dans tout le pays. Parmi les plus remarquables réalisations il faut signaler les mantos de Paracas et les tissages Inca et Wari de la région d’Ayacucho. Les tissus les plus anciens (4 000 ans) ont été trouvés dans la Huaca Prieta-Chicama. Les matières le plus souvent utilisées - et qui le sont encore de nos jours - sont le coton, marron et blanc, les fibres de vigogne, d’alpaca et de lama. D’autres matières comme les cheveux humains et les poils de chauve-souris étaient éventuellement employées, ainsi que les fils d’or et d’argent. L’usage de teintures naturelles se combinant avec l’aniline et d’autres teintures industrielles se maintient encore de nos jours. Le métier à tisser vertical et celui à pédales sont toujours utilisés pour confectionner la plupart des couvertures et des tissus. Les départements où cette activité est la plus répandue sont ceux d’Ayacucho, Puno, Cusco, Junín, Apurímac et Lima. Dans la décoration cusquénienne il est fréquent de rencontrer des motifs représentant la tika (fleur de pomme de terre) et le sojta, dessin géométrique symbolisant le cycle des champs. Au Cusco et dans sa région on peut trouver une grande variété de chullos (bonnets à oreilles), mostacillas, petits sacs à coca en laine, couvertures aux dessins géométriques, ceintures et chumpis au mètre, comme ceux qui se vendent  sur le marché de Sicuani ou sur le  marché dominical de Písac. Ayacucho est un autre centre de production textile où s’est popularisée au cours des dernières décennies l’élaboration de tapis de trame et de chaîne ornés de motifs abstraits.

 

Arpilleras

 

C’est un artisanat d’origine contemporaine importé du Chili dans les années 70. La matière utilisée est une toile grossière sur laquelle sont appliquées des figurines préalablement confectionnées, dont le but est d’illustrer un témoignage ou de peindre des scènes populaires. Les représentations de personnages, d’animaux et de plantes cousues sur la toile servant de support donnent un aspect tridimensionnel à l’ensemble. La arpillería fut rapidement incorporée à l’activité artisanale des secteurs féminins - surtout chez les migrants de la sierra - situés dans les quartiers périphériques de Lima, comme Pamplona Alta, qui trouvèrent dans ce genre particulier une façon de s’exprimer artistiquement. Cette pratique artisanale, très répandue au Pérou, a connu un important développement dans la région du Cusco où elle a intégré des éléments décoratifs traditionnels comme les muñecos (figurines humaines) et les tissus incas.

 

Broderies

 

Les broderies les plus réputées sont celles de Chiqnaya (Puno), réalisées sur des manteaux de différentes tailles tissés en laine de mouton ou en coton et qui représentent des scènes en rapport avec les semailles, les récoltes et les fêtes. Celles de Chivay (vallée du Colca, Arequipa) sont également renommées, avec leurs ornements de rubans brillants, galons et surpiqûres. À la foire dominicale de Huancayo (Junín) on peut acheter des jupes entièrement brodées appelées centros car elles se portent sous la jupe d’une seule couleur.

 

Filés de Coton

 

La confection de filés a su tirer parti de la couleur naturelle du coton marron et des tonalités sobres et suggestives des teintures naturelles, bien qu’actuellement cette variété autochtone doive faire face à la sérieuse concurrence du coton industriel, surtout dans les zones artisanales de Monsefú (Lambayeque) et Cajamarca. La tradition du filé remonte aux débuts de la civilisation andine et sa production artisanale persiste principalement dans quelques villages de la côte et dans les zones hautes de la sierra. En Amazonie, vêtements et pièces de tissu sont confectionnés en utilisant des filés plats et très fins sur lesquels les artisans Shipibos de Pucallpa réalisent des décorations et des dessins aux lignes géométriques s’inspirant des visions produites par leurs plantes sacrées.

 

Tapisseries

 

Les tapisseries exécutées dans le quartier d’Ayacucho de Santa Ana présentent toujours les dessins géométriques préhispaniques  mais les artisans y ont ajouté des effets modernes de perspective optique. On peut trouver aussi de belles tapis à San Pedro de Casta (Lima), où les artisans continuent à employer des teintures naturelles extraites de la cochenille et de certaines plantes.

 

Articles Tricotés

 

La découverte de chullos, bonnets, poupées, tubulaires, et autres pièces provenant des cultures préhispaniques de la côte (Paracas, Nasca, Chancay et Mochica) émoignent de l’ancienneté de la pratique du tricot aux aiguilles. L’élaboration de pièces - vêtements essentiellement - par le simple croisement d’une boucle à travers une autre permet cependant d’exécuter des motifs en haut et bas relief. C’est aujourd’hui une activité florissante des départements de Puno, Cusco, Arequipa et Lima. Puno est le plus grand producteur de chullos et de pull-overs en laine de vigogne, alpaca et mouton. Dans cette région, ce sont les hommes qui se chargent de tricoter chaussettes, bas et chullos d’alpaca.

 

OBJETS DÉCORATIFS

 

Il existe sur le marché artisanal une vaste gamme de pièces décoratives et d’ustensiles faits avec du verre peint, du bois ou de l’argile, reprenant le style et les techniques de la décoration des cadres et miroirs de Cajamarca. Plateaux, boîtes, coffrets à bijoux, articles de bureau, bibelots en forme d’animal, centres de tables sont quelques-uns des objets proposés. La décoration se compose généralement de feuilles et de fleurs très petites d’une grande variété de couleurs, très souvent nuancées par l’application de purpurine ou de néogéline, recouvertes ensuite d’une couche de vernis afin d’obtenir un effet de "vieillissement". Les lieux de production les plus importants sont les départements de Cajamarca et d’Apurímac.

 

FOIRES, CENTRES D’ARTISANAT ET MUSÉES

 

Arequipa

Fundo del Fierro

Plazuela de San Francisco

Objets en tuf volcanique (sillar), cuivre, cuir et bois.

 

Cajamarca

Centro Artesanal y Forestal de Aylambo

Carretera a Magdalena s/n, Cajamarca

Céramique ornementale et utilitaire.

 

Cusco

Feria de Chinchero

Tous les dimanches.

 

Feria de Písac

Valle del Urubamba

Tous les dimanches.

 

Junín

Feria de Huancayo

Plaza de Huamanmarca (Huancayo)

Tous les dimanches.

 

Lima

Mercado Inca

Cuadras 7 y 8 de la Av. de La Marina

Pueblo Libre

Tous les jours de 9h à 21h.

 

Feria de Petit-Thouars

Cuadra 48 de la Av. Petit-Thouars, Miraflores

Tous les jours de 10h à 21h.

 

San Martín

Casa Artesanal de la Mujer Lamista

Barrio de Lamas Bajo (Lamas)

Textiles, céramique et instruments de musique.

 

Musées

 

Museo de Arte de Lima

Paseo Colón 125, Lima

Tél: (511) 423-4732

(M-D : de 10h à 13h et de 15h à 17h)

Cours d’artisanat et de danses folkloriques.

 

Museo de Arte Popular de la Universidad

Nacional Mayor de San Marcos

La Casona, Parque Universitario s/n, Lima

Tél: (511) 427-4870

(L-V : de 10h à 14 h et 15h à 19h)

Art populaire contemporain.

 

Museo de Arte Popular del

Instituto Riva Agüero

Jr. Camaná 459. Lima

Tél : (511) 427-9275

(L-V : de 11h à 20h)

Collection d’art populaire ancien et moderne.

 

Museo de La Cultura Peruana

Av. Alfonso Ugarte 650, Lima

Tél : (511) 463-5892 (L-S : de 10h à 17h)

Exposition d’art populaire depuis

l’époque préhispanique jusqu’à nos jours. Bibliothèque spécialisée.

 

Museo de la Nación

Av. Javier Prado Este 2465, San Borja

Tél : (511) 476-9873 (M-D : de 10h à 17h)

Archéologie, ethnographie et art contemporain. Salle d’art populaire.

 

Museo de Arte Popular Joaquín López Antay

(Huamanga, Ayacucho)

Casona Chacón

Portal Unión 44, Plaza de Armas de Huamanga

(L-V : de 9h30 à 12h30 et de 16h30 à 18h;

S : de 9h30 à 12h30)

Exposition Grands Maîtres d’Ayacucho de

l’Artisanat, dans une demeure du XVIIe s.

 

RÉPERTOIRE D’INSTITUTIONS

 

Institutions Publiques

 

Dirección Nacional de Turismo

(Ministerio de Industria, Turismo, Integración y Negociaciones Comerciales Internacionales)

Calle Uno Oeste s/n, Edificio Mitinci piso 15. Urb. Córpac, Lima 27

Tél. : (51-1) 224-3347

E-mail : dnt@mitinci.gob.pe

 

Escuela Nacional de Folklore

(Enseignement théorique et pratique

du folklore)

Av. Las Flores 336, San Isidro, Lima

Tél. : (511) 222 9221 (L-V : 8h – 17h30)

 

Instituto Geográfico Nacional

(Cartes, plans et cartes nationales)

Av. Aramburú 1190, Lima 27

Tél. : (51-1) 475-3085, 475-3075

(L-V : 8h15-17h30)

E-mail : postmaster@ignperu.gob.pe

 

Instituto Nacional de Cultura

(Patrimoine culturel)

Lima : Av. Javier Prado Este 2465, Lima 41

Tél. : (51-1) 476-9873

(L-V : 9h-18h)

 

Instituto Nacional de Salud

(Vaccins et sérums artificiels)

Av. Cápac Yupanqui 1400, Lima 11

Tél. : (51-1) 471-9920

(L-V : 8h30-6h15)

 

Policía de Turismo

(Police de Tourisme)

Av. República de Panamá 4450, Surquillo

Tél. : (51-1) 447-8505, 447-8566

(L-D :  24 heures sur 24 heures)

 

PromPerú

(Promotion touristique)

Calle Uno Oeste s/n, Edificio Mitinci, piso 13, Urb. Córpac, Lima 27

Tél. : (51-1) 224-3118, 224-3125

(L-V : 9h-18h)

Information Touristique : (511) 224-9355

E-mail : infoperu@promperu.gob.pe

 

Servicio de Protección al Turista

(Service de Protection au Touriste)

Calle La Prosa 138, Lima 41

Hotline : (51-1) 224-7888

(24 heures sur 24 heures)

Numéro Vert (aux provinces du Pérou) :

0800-4-2579

(24 heures sur 24 heures)

E-mail : tour@indecopi.gob.pe

 

 Vice Ministerio de Turismo

(Vice-Ministère du Tourisme)

Calle Uno Oeste s/n, Edificio Mitinci piso 15. Urb. Corpac, Lima 27

Tél. : (51-1) 224-3117, 224-3347 poste 212

(L-V : 8h30-17h30)

 

Institutions Privées

 

Casa de la Mujer Artesana

Maison de la Femme Artisane

Av. Juan Pablo Fernandini 1550, Pueblo Libre

Tél. : (511) 423-8840

(L-S : 12h – 20h)

Exposition-vente d’objets artisanaux.

E-mail : postmast@manuela.org.pe

 

Associations de Tourisme

 

Asociación de Hoteles, Restaurantes y Afines

(Association d’Hôtels, Restaurants

et Activités Annexes)

Elias Aguirre 580, Lima 18

Tél. : (51-1) 444-4303

(L-V : 9h-18h)

E-mail ; ahora@mail12.viaexpresa.com.pe

 

Asociación Peruana de Agencias de Viaje

(Association Péruvienne d’Agences

de Voyages)

Pasaje Antonio Roca 121,

Urb. Santa Beatriz, Lima 1

Tél. : (51-1) 433-2021, 433-1111

(L-V : 9h-18h45, S : 9h-13h)

E-mail : apavit@ddm.com.pe

 

Asociación Peruana de Operadores

de Turismo

(Association Péruvienne de Tour-Opérateurs)

Bajada Balta 169, dpto. 203, Lima 18

Tél. : (51-1) 446-0422

(L-V : 9h-17h)

E-mail : apotur@amauta.rcp.net.pe

 

Asociación Peruana de Turismo

de Aventura y Ecoturismo

(Association Péruvienne de Tourisme d’Aventure et Écotourisme)

Santander 170, Lima 18

Tél. : (511) 421-2149

(L-V : 9h – 13h)

 

Cámara Nacional de Turismo

(Chambre Nationale du Tourisme)

Lima : Santander 170, Lima 18

Tél. : (51-1) 221-4281, 422-4515

(L-V : 9h-18h)

E-mail : canatur@si.com.pe

 

Renseignements

 

Aeropuerto Internacional Jorge Chávez

(Aéroport International Jorge Chávez)

Av. Faucett s/n, Callao 1

Tél : (51-1) 574-5529

(vols nationaux, 24 heures sur 24 heures)

(51-1) 575-1712

(vols internationaux, 24 heures sur 24 heures)

 

SATEL

(Météorologie)

Calle Arica 795, Lima 18

Tél : (51-1) 241-8085, 446-2253

(L-V :  8h30-17h30)

 

SENAMHI

(Météorologie)

Jr. Cahuide 785 - Jesús María

Tel : (51-1) 472-4180

(L-V : 9h-18h)

 

Téléfonica

(Renseignements) Tél : 103

(L-D :  24 heures sur 24 heures)

 

Service de Dépannage et de Grue

 

Touring y Automóvil Club del Perú

Lima: Av. César Vallejo 699, Lima 14

Tel : (51-1) 221-2432, 221-1050

(L-V: 8h30-17h30, S: 9h-13h)

Permis de conduire : (L-V: 8h-13h)*

 

Triple A

Av. Javier Prado Oeste 1115, Lima 27

Tél.: (51-1) 441-0352, 421-3533, 421-3538

(L-V: 9h-19h, S: 9h-16h)

E-mail: triplea@peruhot.com

Location de Véhicules

 

Budget Rent a Car

Av. Canaval y Moreyra 569, Lima 27

Tél. : (511) 442-8703, 441-0493, 441-9458

(L-V : 8h30 – 18h ; S :9h-13h)

E-mail : vdiaz@tci.net.pe

 

Hertz

Andrés Reyes 550, segundo piso, Lima 27

Tél. : 442-4509, 442-4476, 442-4475

(L-V : 8h30 – 19h ; S : 9h – 16h)

 

Inka’s Rent a Car

Jr. Cantuarias 160, Lima 18

Tél. : (511) 445-5716, 447-9440

(L-V : 8h30 – 19h ; S : 9h – 17h)

D : 9h – 12h)

E-mail : inkasrc@mail.cosapidata.com.pe

 

Mitsui Rent a Car

Av. Javier Prado Este 6042, Lima 12

Tél. : (511) 349-2000, 348-1788

(L-V : 9h – 18h ; S : 9h – 13h)

E-mail : wbarahona@mitsui_aut.com.pe

 

National Car Rental

Av. España 449, Lima 1

Tél. : (511) 433-3750, 222-2020

(L-V : 8h30 – 17h30 ; S :8h30-12h)

E-mail : national@correo.dnet.com.pe

 

Permis de conduire

*Tous les permis de conduire internationaux sont valables 90 jours après l’entrée au Pérou. Après cette période il faut les échanger pour un permis local dans les Bureaux du “Touring y Automóvil Club del Perú”. Pour l’obtention d’un permis national il faut consacrer une journée complète aux examens demandés (santé, code de la route, pratique de la conduite). Pour avoir des renseignements supplémentaires, contacter le Touring Club ou le Ministère des Transports, Communications, Logement et  Construction.

 

LECTURES

SUGGÉRÉES

 

Archivo de Música Tradicional Andina. (Archives de MusiqueTraditionnelle Andine)

Pontificia Universidad Católica del Perú,

Lima : 1995

 

Arte del Perú (Art du Pérou). Felipe Cossío del Pomar, Lima : 1987

 

Arte Popular en el Perú (Art Populaire au Pérou). Luisa Castañeda León, Lima : Museo Nacional de la Cultura Peruana, 1971

 

Arte Popular o Artesanía (Art Populaire ou Artisanat). Alfonso Castrillón, Lima : 1976

 

Artesanía Peruana. Orígenes y Evolución (Artisanat Péruvien. Origines et Évolution).

Plusieurs auteurs. Lima : Allpa, 1992

 

Artistas Populares del Perú (Artistes Populaires du Pérou). Alfonsina Barrionuevo. Lima : Editorial Sagsa.

 

Calendario del Perú: Tiempos de Fiestas (Calendrier du Pérou : Temps de Fêtes).

Javier Silva Meinel, Lima : PromPerú, 1999

 

Cien Temas de Folklore Peruano (Cent Thèmes Folkloriques Péruviens).

Alejandro Vivanco Guerra, Lima : 1998

 

De Santiago Matamoros a Santiago Matindios (De Saint-Jacques Tueur de Maures à Saint-Jacques Tueur d’Indiens)

Emilio Choy, Lima :1958

 

Diccionario Iconográfico Religioso Peruano (Dictionnaire Iconographique Religieux Péruvien). Nanda Leonardini et Patricia Borda, Lima : Rubicán Editores, 1996

 

Dioses Familiares: Festivales Populares en el Perú Contemporáneo (Dieux Familiaux : Festivals Polulaires au Pérou Contemporain).

Luis Millones, Lima : Ediciones del Congreso del Perú, 1999.

 

El Arte Popular Religioso y la Cultura Mestiza (L’Art Populaire Religieux et La Culture Métisse). José María Arguedas, Lima : 1958

 

El Desván de la Imaginería Peruana (Le Grenier de l’Imagerie Péruvienne). José Sabogal, Lima : Banco de Reserva, 1988.

 

El Retablo Ayacuchano (Le Retable d’Ayacucho). Alfonso Castrillón, Lima :

IEP, 1992.

 

Folklore Peruano, Danza y Canto (Folklore Péruvien, Danse et Chant).

Antonio Muñoz Monge, Lima : Universidad Inca Garcilaso de la Vega, 1991.

 

Las Artes Populares en el Perú (Les Arts Populaires au Pérou). Francisco Stastn,

Lima : Edubanco, 1981.

 

Mapa de los Instrumentos Musicales de Uso Popular en el Perú (Carte des Instruments de Musique d’Usage Populaire au Pérou).

Oficina de Música y Danza del INC (César Bolaños, Alida Zalazar et Fernando García). Lima : INC, 1987

 

Mates de Cochas : Productores Artesanales en la Sierra Central (Calebasses  de Cochas Gravées au Burin – Producteurs Artisanaux de La Sierra Centrale). María Angélica Salas, Lima : Mosca Azul Editores, 1974

 

Peregrinaciones del Perú (Pèlerinages

du Pérou). Marcela Olivas Weston, Lima : Universidad de San Martín de Porres, 1999

 

Perú-El Dorado (revue trimestrielle).

Éditions : 3 (Qoyllur Rit’i), 5 (Guide d’ésotérisme), 7 (Guide de genres

musicaux), 11 (Guide de fêtes religieuses), 13 (Guide d’artisanat et art populaire) et

15 (Musique, instruments et interprètes).

Lima, PromPerú.

 

Pintores Populares Andinos (Peintres Populaires Andins). Pablo Macera. Lima : Fondo del Libro del Banco de los

Andes, 1975.

 

Guides du Voyageur de PromPerú

 

 

Nature et Zones Protégées du Pérou.

Guide spécialisé du voyageur. Lima : PromPerú, 1999.

Playas y Deportes de Aventura en el Perú (Plages et Sports d’ Aventure au Pérou). Guide spécialisé du voyageur. Lima : PromPerú, 1999.

 

Trekking et Haute Montagne au Pérou Guide spécialisé du voyageur.

Lima : PromPerú, 1999.

 

Cusco, La Ville Sacrée et ses Environs.

Lima : PromPerú, 2000.

 

Lima, la Ville des Rois et ses Environs

Lima : PromPerú, 2000.

 

Observation de la Nature au Pérou

Guide spécialisé du voyageur.  Lima : PromPerú, 2000.

 

Peuples et Héritages du Pérou

Guide spécialisé du voyageur.

Lima : PromPerú (sous presse).

 

Web Sites d’Intérêt

 

www.frommers.com

(Arthur Frommer Magazines LLC)

 

www.greenbuilder.com

(Sustainable Sources Environmental Website)

 

www.lonelyplanet.com

(Lonely Planet Publications)

 

www.perucultural.org.pe

(Centro Cultural Perú Virtual)

 

www.peruonline.net

(PromPerú)

 

www.planeta.com

(Eco Travel in Latin America)

 

www.samexplo.org

(South American Explorers Club)

 

www.travel.roughguides.com

(The Rough Guide Online Travel)

 

 

 

 

 
 
'use strict';