Communiqué commun

RAF - Action Directe

(1985)


Nous déclarons: il est aujourd'hui nécessaire et possible d'ouvrir dans tes centres impérialistes une nouvelle phase du développement de la stratégie révolutionnaire authentique, et l'une des conditions à ce saut qualitatif est de créer l'organisation internationale du combat prolétarien
dans les métropoles, son noyau politico-militaire: la guérilla
ouest-européenne.

Nous déterminons cette décision :

à partir de la situation globale objective, la centralité de l'Europe de l'Ouest pour le redéploiement impérialiste, conséquence de l'ouverture d'une brèche dans le rapport de force international par les luttes de libération des peuples des pays de la périphérie, résultant du heurt entre l'accroissement des forces productives et les limites du marché mondial, amène une globalisation politique et militaire de la crise à l'ensemble des pays impérialistes.

à partir de notre réalité:

l'expérience de ces dernières années qui ont vu. dans les métropoles, l'implantation et le développement de la politique révolutionnaire armée, ainsi que l'apparition en différents points de nouveaux foyers de lutte de libération.

A partir de ces expériences, des débats ont été mené au sein du mouvement révolutionnaire pour la construction d'une stratégie et d'une tactique révolutionnaire dans les métropoles, dont l'affirmation - pour la perspective communiste en Europe de l'Ouest - se présente aujourd'hui comme inéluctable.

En partant du fait de l'unification de la stratégie impérialiste. les tâches essentielles de la guérilla communiste en Europe de l'Ouest, pour le développement de son projet historique dans la lutte contre l'impérialisme, sont :

Mener le débat pour une ligne politique révolutionnaire, initiant la construction de l'unité dans l'offensive contre la machine impérialiste. Développer un processus politique de classe dont la dialectique rassemble les pratiques antagonistes dans un mouvement contre l'anéantissement vécu chaque jour.

Construire le front politico-militaire en Europe de l'Ouest en tant que partie de l'affrontement mondial entre prolétariat international et bourgeoisie impérialiste.

Ce projet, comme processus ouvert, orienté vers une attaque commune, doit briser, dans les centres, la stratégie impérialiste parce que c'est ici qu'ils doivent se construire militairement et économiquement afin de maintenir leur domination globale.

Le projet central dans la phase actuelle de la stratégie impérialiste est la tentative de souder les Etats européens en une structure homogène, en un bloc dur, qui soit complètemerrt intégré dans le noyau du pouvoir impérialiste: l'OTAN en tant que la structure de domination la plus avancée ici.

Son redéploiement structurel articulé politiquement, économiquement, militairement est en tant que remise en cause de la phase antérieure de repli face à la poussée des mouvements de Libération, projet déterminant ici.

Pouvoir absolu que la bourgeoisie veut reconstituer en recouvrant toutes les contradictions déterminées par des aspects nationaux ou économiques, de cette structure, qui pénètre et détermine tous les domaines de la société, et donc la solution de leur crise globale est la généralisation de la guerre:

militairement:

-le " Roll back " contre les peuples victorieux en Asie, Afrique, Amérique centrale, à travers la création d'unités de " blitz krieg ", les interventions contre les mouvements de libération des pays de la périphérie et la préparation concrète à une guerre contre les " pays socialistes " de l'Est.

L'impérialisme combat et se prépare à combattre partout .

Pour cela il doit resserrer et développer ses forces.

De plus en plus d'aspects dans ce combat et sa préparation sont gérés, à travers une nouvelle répartition des rotes sous le contrôle US comme " nouvelle politique de l'OTAN ", par les Etats européens.

-l'implantation des missiles, bien qu'essentielle, ne fut qu'un moment.

La revitalisation de l'U.E.O. (Union de l'Europe Occidentale), la création en France des FAR (forces d'action rapide), la coopération en matière d'armement des partenaires de l'OTAN, l'intention clairement exprimée d'intervenir contre les mouvements de libération en tant qu'OTAN, etc..., sont les aspects tes plus concrets de leur capacité de réalisations militaires.

-Par ailleurs la contre-révolution (" counter-insurgency ") comme politique commune traversant l'ensemble des pays de la chaîne impérialiste en tant que réaction à un antagonisme et prévention à un front révolutionnaire pouvant, par une rupture, remettre en cause leur stratégie, détermine la réalité objective qui doit rentrer en compte dans le combat des révolutionnaires.

économiquement:

-structurer l'économie européenne sous la domination des USA en la concentrant dans les domaines stratégiques de la recherche de la production de nouvelles technologies, de l'électronique, de l'armement, etc.... afin d'assurer mondialement la position du bloc impérialiste - USA. Japon, E.O. (Europe Occidentale) - et les conditions de valorisation du capital des multinationales.

C'est-à-dire: économie de guerre comme un des moyens de résoudre la crise.

Les traits de domination du capital et de son idéologie du "bien-être", de la " garantie sociale ", du " droit au travail " sont brisés par la brutalité des mesures de restructuration: exclusion de millions d'hommes et de femmes du processus de production par la robotisation et le redéploiement industriel au niveau mondial.

Cela signifie clairement pour l'homme et la femme ici de plus en plus d'exploitation, de manipulation de masse par le contrôle social et à travers l'idéologie dominante.

Les Etats impérialistes à partir de leur instabilité substantielle et d'une perte progressive de leur légitimité ne peuvent que vouloir démontrer leur volonté à dominer. Ils sont aujourd'hui confrontés au fait de ne plus bénéficier d'aucun consensus passif pour imposer leurs mesures.

Agonie politique.

C'est l'autre face de leur pouvoir.

Cette agonie - résultat de l'antagonisme développé au niveau mondial par le prolétariat et les masses opprimés dans leur combat contre l'impérialisme - est le terrain sur lequel l'offensive du pouvoir prolétaire en Europe de l'Ouest doit être le facteur essentiel à l'aggravation en étendue et en profondeur de la crise du système.

Les attaques contre les structures multinationales de l'OTAN, contre ses bases et ses stratèges, contre ses plans et sa propagande, ont constitué la première grande mobilisation en vue de la constitution de la stratégie poétique prolétarienne en Europe de l'Ouest dans des conditions politiques modifiées.

Une mobilisation qui se renforce en tant que combat contre le système d'exploitation et de guerre, comme elle l'a démontré par ses attaques au Portugal, en Grèce, en Belgique, en Espagne, en R.F.A. et en France...

Contre tous les débats idéologiques et les programmes abstraites " sur l'internationalisme ".

nous affirmons:

La stratégie de la guérilla est

par sa détermination,

partie et fonction de la guerre de classe internationale,
par sa pratique,

unité politique des communistes en Europe de l'Ouest, construction de l'attaque contre la totalité du système impérialiste, la transformation matérielle de l'internationalisme que la situation actuelle nécessite.

La stratégie révolutionnaire authentique en Europe de l'Ouest se déploiera dans l'attaque contre tes projets centraux impérialistes: collectivité et cohérence des combattants, à partir de leur situation particulière:

unité qui, dans la destruction des structures impérialistes, conquiert le terrain sur lequel se développe la conscience et le pouvoir prolétarien.

La guérilla ouest-européenne
ébranle le centre Impérialiste.

 


 

 


 

 

 

 

 
   
   
   
   
-->