DIDASCALIES, PARAGRAPHE ACTION OU CORPS DES DESCRIPTIONS
 
Ce que vous êtes en train de lire est formaté suivant les règles de style de l'élément « Action » : un simple texte justifié à gauche (mais pas à droite), et sans alinéa.

Cet élément porte plusieurs noms: didascalies, paragraphe 'Action', corps des descriptions.


Un interligne est nécessaire entre un « Titre de scène » et un paragraphe « Action », ainsi qu'entre deux paragraphes qui n'auront chacun pas plus de cinq ou six lignes : les lecteurs ont horreur des pavés !

Avec le « Corps des descriptions » les lecteurs sont informés de toutes les images, de toutes les musiques, de tous les sons qui seront vus et entendus par les spectateurs.

Action

Peut-on utiliser certains enrichissement tels l'italique ou les caractères gras, les mots soulignés ou en capitales ?

La meilleure recommandation qu'on puisse faire est la suivante : pas d'artifice ! Les variations diverses sont autant d'obstacles à une lecture fluide et rapide.

Le code de présentation prévoit cependant quelques variations pertinentes. On se sert des lettres majuscules pour les noms de personnages et pour certains sons.

 
QU'EST-CE DONC CE TOUT QU'ON Y MET ?

Les corps de descriptions contiennent toutes les descriptions concernant les images et les sons (pas les paroles! qui entrent dans les dialogues).

Décors, personnages, accessoires, costumes, comportements des personnages, actions des uns et des autres, commentaires (éventuels, sans en abuser) de l'auteur...

Arrêtons la liste, on y met tout ce qu'il n'y a pas dans les autres éléments!

Un des tests auquel il est possible de soumettre un scénario est de n'en lire que le corps des descriptions (les logiciels dédiés savent très bien les isoler) et ainsi voir si le film est compréhensible à travers les images, sans autre aide.

Si tel n'est pas le cas, c'est que le film passe, sans doute, trop par les dialogues — faire dire (aux personnages) n'est pas faire comprendre (aux spectateurs).

 
VARIATIONS TYPOGRAPHIQUES DANS LES PARAGRAPHES "ACTION"

Pas de caractères gras, pas de souligné, pas d'italique, et encore moins leur combinaison. Il est pourtant parfois nécessaire de renforcer un mot ou une expression pour attirer l'attention du lecteur. On pourra donc le faire, mais très rarement et pour de très bonnes raisons. Ce qui compte avant tout, c'est que la page parraisse légère ; on préfèrera donc l'italique au souligné et le souligné à la graisse. On pourra réserver l'italique pour ce qui concerne la dramaturgie et le souligné aux rares indications techniques autorisées dans un scénario.

Voici un extrait du début du script de L'Animal de Claude Zidi (scénario de Michel Audiard, Claude Zidi et Michel Fabre).

A l'écran, Jean-Paul Belmondo, tel Spider-man, escalade la façade d'un immeuble :

ACTION_ANIMAL

La difficulté, à la lecture du script, était de visualiser un mouvement de caméra inhabituel puisqu'il concernait un axe qui généralement n'est pas en jeu : l'axe de roulis.

Avec une rédaction plus simple comme : "La caméra recule et nous découvrons que notre personnage…", le lecteur aurait tout aussi bien, sinon mieux, compris ce qui se passait. Ironie de l'histoire, au tournage, il est apparu que la caméra n'avait pas besoin de basculer pour obtenir l'effet souhaité...

Toujours la solution la plus simple!

 
LES SONS DANS LES PARAGRAPHES ACTION

Certains sons s'écrivent en lettres majuscules. L'habitude américaine est de formater ainsi les bruits qui devront être rajoutés plus tard, c'est-à-dire ceux qui n'appartiennent pas à l'ambiance sonore enregistrée en même temps que la prise de vue.

Si toutes les musiques et tous les bruits sont généralement décrits dans les didascalies avec les moyens de la prose (sans pour autant tomber dans la littérature !), il est bon, parfois, d'utiliser les capitales pour les mettre en valeur, pour introduire une rupture visuelle correspondant au choc qui sera actualisé dans le film.

Et dans le silence, une énorme EXPLOSION.

Le son, pas besoin de faire l'âne pour en avoir!

 
LES NOMS DE PERSONAGES DANS LES PARAGRAPHES ACTION

Les noms de personnages sont écrit en capitales à leur première apparition, et à leur première apparition seulement ; ensuite, seule la première lettre est en majuscule. C'est un moyen élégant d'introduire un personnage tout en signalant qu'il fait à ce moment son entrée dans l'histoire.

Si par hasard, dans un script correctement formaté, vous ne vous souvenez pas d'un protagoniste dont le nom, pourtant, n'est pas en capitales, c'est que vous n'avez pas lu le scénario avec toute l'attention requise !

On ne confondra pas toutefois l'introduction du nom pour le lecteur avec le fait de porter ce même nom à la connaissance des spectateurs. C'est un problème d'importance dont nous reparlerons ailleurs.

ACTION_NOM_PERSONNAGE

Certains auteurs utilisent les capitales, tout au long du script, pour les noms des personnages mais ce n'est pas recommandable : les mots ainsi mis en valeur, s'ils sont nombreux sur la page, peuvent accrocher l'oeil, le retenir, le distraire au détriment de la lecture fluide. Trop de capitales tuent les capitales!


Article précédant
 Article suivant

-->