Cyclismag, le cyclisme à visage humain : magazine du cyclisme
  Créer un compte Utilisateur      Connexion      Accueil      Forums      Best of   
 
  Sondage
Qu'attendez-vous de la saison 2009 ?
- La retraite de Jeannie Longo
- Le numéro du coiffeur de Damiano Cunego
- Les pleurs d'Armstrong en conférence de presse
- Une nouvelle liste de Jean René Godart
- Une victoire de Jérôme Pineau

Anciens Sondages

  • Votes : 729
  •  
      La Lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !
     
      Partenaires








     
    La tentation des équipes nationales

    Posté le Mercredi 08 août 2007 @ 20:00:00

    Les équipes nationales sont nées en 1930 pour sortir, avec succès, d'une situation de crise. La tentation est grande de recommencer en 2008. Pourtant la transition s'était faite au prix de compromis financiers et sportifs. Elle permet aussi d'entretenir l'espoir, en France en particulier.





    Par Antoine Riche

    LES CAUSES

    Lancée en 1930, la formule des équipes nationales sur le Tour est née d'une situation de crise. C'est un premier point commun avec 2007. Ces dernières années, c'est avec l'UCI que le Tour est en guerre, en 1930, c'était contre les équipes.
    Depuis quelques années la grande équipe Alcyon fait la loi sur le Tour de France. Henri Desgrange a essayé plusieurs formules pour contrer le constructeur de cycle, comme les départs séparés (1), qui ne feront qu'avantager Alcyon. L'édition 1929 est un camouflet pour Desgranges qui voit gagner "un cadavre", Maurice Dewaele. Le coureur Alcyon est malade dans les Alpes, mais que personne ne peut l'attaquer (2).
    La formule des équipes nationales est un pari risqué puisque les constructeurs de cycles participent au financement du Tour, via la réclame dans L'Auto. Desgrange va alors trouver d'autre financement via la caravane publicitaire qui existait déjà, mais dont l'importance va fortement grandir.

    BINDA, PAYE A L'ETAPE

    Le Tour ne tourne pas complètement le dos aux constructeurs. Pour que tout le monde soit à égalité, le Tour fournit les vélos. Ils sont jaunes avec comme seule inscription L'Auto. En fait ce sont des vélos Alcyon.
    Cette année, le Tour a été marqué par le net retrait des pays traditionnels comme la France et l'Italie. Dans son édition du 30/07, L'Equipe, toujours très proche d'ASO, prétend que Cunego aurait été engagé sur le Tour si l'Italie avait présenté une équipe. Une conclusion hâtive, quand on se souvient que Cunego avait renoncé au Tour depuis près d'un an, de son plein gré. A moins qu'ASO n'imite Desgrange qui avait invité en 1930 la star de l'époque Alfredo Binda, payé à l'étape par l'organisateur. Initialement Binda ne souhaite pas prendre le départ du Tour et il abandonne après les Pyrénées et deux victoires d'étape. Son contrat est rempli.
    La présence du Campionissimo assure au Tour la promesse d'une lute sportive de haut-niveau. Les dés sont pipés dès le départ. Desgrange ne l'a jamais reconnu, la rétribution des champions lors de l'engagement (bien réelle dans le cas de Binda) allant à l'encontre de ses principes.
    Parallèlement, Desgrange refuse l'inscription des vainqueurs des trois dernières éditions Frantz et Dewaele.

    UNE REUSSITE SPORTIVE POUR LES FRANÇAIS

    Encore une situation semblable à 2007, en 1930 le cyclisme français est à la peine sur le Tour qu'elle n'a remporté qu'une fois depuis 1912 (Henri Pélissier en 1923).
    L'Equipe pense qu'avec le maillot tricolore, les Français "se sublimeront" et accessoirement la popularité du Tour en sera renforcée. C'est ce qui se passe en 1930.
    La France place deux coureurs sur le podium : Leducq (1er) et Antonin Magne (3e). Marcel Bidot termine 5e et Pierre Magne 6e. Charles Pélissier termine 9e, mais remporte huit étapes. C'est un triomphe pour ces coureurs très populaires. Trois autres victoires finales de suite suivront.
    Il parait très optimiste que cette situation se répète en 2008 si le Tour est couru par équipes nationales. Leducq et Magne, par exemple, possédaient déjà de solides références sur le Tour que n'ont probablement aucun Français actuellement.

    (1) les équipes partent les unes après les autres, un peu comme dans un contre-la-montre par équipes, mais le classement de l'étape reste individuel.
    (2) Dans L'Equipe du 29/07, Dewaele est qualifié de coureur "très modeste", pourtant le Belge avait terminé sur le podium du Tour en 1927 et 1928.


    Retrouvez le précédent article sur les équipes nationales "Les équipes nationales, plus de questions que de réponses " ici



    Discutez-en sur notre forum

    Crédit photo : www.velo-photos.com


      Liens Relatifs
  • En savoir plus à propos de Grands Tours
  • Article de antoine

    Les dernières nouvelles à propos de Grands Tours :


  •  

    Imprimer cet article

    Envoyer cet article



               

    Cyclismag est le magazine de tous les cyclismes. Indépendant et critique, ce magazine cherche à prendre une distance vis-à-vis de l’actualité brûlante, et privilégie l’analyse ou les interviews, les éclairages techniques et historiques du cyclisme. Chaque jour, des infos et une enquête. Deux fois par mois, un magazine avec des interviews et des dossiers. En 2005, Cyclismag est parrainé par des personnalités du cyclisme: Magali Le Floc'h, David Moncoutié et Kilian Patour, trois témoins de leur époque qui reflètent la diversité et les contrastes du vélo. Cyclismag, c’est le magazine d'actualité du cyclisme à visage humain.

    © Cyclismag.net - © Cyclismag.com - Informations légales Design by Mickaël Fuseau-Barbarin | M-creation.net

    -->