Cyclismag, le cyclisme à visage humain : magazine du cyclisme
  Créer un compte Utilisateur      Connexion      Accueil      Forums      Best of   
 
  Sondage
Emanuele Sella, contrôlé positif à la CERA :
- Je suis surpris
- C’est une erreur, il est clean
- Manquerait plus que Casper se fasse pincer
- Pozzovivo, vainqueur moral d’une étape du Giro

Anciens Sondages

  • Votes : 827
  •  
      La Lettre

    Votre adresse E-mail

    Abonnez-vous, c'est gratuit !
     
      Partenaires








     
    Stéphane Barthe retourne chez les amateurs. Interview exclusive

    Posté le Mercredi 25 février 2004 @ 20:06:21

    pierre écrit "


    Ancien coéquipier de Lance Armstrong, champion de France sur route en 1997 et vice-champion l’an passé contre-la-montre, Stéphane Barthe a signé lundi à l’US Montauban, un club de DN1. Le routier-sprinter toulousain s’exprime aujourd’hui sans aigreur, mais avec une motivation en acier trempée. Dimanche prochain, il veut frapper un grand coup sur le GP de Montastruc, la reprise de la saison en Midi-Pyrénées.



    Propos recueillis par Pierre Carrey

    - Stéphane, comment s’est passé le départ d’Oktos ?
    - J’avais un contrat en GS 2 mi-décembre, et j’apprends entre le 15 et le 20 que nous partons sur un GS 3. J’ai appris par la suite que dans l’esprit et dans les finances d’Oktos, c’était clair depuis longtemps… J’ai imaginé un salaire minable, un programme de course encore pire qu’en 2003, où on ne nous donnait pas la chance de courir contre les autres équipes françaises, et j’ai préféré partir. J’aurais voulu des signaux d’alarme plus tôt. En janvier et en février, toutes les équipes étaient complètes, en France comme à l’étranger. Oktos ne respecte pas ses coureurs, je suis extrêrmement déçu par l’attitude des dirigeants. J’ai pourtant tout fait pour leur image !

    - Il ne restait vraiment pas la moindre chance de poursuivre l’aventure ailleurs chez les pros ?
    - Si, j’avais une solution. AG2R voulait bien me prendre si je trouvais un sponsor personnel. Et puis Cofidis a bien fait parler d’elle et mon sponsor est parti… J’ai alors cherché en DN1, mais il ne restait plus de place nulle part, sauf à Montauban. C’était l’opportunité du sauve-qui-peut. Je l’ai choisie et j’espère gagner un maximum de courses pour gagner ma vie.

    - Ce qui a plombé votre carrière, n’est-ce pas au fond cette saison à l’US Postal, en 2001 ?
    - Ce qui a plombé ma carrière cette année-là, c’est que je me suis cassé le bras. J’ai perdu beaucoup de temps. Pendant que j’étais contraint au repos, US Postal a baissé mon contrat. Et pour continuer à avoit le maillot de Lance Armstrong sur le dos, c’était le prix à payer. Je suis parti parce qu’un coureur s’est retrouvé dans la même situation que moi : après s’être blessé, les dirigeants lui ont lui ont fait enchaîner 22 jours de courses puis ils l’ont viré. Je manquais de garanties et j’ai voulu m’en aller. A l’époque, Oktos a été le bon choix. Je ne le regrette pas. Sur le moment, j’avais le sentiment d’avoir fait le plus dur en me relançant après ma chute.

    - Vous dites que vous faites peur aux équipes…
    - Certains ont peur que je sème la zizanie dans une équipe. Je sais que je paye aujourd’hui ce que j’ai pu dire par le passé. Mais j’ai 31 ans, je ne suis plus ce Champion de France de 25 ans qui déborde d’énergie et dit des choses parfois maladroites ou mal interprétées. Je suis parti d’Oktos sans m’être fâché avec les coureurs. Avec AG2R, il y avait eu un froid, mais ils voulaient bien me reprendre cette année. Ils ont compris que j’ai évolué.

    - Qu’est-ce qui vous posse à continuer le vélo aujourd’hui ?
    - J’ai encore envie de gagner. Je ne me suis pas entraîné pour rien tout cet hiver ! J’avais fixé l’âge de ma retraite à 35 ans et je n’ai pas préparé ma reconversion. A Montauban, je vais retrouver Olivier Asmaker qui a quitté le milieu des pros un peu comme moi. Il aurait encore sa place là-bas : il est capable d’abandonner un Giro à seulement trois ou quatre jours de l’arrivée, alors qu’on la prévenu qu’il courrait l’épreuve à trois jours du départ !
    Je veux gagner et, en fin de saison, me laisser le temps de voir comment poursuivre ma carrière. Plus on m’enfoncera la tête hors de l’eau et plus j’aurais envie de la sortir, mais dans le bon sens du terme, sur le vélo. Je dois me dépêcher, parce que, sinon, le temps donnera raison à ceux qui ne veulent plus me voir coureur.

    Crédits photos: Peter Geyer, sur www.cyclingnews.com - Stéphane Barthe lors de sa dernière saison chez les pros, au Circuit de la Sarthe 2003

    "

      Liens Relatifs
  • En savoir plus à propos de Continental
  • Article de pierre
  • Article de mogiz

    Les dernières nouvelles à propos de Continental :


  •  

    Imprimer cet article

    Envoyer cet article



               

    Cyclismag est le magazine de tous les cyclismes. Indépendant et critique, ce magazine cherche à prendre une distance vis-à-vis de l’actualité brûlante, et privilégie l’analyse ou les interviews, les éclairages techniques et historiques du cyclisme. Chaque jour, des infos et une enquête. Deux fois par mois, un magazine avec des interviews et des dossiers. En 2005, Cyclismag est parrainé par des personnalités du cyclisme: Magali Le Floc'h, David Moncoutié et Kilian Patour, trois témoins de leur époque qui reflètent la diversité et les contrastes du vélo. Cyclismag, c’est le magazine d'actualité du cyclisme à visage humain.

    © Cyclismag.net - © Cyclismag.com - Informations légales Design by Mickaël Fuseau-Barbarin | M-creation.net

    phpMyVisites : logiciel gratuit de mesure d'audience et de statistiques de sites Internet (licence libre GPL, logiciel en php/MySQL) phpMyVisites

    Mesure d'audience ROI frequentation par
    --> 'use strict';