Serbie

L’Union européenne et la République de Serbie

Octroi du statut de candidat à la Serbie (2 mars 2012)

Le Conseil européen de ce 1er mars a décidé d’accorder à la Serbie le statut de candidat à l’adhésion à l’Union européenne. C’est une décision positive. Nous soutenons depuis longtemps la perspective européenne de ce pays ami et cette nouvelle étape en est une concrétisation importante.

Cette décision a été prise à l’unanimité par les vingt-sept chefs d’Etat ou de gouvernement de l’Union, sur la base de la recommandation positive qui leur avait été transmise par le Conseil Affaires générales du 28 février. La France s’est largement mobilisée, en amont de cette semaine décisive, en plaidant fortement, dans une lettre conjointe de M. Juppé et de ses homologues autrichien et italien à Mme Catherine Ashton, au commissaire Füle et aux ministres des Affaires étrangères de l’UE, pour l’octroi de ce statut de candidat à la Serbie.

Ce résultat très positif pour la Serbie, mais aussi pour la stabilité régionale et pour l’Union, a été obtenu grâce aux efforts courageux déployés par les autorités serbes, notamment dans leur coopération avec le TPIY. Il est aussi le fruit des accords conclus le 24 février entre Belgrade et Pristina dans le cadre du dialogue facilité par l’Union européenne, sur la coopération régionale et la mise en œuvre de la gestion intégrée des frontières au nord du Kosovo. Nous saluons une nouvelle fois aujourd’hui les décisions politiques courageuses prises par le président Tadic et par les autorités kosovares et les efforts déployés par Mme Ashton pour parvenir à ces résultats.

Le statut de candidat représente un encouragement pour Belgrade à poursuivre son rapprochement avec l’UE. De nouveaux progrès devront encore être réalisés à l’avenir, notamment sur le plan de la coopération régionale en vue de la normalisation complète des relations entre Belgrade et Pristina.

impressionVersion imprimable