le Scaphandre Autonome

 

les Autonomes sans détendeurs

Au début du XIXe siècle apparaissent des appareils autonomes utilisant un réservoir d'air sous pression. Pour respirer, le plongeur doit détendre l'air au moyen d'un robinet et l'envoyer soit directement dans un masque soit dans un sac ventral. L'appareil de St Simon Sicard utilise de l'oxygène pur et constitue le premier recycleur de l'histoire.

1805
Touboulic France
1808

Brizé - Fradin Belgique
1825
William H.
James Angleterre
1828
Paul
Lemaire D'Augerville France
1831
Charles
 Condert USA
1849 Pierre-Aimable De Saint Simon Sicard France
les Inventeurs (XIXe siècle)
le Dr Théodore Guillaumet (1838)
Le 14 novembre 1838 le docteur Théodore Guillaumet, d' Argentan, prend un brevet pout un appareil plongeur.

Cet appareil est le premier détendeur de l'histoire mais il ne concerne pas l'autonomie car son fonctionnement est tributaire d' une pompe de surface. L'absence de couplage avec un réservoir d'air sous pression rend son utilisation dangereuse à plus de quelques mètres et c'est sans doute la raison de l'échec de son développement. En effet, à 20 ou 30 m, outre le risque d'avoir une pression de l'eau supérieure à celle de l'air venant de la pompe, le plongeur ne dispose d'aucune réserve pour remonter en cas de problème.

Un brevet semblable est déposé en 1838 par William Newton en Angleterre. Il y a tout lieu de penser que Guillaumet, devant les longs délais de dépôt des brevets en France, a demandé à Newton de faire enregistrer son brevet en Angleterre où la procédure est plus rapide, tout en s'assurant les droits exclusifs d'exploitation sur le brevet déposé par Newton.

Reconstruit au XXe siècle par les Américains, ce détendeur fonctionne parfaitement, mais, si sa réalisation fut sans doute effective au XIXe, les essais programmés
par la Marine Nationale ne furent jamais réalisés et l'appareil jamais commercialisé.
 
Benoît Rouquayrol (1860)
A partir de l'association Rouquayrol-Denayrouze, on va curieusement retrouver de 1864 à 1945 la même démarche à chaque étape d'invention et réinvention du scaphandre autonome. Tout commence à la terre (mines, incendies, industries,etc...) avant de finir à la mer.
1. Benoît Rouquayrol en 1860 invente le détendeur pour le sauvetage dans les mines avant qu' Auguste Denayrouze ne l'adapte à la plongée.
2. Eugène Fenzy en 1920 crée un appareil pour les mines avant qu' Yves Le Prieur le ramène à nouveau au monde sub-aquatique.
3. René Commeinhes en 1934 crée un appareil pour les pompiers avant que son fils Georges ne l'utilise pour la plongée.
4. Emile Gagnan récupère au début de la guerre 1939-45 un détendeur miniaturisé chez Piel pour faire fonctionner des gazogènes avant de proposer le système à Jacques-Yves Cousteau, ce qui lui permet de créer le CG 43.
 
le R.D. 1864

l' appareil- plongeur (juin 1864)

La nécessité de protéger le plongeur du froid conduit Rouquayrol et Denayrouze à créer un habit utilisant la toile caoutchoutée des scaphandriers. Le plongeur est équipé de chaussures à semelles de plomb d'un poids de 8 kgs chacune.

 

 

le masque à groin (1865)

En 1865 l' habit-plongeur est équipé d'un demi-casque rigide en cuivre surnommé " le groin" par sa forme. Il est doté d'un embout buccal permettant de respirer l'air du régulateur. Malgré 3 brevets successifs destinés à l'améliorer, avec des modèles à 1, 3 puis 4 hublots, il est abandonné en 1866 au profit d'un casque de scaphandrier à 3 boulons comportant, comme le groin, un embout buccal et un robinet, mais pas de soupape.

 

sommaire

 
les Réinventeurs (XXe siècle)
Yves Le Prieur
Yves Paul Gaston Le Prieur

1885 - 1963

Lorsqu'en 1926 le commandant Yves Le Prieur s'intéresse à la plongée subaquatique la marine a oublié l'existence du scaphandre autonome, ce qui lui laisse croire en toute bonne foi qu'il vient de l'inventer. L'appareil qu'il fait breveter en 1934, en collaboration avec Maurice Fernez, s'apparente aux autonomes sans détendeur et utilise le manodétendeur mis au point par Mandet en 1899. Ce système permet de régler le débit de sortie de l'air qui s'échappe en continu, ce qui limite la durée de plongée et oblige à de fréquents réglages en fonction de la profondeur. Ce système rappelle l'appareil de Lemaire d' Augerville.

En juillet 1935 il créé le premier club de scaphandriers amateurs sur le modèle de celui fondé par Glenn Orr en 1933 en Californie.

 
René et Georges Commeinhes

En 1934 René Commeinhes met au point un appareil pour les pompiers, un appareil homologué en 1837 qui combine la bouteille pressurisé de Le Prieur et le détendeur de Rouquayrol. En 1943 son fils Georges, après avoir adapté l'appareil au monde sub-aquatique en modifiant le masque, effectue une plongée à 53 m au large de Marseille. Il est malheureusement tué lors de la bataille de Strasbourg en 1944.

sommaire

 
Jacques-Yves Cousteau et Emile Gagnan
1910 - 1997

En décembre 1942 Jacques-Yves Cousteau rencontre Emile Gagnan qui va lui apporter la solution qu'il recherche pour la plongée autonome. Gagnan est ingénieur dans "l'Air Liquide" et a récupéré auprès de la société Piel un détendeur Rouquayrol-Denayrouze qu'il utilise pour faire fonctionner des gazogènes.

le CG 43
le tri-bouteilles
le CG 45
J-Y. Cousteau et Emile Gagnan

sommaire

Haut de page