retour en haut de page
La Fabrique de l'Histoire

La Fabrique de l'Histoire│09-10

Syndiquer le contenu par Emmanuel Laurentin Le site de l'émission
Emission La Fabrique de l'Histoire

du lundi au vendredi de 9h05 à 10h

Documentaire : Les pupilles réunionnais, un aller sans retour pour la métropole (rediffusion de l'émission du 30 mars 2010)

23.07.2010 - 09:06

 

 

Les pupilles réunionnais : un aller sans retour pour la métropole, un documentaire de Jean-Louis Rioual et Renaud Dalmar. Le 08 février 2002, les journaux titrent sur cette information : un Réunionnais de quarante trois ans, Jean-Jacques Barbey, porte plainte contre l'Etat français pour avoir été placé de force en métropole au milieu des années 1960. La somme qu'il demande en guise de dédommagement est étonnante : un milliard d'euros. De 1963 à 1982, plus de 1 500 enfants ont été transférés par la DDASS de la Réunion vers la métropole, et placés surtout en zones rurales (Creuse, Lozère, Gers, Lot, etc.). Cette politique a été initiée par Michel Debré, fraîchement élu député de la 1ère circonscription de l'île et confronté à une situation instable : une économie précaire liée à la monoculture de la canne à sucre, un manque d'infrastructures scolaires, de graves carences sanitaires et la crainte politique de perdre ce territoire soumis aux revendications autonomistes du jeune Parti communiste réunionnais formaient la géographie de ce département au début de son mandat en 1963. Au-delà de ces signes de sous-développement, le père de la cinquième République était préoccupé par la démographie de La Réunion qui avait alors l'un des taux de croissance naturelle les plus importants au monde, les femmes ayant plus de dix enfants n'étaient pas rares. A ces problèmes, Michel Debré décide d'apporter une réponse pragmatique. Incarnant l'idée - l'utopie - républicaine de faire de tous les enfants des citoyens français, il préconise la ponction d'une partie de la jeunesse réunionnaise à l'aide du BUMIDOM (Bureau des migrations intéressant les départements d'outre-mer) qu'il fait venir en métropole pour l'insérer dans des secteurs économiques en manque de main d'oeuvre. Il en va de même pour les plus jeunes. La préfecture de La Réunion et le service de la DDASS sont chargés d'orchestrer le travail de terrain consistant à choisir les enfants « abandonnés » ou délinquants dont on ne sait que faire, d'en faire des « pupilles de l'Etat », de les placer dans des institutions, des familles d'accueil ou d'adoption, en France métropolitaine. De cette histoire, on retient la figure emblématique de Michel Debré et sa vision de la France, de la République, une certaine idée d'Empire dans cette île du bout du monde. Il y eut aussi le zèle administratif de certains fonctionnaires convaincus d'enlever des enfants à la misère et à un destin sans horizon mais aussi motivés par la politique du chiffre. Sans oublier le traumatisme irréversible de ces jeunes qui ont été coupés de leurs origines.

Thème(s) : Histoire| 20e siècle| enfant| La Réunion| pupille

Document(s)

-->