Home / Accueil

Assemblée nationale du Québec

Québec, Québec, G1R, Canada

Reconnu formellement en: 1985/06/20

Assemblée nationale du Québec; Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Pierre Lahoud, 2004
Vue aérienne
Pas d'image
Pas d'image

Autre nom(s)

s/o

Liens et documents

Date(s) de construction

1877/01/01 à 1877/12/31

Inscrit au répertoire canadien: 2008/05/14

Énoncé d'importance

Description du lieu patrimonial

L'Assemblée nationale du Québec, déclarée site historique national, est un ensemble institutionnel érigé en plusieurs étapes à partir de 1877. Le site comprend l'Hôtel du Parlement (1877-1886), l'édifice Pamphile-Le May (1910-1915), l'édifice du Parlementaire (1912-1917) et l'édifice Honoré-Mercier (1922-1925). L'Hôtel du Parlement, dominé par une tour de huit étages, est une construction de style Second Empire formée de quatre corps de bâtiment (le Palais législatif et les trois ailes) autour d'une cour intérieure, tandis que les autres édifices s'inscrivent dans la tradition de l'architecture Beaux-Arts. Ces bâtiments, de plan carré ou rectangulaire, comptent de trois à cinq étages. Ils sont en pierre de taille, à l'exception de l'édifice du Parlementaire situé dans la cour intérieure. Des passerelles aériennes les relient.

Le site historique national est ceinturé par un muret en granit gris. Le terrain est agrémenté d'arbres, d'aménagements paysagers, d'allées, de statues et de monuments. Il inclut une partie de la place de l'Assemblée-Nationale, qui s'étend devant l'Hôtel du Parlement, et une partie de la promenade des Premiers-Ministres.

L'Assemblée nationale du Québec est située dans la ville de Québec, sur la colline Parlementaire, dans le quadrilatère formé par le boulevard René-Lévesque, l'avenue Honoré-Mercier, la Grande Allée Est et la rue des Parlementaires. Deux sites inscrits à l'Inventaire des sites archéologiques du Québec sont associés au bien.

L'Assemblée nationale du Québec est également le lieu de conservation de la collection Pierre-Joseph-Olivier-Chauveau, classée bien historique.

Valeur patrimoniale

La valeur patrimoniale de l'Assemblée nationale repose sur son intérêt historique et symbolique. Cet ensemble institutionnel est construit en plusieurs étapes à partir de 1877. Son coeur est l'Hôtel du Parlement, lieu suprême et légitime d'expression et de mise en oeuvre des principes démocratiques de gouvernement. C'est dans ses murs qu'ont lieu, depuis 1885, les délibérations des représentants du peuple québécois, qui sont chargés de faire les lois et de contrôler l'action gouvernementale. L'origine de ces institutions remonte à 1791, alors que l'Acte constitutionnel instaure le régime parlementaire britannique dans le Bas-Canada. L'Assemblée nationale, qui est le siège du seul parlement et gouvernement francophone d'Amérique du Nord, constitue ainsi le symbole de l'État du Québec et de ses institutions démocratiques.

La valeur patrimoniale de l'Assemblée nationale repose aussi sur son intérêt architectural. Ce site est composé de quatre bâtiments, soit l'Hôtel du Parlement (1877-1886), l'édifice Pamphile-Le May (1910-1915), l'édifice du Parlementaire (1912-1917) et l'édifice Honoré-Mercier (1922-1925). Construits selon les plans d'architectes renommés, ils se caractérisent notamment par leur harmonie architecturale et leur aspect monumental. L'Hôtel du Parlement est l'exemple par excellence du style Second Empire au Québec, comme en témoignent ses quatre corps de bâtiment (le Palais législatif et les trois ailes) autour d'une cour intérieure carrée, ses toits mansardés, ses pavillons centraux, ses pavillons d'angle ainsi que sa riche ornementation. Cet édifice traduit ainsi l'intention de son architecte, Eugène-Étienne Taché (1836-1912), de s'inspirer d'un style élaboré en France dans la seconde moitié du XIXe siècle pour souligner les origines françaises de la capitale. Les trois autres édifices s'inscrivent dans la tradition de l'architecture Beaux-Arts, qui est privilégiée pendant les décennies 1910 et 1920 par l'homme politique Louis-Alexandre Taschereau (1867-1952) afin d'affirmer le rôle de capitale de la ville de Québec et de conférer à la province une architecture institutionnelle portant le sceau de l'État. Par leurs références stylistiques à connotation française, les édifices de l'Assemblée nationale forment un ensemble architectural harmonieux et imposent l'image de l'État.

La valeur patrimoniale de l'Assemblée nationale repose également sur son intérêt commémoratif. Cet ensemble est un haut lieu de la mémoire collective. Son bâtiment principal, l'Hôtel du Parlement, est un monument consacré à notre histoire nationale. La devise « Je me souviens » est inscrite au-dessus de la porte principale. Le programme commémoratif, exécuté entre 1890 et 1969, comprend 26 bronzes et de nombreuses armoiries sculptées qui rendent hommage aux découvreurs et aux grandes figures militaires, religieuses et politiques du passé. Depuis 1912, ce programme s'est étendu au terrain, qui comprend des statues d'hommes politiques et d'autres monuments. L'Assemblée nationale est ainsi le principal lieu de commémoration de l'histoire du Québec.

La valeur patrimoniale de l'Assemblée nationale repose par ailleurs sur son implantation pavillonnaire. À l'époque de sa construction, l'Hôtel du Parlement doit loger les chambres et tous les départements ou ministères. Toutefois, avec l'accroissement des effectifs de l'État, de nouveaux bâtiments sont nécessaires. Entre 1910 et 1925, le gouvernement fait construire trois édifices en s'inspirant du système pavillonnaire de Washington, capitale des États-Unis. Ce système se caractérise notamment par l'autonomie de chacune des composantes. L'Hôtel du Parlement, l'édifice Pamphile-Le May, l'édifice du Parlementaire et l'édifice Honoré-Mercier deviendront ainsi le coeur de la cité administrative moderne que l'on nommera « colline Parlementaire ».

Source : Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, 2007.

Éléments caractéristiques

Les éléments clés de l'Assemblée nationale liés à son intérêt architectural comprennent, notamment :
- les caractéristiques des édifices, dont leur harmonie, leur monumentalité, leur composition en registres horizontaux, l'utilisation de la pierre (à l'exception de l'édifice du Parlementaire), les fenêtres rectangulaires ou cintrées ainsi que le vocabulaire ornemental classique.

Les éléments clés de l'Hôtel du Parlement comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan carré, l'élévation de quatre étages et la tour de huit étages au centre du Palais législatif;
- ses caractéristiques Second Empire, dont les quatre corps de bâtiment de même longueur autour d'une cour intérieure, les toits mansardés percés de lucarnes, les pavillons centraux, les pavillons d'angle et la riche ornementation;
- l'horloge à quatre faces de la tour et l'horloge de l'aile Saint-Louis;
- la fontaine entourée par un escalier d'apparat semi-circulaire.

Les éléments clés de l'édifice Pamphile-Le May comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de quatre étages, l'avant-corps de la façade et le toit mansardé;
- ses caractéristiques Beaux-Arts, dont la composition symétrique des élévations, les trois registres horizontaux (rez-de-chaussée, étages, couronnement) séparés par un bandeau continu et une corniche à modillons;
- son ornementation, dont les chaînes d'angle, les balcons et les chambranles en pierre ouvragés;
- l'entrée principale du côté de l'Hôtel du Parlement et les fausses façades latérales;
- le dernier étage en attique.

Les éléments clés de l'édifice Honoré-Mercier comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire, l'élévation de quatre étages, l'avant-corps et les ressauts de la façade ainsi que le toit plat;
- ses caractéristiques Beaux-Arts, dont la composition symétrique des élévations et les trois registres horizontaux (rez-de-chaussée, étages, couronnement);
- son ornementation sobre, dont la balustrade du toit et les pilastres entre les fenêtres;
- l'entrée principale composée d'un portail à trois portes surmontées de tympans à arc en plein cintre.

Les éléments clés de l'édifice du Parlementaire comprennent, notamment :
- son volume, dont le plan rectangulaire aux angles chanfreinés pourvu d'un avant-corps, l'élévation de trois étages et demi incluant le soubassement ainsi que le toit plat à fausse mansarde;
- ses caractéristiques Beaux-Arts, dont la composition symétrique en trois registres horizontaux (soubassement, étages, couronnement) et sa facture sobre;
- ses matériaux, dont la maçonnerie en brique jaune ainsi que le soubassement et la corniche en pierre.

Les éléments clés de l'Assemblée nationale liés à son intérêt commémoratif comprennent, notamment :
- le programme iconographique de l'Hôtel du Parlement comprenant 26 bronzes, dont les statues « La Halte dans la forêt » de l'entrée d'honneur et « Le pêcheur à la nigog » de la fontaine, les nombreuses armoiries sculptées et l'inscription des noms de Jacques Cartier, Samuel de Champlain et Paul de Chomedey de Maisonneuve sur le Palais législatif;
- les armoiries du Québec et la devise au-dessus de l'entrée d'honneur;
- les statues en bronze et les monuments commémoratifs sur le terrain.

Les éléments clés de l'Assemblée nationale liés à son implantation comprennent, notamment :
- sa situation sur la colline Parlementaire, sur un terrain en pente entre le boulevard René-Lévesque, l'avenue Honoré-Mercier, la Grande Allée Est et la rue des Parlementaires;
- la disposition des bâtiments selon un système pavillonnaire;
- l'orientation de la façade de l'Hôtel du Parlement vers l'arrondissement historique;
- le terrain ceinturé par un muret en granit gris de Stanstead, incluant des arbres, des aménagements paysagers ainsi que des allées et englobant une partie de la place de l'Assemblée-Nationale et de la promenade des Premiers-Ministres;
- les deux sites archéologiques.

Reconnaissance

Juridiction

Québec

Autorité de reconnaissance

Gouvernement du Québec

Loi habilitante

Loi sur les biens culturels

Type de reconnaissance

Site historique national

Date de reconnaissance

1985/06/20

Données sur l'histoire

Date(s) importantes

1910/01/01 à 1910/12/31
1920/01/01 à 1920/12/31

Thème - catégorie et type

Catégorie de fonction / Type de fonction

Actuelle

Historique

Gouvernement
Édifice législatif

Architecte / Concepteur

Georges-Emile Tanguay

Constructeur

s/o

Informations supplémentaires

Emplacement de la documentation

Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. 225, Grande Allée Est Québec (Québec) G1R 5G5

Réfère à une collection

Identificateur féd./prov./terr.

93579-82418

Statut

Édité

Inscriptions associées

s/o

RECHERCHE DANS LE RÉPERTOIRE

Recherche avancéeRecherche avancée
Trouver les lieux prochesTROUVER LES LIEUX PROCHES ImprimerIMPRIMER
Lieux proches
--> 'use strict';