Extension Factory Builder
15/01/2015 à 15:23
Diminuer la taille du texte Augmenter la taille du texte Imprimer Envoyer Partager cet article
Biram Ould Dah Ould Abeid sortant de prison, le 3 septembre 2012 à Nouakchott. Biram Ould Dah Ould Abeid sortant de prison, le 3 septembre 2012 à Nouakchott. © AFP Stringer

Trois militants anti-esclavagistes de Mauritanie, dont l'ex-candidat à la présidentielle Biram Ould Dah Ould Abeid, ont été condamnés jeudi à deux ans de prison ferme.

"Nous allons faire appel", a assuré Brahim Ould Ebetty, chef du collectif des avocats de la défense. Parmi ses clients, sept ont été relaxés et trois condamnés jeudi 15 janvier par la Cour correctionnelle de Rosso (sud de la Mauritanie) à deux ans de prison ferme, notamment pour appartenance à une organisation non reconnue. Il s'agit de Biram Ould Dah Ould Abeid, président de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA, anti-esclavagiste) et candidat malheureux à la présidentielle de 2014, son adjoint Brahim Ould Bilal Ramdane, et Djiby Sow, président de l'association Kawtal Ngam Yellitaare (Rassemblement pour le progrès, en langue peule) qui milite pour les droits civiques et culturels.

>> Lire l'interview de Biram Dah Ould Abdeid : "en Mauritanie, les haratines sont traités comme des objets"

Lors des audiences du procès qui s'était ouvert le 24 décembre à Rosso, le procureur de Rosso avait requis cinq ans de prison ferme et des amendes financières contre tout le monde, en plus de la confiscation des biens de leur organisation, d'après un autre avocat de la défense, Yarba Ould Ahmed Saleh. Seuls deux des accusés, dont Djiby Sow, ont comparu en liberté sous contrôle judiciaire. Les huit autres, dont Biram Ould Dah Ould Abeid, sont détenus depuis mi-novembre, lorsqu'ils ont été arrêtés à Rosso alors qu'ils menaient une campagne pour dénoncer l'esclavage en Mauritanie.

L'esclavagisme perdure

Officiellement, l'esclavage a été aboli en 1981 en Mauritanie. Depuis 2007, les personnes reconnues coupables d'esclavagisme y encourent des peines pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison. Le phénomène perdure néanmoins, selon des ONG. Les militants avaient été mis en examen pour appartenance à une organisation non reconnue, rassemblement non autorisé, appel à rassemblement non autorisé et violence contre la force publique. Le siège de l'IRA à Nouakchott avait été fermé le 12 novembre par la police.

>> Voir le diaporama des 15 figures des droits de l'homme qui ont marqué 2014

(Avec AFP) 

Abonnez-vous pour 11,25€ / mois
Tous droits de reproduction et de représentation ImprimerImprimer EnvoyerEnvoyer Partager cet articlePartager

0 réaction(s)

Réagir à cet article

Mauritanie

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Mauritanie : le président Aziz appelle à l'arrêt d'une grève dans une mine de fer

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé les travailleurs de la principale mine de fer de son pays, en grève depuis deux mois pour des augmentations de salaires, à "reprendre le[...]

Il s'appelait Lemrabott

Il était l'une des rares personnalités politiques mauritaniennes de ce dernier quart de siècle à faire l'unanimité autour de son nom, et son décès brutal, le 8 mars[...]

Kabila, Ouattara, Bouteflika, Biya... Quels sont les diplômes de vos présidents ?

Votre président a-t-il le baccalauréat ? Un master ? À-t-il étudié l’économie ou le droit ? En France ou en Chine ? Toutes les réponses avec notre jeu interactif.  [...]

César 2015 : le film franco-mauritanien "Timbuktu" triomphe avec sept prix

Le film franco-mauritanien "Timbuktu" d'Abderrahmane Sissako, chronique de la vie quotidienne dans le nord du Mali sous la coupe des jihadistes, a triomphé vendredi à la 40e cérémonie des[...]

Entre clandestinité et tabous, dix choses à savoir sur l'avortement au Maghreb

Au Maghreb, l'avortement clandestin est une réalité que connaissent de nombreuses femmes. Une pratique dangereuse qui brise de nombreuses vies. Pays par pays, "Jeune Afrique" fait le point sur la question.[...]

Mauritanie : Aziz n'est pas Charlie

Depuis son accession au pouvoir, en 2009, le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz ne manque pas une occasion de se poser en défenseur zélé de l'islam. Non sans[...]

Mohamedou Ould Slahi : je vous écris de Guantánamo

On l'a pris, à tort, pour un gros bonnet d'Al-Qaïda. Kidnappé dans sa Mauritanie natale, puis remis aux Américains, Mohamedou Ould Slahi croupit depuis 2002 dans la sinistre base cubaine. Dans un[...]

Mauritanie : Fatimata Mbaye, indestructible

Les femmes puissantes sont de plus en plus nombreuses sur le continent. Voici notre sélection - forcément subjective - des 50 Africaines les plus influentes au monde.[...]

Mohamed Talbi : "L'islam est né laïc"

L'auteur tunisien de "Ma religion c'est la liberté" n'en démord pas : le Coran est porteur de modernité et de rationalité, mais son message a été altéré par[...]

Décryptage : que signifie la condamnation à mort du jeune Mauritanien coupable d'apostasie ?

Le 24 décembre, un jeune Mauritanien a été condamné à mort pour apostasie, à Nouadhibou, dans le nord-ouest du pays, avant de faire appel deux jours plus tard. Cette décision[...]

Dernière Minute

Toutes les dépèches
Voir tous les dossiers
Purging www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150115151503 from 172.16.0.100 Purging jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20150115151503 from 172.16.0.100