Augmenter la taille du texte Diminuer la taille du texte Envoyer cet article par couriel Imprimer cet article

Mardi 14 Août 2007

Guerre froide au pôle Nord

Par Régis SOUBROUILLARD
leJDD.fr
>> La Russie, Les Etats-Unis, le Canada et le Danemark ont ouvert les hostilités: ils revendiquent tous leur part d'Arctique. Depuis un mois, et la première initiative russe, ces états ont entrepris des mesures concrètes pour mettre main basse sur ce territoire devenu stratégique par le réchauffement climatique et la fonte des neiges qui permettent d'envisager l'accès à ses immenses ressources naturelles.

Autour de l'Arctique, les esprits s'échauffent. C'est la Russie qui a ouvert les hostilités au début du mois d'août, envoyant une équipe scientifique à bord d'un brise glaces au pôle nord. L'expédition a planté un drapeau russe symbolique par 4200 mètres de fond, en forme de prétention aux ressources pétrolières et minérales qui restent à découvrir dans cette région prometteuse.

Stephen Harper, le Premier ministre canadien s'est aussitôt rendu sur place pour une visite de trois jours afin d'y réaffirmer la souveraineté canadienne sur une partie de ce territoire, précisant que son gouvernement allait mettre en place deux nouvelles installations militaires dans la région. Le premier ministre a, par ailleurs, annoncé la création d'un port en eaux profondes et une base militaire dans l'Extrême Nord canadien. Ottawa avait déjà dit le mois dernier qu'il consacrerait près de trois milliards de dollars à l'achat de six nouveaux patrouilleurs pour la région. Une façon de rappeler à Moscou et Washington, l'engagement stratégique de long terme du Canada dans la région.

Cette nouvelle donne est essentiellement le fait de nouveaux paramètres géopolitiques. La guerre froide entre les Etats-Unis et l'URSS mais aussi la dureté du climat rendaient ce territoire inexploitable. Ces deux formes de "dégel" -la partie canadienne de l'Arctique pourrait être libéré des glaces d'ici une trentaine d'années- attisent toutes les convoitises et notamment des cinq pays qui l'entourent : la Russie, le Canada, les Etats-Unis (via l'Alaska), la Norvège et le Danemark (via le Groenland).

Quadrature du cercle polaire

Sous couvert d'une mission scientifique de cartographie des fonds sous-marins du pôle, les Etats-Unis se sont eux aussi lancés dans la bataille pour l'Arctique. Quant au Danemark, auquel la région du Groenland est officiellement rattachée, il a déployé une autre expédition scientifique de cinq semaines sur zone avec pour ordre de mission de passer au crible les fonds marins du nord du Groenland.

Pourquoi une telle ruée vers cet or blanc géographique ? L'Arctique présente au moins trois enjeux stratégiques majeurs: militaire, économique et scientifique. Dans le domaine militaire, le pôle Nord abrite sans aucun doute des sous-marins russes et américains. Etre présents dans l'océan Arctique leur permet de faire peser une menace nucléaire permanente sur toutes les grandes villes de l'hémisphère Nord. Sur un plan économique, une récente publication de l'Institut américain de Géologie, estimait que 25% des ressources en pétrole encore disponibles sur la planète se trouveraient concentrées dans la région Arctique, et plus précisément à proximité de la dorsale de Lomonossov, une chaîne de montagne sous-marine qui s'étend du Groenland à la Sibérie, revendiquée par la Russie, le Canada, et le Danemark... Sans compter de fortes ressources en nickel et des gisements de diamants.

Autant de trésors rendus accessibles, dans un futur proche, par la grâce du réchauffement climatique et de la fonte des neiges. Un combat pourtant jugé prioritaire par les grandes puissances. L'alternative présentée aux grands de ce monde relève donc de la haute voltige: choix de long terme en vue de respecter l'équilibre de la biosphère de ce territoire fragile ou de courte vue pour l'exploitation intensive de ses ressources naturelles. La course à l'Arctique de ces derniers mois semble démontrer que le choix est déjà fait. Le reste n'est que poudre aux yeux. Cruelle quadrature du cercle polaire...
phpMyVisites
'use strict';