Neuf peintres de « L’École de Paris » turque
à l’honneur au Musée du Montparnasse

Turquie | 25 février 2010 | src.Musée du Montparnasse
Paris - Le Musée du Montparnasse propose, jusqu’au 4 avril 2010 et en collaboration avec l’association ELELE, dans le cadre de la Saison de la Turquie en France, une exposition qui met à l’honneur les peintres turcs contemporains parmi les plus réputés, certains à l’échelle internationale, mais encore méconnus par le grand public en France.

Image ci-dessus : Détail d’un tableau du peintre turc Fikret Mualla (1903-1967) exposé au Musée du Montparnasse. © DR


À deux reprises, des peintres originaires de Turquie vinrent travailler à Paris. Ils sont reconnus en Turquie sous l’appellation « École de Paris ». La première mouvance a lieu dans la deuxième moitié du XIXe siècle où des peintres classiques viennent parfaire leur formation dans l’atelier de Gérome.

Puis dans la première moitié du XXe siècle, une seconde École de Paris se constitue par l’arrivée d’artistes peintres qui ont des motifs et des objectifs très divers mais qui vont se regrouper notamment à Montparnasse où ils éliront domicile, auront plus tard leurs ateliers et fréquenteront les « bistrots d’artistes » qui deviendront pour certains des sujets de peinture. Beaucoup y ont d’ailleurs vécu très longtemps et y sont morts. Leurs œuvres peuvent être figuratives, parfois influencées par les courants du moment ouabstraites, imprégnées par des grands noms, de Picasso à Rothko.

Biographies, documents, photographies, carnets, permettront aux visiteurs de l’expo du Musée Montparnasse de mieux connaître leur parcours de vie, les spécificités de leur œuvre et les influences françaises dont ils se sont nourris.

L’exposition regroupera 77 toiles, aquarelles et dessins provenant de collections privées, œuvres de :

Fikret Mualla (1903-1967)
Nejad Devrim (1923-1995)
Hakki Anli (1906-1990)
Mubin Orhon (1924-1981)
Abidin Dino (1913-1993)
Remzi Rasa (né en 1928)
Selim Turan (1915-1994)
Albert Bitran (né en 1931)
Avni Arbas (1919-2003)

À propos des peintres de « L’École Turque »
exposés au Musée du Montparansse

FIKRET MUALLA (1903-1967)
Né en 1903 à Istanbul. Après des études secondaires dans les lycées Saint-Joseph et Galatasaray, il poursuivit des études d’ingénieur en Allemagne. En visitant les musées d’Allemagne, de Suisse et d’Italie, il prend conscience de ses dons artistiques et s !initie sérieusement au dessin. Plus tard il part pour la France et vit à Paris parmi les artistes de Montparnasse et de Saint-Germain.

À Paris, il peint énormément. N’ayant plus d’argent, il revient en Turquie et enseigne le dessin dans une école secondaire à Ayvalik (1934). Revenu à Istanbul, il dessine les costumes. Il illustre des livres de poèmes, contribue à des revues et présente une trentaine de tableaux sur Istanbul pour le pavillon turc de la Foire de New York.

Avec l’héritage qu !il reçoit à la mort de son père, il retourne vivre à Paris en 1939. Asocial, sa vie devint de plus en plus difficile et déséquilibrée. Pendant un séjour à l’hôpital, il peint pour Dina Vierny qui le prend sous sa protection et lui permet d’exposer ses œuvres pour la première fois en 1954. Après une deuxième exposition, il doit retourner en hôpital psychiatrique. C’est à cette époque que Madame Anglés, une de ses fidèles clientes, devient son mécène. En 1962, à la suite d’une paralysie, il est soigné grâce à elle, qui l’installe et le fait vivre dans sa maison de Reillanne près de Nice, où il mourut en 1967.
11 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


ABIDIN DINO (1913-1993)
Né en 1913 à Istanbul. Il exposa ses premiers dessins dès 1931 et fit partie du groupe artistique d !avant-garde « D grubu ». Il fit ses études à Paris et à Leningrad où il connut Eisenstein et Meyerhold.

Il s’installa à Paris en 1952. Grand peintre, dessinateur, sculpteur, il était aussi un intellectuel doué de multiples talents. Son chemin a croisé celui de Picasso, Tzara, Cocteau, Soupault, Aragon, Prévert qui furent ses amis. Il fréquenta aussi André Malraux et Gertrude Stein. Il a beaucoup œuvré pour faire connaître la culture turque dont il était une sorte d’ambassadeur sans mandat en France.

Homme engagé dans l’opposition, longtemps il ne put retourner en Turquie. Il a réalisé de très nombreuses expositions à Paris et dans d’autres villes européennes, puis plus tard à Istanbul et Ankara. Il a illustré de nombreux ouvrages et en a écrit d’autres. Il est mort à Paris en décembre 1993. 11 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


HAKKI ANLI (1906-1990) Né en 1906 à Istanbul, Hakki Anli a terminé ses études en 1932 au Sanayi-i Nfise Mekteb. En 1933, il rejoint le « D Grubu » et participe à toutes ses expositions jusqu’à sa dissolution. Sa première exposition personnelle a lieu à Ankara en 1947.

Il s’installe à Paris en 1954 et concrétise sa première exposition à Paris en 1958. Participant à des expositions de groupe en France, en Suisse, en Italie, en Grèce et en Nouvelle-Zélande, Anli s’est donné pour but de faire connaître la peinture contemporaine turque à l’étranger.

Après une longue absence, il expose ses œuvres en 1978 à « Istanbul Cumali Sanat Galeri !si ». Après la période du « D Grubu » (où il peignait essentiellement des figures et des natures mortes), Anli s’est dirigé vers l’abstraction lors de son installation en France. 12 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


SELIM TURAN (1915-1994) Né en 1915 à Istanbul. Selim Turan intègre la section peinture de l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul en 1935. Suit une période d’études et d’observations en Europe, où il se rend après son diplôme.

En 1947, il vient à Paris avec une bourse de l’Etat français. Il étudie à l’Académie Ranson, enseigne à l’école d’art de Fontainebleau et à l’Académie Goetz. Avec une attention particulière à la sculpture, l’artiste prend place au sein de l’avant- garde après la Seconde Guerre Mondiale. 9 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


NEJAD DEVRIM (1923-1995) Né en 1923 à Istanbul. Comme quelques autres de ces peintres, il a été l’élève de Léopold Lévy à l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul où il a fait ses études sur l’art byzantin et la calligraphie.

En 1946, il s’installe à Paris. Il a exposé ses œuvres dans de nombreux pays (40 expositions personnelles). À partir de 1948, il a participé au Salon de Mai et au Salon des Réalités nouvelles. Il a également participé entre 1954 et 1962 à l’exposition de l’Ecole de Paris. En 1952, il a été président du Salon d’Octobre dont il était un des fondateurs. Il est mort en 1995 en Pologne. 8 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


REMZI RASA (né en 1928) Remzi est né à Kirikhan (Hatay) en 1928. Il réalise son premier tableau à l’huile sur toile en 1944. Il entre à l’Ecole des Beaux-Arts d’Istanbul alors dirigée par le peintre français Léopold Lévy. Il intègre l’atelier de Bedri Rahmi Eyuboglu très au fait de la peinture française. Il participe avec « Le Groupe des Dix » à de nombreuses expositions en Turquie.

Dès l’obtention de son diplôme en 1953, il vient à Paris où il décide de s’installer définitivement en 1956. 12 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


ALBERT BITRAN (né en 1931) Peintre, graphiste, et céramiste, né en 1931 à Istanbul. Après des études classiques françaises au collège Saint-Michel à Istanbul, il entreprend des études d’architecture à Paris en 1948. Après une période de recherche géométrique, il trouve très rapidement sa propre voie dans l !abstraction. Sa première exposition personnelle a lieu en 1951 à la Galerie Arnaud, lieu privilégié de l’art d’avant-garde dès les années 1950 à Paris.

La peinture en grandes touches amples et ininterrompues, alliées au lyrisme de la forme et à l !attention particulière portée à la couleur et à la densité de la matière, a constitué un défi pour les artistes figuratifs. D’une approche rationnelle de la production artisanale est né un intérêt renouvelé pour l’imaginaire, la créativité et la spontanéité.

Ainsi contre l !abstraction de ses débuts, Albert Bitran insufle dès la fin des années cinquante davantage d’expressivité dans son œuvre, s’inspirant de l’interaction entre l’architectural linéaire et le pittoresque.
Les œuvres d’Albert Bitran sont exposées dans les galeries les plus importantes et présentes dans les musées de renom de par le monde. 2 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


MUBIN ORHON (1924-1981) Né à Istanbul en 1924, Mübin Orhon a vécu toute son aventure artistique à Paris, où il s !était rendu pour la première fois en 1948, traversant tout d’abord les couloirs de l’abstraction géométrique. Développant assez rapidement un langage propre, l’artiste explore l’inconnu dans sa peinture.

En 1953, ses œuvres sont exposées au Salon des Réalités Nouvelles. Il a exposé pour la première fois à la galerie Iris Clert en 1956, puis au Salon de Mai de 1956 et 1957. L’artiste a exposé dans plusieurs grandes villes telles que Milan, Sao Paulo et Glasgow. Il est décédé à Paris en 1981 à l’âge de 57 ans.

Nombre de ses œuvres figurent dans la collection privée de Sir Robert Sainsbury et exposées à la Tate Gallery. Les œuvres de Mübin Orhon sont aujourd !hui présentes dans de nombreuses collections. 5 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


AVNI ARBAS (1919-2003) Avni ARBAS est né à Istanbul en 1919. Élève d’école primaire à Aydın, le premier professeur de dessin d’Avni Arba" fut son propre père Mehmet Nuri Bey. Il poursuit ses études au Lycée francophone de Galatasaray où il aura pour camarades, Cihat Burak et Selim Turan, futurs peintres célèbres. Tous les trois suivent les cours du peintre militaire Mehmet Ali Bey. Arba" participe aussi aux ateliers d’Ibrahim Safi et de Naci Kalmuko, puis intègre l’Académie des Beaux-Arts en 1937 tout en vivant la « bohème » d’Istanbul. À l’Académie des Beaux Arts, il est l’élève d’Ibrahim Çalli et de Léopold Levy dans l’atelier duquel il travaille durant neuf ans. Il participe à des Expositions Nationales de Peinture et de Sculpture.

En 1943, il part à Paris grâce à une bourse du gouvernement français. Ses œuvres inspirées de l’ouvrage de Mahmut Makal, « Le village anatolien », sont exposées à Paris en 1953. Il rencontre à Paris Nâzim Hikmet, dont il dessine des portraits. Il exposera à Paris, Antibes, New York, Genève, avant de retourner en Turquie en 1977. Les sujets de prédilection de ses toiles sont Istanbul et notamment le Bosphore, les bateaux et la nature à travers des compositions florales et des arbres. Avni Arba" décèdera en 2003 à Foça près d’Izmir. 7 de ses œuvres figurent dans l’exposition.


INFORMATIONS PRATIQUES

Musée du Montparnasse
Du 25 février au 4 avril 2010

21, avenue du Maine - 75015 Paris
Tél : 01 42 22 91 96 - fax : 01 42 22 91 00
Métro : Montparnasse-Bienvenüe
(sortie n°2 place Bienvenüe)

HORAIRES D !OUVERTURE : Tous les jours sauf lundi, de 12 h 30 à 19 h

TARIFS DE L’EXPOSITION : Plein tarif : 5€ / Tarif réduit : 4€

SITE DU MUSÉE : http://www.museedumontparnasse.net

CONTACTS

Président : Jean Digne, jeandigne@gmail.com

Presse Musée : Delphine Demaison, 01 42 22 05 64
Courriel : museedumontparnasse@wanadoo.fr

PARTENAIRE, CO-ORGANISATEUR

ELELE (Migrations et Cultures de Turquie)
8, rue Martel 75010 Paris - 01 43 57 76 28
Directrice : Gaye Petek, Commissaire de l’exposition
Site : http://www.elele.info
Courriel : elele_info@yahoo.fr
et Thomas Murat Erdeniz, thomasmurat.elele@hotmail.fr

L’association ELELE a été créée en 1984 dans le but de favoriser l’intégration des populations turques en France et l’interculturalité en faisant connaître la culture turque. ELELE propose des actions quotidiennes et des interventions ponctuelles dans toute la France et oeuvre sur les plans culturel, social, pédagogique et de formation.

À lire sur le même thème :

- « La Saison de la Turquie en France » :
400 événements éclectiques à déguster

- Stanislas Pierret, commissaire de la Saison de la Turquie : « La Turquie s’expose dans sa diversité »


à lire également Turquie

Articles récents recommandés

 

Flash 7/7fr
Intl. es it

EuroMed - UpM

Une enquête novatrice de l’Ocemo explore la situation et les attentes de jeunes Marocains

Marseille - Dans le cadre de la Semaine économique de la Méditerranée, qui vient de se dérouler à Marseille (16-20 octobre 2012) l’un des ateliers de l’Ocemo, dédié au test de l’enquête pilote « attentes de la jeunesse » au Maroc, actuellement en cours dans la région de Marrakech, a rassemblé plusieurs exeprts venus des deux rives de la Méditerranée. Tous se sont accordés sur l’intérêt de (...)

Michel Vauzelle et Philippe de Fontaine Vive promeuvent ensemble la VIe Semaine éco-Med

Marseille - Paris - C’est la première fois, depuis la création en 2007 de la Semaine économique de la Méditerranée, que ses organisateurs font le déplacement de Paris pour en assurer la promotion auprès des médias. Michel Vauzelle, président de la région PACA, et Philippe de Fontaine Vive, vice-Président de la BEI, ont participé de conserve à cette initiative de l’OCEMO, qui assume – c’est (...)

À Marseille, du 16 au 20 octobre 2012

La jeunesse, thème central de la Semaine économique 2012 de la Méditerranée

Marseille - L’édition 2012 de la Semaine Economique de la Méditerranée (Marseille, 16 > 20 octobre) propose une réflexion centrée sur la thématique de cette jeunesse, acteur majeur des Printemps arabes, en révolte contre son exclusion socio-économique, culturelle et politique. Une initiative dont on attend beaucoup, car au nord comme au sud, les problématiques liées à la jeunesse (...)

Villes - Pays - Régions

L’inflation en Algérie : une illustration du cancer de l’économie de la rente, jusqu’au « suicide collectif »

Alger - Au moment où l’on s’enorgueillit en Algérie des 190 milliards de dollars de réserves de change, la majorité de la population algérienne – dont 70 % perçoit moins de 30 000 dinars net par mois (moins de 300 euros) – est confrontée à une hausse vertigineuse des prix et à la détérioration de son pouvoir d’achat. Parallèlement, le cancer de l’économie de la rente se diffuse dans (...)

France-Algérie : en attendant Hollande, le point sur les relations économiques, par le Pr A. Mebtoul

Alger - Dans une récente entrevue accordée à notre confrère « Le Courrier de l’Algérie », le Professeur Abderrahmane Mebtoul dresse un tour d’horizon des relations économiques entre la France et l’Algérie. Après la visite à Alger de Laurent Fabius, annonciatrice de celle de François Hollande, le potentiel paraît immense, « sous réserve de réformes profondes » côté algérien, et même si (...)

Culture

Une brève histoire de la République de Venise, ou “Les Croates de la Sérénissime”, par Nata Rampazzo

Venise - Directeur de création et concepteur éditorial dans l’édition et la presse, fondateur de la célèbre agence Rampazzo&Associés, Nata Rampazzo est l’un de ces “Italiens de Paris” dont les générations successives, depuis des siècles, contribuent par leur talent au rayonnement de la ville lumière. Originaire de Turin et de Venise, il s’est plu à partager avec nous cette brève (...)

« Itinéraires interdits » ou comment se sentir « noir avec un cœur blanc », un récit de C. Berriah

Alger - « Depuis ce jour, je me vois noir avec un cœur blanc. Depuis ce jour, j’ai enfourché mon destin vers l’inconnu… » telle est « la conclusion » attribuée à l’auteur dans le prière d’insérer de la quatrième page de couverture du livre-récit du journaliste algérien Chahreddine Berriah, « Itinéraires interdits ». L’itinéraire d’une découverte de soi à ravers la rencontre avec ces « (...)

Persona Grata : Tribunes Libres, Entrevues, Portraits, Initiatives

Investir en EuroMéditerranée

Le Groupe Iliad obtient un prêt de 200 millions d’euros de la BEI pour développer ses réseaux de fibre optique

Paris - C’est au siège du groupe Iliad à Paris, que Xavier Niel, fondateur du Groupe Iliad/Free, et Philippe de Fontaine Vive Curtaz, vice-président de la Banque européenne d’investissement (BEI), ont annoncé ensemble, lundi 27 août, la signature d’un contrat de financement au bénéfice d’Iliad, pour 200 millions d’euros. Photo ci-dessus : Xavier Niel (à g.), fondateur du Groupe (...)

Nîmes – Montpellier : 307 M € de financement BEI pour le contournement ferroviaire

Montpellier - 307 M€, tel est le financement de la banque européenne d’investissement (BEI) pour le futur contournement ferroviaire de Nîmes et Montpellier, ligne à grande vitesse permettant de faire circuler aussi bien des trains de marchandises que de voyageurs. La tranche de financement de la Banque représente 30% de la dette totale pendant la période (...)

Entreprises & Marchés

Les TIC au séminaire IPEMED de Beyrouth : des pistes pour créer une Méditerranée numérique

Beyrouth - Pour réaliser un espace numérique commun, indispensable au développement des technologies de l’information et de la communication dans le Bassin méditerranéen, plusieurs pistes sont explorées. Tour d’horizon, à la suite du séminaire organisé récemment par l’IPEMED, à Beyrouth.

La « Tunisie nouvelle » à la reconquête
de ses touristes français

Paris - Ces dernières semaines, les Parisiens ont pu voir fleurir sur les murs des stations de métro nombre d’affiches promouvant la destination touristique Tunisie. Cette campagne très active a bien sûr pour objectif de reconquérir les touristes français – traditionnellement les plus nombreux – car le tourisme fait vivre quelque 10 % des familles (...)

Voyages et Art de Vivre

Thalasso et Spa Télès de l’hôtel Royal Kenz à Port el Kantaoui : en Tunisie, le bien-être dans un bel écrin

El Kantaoui - À 3 heures de Paris, aéroport de Monastir en Tunisie. Puis par la route, rendez-vous à Port El Kantaoui (à 33 km). Cette petite station balnéaire méditerranéenne verdoyante (on l’appelle aussi le Port Jardin !) est nichée dans le golfe d’Hammamet le long de longues plages de sable fin et proche de Sousse (à 7 km), la troisième agglomération du pays. Surnommée la perle du (...)

Thalasso et Spa : Les bons plans bios et détox 2011 de Thalazur à Bandol, sur la Côte d’Azur

Bandol - Fin de partie pour l’hiver, voilà le printemps et ses envies… d’un séjour zen et revitalisant dans un lieu chic et décontracté ? À Bandol, la thalassothérapie & Spa Thalazur a rouvert ses portes après une rénovation complète très réussie en 2010. C’est beau, chic, bio et détox ! Pour les femmes, et les hommes aussi… Photo ci-dessus : le site du centre de thalasso Thalazur, (...)

 
'use strict';