Accueil Politique Economie Société Sport Abonnement Foire aux Questions
A la Une

Qui sommes nous

Archives
Jour :
Mois :
Année :

Publicité

Annonces

ACTUALITES - Culture
  :: INTERVIEW / EDITION 2007 DU YEHE
  M. Alain Niava, créateur de mode et habilleur :
"Dans la mode ivoirienne, la tendance est au pagne"
Les membres de l'Ong Yéhé sont en train de s'activer pour préparer la huitième édition du Yéhé qui se déroulera du 31 juillet au 08 août prochain. M. Alain Niava parle ici de cet événement. Il évoque aussi la tendance actuelle de la mode en Côte d'Ivoire.

Vous êtes sorti de l'Institut national supérieur de l'enseignement technique (INSET) en qualité d'ingénieur informaticien. Mais aujourd'hui, c'est dans la couture qu'on vous retrouve.
Oui, je suis sorti de l'Inset en qualité d'ingénieur informaticien. Mais par passion, j'ai choisi de faire la couture. Je me suis installé. Et je compte plus de douze ans d'expérience aujourd'hui. En matière de création, je penche beaucoup pour les créations à tendance événementielle. C'est-à-dire les habits de soirée.

Aujourd'hui en Côte d'Ivoire, quelle est la tendance en matière de mode ?
Depuis un certain temps, la mode ivoirienne s'oriente vers le pagne et des matières locales. On ne peut pas aller à une cérémonie aujourd'hui sans voir les gens habillés avec du pagne tissé ou en wax. C'est très original. Et de plus en plus, les stylistes de renom de ce pays pensent à vendre à l'extérieur avec cesNmatièresNlà. Indépendamment des cérémonies comme le mariage au cours desquelles les gens s'habillent tendance internationale, les stylistes et couturiers ivoiriens utilisent de plus en plus les pagnes Kita, le pagne baoulé tissé. Le raphia de Lakota, le bogolan et bien de matières locales sont très prisés aujourd'hui par les créateurs ivoiriens.

Vous êtes créateur de mode. Quelle est votre touche ou votre griffe personnelle ?
C'est une question difficile, je l'avoue. Mais je peux dire que je travaille essentiellement sûr des matières premières qui ne sont pas forcément utilisées par les autres stylistes. C'est le cas par exemple de la fibre de baobab qui n'est pas connue des autres stylistes. J'essaie de la mettre en valeur à travers des bustiers, des robes de mariées… Alain Niava, c'est aussi les accessoires. Je ne néglige pas du tout cet aspect là.

Vous êtes membre de l'Ong Yéhé. Vous préparez actuellement l'édition 2007 du Yéhé. Comment se passent les préparatifs ?
A l'initiative de Miss Zahui, l'Ong Yéhé encadre les jeunes créateurs de mode de Côte d'Ivoire. L'objectif, c'est de faire accéder ces jeunes à la plus haute marche du podium en matière de mode. Nous les encadrons pour leur permettre de faire exploser leur talent. Nous voulons les amener à travailler en tenant compte des normes internationales de création. En tout cas, nous préparons activement la huitième édition du Yéhé qui débute à la fin de ce mois. Je suis encadreur. Et les après-midi, je les consacre actuellement à ces jeunes créateurs. Je les aide à parfaire leurs finitions, je leur donne des conseils. En tout cas, je fais de sorte qu'ils puissent passer le cap de la présélection.

Quelles sont les innovations cette année ?
Les années précédentes, on avait voulu un Yéhé tout azimut. Mais cette année, c'est différent. Dans la mesure où nous avons fait une sélection assez rigoureuse. Après cette phase de présélection, on aura une cinquantaine de participants ivoiriens. Une douzaine de pays seront aussi présents. Pour éviter qu'on ait une soirée trop longue, on a décidé de mettre en avant les jeunes créateurs qui ont de meilleures finitions, ceux qui ont de belles créations pour tout dire.

Comment va se dérouler l'événement à proprement parler ?
Le Yéhé 2007 va se dérouler en huit jours. Ce sera d'abord une exposition vente des jeunes créateurs de mode, les stylistes. Et le dernier jour, on aura une soirée féerique qui sera marquée par un défilé de mode et des prestations d'artistes.

Le thème de cette édition, ''c'est, l'art et le chocolat''. Quel commentaire ?
Nous devons valoriser notre or marron, si je peux me permettre de m'exprimer ainsi. Nous allons mettre en scène une simulation de planteurs et d'acteurs et de stylistes depuis le champ jusqu'à la transformation du cacao. En outre, les jeunes participants auront à mettre en exergue leurs talents en exprimant ce thème à travers leurs différentes créations.

Quelles sont les perspectives d'avenir du Yéhé au-delà de l'événement ?
En plus du Yéhé classique qui se déroule actuellement, c'est-à-dire celui qui fait la part belle aux jeunes créateurs, nous ambitionnons de mettre sur pied une autre version du Yéhé. Mais cette autre version sera consacrée cette fois-ci aux stylistes et autres créateurs de mode consacrés et confirmés. C'est-à-dire les professionnels que nous sommes. Ce qui fera dans l'année deux Yéhé que nous aurons à organiser. Dans un avenir proche, je crois que le Yéhé sera un événement d'envergure internationale au cours de laquelle les plus grand stylistes viendront des quatre coins du monde pour y participer.

Réalisé par
Marcel APPENA

Numéro du Jour
N° 839

Dernière Heure

Sondage
Quelle voie préconisez vous pour la modification de l'article 35 de la Constitution Ivoirienne?
Réferendum
Arrangement politique

Newsletter
Suivez l'actualité Nationale et Internationale par email. Inscrivez vous maintenant
S'abonner
Résilier

Liens Utiles
 
 
Accueil | Politique | Economie | Société | Culture | Sport | Abonnement | Faq |

© Octobre 2005 Copyright - Tout droit de reproduction reservé -
Le Matin d'Abidjan
- info@lematindabidjan.com


-->