Après le Pi 1, Raspberry frappe encore un grand coup avec une mini-carte baptisée Pi Zero et commercialisée 5$ HT.

L'Image du jour

Après le Pi 1, Raspberry frappe encore un grand coup avec une mini-carte baptisée Pi Zero et commercialisée 5$ HT.

Des containers aux architectures microservices

Dernier Dossier

Des containers aux architectures microservices

Développer et mettre en production des applications toujours plus vite, c'est devenu une pratique courante dans l'entreprise, une pratique surtout pou...

Restez proche de l'actualité IT

NEWSLETTERS THEMATIQUES

Découvrez nos différentes newsletters adaptées à vos besoins d'actualités IT Pro : Mobilité, Réseaux, Stockages, ...

Abonnez-vous 
FERMER

LMI MARKET

Votre comparateur de prestataires IT : Comparez les devis, Evaluez les prestataires, Trouvez le juste prix!...

Accéder à ce service 

BLOG

Découvrez les contenus exclusifs publiés par les lecteurs du Monde Informatique avec la plateforme LMI Blog...

Accéder à ce service 

COMPARATEUR DE SALAIRE

Partagez votre situation salariale anonymement, consultez les statistiques depuis 2009 et faites vos propres analyses...

Accéder à ce service 

IT TOUR

LMI vous invite à sa Matinée-Débats dans votre région.
Inscrivez-vous

Accéder au site 
FERMER
1
Réagissez Imprimer Envoyer

Accusée par Tor, Carnegie Mellon dément avoir été payée par le FBI

L'Université américaine de Carnegie Mellon a démenti avoir perçu 1 M$ de la part du FBI pour attaquer le réseau Tor.

L'Université américaine de Carnegie Mellon a démenti avoir perçu 1 M$ de la part du FBI pour attaquer le réseau Tor.

Il y a une semaine, Tor accusait le FBI d'avoir versé 1 M$ à l'Université Carnegie Mellon pour mener une attaque contre ses membres. Cette dernière dément aujourd'hui avoir reçu un paiement mais ne réfute pas explicitement les faits.

L'Université de Carnegie Mellon tient à préciser le rôle qu'elle aurait pu jouer dans le piratage de Tor. Le réseau d'échanges de données anonymisées l'accusait la semaine dernière d'avoir perçu un million de dollars du FBI pour attaquer ses infrastructures via sa division CERT (Computer Emergency Response Team) qui intervient dans le domaine de la cybersécurité, ainsi que pour livrer à l'agence fédérale les noms et les données de certains membres. Dans un communiqué publié mercredi 18 novembre, l'université privée américaine située à Pittsburgh dans l'Etat de Pennsylvanie, dément avoir reçu un quelconque paiement de la part du bureau fédéral d'investigation.

Toutefois, elle ne dément pas clairement l'attaque et la livraison des données. Elle rappelle que dans le cadre de ses recherches, l'équipe CERT de son institut d’ingénierie logicielle teste en permanence des vulnérabilités sur les logiciels et les réseaux. Étant soumise à la loi américaine, elle reconnaît qu'elle peut être obligée de livrer des données récoltées aux cours de ses recherches par voie judiciaire. Il reste qu'en aucun cas, elle n'est payée pour ça.

Article de

COMMENTAIRES de l'ARTICLE1

le 19/11/2015 à 17h27 par Visiteur7334 :

On peut alors dire qu'elle a été accusée à Tor

Signaler un abus

Commenter cet article

commenter cet article en tant que membre LMI

CONNEXION

Commenter cet article en tant que visiteur






* Les liens HTML sont interdits dans les commentaires

Publicité
Publicité
Publicité