ANNONCES HOROSCOPE JEUX SHOPPING
CIRCULATION IMMOBILIER CODES PROMO TOUS LES SERVICES
24 Avril 2011 Mise à jour, 11h24 Toute l'actualité RSS Widget Twitter Facebook Newsletter Newsletter Mobile Mobile iPad Ajouter en page d'accueil Ajouter en page d'accueil

Libye: 10 000 morts et 50 000 blessés, selon les insurgés

Publié le 19.04.2011, 10h57 | Mise à jour : 12h13

BENGHAZI (LIBYE). Des blessés évacués de Misrata, à l'ouest du pays, débarquent à Benghazi.

BENGHAZI (LIBYE). Des blessés évacués de Misrata, à l'ouest du pays, débarquent à Benghazi. | AFP/MARWAN NAAMANI Zoom

La situation vire au drame humanitaire en Libye. Le conflit aurait déjà fait quelque 10 000 morts et 50 000 blessés, a affirmé mardi à Rome le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini, citant le chef du Conseil national de transition (CNT) libyen, Moustapha Abdeljalil, qu'il venait de recevoir.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé mardi avoir commencé à acheminer de la nourriture pour 50 000 personnes dans l'ouest de la Libye grâce à l'ouverture d'un couloir humanitaire dans cette région du pays, où des milliers de personnes sont menacées.

Lundi, l'ONU a haussé le ton envers le gouvernement libyen, exigeant l'arrêt du pilonnages des troupes pro-Kadhafi contre Misrata et la possibilité de fournir une assistance humanitaire. Seule ville portuaire de l'ouest du pays aux mains de la rébellion, la cité essuie depuis six semaines le feu des troupes loyalistes. 1 000 personnes ont évacuées vers Benghazi, la capitale rebelle. Par ailleurs, plus de 100 personnes auraient trouvé la mort ces dernières 48 heures dans une région au sud-ouest de Tripoli.

Longuet : «La guerre risque de durer en Libye»

Après un mois de bombardements en Libye, l'Otan s'installe dans un conflit dont elle ne voit pas l'issue, des voix s'élevant pour appeler désormais à armer les rebelles ou envoyer des troupes au sol face à la résistance du colonel Kadhafi. Dans nos colonnes, Gérard Longuet, ministre de la Défense l'avait d'ailleurs reconnu dès dimanche dernier : «La guerre risque de durer en Libye».

La France a lancé le 19 mars les premiers assauts de la coalition internationale contre les forces kadhafistes, aux côtés de la Grande-Bretagne et des Etats-Unis. Il s'agissait alors, sous mandat de l'ONU, de protéger les populations civiles contre le régime contesté. L'objectif a été en partie atteint avec le sauvetage in extremis de la ville de Benghazi, siège des insurgés dans l'est du pays.

LeParisien.fr

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Envoyer Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile
 
Réagir à l'article

Réagir avec mon compte YOU

Réagir sans compte

J’utilise un pseudo / email ou je m’inscris gratuitement JE M’INSCRIS

Je déclare avoir pris connaissance et avoir approuvé la Charte de modération et j'accepte que ma réaction soit publiée dans le Parisien / Aujourd'hui en France.* *Champs obligatoires
LES ARTICLES LES PLUS...
LES ARTICLES LES PLUS...
FLASH ACTUALITE
FLASH ACTUALITE

YOU
Espace communautaire du Parisien.fr/Aujourdhui.fr

VENTES PRIVÉES

Accédez à la boutique

Programmes TV
Les émissions de votre soirée
 
TF1 France2 France3 Canal + Arte M6
SUIVEZ LE PARISIEN
leParisien sur Facebook
leParisien sur Twitter
Newsletters & Flash info
leParisien dans mes favoris
Sites du Groupe Amaury
Paris Job France Football L'equipe L'echo republicain ASO Velo magazine Journal du Golf
--> 'use strict';