Exclusif : l'US Navy prête deux avions de transport à la France

Le Point.fr - Publié le 24/05/2011 à 13:23 - Modifié le 24/05/2011 à 16:56

Washington offre l'usage de deux C-2 Greyhound pour les liaisons avec le Charles de Gaulle au large de la Libye. Premier vol samedi.

Exclusif : l'US Navy prête deux avions de transport à la France

Greyhound. © Jason Scarborough / U.S. Navy

L'US Navy met les petits plats dans les grands pour aider les Français dans la guerre (qui ne dit pas son nom) contre la Libye du colonel Kadhafi. Dès le samedi 28 mai, deux avions de transport C-2 Greyhound entameront des rotations entre la base aéronavale de Hyères (Var), où 50 pilotes et mécaniciens américains s'installent actuellement, et le porte-avions Charles de Gaulle, déployé au large de la Libye. Le ministère de la Défense nous a confirmé cette information, ajoutant que cet appui prend la forme officielle d'un "partenariat opérationnel franco-américain".

À ce stade, nous ne connaissons pas la durée prévue de cette prestation, mais l'état-major des armées nous a confirmé dans l'après-midi qu'elle était gratuite. Ces avions apporteront dans tous les cas une exceptionnelle plus-value à la marine française, qui sera donc capable d'envoyer à bord des pièces de rechange et d'assurer des rotations de personnel, sans avoir à recourir aux coûteuses liaisons par hélicoptère entre la Crète ou Malte et le porte-avions.

Un avion indispensable aux missions de la marine nationale

Gageons que les demandes de visites de politiques vont se succéder, dès lors qu'il sera possible de faire sans problème l'aller-retour dans la journée. Et pourquoi pas un touch and go sur le porte-avions avant de repartir pour Benghazi ? Mais attention : cette occasion unique pour un civil d'être catapulté depuis le Charles de Gaulle se vivra dans des conditions spartiates : les 32 sièges sont installés dans le sens contraire à la marche, et l'avion ne compte aucun hublot ! Cela dit, l'important est qu'il puisse franchir 3 000 kilomètres entre la terre et le porte-avions, et que sa rampe arrière lui permette de transporter des charges relativement volumineuses.

Les mouvements du C-2 Greyhound ne sont pas une nouveauté sur le Charles de Gaulle. Comme la plupart des avions de la marine américaine, il a réalisé des essais sur la plate-forme française. De plus, le C-2 est la version de base du E2-C Hawkeye, l'avion-radar dont la marine française possède trois exemplaires, tous capables d'embarquer sur le Charles de Gaulle. La générosité américaine n'est peut-être pas innocente. Seule marine, outre l'US Navy, à disposer d'un porte-avions à catapulte et brin d'arrêt [en anglais : CATOBAR (Catapult Assisted Take Off But Arrested Recovery)] apte à recevoir ce type d'appareils, la marine nationale a toujours considéré que le Greyhound était un avion indispensable à ses missions. À juste titre : un porte-avions sans aéronef de liaison, ce n'est guère sérieux quand on opère loin des côtes. Malheureusement, cette exigence a été sacrifiée aux contingences budgétaires, et il faut recourir à cette aide extérieure que les États-Unis, pour cette fois, veulent bien fournir. Le problème, c'est que l'US Navy n'a rien prévu pour remplacer cet appareil, même si elle dispose du projet COD (Carrier On-board Delivery) qui serait basé sur la dernière version de son avion-radar, le E2-D Hakeye. La marine française est-elle intéressée ? On se le demande bien...

Par Jean Guisnel

39 Commentaires

Ajouter un commentaire
Thalassocrate nationaliste le 02/06/2011 à 22:57

Logistique et indépendance

Les coutumes de la haute mer sont mal connues.
L'indépendance nationale, c'est l'emploi de la force légitime. C'est de pouvoir tirer un "pelot" français depuis un vecteur français au travers d'un réseau de commandement français sur une cible approuvée par le pouvoir politique français et sur l'ordre de l'une autorité politique française (le Pres). Missile, avion, bateau en haute mer (chez nous), liaison satellite, service de renseignement, chaîne de commandement, diplomatie, autorité : tout cela existe sous pavillon tricolore (en pointillé ds ce cas car un seul PA). En haute mer (chez nous et chez eux), cela fait longtemps que les marins se ravitaillent entre eux, entre bateaux et entre avions (normes Otan).
La logistique, ce n'est pas l'emploi direct et légitime de la force.
Le COD C2 est un avion de logistique marine qui part du territoire national pour rallier directement le PA dans les espaces aériens libres de la haute mer. Accord bilat facile entre marins.
Des pétroliers français ravitaillent des bateaux US, des avions US sucent des "nounous" françaises. Pareil avec UK. On n'en fait pas un pataquès, on est en haute mer.

DefExp le 27/05/2011 à 16:05

Totolfb

Si la faiblesse en équipements est effectivement due à une organisation dépassée qui pompe les ressources pour sa propre survie, il ne s'agit pas de la DGA réduite de 100 000 il y a 40 ans, à 10 000 personnels aujourd'hui, mais bien de tout l'échelon administratif et de support indirect des armées, obèse de 80 000 personnels de trop (et donc de presque 5 milliards annuel pensions induites comprises, soit plus que le budget annuel de fabrication des armements conventionnels), SGA et SSA compris.
La certification DGA n'est pas chère. Ceci dit vous n'aller pas qualifier des avions embarquable au rabais. Imaginez la conséquence d'une défaillance à l'atterrissage et une collision sur un pont d'envol surpeuplé.
L'accident du Forrestal en 1967 a fait 134 morts brulés vifs et déchiquetés, et conduit à la perte de 20 avions, et a failli couler le bâtiment, juste pour un problème de faux contact électrique sur un avion au parking !
Le budget français d'équipement des armées est bien trop faible en absolu et en proportion par rapport au budget total et au nombre de personnels opérationnels. En gros pour 38 milliards annuels et vu les objectifs du Livre Blanc et nos coûts, les armées françaises ne devraient pas avoir plus de 220 000 personnels services de support et civils inclus (et quasiment le même nombre de militaires opérationnels).
Concernant ce type d'avion de transport navalisé, on ne peut de toute manière que les acheter aux USA sur étagère vu le très faible nombre nécessaire. Le problème était de trouver les 200 millions d'euros quand on aurait pu en commander (ce qui n'est pas grand chose relativement au budget mais on est contraint partout depuis 30 ans). Ou alors acheter des hélicoptères mi lourds européens (EH101 ou NH 90)doté d'un perche de ravitaillement en vol... Comme le font les Américains pour les leurs.
PS : et puis ne soyons pas trop prétentieux. Nos soldats ne sont pas les meilleurs du monde mais parmi les meilleurs. Les soldats britanniques ou américains sont d'ailleurs mieux entrainés.

ODILON le 26/05/2011 à 14:37

Mise à disposition

Il me paraît d'évidence que ces deux avions ne nous ont pas été "prêtés". Ils ont plus exactement été "mis à notre disposition", et leur mise en oeuvre (pilotes, équipage et maintenance) reste aux mains des gars de la Navy. On peut donc penser qu'il y a désormais un officier d'appontage américain à bord du CDG, en plus des marins de l'US Navy déjà présents.
Si les C2-A avaient été prêtés, il aurait fallu au préalable qualifier nos pilotes, équipages et personnel de maintenance sur ce type d'appareil, quand bien même il n'est pas sans ressemblance avec le Hawkeye. Cela aurait pris un bon mois et n'aurait pu se faire que sur la BAN de Lann Bihoué avec, en plus, la qualification d'un de nos officiers d'appontage.

totolfb le 25/05/2011 à 14:37

Accélérateur

Les opérations réelles de haute intensité ont toujours été des accélérateurs de modernisation, même si le C2 n'est pas vraiment un avion moderne !
Notre puissance politique est basée sur notre économie (toujours dans le top 10), notre diplomatie, et notre armée, avec des soldats qui sont les meilleurs au monde. La faiblesse en équipements est due à une organisation dépassée qui pompe les ressources pour sa propre survie. Les générateurs de normes sont des générateurs de sur-coûts. Pourquoi la marine n'a-t-elle pas de drones alors que nombre de PME en fabriquent en France : la certification DGA est trop chère ! Je peux citer des exemples. Les politiques devraient travailler sur les dossiers pour rentabiliser l'impôt des citoyens au lieu de générer une administration tatillonne et rétrograde.

Fralipolipi le 25/05/2011 à 12:37

Bienvenue aux Greyhound des US

Gwydyon a raison, mais Poulpman aussi.
Si il y a un poste sur lequel nous avons bien investi, c'est bien le PA CDG et son parc embarqué.
De sorte que nous avons aujourd'hui un Groupe Aéronaval aux capacités très largement supérieures à tout ce que nous avons eu avant... L'arrivée au compte goutte du Rafale fait un peu traîner les choses, mais la mutation est faite, et bien faite (notamment avec le Forbin, et bientôt la Fremm en escorte).
Et c'est justement parce que nous avons un Groupe Aéronaval pleinement efficace, qu'il est désormais pleinement utilisé... à haute intensité, comme jamais jusqu'à cette année. Et c'est dans ce cadre d'activité en mer à haute intensité "prolongée" que l'intérêt du Greyhound se fait sentir pleinement... Jusqu'à présent, on avait assez bien su s'en passer.
Mais il est clair que nous aurions pu anticiper, d'autant que les US nous ont bel et bien proposé cet avion à la vente, vers début 2000, quelques modèles d'occasion à très bon prix... (et à l'époque, nous avions décliné l'offre).
Deux fois dommage, car en plus d'offrir de larges services logistiques (depuis la France pour la Méditerranée, ou depuis Djibouti pour l'Océan Indien, par exemple), il aurait pu servir de cellule d'entraînement, à bien moindre frais, aux équipages du très coûteux cousin Hawkeye.
Donc Poulpman a raison, mais Gwydyon aussi.

Gwydyon le 25/05/2011 à 11:56

Trous capacitaires

Ce prêt montre surtout que nos choix en matière d'équipement sont totalement inadaptés pour une grande nation et ceci par une responsabilité conjointe entre la haute hiérarchie militaire et le politique. Car le constat est évident. Le budget de la défense est le 3ème, après la charge de la dette et celui de l'éducation nationale. Notre pays est dans le Top Five des budgets militaires depuis des lustres. Et nous sommes incapables de mettre plus d'une douzaine d'hélicoptères en Afghanistan. Nous n'avons aucun hélicoptère lourd. Nous n'avons plus la capacité de produire des canons de marine. Nous n'avons pas de blindé apte à remplacer le VAB. Nous n'avons pas d'avion de liaison pour notre porte-avion. Notre artillerie blindée tombe en ruine, tout comme notre transport aérien militaire, tout comme notre composante héliportée. Nous n'avons que 17 Tigre aptes Opex sur un parc de 30, soit à peine 8, en raclant les fonds de tiroir, être sur le BPC (La Grande Bretagne c'est 67 Apache). Nos Lynx ne sont pas modernisés. Le Pedro du PAN est assuré par une Alouette III. Nos fantassins utilisent encore l'AA52 en attendant mieux, même si l'embuscade d'Uzbeen a modifié la donne en matière d'équipement, le Président de la République ayant piqué une grosse colère. Ces trous capacitaires sont des gouffres et sont insuffisants pour combler les décisions crétines qui nous ont conduit à cette situation. Pour le 14 juillet nos armées sont désormais parfaitement dimensionnées. Mais pour faire la guerre, il faut obligatoirement l'aide des autres.

toto le 25/05/2011 à 11:31

Comme quoi on a des Ferrari et des Porsches...

... Mais il nous manque toujours quelque chose pour les faire rouler correctement !
C'est vrai que cet avion d'apparence banale est une réussite technologique et tellement indispensable pour les portes avions comment ne pas avoir pensé en acheter quelques uns !
C'est une tradition fort ancrée que les Américains nous équipent en aéronavale depuis longtemps que ce soit des Corsairs f4 au Crusader f8 et j'en passe.
Alors pourquoi n'avoir pas acheté celui-ci, il me semble vaguement me rappeler qu'il y avait un certain Bush au moment du lancement du Charles de Gaulle, est-ce là la raison ? D'autant plus que nos pilotes aéronavales sont bizarrement toujours formé aux USA, c'est où l'indépendance dans tout ça ? Même si techniquement c'est un gros plus pour nos pilotes qui peuvent se poser sans problème sur des porte-avions américains comme cela a été le cas dernièrement pour une avarie.
En tous cas c'est toujours intéressant de lire ces articles fort bien renseignés dans le monde aéro ou militaire, bravo Le Point continuez.

dolie le 25/05/2011 à 09:49

Les USA prêtent deux avions à la France pour le Charles De Gaulle

Pourquoi faire ? Pour aider l'aéronavale à tuer davantage de civils à Tripoli, afin d'aider les rebelles qui tentent de se faire reconnaitre par la communauté internationale je veux dire par l'ONU ? C'est lamentable pour la France ! Une information, par contre qu'aucun média français ne rapporte, c'est l'autorisation des autorités chinoises qui ont accepté que le porte-avions sur lequel avait été transféré le cadavre de Ben Laden au large de l'Afghanistan pour l'immerger en haute mer, mouille depuis 48 heures dans le port Chinois de Hong Kong pour quelques jours et les protestations des Hongkongais qui craignent que la présence dans le port de ce porte avions US n'entraîne des attentats terroristes en mémoire à Ben Laden ! La protestation des Hongkongais a été telle que le commandant de ce porte avions US a dû s'expliquer face à la population hongkongaise pour tenter d'apaiser leurs craintes, il n'empêche que ce porte avions est le malvenu dans ce port chinois !

Poulpman le 25/05/2011 à 07:24

Pour être plus précis...

Un Greyhound c'est effectivement très pratique pour le PA, mais ce n'est pas indispensable ! Donc merci aux Américains pour cette aide logistique, mais les déclinistes devraient de rendre compte que seule la France est encore capable aux côtés des Etats-Unis de mettre en œuvre une chasse embarquée.

V le 25/05/2011 à 00:56

Je ne suis pas d'accord

Cette guerre n'est pas la nôtre, par conséquent, les ricains se prêtent des avions à eux-mêmes... S'ils allaient eux-mêmes taper sur les libyens, aux cotés de leurs barbares recyclés, ils n'auraient pas besoin de nous prêter ces avions. On bosse pour eux en ce moment !

Votre commentaire

Voir les conditions d'utilisation

Dernière minute
  24 heures d'info

En vente actuellement

Le Point

La fréquentation de ce site est certifiée par l'OJD.

--> 'use strict';