Paris déclenche l'opération militaire en Libye

Le Point.fr - Publié le 19/03/2011 à 15:31 - Modifié le 19/03/2011 à 18:32

L'intervention militaire a commencé samedi après-midi, moins de quarante-huit heures après l'adoption de la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

Paris déclenche l'opération militaire en Libye

Des avions Rafale français ont commencé à voler dans l'espace aérien libyen samedi. © Dolega / Epa Maxppp

Par Jean Guisnel

La mission d'interdiction de vol dans l'espace aérien libyen a commencé vers 11 heures samedi matin, lorsque les quatre premiers Rafale ont décollé de la base de Saint-Dizier (Haute-Marne). Des patrouilles ont volé tout l'après-midi dans l'espace aérien libyen. Les premiers Rafale ont été suivis par deux autres appareils du même type, équipés de "pods" Reco-NG destinés au recueil de renseignements de guerre électronique. Ils ont été rejoints par deux Mirage 2000 D de Nancy et par deux Mirage 2000-5 de Dijon, a précisé, samedi soir, lors d'un point de presse au ministère de la Défense, le colonel Thierry Burkhard, porte-parole de l'état-major des armées. Tous ces avions d'arme ont été ravitaillés au-dessus de la Méditerranée, à l'aller et au retour de la mission, qui a donc commencé avant même son annonce officielle.

Au total, une vingtaine d'avions ont été engagés dans la journée de samedi. Il aurait été logique que des forces spéciales chargées de récupérer des aviateurs français dont l'avion aurait été perdu au-dessus du territoire libyen soient positionnées dès samedi dans la zone. Elles ne le sont pas. Une source autorisée nous a précisé samedi après-midi que les hélicoptères SAR Caracal chargés de récupérer éventuellement des pilotes se trouveront à bord d'un navire au large de la Libye, ou sur le territoire de pays voisins. Mais seulement dans les jours qui viennent. D'ici là, les pilotes opèrent sans cette assurance. Courageux...

Le porte-avions Charles de Gaulle qui doit appareiller dimanche de Toulon arrivera sur zone avec son groupe aérien (Rafale Marine, Super-Étendard modernisé, E2-C Hawkeye) trente-six heures plus tard.

Renforts britanniques et américains

Peu après 15 h 30, Nicolas Sarkozy a précisé dans une déclaration solennelle depuis l'Élysée que la France conduisait cette mission et y participait seule. "En accord avec nos partenaires, nos forces aériennes s'opposeront à toute agression des avions du colonel Kadhafi contre la population de Benghazi. D'ores et déjà, nos avions empêchent les attaques aériennes sur la ville", a précisé le président, qui a ajouté que "d'autres avions, français, sont prêts à intervenir contre des blindés qui menaceraient des civils désarmés". Cette option de l'attaque au sol avait déjà été évoquée, mais le fait qu'elle soit officialisée par le chef des armées lui donne un poids supplémentaire. Pour autant, dès lors que les chars du colonel Kadhafi seraient entrés dans la ville de Benghazi, il aurait été très difficile de les en expulser par la seule force aérienne.

Très engagés aux côtés de la France dans les négociations diplomatiques qui ont abouti au vote de la résolution 1973, les Britanniques sont absents de la première phase de cette opération. Pour autant, le Premier ministre David Cameron vient de déclarer que "le temps de l'action est arrivé". La raison nous en a été donnée de très bonne source : les Français étaient capables de réagir très rapidement pour engager les premières opérations de reconnaissance et de démonstration (show of force), tandis que ce sont les Britanniques, avec sans doute un appui américain, qui se chargeraient principalement des frappes ciblées et des "opérations plus lourdes sur des cibles plus dures". Premiers à reconnaître le Conseil de transition libyen, les Français souhaitaient également être les premiers à "montrer la cocarde".

176 Commentaires

Ajouter un commentaire
pierre le 22/03/2011 à 21:05

Action politicarde

+ de bombes
+ de morts
+ d'argent dans les poches des marchands de canons
Sarkozy ne cherche qu'une chose en s'engageant en Libye voler à Marine Le Pen son électorat d'anciens militaires et de déçus de la guerre d'Algérie.
La liberté du peuple libyen ? Sarkozy n'en a que faire, Kadhafi martyrisait déjà son peuple quand Sarkozy l'accueillit en grande pompe à l'Elysée.
Kadhafi martyrise son peuple depuis le début de son règne et jusque-là, fait révélateur, personne ne s'en sentait concerné.

Colonel Junior le 22/03/2011 à 15:58

Fantasme et critique, rien d'autre ?

Franchement parlant, vous ne faites que (ou peu) critiquer les actions militaires de l'ONU.
Le mouvement de libération arabe actuel ne peut être sans une rébellion, sur ce point, on est à peu près tous d'accord.
Si on veut la paix, il faut faire la guerre, c'est comme ça, c'est le monde d'aujourd'hui, [... ] !
Des vies se finissent et se risquent dans cette guerre pour la liberté.
Si ça ne vous plaît pas, allez leur dire vous même !
Par le fils d'un pilote envoyé en Lybie et qui risque sa vie pour entendre au final vos p*****s de c... S.
Bien à vous, et restez encore une fois dans votre monde.

BARDOT le 22/03/2011 à 15:36

Quelle horreur ! !

C'est dommage, triste et très désolant le carnage qui a lieu en Libye en ce moment. Je déplore les énormes pertes en vie humaine alors qu'on aurait pu éviter tout ça. Mais au fait Kadhafi pour combien de temps entendais-tu encore rester au pouvoir ? De toutes les façons, toi ou l'un des tiens rendra compte un jour au peuple Libyen.

rivkoo le 21/03/2011 à 19:16

Réglement de compte personnel ou secours aux lybiens ?

Je suppose que la francs et le monde occidental en veut au guide libyen pour leur avoir tenu tête. Pppppffff ! Que de la politique ! Est ce le premier où les militaires tuent les civils ? Ne peut on pas avoir une justice meilleure dans ce monde ? Que fait l'ONU dans tout ça ?

defo le 21/03/2011 à 17:52

La paix est torturée de nos propres mains

J'aimerais que l'ONU s'engage à l'avenir avec détermination, avec des actes concrets à effet durable pour lutter contre la pauvreté des populations qui veulent seulement manger et être en bonne santé ; ce qui se passe en Libye est la preuve que l'ONU en est capable quand elle le vent.
Je crois que la paix pouvait s'établir en Libye sans passer par les moyens actuels. Encourager les rebelles pour établir la paix n'est pas la solution.
Ce n'est pas bien de corriger une faute par une faute, ce serait faire de la folie à un fou.

Colonel Junior le 21/03/2011 à 16:52

Il est vrai...

En effet, les "raids-aériens" coûtent une sacrée somme à l'État.
D'accord, le but initial est d'y soumettre une idée favorable pour les avions de chasse français (ici le Rafale).
Mais le résultat n'est-il pas la sauvegarde d'une population ?

Pour l'argent, pour la Libye... Les deux vont ensemble malheureusement. L'économie du pays rentre en jeu, il faut croire :
- on tire des missiles valant la peau des "fesses à Sarko"
- mais on retient les futures, ou pas, ventes de Rafale, valant 163 millions.

Bien à vous dans votre monde.
Par le fils d'un pilote de chasse partie en mission en Lybie.

piratus le 21/03/2011 à 16:09

Et l'antimilitarisme dans tout ça ?

Et demain qui les remplacera les forces de Kadhafi ?

chkok le 20/03/2011 à 20:44

Libye

Quelle démesure ! Est-ce le nuage radioactif qui vous a déboussolés. Toutes ces dépenses pour un fou à lier, c'est amusant quand on vous dit que l'opération est une réussite.
Signé une grand mère qui a connu des Français magnifiques et qui en connaît encore dieu merci.

pipiou le 20/03/2011 à 17:58

@l'ami bidasse

Merci...

L'homme de Sonabata le 20/03/2011 à 17:55

Une bonne action

Je trouve que c'est une bonne action de fait de stopper le colonel Kadhafi qui a trop maltraité la population libyenne et s'est largement moqué de la communauté internationale. Au moins, cette fois-ci, je suis d'accord avec les Occidentaux. Pourquoi pas une opération terrestre pour bien cuire les carottes.

Votre commentaire

Voir les conditions d'utilisation

Dernière minute
  24 heures d'info

En vente actuellement

Le Point

La fréquentation de ce site est certifiée par l'OJD.

--> 'use strict';