Les forces de Mouammar Kadhafi dans Benghazi

Reuters - Publié le 19/03/2011 à 10:59

par Mohammed Abbas et Angus MacSwan

BENGHAZI, Libye (Reuters) - Bravant la résolution du Conseil de sécurité de l'Onu et les préparatifs intensifs d'une intervention militaire internationale, les forces de Mouammar Kadhafi sont entrées samedi dans Benghazi, soumise selon les insurgés à d'intenses tirs d'artillerie.

"Ils sont entrés dans Benghazi", a dit un porte-parole militaire des rebelles dans leur bastion de l'Est libyen. Un journaliste de Reuters sur place a vu une explosion près du siège du Conseil national de transition mis en place par les insurgés.

Selon les rebelles, la totalité de la ville est soumise à des tirs d'artillerie et le président du Conseil national de transition a reproché à la communauté internationale de tarder à agir pour faire cesser "l'extermination des civils".

"Il y aura aujourd'hui une catastrophe à Benghazi si la communauté internationale ne met pas en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu", a poursuivi sur Al Djazira Moustafa Abdeldjeïl, ancien ministre de la Justice de Kadhafi passé dans les rangs de l'insurrection.

La résolution 1973, adoptée jeudi soir, exige un cessez-le-feu immédiat et autorise une intervention militaire en Libye.

A Paris, où une réunion internationale consacrée à la crise libyenne se tiendra en début d'après-midi en présence notamment d'Hillary Clinton, David Cameron et Angela Merkel, une source militaire française a déclaré qu'il fallait "bouger rapidement". "Le dispositif est prêt, la décision est politique maintenant", ajoute-t-elle.

KADHAFI MET EN GARDE

Le régime libyen, qui a décrété vendredi un cessez-le-feu immédiat, affirme lui qu'il se conforme aux exigences formulées par l'Onu. "Il n'y a aucune attaque d'aucune sorte sur Benghazi. Comme nous l'avons dit, nous respectons le cessez-le-feu et nous souhaitons la venue d'observateurs internationaux", a dit Moussa Ibrahim, porte-parole du gouvernement libyen, à Reuters, accusant les rebelles de chercher à provoquer une intervention militaire étrangère.

L'agence officielle de presse a assuré pour sa part que les forces régulières libyennes étaient attaquées par des "bandes d'Al Qaïda" à proximité de Benghazi.

Un porte-parole des rebelles a fait état de bombardements à proximité de la ville de Zentane, dans l'ouest du pays.

Le cessez-le-feu affiché par Tripoli n'a pas convaincu les Etats-Unis, la France ou la Grande-Bretagne.

Et la réunion organisée samedi à Paris avec l'Union européenne, la Ligue arabe et l'Union africaine, s'annonce décisive, l'ambassadeur de France aux Nations unies, Gérard Araud, évoquant une intervention militaire dans les heures qui suivront le sommet.

"Les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France, nous avons également lancé un ultimatum sur le cessez-le-feu et nous avons posé des conditions. Donc j'imagine qu'après le sommet, je pense que dans les heures qui suivront, nous lancerons une intervention militaire", a déclaré le diplomate dans une interview diffusée dans la nuit de vendredi à samedi par la BBC.

Cette intervention consisterait notamment à clouer au sol l'aviation libyenne, à détruire les systèmes de défense anti-aérienne, à couper les communications des forces de Kadhafi et à entraver leurs déplacements, dit-on de sources diplomatiques.

Face à cette brusque accélération diplomatique après des semaines de divisions et d'atermoiement, Mouammar Kadhafi a lancé une mise en garde, estimant que la résolution de l'Onu relevait d'un "colonialisme flagrant" et qu'il y aurait des "conséquences importantes en Méditerranée et en Europe".

Avec Maria Golovnina et Michael Georgy à Tripoli, Tom Perry au Caire, Avril Ormsby à Londres et John Irish à Paris; Marine Pennetier, Bertrand Boucey et Henri-Pierre André pour le service français

26 Commentaires

Chip's le 19/03/2011 à 14:43

En fait...

...que des menteurs "ignobles", comme je le disais (sur un autre article du Point), et comme l'on s'en doutait !
De qui parlait-il et qui allait le croire ce Kadhafi, lorsqu'il a annoncé hier (vendredi), un "Cessez-le-feu immédiat" ?
Personne n'a été dupe !
Et quand à son porte-parole (à Kadhafi), c'est du pareil au même ! (bien entendu !)
Nous habitons à une dizaine de km de Toulon, et avons entendu ce matin des avions réaction, mais ne savons pas si ces derniers venaient du porte-avions Charles De Gaulle, puisqu'à la minute où j'écris, ce dernier n'a pas encore appareillé, et se trouve en rade (côté militaire).
Nous savons que c'est toujours "grave", lorsqu'une guerre est là, mais, notre avis (avec mon mari), est qu'il faut "stopper" ce Kadhafi qui "tue son propre peuple".

pifon007 le 19/03/2011 à 11:56

"Les forces... "

D'accord pour le soutien aux victimes du dictateur Kadhafi.
Pas d'accord avec le silence international quant aux victimes du dictateur Gagbo, en Côte d'Ivoire.
Pourquoi ces deux drames sont-ils abordés de manière différente par les géostratèges ? Odeur de pétrole ?

lefennec le 19/03/2011 à 11:47

La Libye au bord du chaos

La présence des observateurs de l'ONU est souhaitable à Benghazi pour le constater le respect du cessez-le feu par le colonel Kadhafi.

Qui doit-on croire le 19/03/2011 à 11:46

Le régime lybien, les rebelles

Ou l'intox des forces prêtes à envahir la Libye !
Car depuis le début tout est intox, sous le haut patronage masqué des USA obéissant à Israël et avec pour "commissionnaire" Sarlozy !
Il est certain qu'ils vont y aller car ils n'auraient pas fait toute cette mise en scène depuis plus d'un mois pour rien !
D'ailleurs la simultanéité des révoltes dans les pays arabes est un argument supplémentaire pour crédibilser la thèse que ces révoltes ont été provoquées par des agitateurs à la solde de la CIA !
Il y aura fatalement des suites contraires à cet objectif guerrier qui se produit au moment ou les dirigeants des USA et de France sont déstabilisés !

gogo9413 le 19/03/2011 à 11:42

Ce sera trop tard, Kadhafi va gagner !

Je ne suis pas du tout pour la guerre, mais là, contre ce dictateur, l'action militaire décidée par l'ONU était nécessaire, et n'a toujours pas eu lieu, et le dictateur avance, à mon avis c'est terminé, l'intervention de l'ONU sera un pet foireux... !
Samedi à 13H00, on refait encore une nième réunion, c'est fini, l'ONU n'est pas à la hauteur des évènements, Kadhafi a encore de beaux jours devant lui, j'ai une pensée pour les pauvres opposants qui tombent sous les balles Kadhafiennes, alors que les dirigeants de l'ONU sont toujours en train de se gratter la tête ! A la TV on nous fait l'inventaire des forces armées de la coalition de l'ONU de la coalition, mais rien ne se passe... ! Kadhafi a gagné !

Krugger le 19/03/2011 à 11:42

Après l'heure, c'est plus l'heure !

Et oui, ce Kadhafi est vraiment un grand stratège. Les carottes sont cuites. Il connait surtout parfaitement bien la bureaucratie Onusienne. Ce que nous n'avons malheureusement pas intégré, c'est qu'il est impossible de combattre un tel homme avec notre "façon de penser" à nous. Car tenter de raisonner un fou furieux par le dialogue ou les menaces, lequel fait fi des droits de l'homme, est symptomatique d'une folie encore plus grande. Les dés sont jetés, comme on dit !

Pascalino le 19/03/2011 à 11:42

Jean Marc Ayrault tente de rattraper le train.

Je viens de voir JM. Ayrault sur BFM TV qui souhaite que l'on intervienne en Libye (alors qu'il était contre toute intervention ces derniers jours). Mais plus encore il demande que l'on aide tous les mouvements populaires dans la région. Le PS n'a aucune retenue, il suit le mouvement, critique, vocifère, donne des leçons d'humanité et d'une volte-face s'associe au mouvement et demande plus encore.
Je n'ose imaginer un gouvernement socialiste en charge des affaires actuellement en France. B. Hamon plus à gauche, Martine Aubry silencieuse, Moscovici incertain, Le Guen portant beau, Hollande insicif mais perturbé par les cantonales, DSK absent et S. Royal déguisée en madone drapée dans ses certitudes, c'est vraiment un patchwork (hecho de remiendos, en espagnol) cousu d'incompétence.

tor1001 le 19/03/2011 à 11:40

Bla bla bla

Surtout ne vous pressez pas...
Laissez bien le temps aux assassins de tuer un max de gens.
Et après vous viendrez en libérateurs...
Le dictateur ment... Les redresseurs de tort mentent.
Ca sent le pétrole !

JADDE le 19/03/2011 à 11:38

Satellites

Avec des satellites soi-disant capables de lire votre journal sur votre épaule, on est incapable de savoir si une ville d'un million d'habitants est attaquée par de l'aviation et de l'artillerie lourde !

Pépère Honoré le 19/03/2011 à 11:37

Quelle honte ! !

Mais jusqu'à quand vont-ils discuter cette bande de trouillards et d'incapables ?
Ils attendent que Benghazi soit brûlée égorgée... C'est insupportable. Qu'ils soient maudits ces dirigeants occidentaux qui ne font que palabrer pendant que des milliers de civils se font assassiner. Combien leur faudra-t-il de réunions et d'autorisations pour agir ? C'est une honte et si un jour nous le payons il ne faudra surtout pas s'étonner... !

SUIVEZ LE POINT.FR

PS en route pour 2012
Nouveau palmarès des grandes écoles

En vente actuellement

Conférence : La population active senior
Le Point.fr disponible sur Android
Nouveau ! Le Point.fr disponible sur Blackberry
Imagerie Médicale Philips
Duel du jour
Palmarès des hôpitaux

Le Point

La fréquentation de ce site est certifiée par l'OJD.

--> 'use strict';