Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d'Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

Le Point.fr - Publié le - Modifié le

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé le déploiement d'un millier de soldats français pour venir en aide à un pays au bord du génocide.

Arrivée à l'aéroport de Bangui de soldats français du sixième bataillon d'infanterie marine et du huitième régiment des parachutistes de l'infanterie marine, le 22 mars 2013.
Arrivée à l'aéroport de Bangui de soldats français du sixième bataillon d'infanterie marine et du huitième régiment des parachutistes de l'infanterie marine, le 22 mars 2013. © ELISE FOUCAUD / SIPA
Par

La France a décidé de prendre les devants sur la question centrafricaine. Par la voix de son ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, Paris a annoncé le déploiement "d'un millier de soldats" français pour "une période brève de l'ordre de six mois, à peu près". L'armée française compte déjà 420 soldats sur place, chargés d'assurer la protection de l'aéroport de la capitale Bangui et du millier de ressortissants français en Centrafrique. Le ministre a également ajouté que ces troupes françaises viendraient appuyer "la force africaine déjà en cours de constitution, composée d'éléments militaires venus de pays voisins" : la Misca (composée idéalement de 3 500 soldats).

Lundi soir, la France avait entamé, avec ses partenaires du Conseil de sécurité, des discussions autour d'une résolution visant au renforcement de la Misca. Une force qui se verrait confier, sous l'égide du chapitre 7 de la Charte de l'ONU, le droit à l'usage de la force pour garantir le maintien de la paix et la protection des civils en Centrafrique. À terme, l'ONU, par le biais de son secrétaire général, Ban Ki-moon, espère envoyer "6 000 à 9 000 Casques bleus" pour mettre un terme au chaos sur place.

Coup d'État

En mars 2013, une coalition militaire provenant du nord du pays (majoritairement musulman), la Seleka, avait destitué le président François Bozizé, aux commandes du pays depuis 2003. Depuis, le nouveau dirigeant centrafricain, Michel Djotodia, ancien leader de la Seleka, s'est avéré incapable de contrôler ses anciennes troupes qui se livrent désormais à des exactions toujours plus nombreuses, notamment contre les populations chrétiennes : attaques à main armée, pillage, harcèlement des populations.

En réponse à ces exactions, du côté chrétien, des milices d'autodéfense s'organisent à l'instar de "l'anti-Balaka" et participent à l'escalade de la violence. Selon l'ONU, sans "action rapide et décisive dans le pays", il existe le risque "que la crise échappe à tout contrôle" et que cela tourne au "conflit religieux et ethnique". Laurent Fabius parlant même de la Centrafrique comme d'un pays "au bord du génocide". Sur place pourtant, une force africaine existe déjà : la Fomac (Force multinationale des États de l'Afrique centrale). Cette dernière, composée de plus de deux mille hommes, est préposée au maintien de l'ordre.

Un nouveau Mali ?

Devant la multiplication des actes de violence au mois de novembre, notamment à Bangui (désormais sous couvre-feu), le rôle de cette force africaine a été pointé du doigt. Pour Roland Marchal, chercheur au Ceri-Sciences Po et spécialiste de la Centrafrique, "il ne faut pas blâmer le travail des forces africaines sur place. Elles ont parfois fait leur travail, mais il y a un véritable problème de rigueur et de contrôle chez ces troupes". Laurent Fabius a tenu à prévenir que "ce ne sera pas du tout le même genre d'intervention qu'au Mali, ce ne sera pas aussi massif et aussi durable". Et son homologue à la Défense de préciser aujourd'hui qu'il s'agissait en Centrafrique d'éviter "l'effondrement d'un État et une tendance à l'affrontement confessionnel".

Sur le terrain, "les forces françaises peuvent largement faire la différence. Ce ne sera pas un front compliqué, c'est une guerre pauvre", confirme Roland Marchal. Pourtant, le chercheur français prévient qu'une intervention en Centrafrique "doit impérativement être un effort européen et international, et non pas uniquement français". Si l'on ne veut pas que le spectre de la Françafrique soit de nouveau agité, la France ne peut pas se charger seule de la sécurisation d'un pays "indépendant". Et de conclure que, "en laissant pourrir la situation, la Centrafrique deviendra un problème géopolitique majeur pour de nombreux pays".

52 Commentaires

Ajouter un commentaire
petitcamp le 27/11/2013 à 16:39  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Au boulot !

S'il faut sauver tous les régimes africains où la démocratie n'arrive pas à s'enraciner, il va y avoir du travail pour occuper les chômeurs de France ! Avec quel argent ? Le grand mammamouchi Hollande a peut-être la réponse ? Ce grand démocrate n'a même pas pris le temps de consulter le parlement (il a peut-être raison puisque ces gens s'en foutent de tout tant que leurs cumuls ne sont pas menacés). La France va devenir une république bananière qui devra peut-être faire appel bientôt à la Centreafrique pour rétablir l'ordre !

alber le 27/11/2013 à 15:41  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Vieux réflexe colonial !

Les socialistes très attachés au respect de l'indépendance des pays africains, ne peuvent s'empêcher de s'immiscer dans les affaires intérieures de ces pays

Il ne nous appartient plus d'intervenir en permanence dans tel ou tel pays africains même au nom de la réciprocité et des guerres passées, ce qui est un prétexte ; d'ailleurs nous n'en avons plus les moyens financiers.

Pourquoi n'intervenons nous pas en Corée du Nord ? à Cuba ? En Biélorussie ?

lahuri le 27/11/2013 à 14:57  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

N'est-ce pas quelque part

L'éternel remboursement de notre dette pour les quelques centaines de combattants africains venus délivrer la France depuis l'indépendance ?
Pendant encore combien d'années, les soldats français devront être les garants d'une paix sociale dans des pays en conflits continuellement ?
Quand va-t-on parler positivement de ces engagements coûteux ?

YB le 27/11/2013 à 14:08  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Bof

A défaut de trouver des solutions dans notre pays, notre président essaie de les trouver ailleurs.

PIZARR le 27/11/2013 à 13:12  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Ouais

Heuuu si l'on se calmait un peu la les vas t'en guerre. Ça commence a faire beaucoup. On se prend pour les justiciers du monde seulement on est pas les états unis. Calmos.

F1984 le 27/11/2013 à 12:34  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Hollande et le néocolonialisme

De son quinquennat c'est tout ce que les français retiendront, Hollande le Président qui est parti guerroillé en Afrique et qui a laissé tomber son pays, la France, dans le marasme économique.

Totolfb le 27/11/2013 à 11:43  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Au temps béni des colonies

Il fut un temps où un capitaine gouvernait un territoire grand comme la France...
le plus cocasse de l'histoire, est que Hollande l'athée protège les chrétiens. S'il pouvait en faire autant en Syrie... , et prendre des leçons de diplomatie au Vatican, il pourrait progresser...

athbel le 27/11/2013 à 11:00  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Encore !

Après le Mali c'est le Centrafrique, mais pourquoi allons-nous là bas ? Est ce que cela nous regarde, je croyais que la FRANCE était déficitaire, où vont ils prendre l'argent ? Les impôts et taxes vont encore augmentés plus.
N'y a t il pas assez de problèmes dans notre beau pays qui est la FRANCE, ils ne sont pas capables d'aider les français qui sont dans le besoin et il y en a énormément, de résoudre les très graves problèmes de gestion, mais pour faire parler d'eux, ils envoient l'armée en Centrafrique.
Parlons-en de notre armée, ils ferment les casernes les unes après les autres, mais ils envoient nos militaires se faire massacrer, mais pour eux ce n'est pas grave, ce n'est pas leur vie qui est en jeu.
Ils n'aiment pas les français nous en avons encore la preuve.

Papili-aussi le 27/11/2013 à 08:54  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Vive l'islamisme !

Chaque lieu, chaque pays où veut s'installer l'islamisme porté par des incultes poussés par des intégristes assoiffés de pouvoir, bien entendu pour régner sur des populations faibles ou chrétiennes, par la force des mitraillettes et des coupes-coupes, c'est la folie destructrice, l'esclavagisme, le viol, les tortures et les mutilations, les massacres ethniques et religieux. Et la bas de plus la destruction de tous les éléphants pour l'ivoire. Je me demande ce qu'ils ont fait de nos "petites sœurs sénégalaises" qui a 4 ou 5 enseignaient, aidées de quelques volontaires, à quelques centaines de gamins et gamines, dans une école de banlieue, avec une joie extraordinaire. On n'en a aucune nouvelle, pourvu qu'elles n'aient pas été les premiers martyres de cette invasion barbare.

Michael Jeaubelaux le 27/11/2013 à 08:30  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Encore des musulmans qui massacrent des chrétiens !

Quel est le problème en Centrafrique ? Un musulman a fait un coup d'Etat et s'est autoproclamé Président, ses milices, qu'il ne maitrise plus font régner la terreur et massacre des chrétiens... Dans l'indiffférence générale... La priorité étant de soutenir les milices islamistes en Syrie ! Pourquoi la France intervient ? Je ne sais pas la France de Hollande et Fabius ou de Sarkozy normalement mange dans la main des commanditaires des islamistes... Peut-être pour détourner l'attention du camouflet qu'elle vient de subir avec l'Accord Iran-USA... Mais en tout cas pas pour sauver des chrétiens ! D'ailleurs à part annexé la Centrafrique on ne voit pas bien comment elle va régler le problème... En tous cas réjouissons nous si pour une fois des populations chrétiennes peuvent bénéficier de la protection de nos armes ! P. S. Ces musulmans sont de "faux musulmans" bien-sûr car comme chacun sait un "vrai" musulman est non-violent... Au fait sur le milliard de musulman dans le monde, il y en a combien de "vrais" ?

Votre commentaire

Voir les conditions d'utilisation

Inscrivez-vous à la newsletter

Chaque jour, le meilleur de l'actualité par e-mail.

Suivez-nous

Facebook Twitter Google + Flux RSS Applications mobile