heure minute seconde

Cesare Battisti libéré

Le Point.fr - Publié le - Modifié le

Le Brésil a refusé d'extrader l'ex-activiste d'extrême gauche vers l'Italie.

Cesare Battisti ne sera pas extradé vers l'Italie et retrouve la liberté.
Cesare Battisti ne sera pas extradé vers l'Italie et retrouve la liberté. © Avaristo Sa / AFP
Le Point.fr

L'ex-activiste italien d'extrême gauche Cesare Battisti est sorti peu après minuit (5 heures à Paris) de la prison près de Brasília où il était incarcéré depuis quatre ans, après que la Cour suprême du Brésil a rejeté son extradition vers l'Italie, a constaté un journaliste de l'AFP. La libération de cette figure des "années de plomb" des années 70 en Italie, où il a été condamné pour meurtres, met un point sans doute final à une cavale de trente ans, suivie d'une bataille judiciaire et d'une crise diplomatique avec Rome. Accompagné de ses avocats, Cesare Battisti, 56 ans, vêtu d'un pantalon clair et d'une chemise blanche, est apparu serein à la foule de reporters et de photographes postés devant la prison de haute sécurité de Papuna, où il était en attente de son extradition depuis son arrestation en 2007 à Rio de Janeiro.

Il n'a fait aucune déclaration en retrouvant la liberté. Un de ses défenseurs, Luis Roberto Barroso, a indiqué aux journalistes que Battisti "n'avait aucune intention de quitter le Brésil". Il a précisé que son client se rendrait dès jeudi au ministère de la Justice pour solliciter un visa de résident permanent. Il devait passer la nuit dans un condominium fermé, dans les environs de Brasília. Battisti était réclamé par l'Italie après avoir été condamné en 1993 par contumace à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres à la fin des années 1970, crimes dont il se dit innocent.

Question de souveraineté nationale

Quelques heures plus tôt, les juges de la Cour suprême avaient jugé par six voix contre trois que l'Italie ne pouvait contester la décision souveraine de l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva de ne pas extrader Battisti. Rome a aussitôt réagi vivement par la voix de la ministre italienne de la Jeunesse, Giorgia Meloni, qui a dénoncé ce refus comme étant une "énième humiliation" pour les victimes. "La décision des juges suprêmes brésiliens de ne pas autoriser l'extradition d'un criminel comme Battisti, tout comme celle de l'ex-président Lula, représente la énième humiliation pour les familles de ses victimes", a déclaré la ministre, citée par l'agence Ansa. La plus haute juridiction du Brésil a statué à l'issue d'un débat houleux de six heures. "Ce qui est en jeu ici, c'est la souveraineté nationale. C'est très simple. La Cour, elle-même, a décidé que le président de la République pouvait décider", a dit le juge Luiz Fux en justifiant son vote contre l'extradition.

En 2009, la Cour avait accepté d'extrader Battisti, mais, dans un jugement controversé, avait laissé le président Lula décider en dernier ressort. "Il ne s'est jamais passé quelque chose comme cela, il ne s'est jamais passé quelque chose comme cela !" a hurlé dans la salle le juge Gilmar Mendes qui a condamné avec véhémence la décision de Lula de refuser d'extrader l'Italien. Pour répondre aux cris de Mendes, le juge Joaquim Barbosa a également haussé le ton : "Ça suffit ! Nous avons un homme en prison. Votons pour clore cette discussion", a-t-il dit. Le refus de Lula d'extrader Battisti avait provoqué une crise diplomatique entre Brasília et Rome qui avait rappelé son ambassadeur à Brasília.

Arrêté dans son pays en 1979 quand il militait dans le groupuscule des Prolétaires armés pour le communisme (PAC), Cesare Battisti avait été condamné à douze ans de prison. Il s'est évadé en 1981 et a alors commencé une longue cavale au Mexique, en France où il est devenu auteur de romans policiers et finalement au Brésil.

19 Commentaires

Grace le 09/06/2011 à 16:25  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

La gauche [...]

Battisti n'a pas été condamné pour être socialiste ou communiste. Il est un criminel commun. C'est dommage que Lula nous montre ce handicap idéologique d'un gouvernement qui voulait être considéré juste et intelligent. Le fait que Berlusconi doive lui-même répondre à la justice n’a rien à voir avec ce cas.

Harmony le 09/06/2011 à 14:16  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Une nouvelle bourde de la Gauche internationale

La Gauche internationale vient d'en faire une belle. Avec la décision des juges suprêmes brésiliens, soutenue par l'ex-président Lulla et l'actuelle présidente Dilma Rousseff, la Gauche montre un visage de plus en plus irresponsable.

Voilà qui est d'une augure intéressante pour les présidentielles françaises de 2012, où l'ancienne promesse de François Mitterrand de libérer en son temps Battisti incarcéré en France ne manquera pas d'être rappelée à l'envi par les uns comme par les autres.

sr38 le 09/06/2011 à 13:21  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

@davidbalmer

S'il est innocent pourquoi n'a-t-il pas le courage d'affronter la justice de son pays ?
Finalement, il aura été lache toute sa vie.

Aldavi le 09/06/2011 à 13:02  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

J'espère

... que l'Italie ne laissera pas cet assassin vivre en sécurité et elle en a les moyens, son honneur en depend.

Cosinus le 09/06/2011 à 11:36  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Un assassin libre

Voilà de quoi remplir de joie les cœurs de nos grands humanistes de gauche ! Ils se disent résistants, ils ne sont que les collabos du crime idéologique.

Stark le 09/06/2011 à 11:22  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

...

Je m’attendais à ce type de commentaires. Ou est l’objectivité ? Tous ces commentaires sentent le sentimentalisme à plein nez. Si on condamne ce type alors que rien n'est prouvé pourquoi on ne condamne pas nos chefs d'états qui sous couvert de l’OTAN et de l’ONU tuent en Libye, en Irak, en Afghanistan entre autre. Comment Berlusconi peut parler de justice alors qu'il a lui même des problèmes avec la justice, alors qu'il est de nature très clémente avec les mafias.
Pourquoi on ne parle pas des attentats qui ont secoués l'Italie pendant la guerre froide où on a de suite condamné l’extrême gauche alors qu'on sait aujourd’hui que c'était l’extrême droite et que l'on a découvert qu'un général américain avait écrit lors d'une missive qu'il fallait détruire coûte que coûte l'idéologie communiste, l'usage de la violence et des attentats n'étant pas à exclure pour la réussite de cette mission.
Et ce pays se dit démocratique. Battisti si il est coupable doit être jugé mais notre système et ses représentants pour tous leur crimes doivent être jugés aussi.

CAVALIERE le 09/06/2011 à 11:18  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

YA KA

Arrêtons simplement l'aide financière et alimentaire de l'UE à destination du Brésil.
Du moins M Passos Coelho pourrait faire pression sur son ancienne province...

Bob le 09/06/2011 à 10:44  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Lamentable

Je pense aux victimes de cet assassin. Cette libération est une véritable honte ! Comme l'est l'asile accordé par ce criminel par M. Mitterrand. Il me vient une interrogation : et si Battisti avait été un terroriste néo-fasciste, aurait-il également été accueilli en France et aurait-il bénéficié du même réseau de soutien ?

ced le 09/06/2011 à 10:34  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Davidbalmer

Ce que vous faites s'appelle un écran de fumée. Comme votre idole Battisti est de gauche, vous nous balancez de soi-disant extrémistes de droite violents pour tenter de disculper cet homme. Personne ne conteste à part vous que les années de plomb en Italie sont le fait de l'extrême gauche mais on sait combien ces gens là sont prêts à tout pour manipuler la vérité. L’Italie a jugé en toute souveraineté que Battisti était coupable. Pourquoi refuser de reconnaitre la justice italienne ? Elle aurait donc tort de s'acharner aussi sur Berlusconi ? Ah non j'oubliais, Berlusconi est de droite donc dans ce cas, la justice italienne a raison...

Alvise le 09/06/2011 à 10:25  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Un curieux paradoxe…

Ainsi qu'en témoigne la presse, personne en Italie - notamment à gauche - ne prend la défense de Battisti, qui est considéré comme un gangster habillant après coup ses crimes avec des oripeaux idéologiques.
Curieusement, cela ne semble guère troubler ses soutiens français, qui, bien sûr, connaissent beaucoup mieux l'histoire de l'Italie pendant les "années de plomb" que nous autres Italiens….

Inscrivez-vous à la newsletter

Et restez connecté à l'actualité au quotidien.

Sondage

Quels enseignements tirez-vous de la campagne électorale des élections départementales ? (66246 votants)

Voter Voir les résultats (66246 votants)
Tous les sondages

Suivez-nous

Facebook Twitter Google + Flux RSS Applications mobile
Le Point en ligne iPad iPhone sur le kiosque ePresse.fr