Dominique Baudis, mort d'un homme aux 1 000 vies !

Le Point.fr - Publié le - Modifié le

Tour à tour journaliste, maire de Toulouse durant 18 ans, président du CSA pendant 6 ans, puis Défenseur des droits, il s'est éteint à la veille de ses 67 ans.

Dominique Baudis.
Dominique Baudis. © Lionel Bonventure / AFP
Le Point.fr

Toulouse a perdu l'homme qui fut son maire de 1983 à 2001. Durant 18 ans, Dominique Baudis aura veillé sur la destinée de la Ville rose. Né en 1947 à Paris, marié et père de trois enfants, il s'est éteint jeudi 10 avril à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris à l'âge de 66 ans. Ironie du sort, il décède moins d'une semaine après que Jean-Luc Moudenc, ancien édile UMP-UDI de Toulouse, retrouve son fauteuil au Capitole. Fils de Pierre Baudis, qui dirigea lui aussi la capitale de la région Midi-Pyrénées (de 1971 à 1983), il avait toujours rêvé d'embrasser une destinée politique.

Mais avant de s'en remettre au vote des électeurs, Dominique Baudis, diplômé de Sciences politiques Paris, commence par une carrière médiatique. D'abord comme journaliste pour la télévision et la radio à Beyrouth, de 1971 à 1975, début de la guerre civile qui fit rage au Liban. Il devient ensuite le correspondant de l'ORTF et de TF1 pour le Proche-Orient, puis grand reporter pour la même chaîne. L'envie des plateaux est forte, et Dominique Baudis passe de l'autre côté de l'écran dans la peau du présentateur du journal télévisé de 20 heures de TF1 de 1977 à 1980, avant de prendre les rênes du Soir 3 de FR3 jusqu'en 1982. C'est sur cette même troisième chaîne qu'il assure durant l'année 1982 les relations avec le Sénat.

Tout s'enchaîne à vitesse grand V pour Dominique Baudis, qui, à peine quelques mois plus tard, succède à son père à Toulouse. Avec son groupe du Centre des démocrates sociaux, composante de l'UDF, il remporte donc les élections municipales. Ses succès politiques s'enchaînent : en 1985, il est élu conseiller général de Haute-Garonne, en 1986 président de la région Midi-Pyrénées, toujours la même année député, mandat où il sera reconduit en 1988, 1993 et 1997. En 1994, il est à la tête de la liste UDF-RPR pour les élections européennes et arrive en première position en recueillant 25,58 % des voix.

Affaire Alègre

Lorsque Jacques Chirac, alors président de la République, lui propose de devenir président du CSA (Conseil supérieur de l'audiovisuel), Dominique Baudis, qui durant l'année 2000 avait occupé le poste de président du comité éditorial du Figaro, abandonne tous ses mandats électifs. Sa présidence de début 2001 à janvier 2007 au CSA est notamment marquée par le lancement de la TNT (télévision numérique terrestre) en 2005 et la lutte contre la pornographie. Après avoir quitté ses fonctions, il devient en février 2007 président de l'Institut du monde arabe.

On n'oublie jamais ses premières amours. Dominique Baudis fait son retour en politique en 2009 en étant désigné aux élections européennes comme tête de liste UMP de la circonscription Sud-Ouest. Il arrive en tête, loin devant la liste conduite par le socialiste Kader Arif. Il est même élu vice-président de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen. Nommé Défenseur des droits en juin 2011, il abandonne une nouvelle fois tous ses mandats.

On ne saurait parler de la vie de Dominique Baudis sans revenir sur le dossier Alègre. Alors président du CSA, il est mis en cause dans une affaire liée au tueur en série Patrice Alègre. Il choisit le 20 heures de TF1 de Claire Chazal où il révèle publiquement cette sordide affaire. Accusé de proxénétisme, de viol, de meurtre et d'actes de barbarie, il vit des moments très difficiles. Mais les instigateurs de cette campagne de diffamation sont mis en examen deux ans et demi plus tard. Après être revenues sur leurs déclarations, les deux ex-prostituées, Fanny et Patricia, sont reconnues coupables de dénonciation calomnieuse et respectivement condamnées à deux et trois ans de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Toulouse en mars 2009. Dominique Baudis a même écrit en 2005 un livre sur cette affaire intitulé Face à la calomnie, tiré d'un journal qu'il a tenu durant les 18 mois où il a été victime des rumeurs. Jusqu'au bout, il se sera battu pour défendre les autres comme en témoigne son dernier poste de Défenseur des droits.

18 Commentaires

Ajouter un commentaire
citoyen fraternel le 11/04/2014 à 18:31  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

C'était un grand homme !

Je l'ai croisé de près dans un avion il y a un an environ. J'ai voulu lui serrer la main et lui dire tout le respect que sa personne m'inspirait. Mais je n'ai pas osé, un peu par timidité, un peu pour ne pas le déranger. Je le regrette maintenant.

Cet homme est mort et cela me rend particulièrement triste.

Raiger le 11/04/2014 à 14:51  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Baudis

Etant Toulousain à l'époque ou on en faisait un meurtrier des plus sordides, je ne me rappelle pas sur toute la cinquième republique avoir vu un homme politique avoir pris aussi cher suite à des propos totalement malveillants et diffamatoires. Je suis même persuadé que le suicide n'était pas loin le concernant à cette époque.
Vu qu'il a été totalement blanchi, j'aurai aimé voir tout ceux qui ont véhiculé ces fausses accusations devant les tribunaux et prendre du ferme.

revurat le 11/04/2014 à 10:46  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Le Monde

La responsabilité de certain journaliste au Monde dans cette ignominie ne doit pas être oubliée non plus, abandonnant toute forme d"éthique et d'exigence professionnelle. Le journaliste n'a jamais été inquiété.

referent le 11/04/2014 à 10:09  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

DES CONVICTIONS & DES ENGAGEMENTS

Dominique BAUDIS a 18 ans. Il est déjà le charismatique Président des Jeunes Démocrates. IL anime avec talent cette organisation de jeunes européens.
C'est le souvenir que je garderais de Dominique.

pm1255 le 11/04/2014 à 07:43  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Une belle rencontre

Nous sommes fin 1980.
J'ai rendez vous a 8h30 chez un client près de la maison de la Radio.
Je suis en avance, je rentre dans un café pour le petit noir du matin.
Entre derrière moi un jeune homme (en fait, il a 8 ans de plus que moi) mince blond, élégant, vêtu d'un burburry et portant un attaché case noir.
Il va au comptoir commander un café.
Visiblement, c'est un habitué.
Sa tête me dit quelque chose : j'y vais au culot " Bonjour, c'est pas vous qui présentez le JT de 20 heures ? "
Petit sourire de l'intéressé : " Oui, c'est moi. "
Je rigole : " vous arrivez tôt au boulot ou vous partez tard ? "
Ça l'amuse : conférence de rédaction hebdo, ou un truc de ce genre, et la conversation embraye : il a le temps, mon culot l'amuse, il me parle, Liban, info, plateaux... On reprend un café.
Bon faut y aller, lui je ne sais où, moi a mon rendez vous.
Sympa, ce mec, et simple.
Mais y s'appelle comment ?
Le soir, j'allume la télé.
JT 20 heures : Ah, oui, Dominique Baudis.

Marie Cosmeur le 11/04/2014 à 07:42  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Un homme intègre, victime d'infâmes calomnies

Baudis était un humaniste, pudique et honnête, qui a été brisé par des accusations ignobles, largement propagées par les médias. Quand l'honneur d'un homme est en jeu, la presse devrait faire preuve de plus de retenue et de discernement.

cartaginois le 11/04/2014 à 02:14  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

La Tunisie perd un grand ami !

Mr Domique Baudis, ancien député-maire de Toulouse, ancien Président du CSA, ancien Président de l'IMM et défenseur des droits est aussi un ami grand ami de la Tunisie, il y venait tous les ans avec son épouse Isabelle même en 2003 en pleine tempête calomnieuse qui l'avait secoué.
En ton que Tunisien et admirateur de ce grand homme, je m'associe au deuil de sa famille. Paix a son Âme !

papa12 le 10/04/2014 à 16:09  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Baudis un homme bien !

Il arrive que la disparition d'un homme politique passe par une simple dépêche, mais là cette disparition touche tout ceux qui l'ont approché, me concernant c'est au CDS que j'ai rencontré Pierre Baudis, c'était quelqu'un de bien, simple, accessible et qui était vraiment au service des autres, au service de la France qu'il aimait, c'était un vrai patriote, mais aussi un vrai défenseur d'une Europe rassemblée. Oui je suis triste !

Mr. Michu le 10/04/2014 à 15:55  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Contre l'adversité...

... Il avait su défendre son intégrité avec beaucoup d'intelligence et nous avait fait partager son émotion. Gagnant contre des magouilleurs de basse politique (non dévoilés... ), il avait redonné espoir aux gens du peuple.

Pirel le 10/04/2014 à 14:53  Signaler un contenu abusif Signaler un contenu abusif

Merci de nous en préciser le motif (obligatoire) :


Veuillez saisir le code de sécurité ci-dessous
  

Un bon maire.

Je ne suis pas de son bord politique, mais Dominique Baudis a été un bon maire de Toulouse, a aidé la ville à trouver son rayonnement national et international.
Merci à lui.

Votre commentaire

Voir les conditions d'utilisation

Inscrivez-vous à la newsletter

Et restez connecté à l'actualité au quotidien.

Suivez-nous

Facebook Twitter Google + Flux RSS Applications mobile
Dossiers Seniors

Sondage

Quelle doit être la priorité du nouveau gouvernement ? (14130 votants)

Voter Voir les résultats (14130 votants)

Faire adopter le pacte de responsabilité (940 votants)

6.7%

Lutter contre les déficits (4371 votants)

30.9%

Lutter contre le chômage (7189 votants)

50.9%

Lutter contre les inégalités (1174 votants)

8.3%

Lutter contre la droite (456 votants)

3.2%

Masquer les résultats (14130 votants)
Tous les sondages

Les plus populaires

  1. Clermont-Ferrand : l'encombrant secret d'un élu FN
  2. Pacte de responsabilité : Valls veut baisser les cotisations vieillesse des salariés
  3. VIDÉO. Quand David Rachline plaisantait sur le Führer
  4. Comment Marine Le Pen veut faire "imploser" l'UE
  5. Stéphane Ravier chahuté lors de son élection à la mairie du 7e secteur de Marseille
La Politique par Anna Cabana
Retrouvez Le Point.fr sur votre mobile