AFP - Publié le 31/12/2010 à 21:23

Battisti: ses soutiens français se félicitent de la décision de Lula

À ne pas manquer
Battisti: ses soutiens français se félicitent de la décision de Lula

Les soutiens français de l'ex-militant italien d'extrême gauche Cesare Battisti, qui a vécu en France de 1990 à 2004, se sont félicités vendredi de la décision du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva de pas l'extrader vers l'Italie.

Les soutiens français de l'ex-militant italien d'extrême gauche Cesare Battisti, qui a vécu en France de 1990 à 2004, se sont félicités vendredi de la décision du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva de pas l'extrader vers l'Italie.

Cette décision est "juste, parce qu'on ne pouvait pas laisser enfermer quelqu'un pendant trente ans sans qu'il ait jamais pu s'expliquer devant ses juges - c'était le sort qui lui était réservé", a déclaré à l'AFP Me Eric Turcon, un de ses avocats en France.

"Nous attendons de connaître la motivation (de cette décision), qui sera intéressante", a ajouté l'avocat, saluant au passage l'action de la romancière française Fred Vargas, "qui s'est battue (...) pour attirer l'attention de tout le monde, des Brésiliens en particulier, sur l'inéquité de la situation".

Auteure à succès de romans policiers, Fred Vargas a très activement soutenu la cause de Cesare Battisti lorsque, vivant en France, il était menacé d'extradition vers l'Italie.

Elle a salué dans un communiqué "l'exceptionnelle sagacité" du président brésilien qui selon elle "a su s'élever au-dessus dy climat passionnel pour prononcer la non extradition de Cesare Battisti, en se basant sur des éléments factuels, juridiques et humains".

"Nous espérons que la libération de Cesare Battisti adviendra dès lors le plus rapidement possible", ajoute-t-elle.

"Je me réjouis de la sagesse du président Lula. C'est une décision avisée. C'est la décision d'un homme qui a pris le temps de se plonger dans le dossier, de vérifier ses nombreuses irrégularités et de prendre la mesure de sa dimension exagérément passionnelle", écrit de son côté le philosophe français Bernard-Henri Lévy sur son site internet, "La règle du jeu".

Battisti, 56 ans, l'une des dernières figures des "années de plomb" de la décennie 70 en Italie, s'était installé à Paris de 1990 à 2004, où il était devenu auteur de romans noirs, avant de s'enfuir pour échapper à une extradition vers l'Italie.

Condamné par défaut en 1993 dans son pays à la réclusion à perpétuité pour quatre meurtres et complicité de meurtres commis en 1978 et 1979, il se dit innocent.

Cesare Battisti appartient à la centaine de militants d'extrême gauche italiens des années 1970 qui avaient reconstruit leur vie en France dans les années 1990, sous la protection du président François Mitterrand.

Une dizaine d'années plus tard, le gouvernement français avait décidé de remettre en cause cette promesse de ne pas les poursuivre et de donner suite à des demandes d'extradition italiennes.

Aucun commentaire

Ajouter un commentaire

Soyez le premier à réagir sur cet article

Votre commentaire

Voir les conditions d'utilisation

Guide du numérique 2011
Dans la peau de nouveaux quinquagénaires
2010 : L'album de l'année
Le Point sur iPad
Les cadeaux culturels du Point

En vente actuellement

Duel du jour
Herve Gattegno
Droit de la famille
Gastronomie Le Point

Le Point

La fréquentation de ce site est certifiée par l'OJD.