Les conférences proposées cette année portent un regard actuel sur un certain nombre de pays orientaux. Il s’agit d’apporter un éclairage sur les enjeux et les problèmes contemporains de l’Orient, au-delà des riches traditions musicales présentées. Comment, ces pays peuvent conserver leur identité face au monde moderne ?




samedi 19 juin Auditorium Julien Gracq – 15 h 00

“l’Afghanistan aujourd’hui”

Conférence de Merhabodin Masstan (Premier conseiller auprès de l’Ambassade d’Afghanistan)
précédée de la projection du film documentaire “Vies clandestines, nos années afghanes” de Christophe de Ponfilly
– 2000 - France (90’)

Mehrabodin Masstan a été vingt ans durant l’homme de confiance du commandant Massoud en tant qu’interprète-traducteur. Artisan infatigable de l’amitié franco-afghane, il est actuellement premier conseiller auprès de l’ambassade d’Afghanistan à Paris. Considéré comme la mémoire de la résistance afghane, il est co-auteur avec Surgers Pilar-Hélène d’une biographie du Commandant (Massoud au cœur, éditions du Rocher).

“Vies clandestines, nos années afghanes”. À la barbe de l’armée soviétique, considérée alors comme l’une des plus redoutables du monde, des individus sont devenus acteurs à part entière de ce conflit : journalistes, espions ou combattants pour les uns, chirurgiens, humanitaires, politiques... pour les autres. Au rythme des récits, s’appuyant sur de nombreuses archives, à travers la richesse des témoignages, ce film dévoile des histoires insolites, parfois drôles, toujours intenses.




dimanche 20 juin Auditorium Julien Gracq – 15 h 00

“l’Afghanistan et l’Iran”

Conférence de Michael Barry, spécialiste de l’Afghanistan et de l’Iran (sous réserve)

Michael Barry a été successivement coordinateur de Médecins du monde pour le Pakistan et l’Afghanistan, consultant des Nations-Unies pour l’Afghanistan, représentant de Bernard Kouchner à Kaboul pour les opérations humanitaires et consultant de l’Unesco pour le patrimoine culturel afghan. Né à New York mais résidant en France, il a été lauréat de plusieurs prix littéraires. Il est entre autres auteur du Royaume de l’insolence (Flammarion) et traducteur du poète persan Nezâmi (Le pavillon des sept princesses). Il est aujourd’hui l’un des meilleurs connaisseurs de l’histoire afghane.





samedi 26 juin Auditorium Julien Gracq – 15 h 00

“la Palestine aujourd’hui”

Conférence de Madame Leïla Shahid (Déléguée générale de la Palestine en France)
précédée de la projection du film documentaire “Écrivains des frontières – un voyage en Palestine(s)” de Samir Abdallah et José Reynès
- 2003 - France (80’)

Madame Leïla Shahid est une proche du Président Yasser Arafat avec lequel elle est en contact permanent. Déléguée générale de la Palestine en France, elle est connue pour son énergie, son engagement politique et sa foi en faveur de la cause palestinienne.

“Écrivains des frontières – un voyage en Palestine(s)”. Répondant à l’appel du poète palestinien Mahmoud Darwish, membre fondateur du Parlement international des écrivains, à Ramallah assiégée, une délégation d’écrivains de huit pays est allée sur place manifester, aux côtés des Palestiniens une “belle collaboration linguistique” dans ces “hauts lieux de la spiritualité” (Ramallah en arabe).
Nous voulons écouter et faire entendre d’autres voix dans le fracas de la guerre, celle des écrivains, des artistes, des universitaires, de tous ceux qui préparent l’avenir. Opposer à la logique de la guerre, non pas une force d’interposition mais des forces d’interprétation” dit l’écrivain français Christian Salmon, membre de la délégation internationale.
Avec l’Américain Russell Banks, le Nigérian Wole Soyinka, le Portugais José Saramago, le Chinois Bei Dao, le Sud-africain Breyten Breytenbach, l’Espagnol Juan Goytisolo, l’Italien Vincenzo Consolo, accompagnés de Leïla Shahid et Elias Sanbar.



dimanche 27 juin Auditorium Julien Gracq – 15 h 00

“Culture, tradition et modernités en Orient”

Débat avec la participation de :
Frédéric Deval,
directeur exécutif du Département des musiques orales et improvisées – Fondation Royaumont
Jacques Erwan,
conseiller musiques au Théâtre de la ville et producteur à France-Culture
Shérif Khaznadar,
directeur de la Maison des cultures du monde à Paris et du festival de Rabat
Rabah Mezouane,
journaliste et programmateur musical à l’Institut du monde arabe
Benjamin Minimum,
rédacteur en chef de Mondomix, média internet consacré aux musiques du monde
Lucie Rault,
ethnomusicologue, et chargée des collections d’instruments de musique au Musée de l’homme au département d’ethnomusicologie
Benoît Tiberghien,
directeur des festivals “38e rugissants” de Grenoble et “Musiques nomades” de Nouakchott
Alain Weber,
directeur des Orientales, responsable des musiques du monde à la Cité de la musique à Paris et co-directeur du label Long distance.

L’avenir des musiques traditionnelles est l’objet d’un vaste débat entre les ethnomusicologues, producteurs, musiciens et directeurs artistiques spécialisés dans ces formes d’expression.

Les musiques traditionnelles surtout populaires dépendent d’un environnement économique, écologique, politique et religieux souvent fragile et en plein mouvement, notamment à travers ce qu’il est commun d’appeler aujourd’hui la mondialisation. Urbanisation, industrialisation, migrations sont à l’origine de nombreuses formes dites métissées, synonyme pour certains d’appauvrissement et de perte d’un patrimoine mondial et pour d’autres de mutation et d’évolution. Autour de quelques-uns des personnages les plus représentatifs de la diffusion de ces musiques en France, le débat sera ouvert.


“Le théâtre hindou, dès l’origine, est l’art total. Il est danse, mimique, musique, chant, poésie, architecture, mise en scène, et même peinture”.
René Daumal
Bharata
L’origine du théâtre

-->