Rechercher OK

Exclusif

PPDA poursuivi pour un premier plagiat

Par Jérôme Dupuis (L'Express), publié le 18/01/2011 à 11:00

PPDA poursuivi pour un premier plagiat

Patrick Poivre d'Arvor et Agathe Borne sous les feux de la rampe à Cannes en 2008.  

REUTERS

Patrick Poivre d'Arvor s'était-il déjà livré à un plagiat avant l'"affaire Hemingway" ? L'une de ses ex-amantes l'accuse en justice d'avoir emprunté de longs passages signés de sa main dans un roman sorti en 2009. Révélations.

L'"affaire Hemingway" ne pouvait tomber à pire moment pour Patrick Poivre d'Arvor. L'Express peut révéler que l'ex-star du 20 Heures, qui se débat avec les accusations de plagiat relatives à sa biographie du grand romancier américain, va comparaître devant la justice, le 9 février prochain, pour "contrefaçon" - le terme juridique qui désigne le plagiat. Au coeur du litige, un roman cette fois-ci, Fragments d'une femme perdue, publié chez Grasset en 2009. Très différente du "cas" Hemingway, cette affaire, qui va être examinée par la 17e chambre civile du tribunal de grande instance de Paris, ressemble à un véritable casse-tête juridico-littéraire, sur fond de romance amoureuse. Du pur PPDA, serait-on tenté de dire... 

Tout commence dans une tribune de Roland-Garros, lors de la finale du tournoi 2006. Entre deux échanges, "Poivre" lie connaissance avec une ravissante jeune femme aux longs cheveux châtains. Agathe Borne, de vingt-cinq ans sa cadette, a tâté brièvement du mannequinat et brûle pour la littérature - Henry Miller est son auteur de chevet. La voilà bientôt qui succombe au charme du journaliste de TF 1, alors au faîte de sa gloire. Elle rêve d'écrire ? Il sera son Pygmalion. Une tumultueuse liaison va bientôt les unir : voyages (Venise, Cap-Ferret, Corse...), écriture (ils vont cosigner un texte sur la photographe Diane Arbus), télévision (la jeune femme devient chroniqueuse dans l'émission littéraire de PPDA, sur TF 1, Vol de nuit), fêtes somptueuses (réveillon à l'opéra, dîners au Fouquet's) et, même, couverture de Paris Match montrant le couple, radieux, sur les marches du Festival de Cannes... Bref, une histoire qui oscille en permanence entre Voici et Belle du seigneur

Soudain, en 2008, la rupture. Agathe Borne, mère de deux enfants, retrouve son mari et leur confortable appartement de la place des Vosges, à Paris. C'est alors que la littérature va rattraper la "vraie vie" : à la rentrée 2009, Patrick Poivre d'Arvor publie Fragments d'une femme perdue. Ce "roman" - le mot figure en toutes lettres sur la couverture - est une transposition transparente de son idylle avec Agathe Borne. Qu'on en juge : le héros, Alexis, quinquagénaire séducteur, écrivain qui roule en scooter, fait fondre les femmes "avec ses bons yeux de chien en mal de reconnaissance", avant de perdre son travail à la rentrée 2008 - tout comme PPDA son journal de 20 heures... Elle, Violette, a vingt-cinq ans de moins que lui, adore Henry Miller, coécrit avec "Alexis" sur Diane Arbus, monte les marches de Cannes à son bras et finit par le fuir à Rio, où il tente de la retrouver, en vain (ce que fit en effet un PPDA, éperdu d'amour, sautant dans un avion pour le Brésil...). A ce stade, est-il encore besoin de préciser que nos deux amants se rencontrent à Roland-Garros ? 

D'autres détails, moins "primesautiers", achèvent de brosser le portrait d'"Agathe-Violette", donnant au roman de faux airs de vengeance amoureuse : elle serait call-girl ou lesbienne à ses heures perdues, a fait une tentative de suicide et subi plusieurs avortements durant sa liaison avec Alexis. Sans parler de nombreux passages plutôt lestes. En janvier 2010, un an avant l'"affaire Hemingway", la jeune femme demande donc à son avocate, Me Nathalie Dubois, de déposer plainte contre PPDA pour violation de vie privée. Mais, beaucoup plus surprenant, elle l'attaque également pour contrefaçon. 

Pourquoi contrefaçon ? Parce que Fragments d'une femme perdue, en grande partie un roman épistolaire, reprendrait mot pour mot, sur des pages et des pages, 11 longues lettres enflammées qu'Agathe Borne a envoyées à PPDA. Au total, cette correspondance occupe intégralement une bonne dizaine de chapitres. Or le droit est formel : si une lettre appartient bien physiquement à son destinataire, la décision de la publier - ce que l'on appelle le "droit moral" - relève, elle, uniquement de son auteur. Et nécessite une autorisation dûment signée. A l'appui de son accusation, Agathe Borne fournit donc copies de deux lettres manuscrites (les seules que PPDA lui ait retournées, après les avoir annotées), un fax, de très longs messages écrits sur IPhone (authentifiés par un huissier), ainsi que des carnets et brouillons où elle rédigeait ses missives avant de les envoyer. Tout ce matériau se retrouve in extenso dans Fragments d'une femme perdue

Ainsi, par exemple, si Agathe Borne a écrit à PPDA, le 20 octobre 2007, sur papier à en-tête du Ritz : "C'est dans cette chambre dédiée à Chopin que j'ai retrouvé un peu de joie de vivre. Et l'homme que j'aime", Violette, dans le roman, à la même date, tracera exactement les mêmes mots à destination d'Alexis. Idem pour ces lignes torrides, que l'on retrouve dans une "vraie" lettre du 4 septembre 2006 et dans Fragments d'une femme perdue : "Tes caresses me font perdre le souffle. Je suffoque. Déclenche l'alarme. Une urgence d'amour." Pas exactement du Choderlos de Laclos, on le voit. Il n'empêche : PPDA a directement "emprunté" à son "ex" une petite trentaine de pages de son roman. 

Un week-end de "réconciliation"

Au moment de sa sortie, lors de plusieurs interviews télévisées, "Poivre" s'est pourtant évertué à expliquer, comme ce 3 octobre 2009, dans On n'est pas couché, face à Laurent Ruquier, que tout son travail d'écrivain avait consisté à se mettre dans la peau d'une femme... Mais face à la menace judiciaire, alors que le roman s'est honorablement écoulé à 24 000 exemplaires, la stratégie va changer. Au côté de l'avocat de Grasset, Me Dominique de Leusse, Me Francis Teitgen, défenseur de PPDA, devrait en effet sortir de son chapeau devant le tribunal une attestation écrite de Dominique Ambiel. Que vient faire ici l'ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin à Matignon - on se souvient qu'il avait défrayé la chronique lorsqu'il fut condamné, en 2005, pour sollicitation de prostituée mineure ? Aujourd'hui producteur de La traversée du miroir, l'émission que Poivre d'Arvor présente chaque semaine sur France 5, Ambiel certifie qu'Agathe Borne aurait relu, devant lui, dans sa maison de Corse-du-Sud, lors d'un week-end de "réconciliation" (ratée) avec PPDA, à la fin de mai 2009, les épreuves de Fragments d'une femme perdue. Toujours selon lui, non seulement la jeune femme n'aurait pas protesté contre d'éventuels emprunts à sa correspondance, mais aurait même souhaité figurer en photo sur la couverture du livre (ce qui ne fut pas le cas). De son côté, toujours par la voie de son avocat, PPDA ajoute que, à la demande de son ancienne compagne, il aurait renoncé à l'appeler "Violette B.", comme "Borne", dans le roman, tout comme il aurait supprimé toute allusion à ses deux enfants. 

On le voit, c'est à un dossier particulièrement complexe que les juges vont s'attaquer, le 9 février. Epineux en droit, tout d'abord : l'utilisation, dans une fiction, sans autorisation, de lettres d'amour réelles d'un tiers relève-t-elle bien de la contrefaçon ? Délicat humainement, aussi : avec ce roman, où s'arrête la vengeance et où commence le plagiat ? Et puis, jusqu'où Agathe Borne a-t-elle joué de la notoriété de son amant journaliste-écrivain, avant de se retourner contre lui ? Il est à noter qu'à l'époque la jeune femme avait systématiquement attaqué tous les titres de la presse people évoquant sa liaison avec le célèbre présentateur. 

Le procès du 9 février ne devrait pas sonner les retrouvailles de PPDA et de sa "femme perdue". Tous deux éviteront sans doute de se rendre à l'audience : la jeune femme, âgée de 37 ans aujourd'hui et qui se dit traumatisée par cette affaire, est partie s'installer à New York avec ses enfants. Quant à Patrick Poivre d'Arvor, comme on le sait, il récrit en urgence une biographie d'Ernest Hemingway. 

A lire aussi sur : Patrick Poivre D'Arvor

Découvrez les extraits des livres qui viennent de paraître. Cliquez ici

Newsletter

Recevez chaque jour toute l'actu culturelle :

Commentaires (64)

Fermeture des commentaires - LEXPRESS.fr

Cet article a été mis en ligne il y a plus de quinze jours et vous ne pouvez plus, par conséquent, commenter cet articleLEXPRESS.fr

Signaler une erreur sur cette page

lilinparis

lilinparis - 21/01/2011 22:28:21

Un procès sans intérêt où seul compte l'argent que l'anonyme femme en quête de célébrité veut extorquer à PPDA qui a eu la malchance (plus de la malhonneteté) d'utiliser deux ou trois de ses lettres "d'amour". A ce prix là, l'amour (vache) coûte cher, très cher. PPDA aurait dû payer une call-girl, il aurait eu moins de tracas. Un peu plus, on éprouverait de la sympathie pour PPDA tellement le montant demandé par son ex-amante est élevé.

londo

londo - 19/01/2011 14:29:55

PPDA viole la vie privée d'une femme et se plaint que l'on viole sa vie privée, il écrit même un texte à ce sujet : Lettre aux violeurs de vie privée. Cet individu semble rencontrer des difficultés à rester moralement cohérent.

jeanmarc

jeanmarc - 19/01/2011 11:42:26

@Umbria: non, personne n'est obligé de lire les livres de PPDA, ni de les apprécier. Mais on peut donner un avis et s'étonner de tous ces problèmes qui tombent sur la tête de ce monsieur. Maintenant, il faut prouver le plagiat ;

alaincolignon

alaincolignon - 19/01/2011 11:40:47

Rien de juriodiquement répréhensible puisque le Roman a modifié l'identité de l'expéditeur des lettres... Borne n'a qu'à aller se faire voir... Elle a profité de la notoriété de PPDA et lui en retour profite des maigres talents épistolaires de son ex-maîtresse... Des gugusses !

dreamer

dreamer - 19/01/2011 10:51:00

Cher Express je verrai cet article davantage dans une rubrique "People" que dans une page culture, sauf si vous agréez à une vieille définition de culture qui stipule que "Culture est tout ce que nous pensons, faisons et disons"

amicalain

amicalain - 19/01/2011 10:48:33

Souvenez vous: le faux interview de fidel castro... et encore: vu à la télé, PPD venait vendre ""son"" "anthologie de la poésie". interrogé par 2 journalistes, il fut incapable de citer les auteurs des poèmes qui y figuraient!!

Comte de MonChrephisto

Comte de MonChrephisto - 19/01/2011 10:45:30

Enfin toutes ces péripéties PPDéesques nous montrent qu'il n'est pas un écrivain, juste un vilain copieur. En plus publié les détails d'une de ces liaisons c'est d'un grotesque... J'espère pour lui qu'il ne perdra pas en frais de justice ce que le livre lui a rapporté.

CLAVIER

CLAVIER - 19/01/2011 10:12:07

J'ai lu votre article et je m'en veut un peu d'avoir été aussi stupide! Car au fond, j'aurais du deviner qu'il s'agissait d'une histoire typique sexe,fric,vengeance,coup bas,flash et magazines.Que restera t-il de tout cela dans quelques mois? Rien si ce n'est une banale archive dans une cave d'un tribunal.je lis Penn Warren en ce moment; que reste t-il de ce double lauréat du prix Pulitzer oublié de tous:des livres intemporels jamais descendus au fond des caves.Pardon Monsieur Penn warren, j'ai le sentiment de vous avoir un peu trahi.

NDOMBI MAGE Gael Arnaud

NDOMBI MAGE Gael Arnaud - 19/01/2011 09:45:29

pour moi je vois que Agathe Borne veut salir la credibilite de PPDA.Ce sera vraiment dommage si on le condamne car ici au Congo c'est le journaliste qu'on prefere.

cri-cri

cri-cri - 19/01/2011 03:37:47

Duel entre une femme qui n'est pas sans reproche et un multi-récidiviste de la malhonnêteté intellectuelle, ca va pas voler haut!

-->