4 décembre 2008
:: Présidentielle américaine
MacCain contraint de défendre Obama devant ses partisans
Linternationalmagazine.com , publié le 11/10/2008
John McCain, à la traîne dans les sondages, a été sifflé par une partie de ses propres partisans alors qu’il prenait la défense de Barack Obama lors d’un meeting de campagne.
 MacCain contraint de défendre Obama devant ses partisans

Le candidat républicain, qui avait ces derniers jours accentué les attaques contre le sénateur métis de l’Illinois, s’est retrouvé dans la situation étrange d’avoir à le défendre face aux questions de militants républicains réunis à Lakeville, dans le Minnesotta.

Une femme du public a ainsi confié qu’elle ne faisait pas confiance à Obama. "J’ai lu des choses sur lui. C’est un Arabe", a-t-elle dit en se faisant l’écho de bruits qui courent sur internet.

Secouant la tête en signe de désaccord, McCain lui a coupée la parole et repris le micro : "Non madame. C’est un père de famille décent, un citoyen avec lequel j’ai des désaccords sur des questions fondamentales."

Des sifflets se sont aussi élevés dans le gymnase de la banlieue de Minneapolis lorsque McCain a déclaré que son adversaire était "une personne décente, une personne dont vous ne devez pas avoir peur si elle devient président des Etats-Unis".

Restons respectueux

"Nous voulons nous battre et je veux me battre, mais nous serons respectueux", a-t-il dit lors de ces échanges directs avec ses partisans qu’il aime tant. Mais en ajoutant "j’admire le sénateur Obama et ses réalisations", McCain s’est fait conspuer par une partie de la foule.

Après sa colistière Sarah Palin évoquant le "copinage" du sénateur démocrate avec des "terroristes de l’intérieur", McCain avait insisté, à son tour, sur les liens entre Obama et Bill Ayers, un ancien membre des Weathermen, groupe de l’extrême-gauche radicale responsable d’attentats à la bombe contre le Capitole en 1971 et le Pentagone l’année suivante.

Mais cette campagne plus agressive n’a pas eu les effets escomptés sur les courbes des sondages, qui portent toujours Obama depuis que la crise financière est dans tous les esprits. "Cela ne signifie pas qu’il faille réduire votre férocité", a poursuivi McCain à ses partisans. "Il faut simplement être respectueux."

D’autres partisans de McCain lui ont demandé d’être plus agressif la semaine prochaine lors du troisième et dernier débat télévisé.

Lire aussi

Obama remercie MacCain pour son soutien

Dernières réactions
KEDA
11.10.08 à 16:49
J’apprecie.La confrontation n’exclut pas l’honneteté intellectuelle et le respect de l’autre.
Voir toutes les réactions -  Réagir
A lire également
Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Imprimer l'article envoyer l'article par mail
 
Dans la même rubrique
 
 
Publicité