La lettre d'information
 





Accueil Accueil    Envoyer à un ami Envoyer à un ami    Version imprimable Version imprimable    Augmenter la taille du texte Augmenter la taille du texte    Diminuer la taille du texte Diminuer la taille du texte

MON ŒIL !

Carla Bruni Sarkozy: son pays, elle l'aime... mais elle le quitte!

En tournée mondiale, la Première dame veille à contenter ses fans... au prix de quelques incohérences! Invitée en Italie, Carla Bruni Sarkozy a ainsi soutenu avoir la double-nationalité alors que, deux mois avant, elle assurait à la télé américaine ne pas pouvoir la garder.



(photo : owlhere - Flickr - cc)
(photo : owlhere - Flickr - cc)
Nicolas Sarkozy est-il toujours marié à un mannequin italien ou a-t-il épousé une simple française d'adoption ? Très populaire en Europe comme aux États-Unis, Carla Bruni semble vouloir brouiller les pistes et, prenant exemple sur son Président de mari, satisfaire tout le monde... mais pas assez subtilement pour échapper aux chroniqueurs de l'émission satirique Strascia la notizia, diffusée en Italie sur Canale 5, qui a pointé la légère schizophrénie de Carla Bruni-Tedeschi-Sarkozy.

Double-nationalité. Ou pas.
Invitée dimanche 25 janvier dans le talk show de Fabio Fazio, la première dame expliquait ainsi sa situation maritale au public italien : « Automatiquement, quand on épouse une personne, si c'est bien votre question, on a la double nationalité. Si l'on n'en a plus besoin, il faut faire une demande pour y renoncer. Mais cela m'aurait peiné de le faire. » Sentimentale la première dame ? Pas franchement si on en croit le discours tenu de l'autre côté de l'Atlantique dans le David Letterman Show, sur CBS, où Carlita venait vendre son dernier opus intitulé « Comme si de rien n'était ». Intrigué par sa nationalité, l'animateur l'a abordé sur la même question que son confrère italien : « Est-ce que vous avez encore la double-nationalité ? » Et notre cantatrice transalpine de répondre du tac au tac :  « Non, je suis juste française maintenant » avant d'assurer que cela ne gênait pas les Italiens et que, à ce qu'elle en savait, « On ne peut pas garder la double-nationalité. » Un discours sûrement plus glamour aux oreilles américaines, si sensibles au « french accent ».


Mardi 27 Janvier 2009 - 17:43
Sylvain Lapoix et Pierre Chausse
Lu 10915 fois






Dans la même rubrique

|1| >>













-->