Connectez-vous S'inscrire

Jean-Michel Aphatie, cette voix venue d'ailleurs

Rédigé par Danièle Molho le Lundi 3 Juillet 2000


Quand on le regarde, c'est d'abord une barbe naissante à la Gainsbourg que l'on remarque. Quand on discute avec lui, on découvre qu'il a une belle culture historique, rare dans ce métier. Quand on l'écoute sur France Inter, où il sévit comme chef du service politique, c'est d'abord une voix et un phrasé inhabituel sur les ondes. C'est que Jean-Michel Aphatie, 42 printemps au prochain automne, a ramené un accent à couper au couteau de son Pays basque natal. Il avoue lui-même: «Si j'avais commencé le journalisme à la radio, quand je suis entré dans le métier, en 1988, on m'aurait sans doute demandé de perdre mon accent.» Mais Jean-Luc Hees, qui l'a incité à rejoindre France Inter, il y a un an, ne lui a rien demandé. Du coup, cette voix est devenue un plus, qui «colle» au personnage et à son itinéraire atypique.


Jean-Michel Aphatie quitte l'école du petit village de Moncayolle (Pyrénées-Atlantiques) à 14 ans, BEPC en poche. Il aide son père à tenir l'épicerie, ce qui ne l'empêche pas d'intégrer l'université par une filière parallèle, en passant le bac à 24 ans. Ensuite, ce sera la maîtrise de droit public à Pau, et l'IUT de journalisme à Bordeaux, avant de «monter» à Paris pour débuter à Politis, et devenir un «rubricard» spécialiste de la gauche, dans le Parisien, l'Express, puis le Monde. Journaliste de presse écrite, donc, qui opte in fine pour la radio, «parce que, dit-il j'aime parler et assumer la fonction pédagogique du journalisme».


Du coup, le citoyen Aphatie nous donne de sacrées leçons d'histoire et de politique, d'un ton dégagé et ferme, pour asséner des vérités qui, parfois, dérangent. Sa maîtrise du direct, la règle qu'il s'est fixée de ne jamais lire un «papier» à l'antenne, mais de venir avec un canevas serré qui soutient l'improvisation, font passer sa spontanéité. Jean-Michel Apathie aime la politique. Il parvient, par sa force de conviction, à la faire aimer, ou du moins à la faire respecter par ses auditeurs. Par les temps qui courent, c'est déjà un exploit !






© Marianne2, droits de reproduction réservés - Marianne - 32, rue René Boulanger - 75484 Paris cedex 10 - Tel : +33 (0)1 53 72 29 00 - Fax : +33 (0)1 53 72 29 72


--> 'use strict';