DCSIMG
Mercer
coût de la vie
Enquête internationale Mercer sur le coût de la vie


France
Paris, 12 July 2011

 



Enquête internationale Mercer sur le coût de la vie – classement des villes

  • Luanda en Angola est la ville où la vie est la plus chère dans le monde pour les expatriés, tandis que Karachi est la moins chère
  • Le Top 10 des villes les plus chères est dominé par l’Afrique, l’Asie et l’Europe
  • Londres perd une place et est en 18ème position, Singapour et Sao Paolo arrivent dans le Top 10
  • Paris passe de la 17ème place à la 27ème place.


 

Luanda en Angola est la ville où la vie est la plus chère dans le monde pour les expatriés pour la seconde année consécutive, selon l’enquête internationale Mercer sur le coût de la vie. Tokyo occupe la seconde place et N’djamena au Tchad arrive en troisième position. Moscou est classée 4ème,  suivi de Genève (5ème) et Osaka en 6ème position. Zurich gagne une place au rang de 7ème, tandis que Hong Kong rétrograde d’une place en 9ème position.

 

Les entrées dans les Top 10 sont Singapour à la 8ème place (11ème l’an dernier) et Sao Paulo, 10ème qui gagne 11 places depuis 2010. Karachi (214) occupe le rang de ville la moins chère du monde, l’enquête révèle que la vie à Luanda est trois fois plus chère qu’à Karachi. Les récents événements internationaux, y compris les catastrophes naturelles et les bouleversements politiques, ont influé les classements de plusieurs régions, de par les fluctuations monétaires, l'inflation des biens et des services et la volatilité dans les prix des matières premières.

 

En baisse depuis l'an dernier, Londres (18) est la ville la plus chère au Royaume-Uni, suivie par Aberdeen (144), Glasgow (148) et Birmingham (150). Belfast (178) est classée comme la ville la moins chère du Royaume-Uni.

 

L'enquête couvre 214 villes à travers les cinq continents et compare le coût de plus de 200 articles dans chaque localité : logement, transport, nourriture, habillement, appareils ménagers, loisirs. Il s’agit de l’enquête la plus complète réalisée au niveau mondial sur le coût de la vie. Elle vise à aider les gouvernements et les entreprises multinationales à évaluer le montant des primes d’expatriation pour leurs salariés en mobilité internationale. New York est utilisé comme la ville de référence et toutes les villes lui sont comparées. Les variations monétaires sont déterminées par rapport au dollar américain. Le coût de logement, représentant souvent la plus importante dépense pour les expatriés – joue un rôle important dans le classement des villes.

Nathalie Constantin-Métral, Analyste Senior chez Mercer et coordinatrice de l’enquête, commente « Les entreprises multinationales ont compris depuis longtemps l'avantage compétitif d’une main d’œuvre mobile à l’internationale, bien que le défi récurant consiste à équilibrer le coût de leurs programmes expatriés. Les fluctuations monétaires, l'inflation, l'instabilité politique et les catastrophes naturelles sont tous les facteurs qui influencent le coût de la vie pour les expatriés. C'est essentiel que les employeurs comprennent leur impact, pour une bonne gestion des coûts mais aussi pour garantir la rétention des talents clés par des packages de rémunérations compétitifs ». 

 

« Durant la période de collecte des données cette année, le monde a observé un nombre incroyable de catastrophes naturelles et de bouleversements politiques qui ont influé quelque peu la vie des expatriés. Les fluctuations monétaires et l'impact de l'inflation des biens et des services, l’essence par exemple, ont entraîné quelques modifications au classement» ajoute Nathalie Constantin-Métral. « D’une façon générale, le coût de la vie dans les villes européennes est resté relativement stable, tandis qu'en Afrique l’augmentation du coût de la vie est essentiellement liée à un important déficit de logements. »

 

« En Amérique du Nord l’augmentation du prix de l’essence entraîne une hausse des prix à la consommation, cependant beaucoup de ces villes chutent dans le classement car l’augmentation du coût de la vie apparaît être plus sévère dans d’autres villes du monde. Les villes australiennes en particulier sont largement remontées dans le classement en raison du dollar australien en forte hausse par rapport au dollar américain».

 

L'Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique
Seulement trois villes européennes conservent leur place dans le Top 10 des villes les plus chères. Moscou (4) est toujours la ville européenne la plus chère, suivie par Genève (5) et Zurich (7). Oslo (15) a reculé de 4 places depuis l'an dernier, tandis que Berne (16) a gagné 6 places et Copenhague est passé de 10 ème à 17 ème. Londres (18) est suivi par Milan (25) et Paris (27) ces deux derniers ayant reculé de 10 places depuis l'an dernier. Saint Pétersbourg est 29ème, suivi par Rome (34) et Vienne (36). A la 76ème position en 2010, Stockholm (39) a connu une année particulièrement dramatique en Europe – principalement en raison d'un taux de change de la devise locale contre le dollar américain.

 

Nathalie Constantin-Métral  ajoute: « Dans la plupart des villes d’Europe occidentale, le coût de la vie pour les expatriés est resté relativement stable sur les derniers 12 mois. Toutefois, beaucoup de villes de cette région ont chuté dans le classement. D’une façon générale, cela tient du fait que certaines villes d’autres régions sont devenues plus chères, dépassant ainsi les villes européennes. Quelques baisse des coûts du logement, suite à la crise économique, ont aussi fait reculer dans le classement certaines villes européennes, plus spécifiquement Athènes et Barcelone ».
 
Classée 24 ème, Tel Aviv a chuté de 5 places depuis 2010 mais continue d’être la ville la plus chère du  Moyen-Orient. Abu Dhabi (67), Dubai (81) et Amman (103) ont baissé respectivement en 17ème, 26ème et 20ème places. « La baisse des coûts de logement est une tendance qui se confirme au Moyen-Orient, plaçant aussi les villes de la région en bas du classement. Dubai observe en particulier une baisse radicale des coûts de logement due à un stock important de biens immobiliers qui continue d’inonder le marché.» confirme Nathalie Constantin-Métral.

 

Luanda (1) reste la ville la plus chère pour les expatriés à travers Afrique et mondialement, et Ndjamena suit à la troisième. Libreville (12) a glissé de 5 places depuis l'an dernier. Niamey reste à la 23ème position tandis que Victoria (25) dans Les Seychelles recule de 12 places en raison de l’affaiblissement de la devise locale face au dollar américain. En Afrique du Sud, Johannesburg (131) et Le Cap (158) ont grimpé de 20 et 13 places dans le classement, suite à l’appréciation du Rand sud-africain. Les villes les moins chères dans la région sont Tunis (207) et Addis-Abeba (211).

 

Nathalie Constantin-Métra ajoute : « Trouver un logement agréable et sécurisé pour les salariés expatriés est un vrai défi dans la plupart des villes africaines de notre classement et les coûts peuvent être significatifs par rapport à d’autres régions. Sur la dernière année, les prix des logement ont atteint des niveaux records dans des villes comme Luanda et ceci est la raison pour laquelle nous trouvons tant de villes africaines à la tête du classement ».


Amériques
En 11ème et 17ème places au classement respectivement, Sao Paulo (10) et Rio de Janeiro (12) sont maintenant les villes les plus chères pour les expatriés du continent américain (Nord et Sud). En Amérique du Sud, Brasilia (33) est la troisième ville la plus chère, 37ème place l'an dernier. La forte inflation des biens et des services explique que Caracas au Venezuela a progressé dans le classement à la 51ème position (100 en 2010). La Paz en Bolivie (212) et Managua au Nicaragua (213) sont les villes moins chères en Amérique du Sud.

 

 « Les inflations continuent d‘impacter le coût des biens et services en Argentine et Venezuela, causant ainsi une remontée de leurs villes au classement. D’une façon générale, les monnaies sud-américaines restent relativement stables, à l’exception du Real brésilien qui s’est fortement apprécié face au dollar américain, ce qui a conduit à une remontée de ses villes dans le classement.». selon Mme Constantin-Métral.

 

En 32ème position, New York est la ville la plus chère aux Etats-Unis. Los Angeles (77) et Chicago (108) ont dégringolé dans le classement (respectivement 22ème et 17ème ) car les augmentations du prix des biens et services ont été modérées par rapport à celles constatées à New York. Cependant, Washington est classée 108ème, gagnant 3 places, les prix des logements ayant augmenté de manière significative. Mme Constantin-Métral ajoute que : « Généralement les prix des locations ont augmenté légèrement dans la plupart des villes aux  Etats-Unis en raison de la reprise économique et d’une demande croissante de biens immobiliers».

 

Portland (186) et Winston Salem (197) sont les villes les moins chères aux Etats-Unis. Avec plus 10 places, Vancouver (65) reste la ville la plus chère au Canada, suivi de Montréal (79) et Calgary (96). Classée 114, Ottawa est la ville moins chère au Canada.


Asie Pacifique
Les  villes australiennes ont observé les plus importantes progressions dans le classement puisque la devise locale a gagné presque 14% face au dollar américain. Sydney (14) a gagné 10 places, Melbourne est passée du 33ème au 21ème rang et Perth a bondi de 30 places pour atteindre la 30ème position. La plus forte progression du pays (+ 44 places) est Adelaide (46). Nathalie Constantin-Métral nous explique « En plus de la forte appréciation du dollar australien, les villes australiennes ont fortement progressé dans le classement suite à une augmentation dramatique des loyers, en particulier à Adelaïde où les stocks de biens immobiliers sont particulièrement faibles. »

 

La ville la plus chère en Asie est Tokyo (2), suivie par Osaka (6). Singapour (8) rejoint le Top 10 des villes les plus chères dans le monde et est suivie par Hong-Kong (9). Au Japon, Nagoya (11) est montée de huit places tandis que Séoul (19) a baissé de 5 places. Les autres villes asiatiques classées sont Pékin (20), Shanghai (21), Guangzhou (38), Shenzhen (43) et Taipei (52). Nathalie Constantin-Métral commente : « La plupart des villes asiatiques sont remontées dans le classement en raison du peu de logement disponibles pour les expatriés et de leur prix à la hausse ». 

 

New Delhi (85) est en Inde la ville la plus chère, suivie par Mumbai (95) et Bangalore (180). Ailleurs en Asie, Jakarta est classée 69ème, Hanoï (136), Bangkok (88) et Kuala Lumpur (104). Karachi (214) est la ville la moins chère de la région.

 

Des rapports individuels d’enquête sur le coût de la vie et des logements locatifs sont disponibles pour chaque ville examinée. Pour de plus amples informations ou pour acheter des copies des rapports, visitez le site www.mercer.com/costofliving2011 ou appelez le centre d’appel Mercer, à Varsovie au +48 22 434 5383.

 

 

Notes aux rédactions
Important : La liste des classements est communiquée aux journalistes uniquement à titre d’information et ne sauraient être reproduite dans son intégralité. Le classement des 10 premières villes et des 10 dernières villes peut être reproduit dans un tableau. Les données chiffrées figurant dans l’enquête Mercer sur le coût de la vie et les coûts comparatifs de loyer sont calculées sur la base d’une enquête réalisée en mars 2011 avec les taux de change de mars 2011. 
Ces informations sont utilisées par les gouvernements et les grandes entreprises pour protéger le pouvoir d’achat de leurs salariés envoyés à l’étranger. Les tableaux des coûts liés aux loyers sont utilisés pour établir les allocations logement des expatriés. Les villes ont été choisies en fonction des demandes de données faites par les entreprises et organisations gouvernementales.

 

A propos de Mercer
Avec plus de 500 collaborateurs, Mercer est en France une référence pour le conseil et les services en ressources humaines, protection sociale et avantages sociaux.
Grâce à sa mosaïque d’expertises uniques et complémentaires – prévoyance/frais de santé, retraite, capital humain, enquêtes de rémunération, mobilité internationale, fusions-acquisitions, conseil en investissement, Mercer propose des services sur mesure aux entreprises, branches professionnelles, institutionnels et particuliers.

 

Mercer est un leader mondial des services de conseils, d'externalisation et d'investissements. Mercer travaille en étroite collaboration avec ses clients pour résoudre leurs problèmes les plus complexes en matière d'avantages sociaux et de ressources humaines, en concevant et en aidant à gérer des systèmes de santé, de pensions et autres avantages sociaux. Il est également leader en solutions d'externalisation liées aux avantages sociaux. Les services d'investissements de Mercer comprennent le conseil en investissement et la gestion d'actifs multi-gestionnaires. Les 18 000 collaborateurs de Mercer sont présents dans plus de 40 pays. L'entreprise est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies, Inc., dont l'action est cotée (symbole MMC) aux bourses de New York, Chicago et Londres. Pour plus de précisions, veuillez consulter www.mercer.fr.

 

Mercer est également un prestataire majeur de conseils et données concernant la gestion des rémunérations des expatriés et travaille avec des multinationales et des organisations gouvernementales partout dans le monde. Cela lui permet de disposer de l’une des bases de données les plus complètes sur les politiques d’affection du personnel à l’étranger, des pratiques en matière de rémunération et des données mondiales sur le coût de la vie, de loyer et les primes.
Le Forum annuel de Mercer sur la mobilité internationale donne aux entreprises les dernières tendances et résultats des recherches menées par Mercer dans ce domaine.

 

 


-->