DCSIMG
Mercer
Coût de la Vie 2012
Enquête internationale Mercer 2012 sur le Coût de la Vie


France
Paris, 12 June 2012

 

Enquête internationale Mercer sur le coût de la vie 2012 – classement des villes

 

• Tokyo est la ville où la vie est la plus chère dans le monde pour les expatriés, la moins chère étant Karachi
• La plupart des villes européennes baissent dans le classement ; les villes d’Australie et de Nouvelle-Zélande remontent
• Londres perd 7 places et est en 25ème position
• Paris passe de la 27ème place à la 37ème place.

 

 

Tokyo est la ville où la vie est la plus chère dans le monde pour les expatriés, suivi de Luanda en Angola, en seconde position selon l’enquête internationale Mercer sur le coût de la vie. Osaka arrive en troisième position, en hausse de trois places depuis l'an dernier, tandis que Moscou reste en 4ème position et Genève en 5ème. Singapour et Zurich partagent le 6ème rang, en hausse de respectivement 2 et 1 places depuis 2011. Ndjamena au Tchad baisse de 5 places, mais Hong-Kong reste au 9ème rang.

 

Karachi (214) occupe la place de la ville la moins chère du monde pour les expatriés, le coût de la vie est moins d’1/3 de celui de Tokyo. Les récents événements internationaux, y compris les bouleversements économiques et politiques, ont influé les classements de  plusieurs régions, en raison des fluctuations monétaires, de l'inflation, et de la volatilité du prix des logements.

 

En France, Paris et Nouméa perdent 10 places, respectivement 37ème, 47ème tandis que Pointe à Pitre passe de la 98ème à 89ème place. Lyon grimpe de la 120ème place à la 112ème place.

 

L'enquête couvre 214 villes à travers les cinq continents et compare le coût de plus de 200 articles dans chaque localité : transport, nourriture, habillement, appareils ménagers, loisirs. Le coût du logement y est également inclus. Il représente souvent la dépense la plus importante pour les expatriés et joue donc un rôle important dans le classement des villes. Il s’agit de l’enquête la plus complète réalisée au niveau mondial sur le coût de la vie. Elle vise à aider les gouvernements et les entreprises multinationales à évaluer le montant des primes d’expatriation pour leurs salariés en mobilité internationale. New York est utilisé comme ville de référence. Les variations monétaires sont déterminées par rapport au dollar américain.

 

Nathalie Constantin-Métral, Principal chez Mercer, et coordinatrice de l’enquête, commente : “Le déploiement des salariés expatriés prend une place de plus en plus importante dans la stratégie des entreprises internationales. Mais la volatilité des marchés et les situations économiques de nombreux pays à travers le monde, obligent les entreprises à davantage de vigilance sur leur rentabilité, et de fait sur les packages de rémunération de leurs expatriés.  S’assurer que les salaires reflètent de manière adéquate la différence avec le coût de la vie du pays d’origine du salarié est très important pour attirer et retenir les talents dont les entreprises ont besoin. »

 

En comparant avec New York, notre ville de référence, la plupart des villes européennes baissent dans le classement. Quelques exceptions existent, notamment lorsque les prix des logements ont augmenté, ou une hausse de la TVA ont relevé le coût de la vie. En Amérique du Nord, la plupart des villes ont progressé dans le classement, puisque le dollar américain est resté fort en comparaison avec beaucoup de monnaies du monde. En Asie, plus de six villes ont progressé dans le classement, y compris toutes les villes analysées en Australie, Chine, le Japon et en Nouvelle-Zélande. Les villes d’Australie et de Nouvelle-Zélande ont le plus bondi dans le classement, en raison de l’évolution de leurs monnaies par rapport au dollar américain».

 

L’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique


4ème au classement mondial, Moscou reste la ville la plus chère en Europe pour les expatriés. Genève suit en cinquième position et Zurich 6ème (1 place de plus que l'an dernier). La prochaine ville européenne dans le classement est Berne (14), en hausse de 2 places depuis l'an dernier, en raison de la variation des taux de change.

 

Avec quelques exceptions, les villes européennes restantes ont baissé au classement, principalement en raison d'un affaiblissement important de devises locales, y compris l'euro, contre le dollar américain. Oslo (18) moins 3 places par rapport à 2011, tandis que la prochaine ville européenne sur la liste, Londres (25) moins 7 places. En 28ème position, Saint Petersbourg (moins 1 place). Paris (37) en baisse de 10 places, tandis que Milan (38), Rome (42), Stockholm (46), Vienne (48) et Amsterdam (57) en baisse de 7 à 13 rangs. Helsinki (65) et Prague (69) ont baissé toutes deux en bas de classement, 23 et 22 lieux respectivement. Bruxelles (71) plus modérément de 9 rangs, suivis par Dublin (72) – moins 14 places. Classer 207, Skopje, Macédoine, est la ville la moins chère pour les expatriés en Europe.

 

Nathalie Constantin-Métral explique que « Malgré quelques augmentations de prix dans la région durant la première moitié de l'année dernière et l'augmentation de la TVA dans certains pays, la plupart des villes européennes ont chuté dans le classement. Ceci est principalement dû à l’instabilité économique en Europe, qui a mené à la dépréciation de la plupart des devises locales contre le dollar américain. Les pays frappés par la crise de la zone euro, notamment la Grèce, l’Italie et l’Espagne, ont subi aussi des baisses de prix sur les logements ».

 

Tel Aviv (31) continue d’être la ville la plus chère au Moyen-Orient pour les expatriés, malgré une baisse de 7 places depuis 2011. Classée 67ème (- 8 places), Beyrouth a dépassé Abou Dhabi 76ème, (moins 9 rangs depuis  l'an dernier). Jeddah, en Arabie Saoudite (186), continue d’être la ville la moins chère dans cette région. « Dans l'ensemble, la plupart de villes du Moyen Orient ont reculé dans le classement, principalement en raison des augmentations de prix sur les biens et services qui ont été plus modérées que dans notre ville de référence, New York. Une baisse des coûts liés aux logements a été également constatée à Abou Dhabi et Dubai, » ajoute Mme Constantin-Métral.

 

Luanda en Angola cède sa première place au classement mondial (2nd) et reste la ville la plus chère pour les expatriés en Afrique. Ndjamena, Tchad (8), suit en perdant 5 rangs depuis 2011. En baisse de 8 places, Libreville, Gabon (20), est la prochaine ville africaine dans cette liste, suivie par Khartoum, Soudan (26), qui gagne 18 places. « Il pourrait être étonnant de voir 20 villes africaines dans le premier tiers du classement. La raison principale relève du fait qu’il est difficile de trouver des biens de consommation de bonne qualité, des logements sécurisés et aux standards occidentaux pour les expatriés. Ce volume restreint de logements et le fait que les produits de consommation de qualité sont essentiellement importés impactent fortement le coût de la vie dans ces pays » nous explique Nathalie Constantin-Métral

 

En Afrique du Sud, Johannesburg (154) et Le Cap (179) ont reculé de 23 et 21 places respectivement, reflétant l'affaiblissement de leur monnaie face au dollar américain l’an dernier. Tunis, Tunisie (209), reste la ville moins chère pour les expatriés dans la région, moins 2 places depuis l'an dernier.

 

Amériques


Sao Paulo (12) et Rio de Janeiro (13) restent les villes les plus chères pour les expatriés sur le continent américain (Nord et Sud), et sont suivies de près par Caracas (29). En  Amérique du Sud, Brasilia (45) est maintenant la quatrième ville la plus chère, en baisse de 12 places. Moins 53 places, La Havane (99) a subi la plus grande baisse dans la région en raison du change entre le dollar américain et le peso cubain.  De 159 à 121, Buenos Aires a la plus forte progression au classement de la région, liée à une très forte inflation locale, qui a impacté fortement les biens de consommation et le prix des logements.

Nathalie Constantin-Métral ajoute que « Les inflations fortes ont fait remonter quelques villes d’Amérique du sud au classement, tandis que certaines villes de la région, affaiblies par leurs devises locales ont reculé au classement ».

 

Classée 33ème (32 dans 2011), New York City reste la ville la plus chère aux Etats-Unis. Los Angeles (68) et San Francisco (90) suivent en progressant de 9 et 16 rangs depuis l'an dernier. Parmi les autres villes importantes des Etats-Unis, Washington (107) gagne 1 place, Miami (110) gagne 5 places et Chicago (110) gagne 2 places. Portland, dans l’Oregon (178), et Winston-Salem, en Caroline du Nord (195) restent les villes les moins chères pour les expatriés aux Etats-Unis. Mme Constantin-Métral ajoute que « Bien que les augmentations de prix soient restées modérées en général, la plupart des villes aux Etats-Unis ont progressé au classement, principalement en raison du renforcement du dollar américain ».

 

Toronto (61) reste la ville la plus chère au Canada, suivie de près par Vancouver (63). Montréal (87) a perdu 8 places, tandis que Calgary (92) a progressé de 5 rangs.

 

Asie Pacifique


Cette année, Tokyo (1) est devenue la ville la plus chère pour les expatriés en Asie et au niveau mondial. Montant de 3 rangs depuis 2011, Osaka (3) est la prochaine ville asiatique sur la liste, suivie par Singapour (6) et Hong-Kong (9). Nagoya au Japon (10), (+1 place), et Shanghai (16) et Pékin (17) ont grimpé de cinq et trois rangs, dépassant respectivement Séoul 22ème (- 3 places). Deux autres villes chinoises suivent : Shenzhen (30) et Guangzhou (31), progressant respectivement de 13 et 7 rangs depuis 2011. «La combinaison d’une inflation locale et d’un renforcement du Yuan a fait monter les villes chinoises dans le classement. La demande de plus en plus forte pour les logements a également impacté le marché de l’immobilier et contribue à une augmentation des loyers” commente Mme Constantin-Métral.

 

En Inde, New Delhi (113) et Mumbai (114) ont chuté fortement  de 28 et 19 rangs. Ailleurs en Asie, Jakarta (61) est en hausse de 8 places, Bangkok (81) plus 7 places et Kuala Lumpur (102) plus 2 places. La position d'Hanoï est restée inchangée au 136 rang, et Karachi (214) reste la ville de la région la moins chère pour les expatriés.


Les villes australiennes restent en tête de classement dans la région d'Asie Pacifique. Et, en raison de leur monnaie locale forte, elles ont bondi au classement mondial de l'an dernier. Sydney (11) et Melbourne (15) ont progressé modestement de 3 et 6 places respectivement, tandis que Perth (19) et Canberra (23) ont gagné 11 places. Brisbane (24) plus 7 places, et Adelaide (27) un bond de 19 places. L'Australie a maintenant trois villes parmi les 20 premiers et toutes les six villes examinées se classent parmi les 30 premiers. En Nouvelle-Zélande, Auckland (56) et Wellington (74) ont gagné 62 places.

 

“Une forte augmentation de la demande et du coût des logements, assortie d’une forte progression du dollar néo-zélandais a fait monter les villes dans le classement” explique Nathalie Constantin-Métral. “La faible disponibilité des biens immobilier contribue à une forte hausse du marché dans la plupart des villes ».

-Fin-

 

Notes aux rédactions 
Important : La liste des classements est communiquée aux journalistes uniquement à titre d’information et ne sauraient être reproduite dans son intégralité. Le classement des 10 premières villes et des 10 dernières villes peut être reproduit dans un tableau. Les données chiffrées figurant dans l’enquête Mercer sur le coût de la vie et les coûts comparatifs de loyer sont calculées sur la base d’une enquête réalisée en mars 2011 avec les taux de change de mars 2011. 


A propos de Mercer
Avec plus de 500 collaborateurs, Mercer est en France une référence pour le conseil et les services en ressources humaines, protection sociale et avantages sociaux.
Grâce à sa mosaïque d’expertises uniques et complémentaires – prévoyance/frais de santé, retraite, capital humain, enquêtes de rémunération, mobilité internationale, fusions acquisitions, conseil en investissement, Mercer propose des services sur mesure aux entreprises, branches professionnelles, institutionnels et particuliers.

Mercer est un leader mondial des services de conseils, d'externalisation et d'investissements. Mercer travaille en étroite collaboration avec ses clients pour résoudre leurs problèmes les plus complexes en matière d'avantages sociaux et de ressources humaines, en concevant et en aidant à gérer des systèmes de santé, de pensions et autres avantages sociaux. Il est également leader en solutions d'externalisation liées aux avantages sociaux. Les services d'investissements de Mercer comprennent le conseil en investissement et la gestion d'actifs multi gestionnaires. Les 18 000 collaborateurs de Mercer sont présents dans plus de 40 pays. L'entreprise est une filiale en propriété exclusive de Marsh & McLennan Companies, Inc., dont l'action est cotée (symbole MMC) aux bourses de New York, Chicago et Londres. Pour plus de précisions, veuillez consulter www.mercer.fr.

 


-->