ANCIENNE USINE MATHIEU - D.104 - 84220 ROUSSILLON PROVENCE FRANCET/F : +33 (4) 90 05 66 69
OCRE définition, histoire, géologie
Ocre histoire, géologie, minéralogie

Par

Jean-Marie TRIAT
Université d’Aix-Marseille


GÉOLOGIE DE L'OCRE

 Le faciès si particulier des sables ocreux est apparu, il y a environ 100 millions d’années, à la faveur d’une suite exceptionnelle d’événements géologiques.

 L’histoire de l’ocre est complexe. Elle comporte deux phases qui se sont succédées au cours des temps géologiques.

 Tout d’abord, il faut imaginer qu’aux temps crétacés (au Crétacé inférieur pour être précis) la région était recouverte par une « mer épicontinentale » peu profonde. Sur le fond de cette mer, s’accumulaient des matériaux venus du continent voisin, essentiellement des grains de quartz. Ainsi, se sont déposées des masses de sable. Ces sédiments étaient riches en trace de vie animale sous-marine : débris de toutes sortes de coquilles (beaucoup de lamellibranches : huîtres, moules, etc.) d’oursins et surtout de foraminifères, très petits organismes, dont on décèle les traces dans les lames minces étudiées au microscope polarisant. Après la phase de sédimentation, s’est formé sur le fond, au contact avec l’eau de mer, un minéral vert : la glauconie. Ce minéral (variété d’argile) a pour particularité de renfermer dans son réseau cristallin des atomes de fer. Cette caractéristique cristallochimique a joué un rôle très important dans la suite de l’histoire de l’ocre.

 Au crétacé supérieur apparaît la deuxième phase, qui aboutit à la création des ocres. À la faveur de mouvements tectoniques, les dépôts marins du Crétacé inférieur ont été soulevés et sont parvenus à l’émersion. Un nouveau continent était né. Ce continent a aussitôt subi de sévères conditions climatiques. À l’époque, la Provence se trouvait dans un contexte climatique de type tropical équatorial (notre région était proche de l’équateur). Ce climat a provoqué d’intenses altérations « latéritiques », qui ont abouti à la dissolution de la plupart des minéraux des roches marines originelles, dont la glauconie. Celle-ci, en se dissolvant (par hydrolyse) a libéré dans le milieu d’altération ses atomes de fer. Ainsi est apparue la goethite. Dès son individualisation, les roches du nouveau continent se sont naturellement colorées.

Les ocres venaient de naître. En même temps, les altérations avaient formé des cristaux de kaolinite, car ce silicate d’alumine pur demeure le seul minéral argileux stable sous de telles conditions d’altérations tropicales.

 Les divers faciès créés par les paléoaltérations ne sont pas distribués au hasard : ils sont hiérarchisés suivant une suite verticale précise, qui constitue un « profil d’altération latéritique ». À la base du profil, on trouve les roches vertes, qui sont les roches « mères » marines, glauconieuses. Au-dessus, se superposent les divers faciès colorés des sables ocreux, eux-mêmes surmontés par les faciès des sols tropicaux : les sables blancs siliceux kaoliniques (qui sont d’anciens sables ocreux secondairement « blanchis » par lessivage des oxydes de fer) et, au sommet du profil, les cuirasses : lentilles quartzitiques blanches (cuirasses siliceuses) surmontées par la classique cuirasse ferrugineuse (ici essentiellement goethitique) marron.

 Par la suite, le climat ayant changé, les roches du Crétacé ont été recouvertes par d’autres dépôts, d’âge tertiaire, d’abord continentaux (Éocène) puis à nouveau marins (Miocène). Et ce n’est qu’à la faveur des grands décapages quaternaires que les roches du Crétacé sont parvenues a l’affleurement telles que l’on peut les observer de nos jours. Observations amplifiées au niveau des falaises d’ocres, créées artificiellement lors des exploitations des siècles derniers.


MINÉRALOGIE

 Même si le mot grec OKHRA signifie seulement terre jaune, les ocres de Vaucluse présentent une infinie palette de nuances, passant du jaune pâle au rouge vif, par de multiples orangés. Ces teintes sont dues à un pigment minéral : un hydroxyde de fer, appelé GOETHITE. Dans les ocres rouges, obtenues par cuisson dans un four, le pigment rutilant est un oxyde de fer : l’HÉMATITE.

 Dans les ocres naturelles, les cristaux de goethite sont associés à une argile : la KAOLINITE. Et c’est l’association intime de ces deux minéraux qui constitue véritablement le pigment « OCRE ». La roche elle-même est une formation sableuse, faite de grains de quartz « cimentés » par un enduit d’ocre.

 Les cristaux qui constituent l’ocre sont de très petite taille : les cristallites de kaolinite et de goethite mesurent plus ou moins un micron. De ce fait, on ne peut les observer qu’en microscopie électronique.

Composition minéralogique du matériau ocre, extrait par le lavage des sables :
La kaolinite, qui est le support argileux essentiel,
la goethite, qui est le pigment coloré,
le quartz, jamais absent (même dans les fractions lavées et triées les plus fines)

D’un point de vue composition chimique l’ocre est donc un silicate d’alumine (kaolinite) ferrugineux (goethite) et siliceux (quartz)

BIBLIOGRAPHIE

TRIAT J.-M et GUENDON J.-L. (1975).-Les ocres d’Apt dans la région de Rustrel (Vaucluse)
   paléoaltérations continentales de sédiments marins crétacés.
   Trav. Lab. Sci. Terre, St-Jérôme, Marseille, (A), 7, 72 p.,21 fig., 3 tabl., 2 pl.
TRIAT J.-M. et PARRON C. (1976).- L’ocrification des sables glauconieux albo-cénomaniens
   du gard et du vaucluse. Bull. Soc.Géol.Fr.,n°1, t. ХVIII, pp. 21-25, 5 fig.
TRIAT J.-M. (1979-1982).- Thèse de Doctorat es- Sciences : Géologie des ocres de Provence :
   paléoaltérations dans le Crétacé supérieur de Provence rhodanienne.
   Mém. Sci. Géol. Strasbourg, n° 68, 202 p.
TRIAT J.-M. (1982).- Pierres utiles de Provence. Cahier Doc. Ch. Comm. et Indust. Marseille,
   87 p. 24 fig., 45 photos.
TRIAT J.-M (1985).-Étude géologique et minéralogique des gisements d’ocres du Pays
   d’Apt (Vaucluse). 134 p. (13 cartes et pl. hors texte).
TRIAT J.-M. (1993).- Minéralogie des argiles, in ARGILES éd. Beaufour
TRIAT J.-M. (1994).- Géologie in Guide du Vaucluse GUIDES GALLIMARD
TRIAT J.-M. (1999).- Géologie et minéralogie de l’ocre in OCRITUDES couleur du
   Bassin aptésien éd. de l’Envol



copyright © 2003 ôkhra
--> 'use strict';