FN : fronde contre le parachut

Publié 30/10/2009 á 00H00
Partager
Réagir

    POLITIQUE. La fédération de Seine-Maritime du Front national refuse le parachutage de sa tête de liste pour les régionales. Le secrétaire départemental est suspendu.

      Le torchon brûle entre la fédération de Seine-Maritime du Front national et le bureau politique du parti de Jean-Marie Le Pen. Un gros clash s'est produit lors du récent « bureau élargi » qui accueillait à Saint-Wandrille-Rançon le jeune tête de liste « parachuté » pour les élections régionales. Nicolas Bay, 31 ans, a même failli recevoir sur la tête deux seaux de fumier ramenés par son comité d'accueil.

      Roland Lombart, secrétaire départemental, depuis 30 ans au FN, ne décolère pas. « La grande majorité d'entre nous s'est prononcée contre cette tête de liste. Nous ne voulons pas d'un parachuté, mais quelqu'un qui connaisse les dossiers seino-marins. » Résultat pour le responsable local et ses soutiens : une commission de discipline doit prochainement se réunir pour statuer sur leur sort, car ils sont sept à être « suspendus à titre conservatoire » dont Roland Lombart et sa femme.

      Ce dernier ne revendique pas la place de tête de liste. Mais cite le nom du Havrais Philippe Fouché-Saillenfest, ancienne figure du Front, passé chez Mégret, et qui viendrait de récupérer sa carte au FN. Roland Lombart ne veut pas rentrer dans le rang. « Je me souviens du soir où j'ai reçu un coup de fil de Jean-Marie Le Pen qui m'a demandé si j'avais les fonds pour faire campagne. J'ai répondu que non, et il m'a dit : je vous envoie quelqu'un… Après, M. Bay nous a demandé si on pouvait le financer, il a voulu un appar- tement… Toujours plus quoi. C'est un ancien proche de Mégret qui a fondé Convergence nationale et s'est rapproché de Marine Le Pen. » En toile de fond de cette opposition s'en profilerait une autre, la succession du leader de Jean-Marie Le Pen prévue pour l'année prochaine. « Je suis un proche de Bruno Gollnisch et je pense que tout cela a pour but de m'écarter. Je sais que je risque d'être relevé de mes fonctions. Ils ne vont pas céder. Et pourtant nous sommes une des meilleures fédérations du parti. Si je suis exclu, beaucoup vont démissionner derrière moi », ajoute le secrétaire départemental.

      Dominique Martin, membre de la commission nationale d'investiture au FN, et présent à Saint-Wandrille-Rançon, a une tout autre vision des choses. Il estime que certains dans l'entourage de Roland Lombart se verraient bien calife à la place du calife, alors que « ce sont les secrétaires départementaux qui, faute de candidat, ont demandé l'arrivée de Nicolas Bay qui est membre du Front national. Puis ils ont sorti du chapeau le nom de M. Foucher un mois plus tard », affirme Dominique Martin. Qui balaie aussi la thèse de la guerre des clans pour la succession du chef, puisque Bruno Gollnisch aurait voté lui-même Nicolas Bay.

      V. B.


      region2010