Fernand Pelloutier
| | | |






















AccueilLes Dossiers >> Le syndicalisme révolutionnaire en France >> Etudes : des origines à 1914
Synthèse
[publié le 16/07/2008 - Lu 2118 fois]

Proudhon, Pelloutier, Ravachol... Le fond de l'air est libertaire
Jacques Julliard
moins plus


Lorsque Jacques Julliard fait de l'histoire, c'est intéressant... Cet article est paru dans le Nouvel observateur, n° 2250, 20 décembre 2007. En ligne ici.



Depuis le XIXe siècle, le prolétaire français est libertaire. D'où vient cette idéologie qui traverse l'histoire du mouvement ouvrier?

Le mot individualisme date de 1824. Socialisme, de 1831. Anarchisme, de 1834. La coïncidence n'est pas fortuite. Tous trois ont été forgés dans la mouvance saint-simonienne. Ce n'est pas non plus un hasard. Car enfin, pour la plupart de ses partisans ultérieurs, l'anarchisme est la synthèse du socialisme et de l'individualisme. La doctrine de Saint-Simon, à laquelle Christophe Prochasson consacre un article (voir p. 88), porte la trace de cette double ascendance. L'auteur du «Nouveau Christianisme» est en effet un véritable individualiste qui a horreur de l'autorité, qu'elle soit religieuse, politique ou juridique. A cette autorité, qui est un principe métaphysique, il veut substituer l'organisation, qui est un principe positif, et même positiviste. L'homme qui a eu Auguste Comte pour secrétaire, et qui entend, selon la formule célèbre, «substituer au gouvernement des hommes l'administration des choses», pourrait, sans abus de termes, être tenu pour le grand-père de la pensée libertaire, ses deux pères étant, un peu plus tard, Proudhon et Bakounine. Une pensée libertaire qui serait passée par l'ENA...

Libertaire plutôt qu'anarchiste, car anarchiste est un mot ambigu. Il désigne l'absence d'ordre, mais s'agit-il de l'ordre au sens d'organisation ou de l'ordre au sens de commandement ? En latin, est-ce ordo ou est-ce jussum ? Au premier sens du terme, l'anarchie est une chose stupide et néfaste. Au second, c'est l'inspiration humaniste et démocratique poussée jusqu'à ses dernières conséquences. C'est pourquoi Péguy proposait de distinguer entre l'anarchie, refus de toute organisation, désordre pur, et l'acratie, refus de toute vision autoritaire de la société. La plupart de ceux que nous appelons anarchistes sont en vérité des «acratiques». Ils refusent l'autoritarisme, notamment de l'Etat, mais consentent à certains principes d'organisation de la société, mis en oeuvre de façon contractuelle.

La pensée libertaire n'est pas seulement la rencontre de l'individualisme et du socialisme. C'est aussi la rencontre de cette synthèse philosophique avec le mouvement ouvrier. C'est que celui-ci, à l'état naissant, n'est pas en France le fait, comme en Angleterre ou en Allemagne, des ouvriers d'usine, massifiés, sérialisés, embrigadés. Compte tenu de la lenteur du processus d'industrialisation et de concentration, les ouvriers professionnels et même les artisans y jouent le premier rôle. La Commune de Paris n'a pas été menée par des ouvriers d'usine - peu présents dans la capitale -, mais par des petits patrons, des compagnons, des ouvriers hautement qualifiés du faubourg Saint-Antoine. Lorsque Proudhon, à la veille de sa mort, proclame (1864) la «capacité politique des classes ouvrières», il célèbre l'individualisme sans doute, mais surtout le fédéralisme, c'est-à-dire l'aptitude des ouvriers à organiser librement la production sur la base d'associations volontaires. A une condition : qu'ils restent entre eux, à l'abri de l'influence des politiciens bourgeois. L'autonomisme ouvrier, ou si l'on préfère l'ouvriérisme, à l'écart des influences politiciennes, est le fil rouge qui court de Saint-Simon à Proudhon jusqu'au syndicalisme révolutionnaire d'Action directe, et qui se retrouvera encore intact en 1968 dans l'idée d'autogestion.

Plus que dans l'anarchisme proprement dit, qui est le fait d'une petite minorité d'intellectuels déclassés, d'ouvriers marginaux, et qui se traduit par une vague d'attentats - la fameuse «propagande par le fait» - au cours des années 1890, à travers la figure symbolique de Ravachol, c'est dans le mouvement ouvrier que l'esprit libertaire s'épanouit le plus. Deux de ses figures les plus marquantes, Fernand Pelloutier, fondateur des Bourses du Travail, et Pierre Monatte, directeur de la Vie ouvrière, sont d'origine anarchiste mais ont troqué leur idéal individualiste pour l'action syndicale. La charte d'Amiens (1906) est un manifeste d'indépendance à l'égard du Parti socialiste qui vient de s'unifier autour de Jaurès (1905), mais aussi des «sectes» anarchistes qui poursuivent une précaire existence groupusculaire. Beaucoup des traits du syndicalisme français qui le distinguent de ses frères étrangers sont hérités de cet «anarcho-syndicalisme», notamment la double organisation sur une base locale et professionnelle, la méfiance à l'égard des partis, le primat de l'action économique sur l'action politique. Mais c'est surtout dans son action intellectuelle et morale, dans son ethos que le syndicalisme français est l'héritier de l'inspiration libertaire, pour tenter de constituer, à l'écart du mercantilisme bourgeois et de l'embrigadement marxiste, ce que Pelloutier appelait «une société d'hommes fiers et libres». Le rêve passe, mais il resurgit quand on l'attend le moins.

 
Jacques Julliard
Le Nouvel Observateur
Section : Le syndicalisme révolutionnaire en France - Etudes : des origines à 1914
Titre : Proudhon, Pelloutier, Ravachol... Le fond de l'air est libertaire - Jacques Julliard
Pour citer cet article : http://www.pelloutier.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=261 (consulté le 10-07-2014)

Web analytics

© 2004-2008 - http://www.pelloutier.net
Aucune reproduction à caractère commercial n'est autorisée.
Pour nous contacter : webmaster[AT]pelloutier[POINT]net
'use strict';