Conseils techniques
> Canne à sucre

CANNES FRAICHES. Réduction des délais entre la coupe et le chargement
 
Une canne qui attend au champ, c’est :
- Une perte de richesse ; même si l’évaporation de l’eau entraîne une faible évolution de la richesse durant les premiers jours, ce gain ne compense jais la perte de poids, donc de revenu, liée à l’évaporation.
La perte peut aller jusqu’à 2,4 points de richesse, sur 10 jours.
- Une perte de poids ; une étude de terrain menée auprès des producteurs de cannes par le CERF, en 2004, a mesuré la dégradation des cannes longues laissées au champ après la coupe. Ces résultats confirment ceux déjà obtenus en 2000 et ceux menés dans d’autre pays sucriers.
La perte est de 1% de poids par jour
- Une perte de revenu ; 5 jours de dégradation de la canne coupée au champ avant le chargement font perdre 50 tonnes pour un planteur qui livre 800 t par campagne.
- En conclusion, le planteur perd de l’argent en laissant « vieillir » au champ la canne coupée avant le chargement. Il ne faut pas dépasser plus de trois jours le délai entre la coupe et le chargement.
 
DESHERBAGE. Intervenir en pré-levée
 
Dès que les cannes sont coupées, il ne faut pas attendre de voir les mauvaises herbes sortir de terre pour les éliminer.
En période de coupe, il n’est certes pas facile de s’organiser pour traiter au bon moment. Mais le risque est grand d’attendre car c’est donner le temps aux mauvaises herbes pour concurrencer la canne.
10 jours de retard = jusqu’à 5 tonnes de pertes par hectare
En zone humide ou irriguée, chaque jour de retard pour l’application de l’herbicide peut faire perdre jusqu’à 500 kg de cannes.
Pour réussir le désherbage, il est conseillé d’utiliser les produits homologués de pré-levée qui vont maintenir le sol propre :
- DURON (Karmex flo, Novex flo…) : 2,25 l/ha
- HEXAZINONE (Velpar S) : 1 kg/ha
- METOLACHLORE (S-) (Mercantor Gold) : 2 l/ha
Pour éliminer un plus rand nombre de mauvaises herbes, les mélanges suivants sont possibles : Mercantor 2l + Diuron 2,25 l (par ha) ou Velpar 0,8 kg + Diuron 2 l (par ha).
 
FERTILISATION. Dès que la parcelle est coupée…

Il ne faut pas attendre d’avoir terminé la coupe sur toute l’exploitation pour commencer à nourrir les cannes.
Appliquer l’engrais dans les deux semaines qui suivent la coupe pour favoriser l’enracinement, le tallage et la croissance.
Le choix de la formule d’engrais et la dose vont dépendre du potentiel de rendement et de la composition du sol (connue par l’analyse de sol). Et pour un meilleur résultat économique, il faut raisonner en coût de fertilisation par hectare et non pas en prix de la tonne d’engrais.
 
RECOLTE. Coupeuse de cannes tronçonnées
(type Case Austoft ou Cameco)

AVANTAGES INCONVENIENTS
Rendement journalier : 100 à 250 tonnes
Récolte les cannes couchées
Adapté dans les parcelles à forte densité (+ 150 tonnes/ha)
Matériel disponible sur roues ou chenilles
Investissement élevé
Tassement du sol important si matériel équipé de roues
Peu maniable sur les petites parcelles
N’accepte pas les pentes de plus de 15 %

- Nécessite un épierrage et un profilage des parcelles
- Un coût de revient moyen de 4,5 euros la tonne pour 30 000 tonnes récoltées (chargement compris)

 
RECOLTE. Coupeuse de cannes longues
(type Case Austoft)

AVANTAGES INCONVENIENTS
Accepte pente jusqu’à 20 %
Rendement horaire : 40 tonnes/heure
Maniable sur les petites parcelles
Récolte des cannes couchées
Ne nécessite pas d’ouverture de champ
  Matériel disponible sur roues ou chenilles
Investissement élevé
Tassement du sol important si matériel équipé de roues
Présence importante de matières vertes

- Nécessite un épierrage et un profilage des parcelles
- Un coût de revient moyen de 6,2 euros la tonne pour 15 000 tonnes récoltées (chargement non compris)

 
RECOLTE. Coupeuse de cannes longues
(type Simon)

AVANTAGES INCONVENIENTS
Facilement déplaçable (une position transport et une position de travail)
Accepte les pentes jusqu’à 25 %
Bonne maniabilité sur les petites surfaces
Peu d’incidence sur la souche de canne avec une coupe « franche »
  Faible tassement du sol
Investissement moins élevé par rapport aux autres coupeuses
Tracteur disponible pour d’autres usages pendant l’inter campagne
Pas adapté dans les parcelles à forte densité (120-130 tonnes/ha)
N’accepte pas les cannes couchées dans le sens du rang
Présence importante de matières vertes avec les cannes couchées
Faible rendement journalier entre 50 et 80 T/jour
Nécessite une ouverture de champ (coupe manuelle des bordures)

- Nécessite un épierrage et un profilage des parcelles
- Un coût de revient moyen de 9,7 euros la tonne pour 5 000 tonnes

 
FERTILISATION. Comment étalonner un pulvérisateur à dos…

1 - Vérifier le bon fonctionnement du pulvérisateur
2 - Choisir le type de buse approprié
3 - Remplir 3 litres d’eau dans le pulvérisateur
4 - Choisir une allure d’avancement et un régime de pompage régulier
5 - Epandre la totalité du volume d’eau dans son champ
6 - Mesurer la surface traitée (longueur x largeur du rang de canne) = …(A)..m²
7 - Pour traiter 1 ha, appliquer : 3 litres d’eau x 10 000 m² : .(A). m² = (B) litres d’eau/ha
Pour appliquer le produit homologué à la dose de (C)..litres ou kg / ha,
Mélanger ……litres ou kg / ha de produit dans ..(B)…litres d’eau / ha
8 - Adapter le calcul au pulvérisateur à dos :
Le pulvérisateur a une capacité de .(D) ..litres d’eau
Pour appliquer le produit, mélanger :
…(D)…litres d’eau x ..©...litres ou kg/ha : (B) litres d’eau/ha = …. litres ou kg de produit dans le pulvérisateur

La surface couverte est de …(D)… litres d’eau x 10 000 m2 : (B).. litres d’eau / ha

 
FERTILISATION . Comment étalonner un pulvérisateur porté…

Avant de procéder à l’étalonnage du pulvérisateur, il faut choisir le type de buse approprié. Ainsi, afin d’avoir une répartition homogène, il est conseillé d’utiliser des buses à fente à partir d’une pression de 1,8 bars et peuvent être employées jusqu’à 3 bars pour les herbicides. Pour les fongicides et les insecticides, on peut travailler avec des pressions entre 3 et 5 bars.
Les paramètres permettant de définir le volume de bouillie sont :
- le débit,
- la vitesse d’avancement et la largeur de travail
- la pression

Ainsi, connaissant le volume de bouillie par hectare, on doit procéder aux opérations suivantes :
1. Régler le régime moteur à 540 tr/minute. On lobtient par : compte tour régime moteur du tracteur. Pour assurer un régime du moteur constant, utiliser l’accélérateur à main.
2. Mesurer avec un décamètre une distance : …(A)…mètres
3. Chronométrer le temps mis par le tracteur pour parcourir cette distance : …(B)… secondes
4. Déterminer la vitesse d’avancement du tracteur :
…(A)…mètres x 3,6 : …(B)…secondes = …….. km/heure.

 
 
 
  24, rue de la Source, BP 134 - 97463 Saint-Denis Cedex
Email : rcommunication@reunion.chambagri.fr
Tel : 0262.94.25.94 - Fax : 0262.21.06.17
'use strict';