Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

Les sourds et la vie socio-professionnelle

De nombreux changements ont eu lieu dans l’histoire sociale et professionnelle des sourds au cours du XXème siècle.

Jusqu’à la fin du XIXème siècle, on les pensait en effet forcément muets, parfois débiles, tout du moins incapables de se former à un métier et d’être membres à part entière de la société. Ils étaient généralement utilisés comme manœuvres pour des travaux ingrats. 

C'est par l’apprentissage de la langue des signes que leur émancipation va arriver. Elle leur permet en effet d’acquérir une autonomie. Malheureusement, cette langue fut fortement réprimée pendant un siècle en Europe.

En 1760, l’abbé de l’Epée invente à Paris la langue des « signes méthodiques », il réunit des jeunes sourds isolés et leur permet de développer et de perfectionner un langage. Des représentations publiques ont même lieu devant le roi.

abbe de epee enfants sourds

A sa suite, un autre français, Ferdinand Berthier, utilise la langue des signes pour enseigner aux jeunes sourds et se bat pour la reconnaissance de ce langage. Plusieurs écoles sont ainsi crées partout en Europe et même aux Etats-Unis. Toutefois, un autre courant, né en Allemagne, vient s’opposer aux signes : l’oralisme. Pour ses partisans, la parole est indispensable à la construction de la pensée et l’enseignement doit donc se faire oralement.

En 1880 a lieu le tristement célèbre congrès de Milan, duquel les enseignants sourds ont été judicieusement écartés. Sur 225 participants, seuls 3 sourds sont présents et ils ne disposent d’aucun interprète. La théorie oraliste triomphe alors et la langue des signes devient interdite dans l’ensemble des pays participants, sauf les Etats-Unis et l’Angleterre. Pendant un siècle, les signes seront fortement réprimés, la plupart des sourds qui enseignaient alors sont interdits d’exercer, soit licenciés soit mis à la retraite et les adultes sourds sont séparés de leurs enfants pour éviter qu’ils ne les « contaminent ».

Il faudra attendre le début de années septante, après de longs combats, pour que la langue des signes soit reconsidérée et acceptée. Il suffisait alors de regarder la progression positive des sourds américains pour se rendre compte de la supériorité de la méthode. En 2005, la langue des signes est enfin reconnue comme une langue à part entière.

En Valais, en janvier 1947, l’utilisation de la langue des signes fait même débat dans Ephpheta, le journal de la société. Certains pensent que c’est une mauvaise habitude dont il faut se défaire, ou encore que « gesticuler en public » revient à s’attirer des moqueries inutiles. A l’Institut de Bouveret, la langue des signes est interdite et réprimée, les élèves sont punis et reçoivent des coups sur les doigts.

Longtemps, le désir pour des parents sourds d'avoir des enfants a également fait débat. La pression sociale était très forte et, même si les statistiques sont difficiles à établir, il semble que de nombreux sourds mariés ait eu recours à la stérilisation, jusque dans les années soixante. Une étude au niveau national montre qu’en 1943, sur un échantillon de 50 couples de sourds, il n’y avait que 4 cas de stérilisation déclarée, mais 25 de ces couples étaient sans enfants, ce qui rend vraisemblable l’existence de stérilisations non déclarées. Deux bernoises témoignent dans une correspondance de 1947 : « Le conseiller municipal m’a conseillé de me faire ligaturer, sinon nous n’aurions pas eu l’autorisation de nous marier. Malgré nos protestations nous avons dû y aller. J’ai dû signer à l’hôpital, nous aurions aimé un enfant, ça aurait été notre bonheur… » et « Le 21 mars 1946 j’ai accouché à l’hôpital, je me suis fait stériliser pour ne plus avoir d’enfant. C’est la commune qui a exigé que j’aille à l’hôpital. Le Syndic est venu chez nous, nous voulions attendre puis c’est le docteur qui n’a pas permis que j’aie un autre enfant. »

En 1947, dans Ephpheta, il est question des dangers de la circulation. Depuis la fin de la guerre les automobiles sont en effet de plus en plus nombreuses. Avec elles augmentent aussi les accidents de la circulation. M. Fracheboud est allé parler aux autorités et a obtenu que l’insigne des sourds et sourds-muets soit affichée dans chaque établissement d’auto-école, ceux qui passeront leur examen de conduite seront ainsi rendus attentifs à la signification de ces insignes. Les sourds doivent porter l’insigne lorsqu’ils font du vélo ou même lorsqu’ils marchent, afin de limiter les accidents.

En janvier 1948, après bien des démarches et des pourparlers, les sourds et les malentendants peuvent s’assurer contre les conséquences d’accidents corporels auprès de la Société suisse contre les accidents, à Winterthour.

Dans les années cinquante, la vie sociale s’améliore et les possibilités professionnelles se diversifient, beaucoup de sourds valaisans trouvent du travail hors du canton, principalement dans l’horlogerie.

En avril 1952, des décisions sont prises à Berne sur la délivrance du permis de conduire aux personnes sourdes. Des expériences faites en Suisse et à l’étranger et le préavis favorable des milieux médicaux font que l’on peut continuer à délivrer des permis aux personnes sourdes. A certaines conditions : apprentissage avec moniteur diplômé, examens théoriques et pratiques sévères, examen médical approfondi, rapport sur l’aptitude mentale du candidat émanant d’un médecin spécialiste.

Des cours de perfectionnement ont lieu au Bouveret en septembre 1955. Les sœurs donnent et corrigent des exercices pratiques sur la signature d’un contrat de bail, l’ouverture d’un compte postal, comment faire des paiements, des virements, etc.

En janvier et février 1958, des cours de soins avec du matériel prêté par la Croix-Rouge sont proposés aux membres de la SSV, à Sion.

L’assemblée générale de la Fédération suisse pour les sourds-muets a lieu les 9 et 10 mai 1970, à Brigue, en présence d’un représentant de l’AI cantonale. Une cinquantaine de participants ont pris part aux délibérations. La fédération manifeste sa reconnaissance envers Pro Infirmis qui a élargi son secteur d’instruction et de formation à l’égard des sourds. On souhaite également que la TV prévoie dans son programme des émissions en faveur des personnes sourdes.

C’est à Martigny qu’a lieu en 1972 la grande première suisse du « téléphone pour sourds », avec la démonstration pratique de deux téléphones qui fonctionnent par écrit : le téléscripteur américain (TTV) et le télémanuscripteur (TMS). Chacun peut les essayer. Il est alors possible de téléphoner par écrit à Genève et de se faire appeler de cette ville. Après avoir composé le numéro désiré sur le disque du téléphone, la manette est abaissée, et l'on inscrit son message sur la surface réservée à cet effet. La réponse s’affiche au moment même où le correspondant l’écrit à Genève. Lorsque l’on reçoit un appel, il est signalé par une lumière, après avoir décroché et poussé la manette, le message s'affiche au fur et à mesure qu’il parvient. Son utilisation est simple et le prix de la conversation est celle d’une communication téléphonique ordinaire. L’installation d’un TMS coûte de 6'500.- et il faut deux appareils, un émetteur et un récepteur.

Les premiers ateliers de langue des signes ont été mis sur pied en 1978 dans plusieurs villes romandes, dont Sion. En 1982, Marie-Louise Fournier participe à trois jours de séminaire à Paris, puis trois semaines à la célèbre université Gallaudet, aux Etats-Unis. Ces stages mettent en avant l’importance de se former à l’enseignement de la langue des signes. C’est ce qui a conduit, en 1983, à la création de l’association suisse romande de l’enseignement de la langue des signes (ASRELS), présidée par Danielle Revaz. Grâce aux interprètes, les sourds deviennent autonomes.

En 1980, Michel-Alain Beney obtient son permis de chasse. C’est le premier sourd valaisan à l’avoir réussi.

Une exposition intitulée « des gens comme les autres » réserve une place aux personnes sourdes, elle se déroule du 9 au 14 novembre 1981 à la Placette (centre commercial), à Monthey.

C’est le 16 octobre 1982 qu’apparaît enfin une émission de télévision dédiée aux sourds. Longue d’une demi-heure, l’émission intitulée « écoutez voir » fait suite à de nombreuses démarches et pétitions menées par l’ASASM et la Fédération Suisse des Sourds. Stéphane Faustinelli en est le premier présentateur sourd. L’émission ne permet pas seulement d’informer les sourds, mais elle offre aussi une visibilité à la communauté auprès des entendants.

L’émission existe toujours mais son nom a changé et son contenu s’est amélioré. Désormais, elle s’appelle « Signes » et ses présentateurs sourds s’expriment entièrement en langue des signes. Elle est toutefois disponible sous-titrée et une voix off  permet aux entendants de la comprendre.

1983, voit l’avènement d’un progrès important pour les sourds dans le monde télévisuel. Des tests sont effectués en Suisse romande en vue de la mise en place du TELETEXT. Le sous-titrage des principales émissions d’information était en effet une nécessité pour les sourds. Cela sera rendu possible grâce aux luttes des militants visant à rendre la télévision compréhensible aux sourds et malentendants. Ainsi, dès 1984, des émissions commencent à être sous-titrée en Suisse alémanique. Le tour de la Suisse romande viendra l'année suivante.

Dans les années 80, la vie professionnelle s’améliore, les métiers deviennent plus variés : peintre en lettres, technicien dentiste, menuisier ébéniste, dessinateur en machines, commerçante, tapissier, horticultrice, sculpteur, tourneur, poseur de sol, serrurier, laborantine, employée de commerce, carreleur, conductrice de machine de chantier, employé d’horlogerie, couturière, courtepointière, pâtissière, décoratrice, maître de sport, monteur électricien, appareilleur sanitaire, ferronnier, informaticien, secrétaire, lingère, créatrice en travaux manuels…

Le premier greffé du cœur au CHUV est un sourd valaisan ! Il s'agit de Ciriaco Capone, en 1987.

En mars 1988, un groupe de travail pour une action sociale élargie, regroupant plusieurs associations, fondations et ligues de personnes handicapées se créé sous la présidence du conseiller national Vital Darbellay. Stéphane Faustinelli est alors nommé représentant des sourds dans ce groupe.

Le 3 décembre 1991, les interprètes se sont constitués en association à Lausanne, il s’agit de l’Association des Interprètes en Langue des Signes (AILS). Elle a pour buts de promouvoir et défendre la profession d’interprète en langue des signes, d’organiser une formation continue des membres, de favoriser les échanges nationaux et internationaux en langue des signes. Ce même mois, Stéphane Faustinelli est félicité pour ses activités au sein de plusieurs associations sourdes et reçoit le mérite social communal de Collombey-Muraz.

Février 1993, la loi valaisanne de 1976 modifiée par celle de 1992, contient désormais des avantages pour les contribuables handicapés : l'imposition partielle des revenus provenant de l’AI ou de la prévoyance.

En 1994, Gilles Tschopp, de Bluche, est le premier sourd valaisan à réussir sa maturité, à l’école des Buissonets de Sierre, en économie.

Il faut attendre 1996 pour qu’un service social soit disponible pour les sourds valaisans. Après cinq ans de négociations et d’attente, le service social pour les sourds du canton du Valais voit le jour en septembre 1996 dans les principales régions : Brigue, Viège, Sierre, Sion et Martigny, Monthey. Les assistants sociaux qui sont en contact avec les sourds suivent des cours de langue des signes afin de pouvoir répondre aux besoins des usagers. En Valais il y a alors trois ateliers d’enseignement de langue des signes : à Sion, Martigny et Saint-Maurice. Les cours ont lieu une fois par semaine durant l’année scolaire.

Fin 2001, en Valais, trois associations (SSV, Amicale des malentendants du Valais, l’Association des parents d’enfants déficients auditifs) mènent une action sociale visant à sensibiliser le public à la surdité. Le résultat de ce travail est l’édition d’une affiche « voir pour comprendre » qui explique comment communiquer avec la population sourde et malentendante. Cette affiche, présentée à Martigny pendant la semaine mondiale des sourds, est destinée à différents lieux publics en relation avec la santé, comme les hôpitaux, les centres médico-sociaux, les EMS ainsi qu’aux services sociaux et aux administrations communales du Valais romand.

Avril 2004, un formulaire d’alarme 144 est désormais à disposition des sourds et des malentendants, il s’agit d’une première en suisse. Ce concept est mis en place conjointement par la SSV, l’amicale des malentendants du Valais romand ainsi que par l’Association des parents d’enfants déficients auditif du Valais, en étroite collaboration avec l’organisation cantonale de secours (OCVS). Le principe est simple, il s’agit d’un document à remplir et à envoyer par fax au numéro de la centrale. Des cases à cocher permettent d’indiquer le lieu de l’accident, la nature des lésions, l’état de la victime etc. Une alarme les avertit de l’arrivée du fax, puis un formulaire confirmant la réception de la demande d’aide est envoyé, informant les personnes concernées sur les moyens mis en œuvre pour venir à leur secours. Le service est rendu opérationnel dans tout le canton du Valais et les formulaires sont alors disponibles auprès de l’OCVS.

En octobre 2004, l’émission de télévision Signes rend visite à des sourds valaisans, autour de la vigne : Rémy Gaudin et les frères Laurent et Marc-André Barras. L’émission est diffusée le 24 octobre et le 7 novembre.

Fanny, une jeune fille sourde et une troupe d’enfants et d’adolescents valaisans présentent en 2005 un spectacle de musique et de danse qui intègre la langue des signes. Il s’agit de la transcription de la chanson « savoir aimer » de Florent Pagny, en langue des signes, effectuée par Marlyse Beney, en collaboration avec Mireille Montana.

En 2006, un film en langue des signes, réalisé par l’association « plan-fixe », est consacré à Marie-Louise Fournier. En juillet de la même année, le film est projeté en grande première à l’assemblée des délégués de la SGB-FSS le 13 mai 2006 à Berne et soulève une grande émotion dans l’assistance.

En avril 2011, l’émission Signes accorde un reportage au village d’Ayent, où vit un nombre élevé de personnes sourdes. En effet, dès 1667, on trouve 112 sourds sur la commune. En 1955, près de 3% de la population était sourde. Si la fréquence de la surdité en Suisse est comparable à celle de pays voisins, dans le canton du Valais elle y est trois fois supérieure à la moyenne nationale. En raison justement de certains foyers, Ayent particulièrement, où la surdité est très présente (trente fois plus que la moyenne!). La consanguinité n’y est pas plus forte qu’ailleurs et ne suffit donc pas à expliquer ce phénomène, dû probablement à un gène qui a muté il y a de nombreuses années.