ACCUEIL DU SITE
RUBRIQUES :
Hors-jeu
Au Panthéon
Portraits
En images
Sports orphelins
Le sport pour les nuls
Actu-Markette
Annu-Markette
Sports-Blog

FUN-MARKETTE :

Les sportifs perdent la tête

Piposport

Quizz-Markette


SPORT-CHAT :









A lire aussi :
 
 
La Dream-Team La Dream-Team
Envoyer l'article à un ami Version imprimable de l'article Version Pdf de l'article

En 1992, aux Jeux Olympiques de Barcelone, la compétition de basketball n’avait qu’un seul véritable enjeu : celui de savoir qui allait finir deuxième derrière les Etats-Unis. Rarement l’aléa sportif n’avait été aussi faible. Jamais la victoire d’une équipe n’avait été annoncée à l’avance avec autant de certitude. Miser sur une autre équipe eut été aussi fantaisiste que d’imaginer Henri Leconte en prof de philo. A côté de cette constellation d’étoiles, le Real Madrid retombe au niveau de l’En Avant Guingamp. Et pourtant, malgré (ou plutôt grâce à) son outrageante domination, la Dream Team reste un mythe. Retour sur un label qui appartient aujourd’hui définitivement au passé.

Un concept lucrato-sportif

Magic et Jordan - 11.6 ko
Magic et Jordan

Bâtie pour gagner et séduire, la Dream-Team de Barcelone répondait à un double objectif :

-  Eviter aux Etats-Unis une cinglante défaite lors des JO de Barcelone. En effet, il était devenu clair aux yeux des responsable américains de l’époque que les progrès des pays européens condamneraient une sélection universitaire à un échec certain (aux JO de Séoul, les USA s’étaient déjà contentés d’une vulgaire médaille de bronze).

-  Assurer la promotion de la NBA dans le monde entier par une opération marketing bien huilée. Pour cela, on ne peut rêver meilleurs ambassadeurs que Michael Jordan (au sommet de son art) et Magic Johnson (fraîchement retraité), faisant en quelques sortes office de Mickey et Donald de la « marque NBA ».

Ainsi, pour la première fois dans l’histoire du basket US, les meilleurs joueurs ont donc été choisis pour représenter leur pays. A deux exceptions près tout de même : Larry Bird n’est là que pour rendre hommage à son glorieux passé (blessé au dos, il n’est plus que l’ombre de ce qu’il était), et Christian Laettner n’est choisi que pour assurer la présence d’un universitaire dans l’équipe. Pour le reste, on n’a gardé que la crème. Jugez plutôt : Michael Jordan, Magic Johnson, Charles Barkley, Scottie Pippen, Clyde Drexler, David Robinson, Patrick Ewing, Chris Mullin, Karl Malone, John Stockton

Comme à la parade

Jordan en action - 51.8 ko
Jordan en action

Comme prévu, la Dream Team écrase donc tout sur son passage. Sans oublier de faire le spectacle car il faut remplir les deux parties du contrat : Dunks de Jordan, passes aveugles de Magic, coups de gueule de Barkley, contres de Robinson... Tout y passe... et les adversaires trépassent, pulvérisés par un écart moyen de 32 points par match. Plutôt que de leur en vouloir, ces derniers les prennent en photo ou réclament des autographes. Ce n’est plus une compétition, c’est une exhibition.

Bref, aucune frayeur. Tout juste un vague étonnement dans les tribunes lorsque la Croatie de Toni Kukoc mène encore en finale après une dizaine de minutes de jeu. Pas pour longemps, rassurez-vous puisqu’ils s’inclineront 115-87. Une dernière preuve de l’insolente domination américaine ? L’entraîneur Chuck Daly n’a demandé aucun temps mort pendant toute la compétition. Même pas besoin.

L’image de ces basketteurs multimillionnaires sur le podium olympique, enveloppés de la bannière étoilée a fait le tour du monde, faisant découvrir le basket, et surtout la NBA, à toute une génération (dont je fais partie).

Que sont-ils devenus ?

L?équipe au grand complet - 24.9 ko
L’équipe au grand complet

-  Michael Jordan : après une tentative foireuse dans le base-ball et deux come-back dans le basket, « His Airness » souhaite désormais racheter un club.
-  David Robinson a pris sa retraite de basketteur après son deuxième titre NBA en 2003, remporté en compagnie de Tony Parker avec les Spurs de San Antonio.
-  Chris Mullin fait partie du staff technique des Golden-State Warriors, fidèle à son équipe de toujours.
-  Magic Johnson est toujours un héros de la lutte anti-SIDA.
-  Patrick Ewing et Clyde Drexler sont à la retraite
-  Karl Malone a rejoint la "All Star Team" des Los Angeles Lakers. Pour enfin remporter un titre ?
-  John Stockton a pris sa retraite en 2003. Il est actuellement le meilleur passeur de l’histoire de la NBA.
-  Christian Laettner finit sa carrière dans l’anonymat aux Washington Wizards
-  Larry Bird : après avoir entraîné les Pacers d’Indiana, il en est désormais le "Président des opérations basket".
-  Charles Barkley commente pour la télévision où son franc parler fait toujours merveille.
-  Scottie Pippen semble devoir mettre un terme prématuré à sa carrière après une vilaine blessure.

No more Dreams

Après le succès total de Barcelone, les Etats-Unis ont systématiquement envoyé des joueurs NBA pour les grandes compétitions mondiale (Championnats du Monde ou JO) [1]. Cependant, même victorieuses, jamais ces équipes n’ont pu égaler le prestige de leur devancière, usurpant l’appellation Dream Team. Là ou l’originale écrasait la concurrence avec classe, les pâles copies gagnaient sans panache.

Plus grave, lors des Championnats du Monde 2002, les USA subissent leur première défaite avec une formation « made in NBA ». Ils sont même battus trois fois : par l’Argentine de Ginobili en match de poule, par la Serbie-Monténégro de Bodiroga en quart de finale, puis enfin par l’Espagne de Pau Gasol en match de classement. Suprême humiliation, ces premières défaites ont lieu à domicile, aux Etats-Unis. Cette équipe méritait autant le nom de DreamTeam que Jean-Michel Aulas le qualificatif de philanthrope.
Certes les championnats du Monde n’ont pas le même prestige que les JO et les joueurs envoyés ne constituaient pas le « top du top », mais tout de même : Ben Wallace, Paul Pierce, Baron Davis ou encore Jermaine O’Neal sont tous des « All-Star » de la prestigieuse Ligue américaine et pas les vulgaires remplaçants d’un club de seconde zone.

La
La "Nightmare Team"

Echaudé par cet échec, USA Basketball était bien décidé à envoyer l’artillerie lourde pour les Jeux Olympiques d’Athènes afin de redorer un blason NBA passablement écorné. Mais à part Tim Duncan et Allen Iverson, les grandes stars de la Ligue ont poliment refusé la sélection. La sanction n’a pas manqué : humiliée par la modeste équipe de Porto-Rico en matchs de poule, les USA ont été éliminés en toute logique en demi-finale par l’Argentine, future championne olympique. La médaille de bronze arrachée de justesse face à la Lituanie ne masquera pas le fait que, 12 ans après, le concept de Dream-Team est définitivement mort.

Article publié le 21 janvier 2004
Auteur : Damien

Envoyer l'article à un ami Version imprimable de l'article Version Pdf de l'article

[1] A l’exception des Championnats du Monde 1998 qui se sont déroulés en pleine grêve des joueurs NBA





L'age d'or du sport-co français Vos réactions et commentaires :


tu a malheureusement raison john starks le salaupard


par damouul :
c’est Jean-Michel Aulas, non ? ou alors c’est un uatre, Jean-Marie ? chouette article en tt k


par Nico n°10. :
Sympa..., il est vrai que ce fût une équipe magique à l’image de son cap’tain... ; Jamais je n’oublierai ces moments uniques et rares de surcroît ! Tandis que maintenant, l’équipe US ne fait plus rèver... enfin pas moi... Sinon, coup de gueule, pour moi, il n’y avait qu’une seule dream Team... la première. Ciao.. Nico de Vannes (56)


par zevoodoo :
Chouette retrospective !! Bon point de vue et merci pour le "que sont ils devenus" je me posais justement la question. Ils ont marqué l’histoire du basket US et du basket tout court et je doute qu’on puisse faire mieux un jour !


par emvisionmambi@hotmail.com :

La dream team 1992 et 1996 seront bientôt disponible en dvd. Je voudrais profiter de votre site pour faire de la publicité. Quels seront vos conditions ?

Christian MAMBI



par Damien :
Vous avez toujours la possibilité de laisser un message sur le forum.
Par contre, je n’affiche pas de publicité sur le site lui-même, mon but n’étant pas de gagner de l’argent masi simplement de parler de sport en me faisant plaisir ;-)


par DaDa :
S’ils envoyaient Steve Francis, Grant Hill, Kobe Bryant,... vous auriez un tout autre discours. Le problème en NBA aujourd’hui, c’est la mentalité.


par Damien :
Il y a sans doute un problème de mentalité (bien que cela ne soit probablement pas le seul), mais les joueurs que tu cites ne sont pas tous irréprochables sur ce plan. En particulier Kobe Bryant qui préfère voir le meilleur joueur de son équipe partir (O’Neal)et abandonner ainsi tout espoir de bien figurer en playoffs, plutôt que de partager la vedette et gagner des titres...


par vince :
ben moi g trouvé cool cet article mais je né jms vue de match de la dream team donc si kelkun pouvai m’en envoyer ce serai vraimen cool contacter moi sur lemagiciendu62@msn.com merci d’avance


par magicman :
tou a fé dacor avec nico n10 il ny ora jamé kune seule dream team lé otre ne son ke de pale copi


par magicman :
dada je ne sui pa dacor avec toi francis é bryant son 2 boufeur de ballon je préféreré voir lebron james é dwayne wade ki son bcp plu altruiste é ki son lé futur grande star de notre sport


 

Warning: mysql_connect() [function.mysql-connect]: Access denied for user: 'sportsma@10.0.95.41' (Using password: YES) in /homez.59/sportsma/www/dv_connect.php on line 9
Connexion impossible