MARKETING COMMUNICATION MEDIAS
Page 1/2

Nikos Aliagas : Orthodoxe

07/09/2001 -

À trente-deux ans, Nikos Aliagas, « le Grec de Bravo », hérite de l'émission phare de la rentrée de TF1. Pendant trois mois, il est le maître de cérémonie de Star Academy.

Grand amphithéâtre de la Sorbonne, 29 août dernier. TF1 présente sa nouvelle grille aux annonceurs. Sur scène, aux côtés d'Étienne Mougeotte, Nikos Aliagas, très à l'aise.« J'ai fait mes études ici, mais c'est plus impressionnant de ce côté-là », avoue-t-il. Estampillé« Grec de Bravo »en référence à sa participation àUnion libre, l'émission de Christine Bravo sur France 2, le brun ténébreux présenteStar Academydepuis le 1er septembre.« DansUnion libre, j'avais fait le tour de mon rôle », confie-t-il. Pour le convaincre de venir à TF1, Étienne Mougeotte a décroché son téléphone.« L'affaire s'est conclue très vite », indique Nikos Aliagas. Grâce à un gros chèque ?« J'étais bien payé sur France 2, et je suis plus attiré par le défi que par l'argent », répond-il. Sur la Une, il va quand même gagner autant que sa précédente patronne, qu'on dit furieuse de se faire souffler son poulain. Christine Bravo dément :« Nikos m'a demandé mon avis. J'ai tout fait pour qu'il reste sur France 2. Quand j'ai compris que la direction ne le retiendrait pas, je l'ai poussé à foncer. »Le pari est de taille. Pendant trois mois, Nikos Aliagas partagera le quotidien des seize garçons et filles qui, tous, espèrent décrocher la gloire promise par TF1.« Je vais être l'interface entre les candidats et les téléspectateurs », assure Nikos Aliagas. S'il va moins chanter et danser que dansUnion libre, il affirme avoir« une grande liberté »sur TF1 et ne perdre jamais de vue sa carte de presse. Son parcours est déjà riche en expériences diverses. Journaliste, il n'a jamais cessé de l'être, depuis son premier job, à dix-huit ans, à RFI.« Je triais les dépêches la nuit. »Le jour, c'est Radio Notre-Dame, où il a la particularité d'être« le seul présentateur orthodoxe ». Mais quand Euronews cherche des journalistes polyglottes, Nikos Aliagas, qui parle cinq langues (français, grec, espagnol, anglais et italien), se présente et peaufine ses premiers papiers dans une chambre d'un Campanile de la banlieue lyonnaise. Il couvre le Kosovo, décroche l'interview de Madeleine Albright ou de Yasser Arafat.« Il avait le don de nous sensibiliser à l'actualité grecque », se souvient Gérard Deck, ancien directeur de la rédaction d'Euronews, aujourd'hui directeur général de France 3 Nancy.« Il est débordant d'énergie, très rigoureux dans l'exercice du métier et très entreprenant dans ses relations humaines », poursuit-il. Parallèlement, il présente le journal sur TMC. C'est là que la productrice Estelle Gouzi le repère pourUnion libre.« À l'époque, personne ne croyait à l'Europe », se souvient-il. Ses copains lui déconseillent d'y aller, il fonce. Il y a deux ans, il en devient le corédacteur en chef aux côtés de Nicolas Hélias. Dans le même temps, il devient présentateur du JT de 20 h 30 sur la chaîne grecque Alter Channel. Pendant deux ans, Nikos Aliagas se partage donc entre Paris (le mercredi et le week-end) et Athènes, où il vit le reste de la semaine. S'il a dû laisser tomber le JT grec pour TF1, il garde deux passeports, deux pays, deux maisons.« Je n'aime pas faire des choix. C'est probablement un héritage familial », concède-t-il. À trente ans, son père, petit tailleur à Athènes, a tout plaqué pour changer de vie. Direction Paris, où il entre chez Dior, fabrique les costumes du Delon deBorsalinoavant de rencontrer sa femme, elle aussi grecque, sur les barricades de Mai 1968. Élevé dans cette double culture, Nikos Aliagas garde un pied en France, l'autre en terre hellénique.« C'est en Grèce que vit ma famille. Elle se fiche pas mal de la télévision, cela me permet de garder la tête froide », explique-t-il.« Quand on a dit qu'il est grec, on a tout dit,explique Christine Bravo.C'est un latin, un véritable, brut de décoffrage. Du genre Aristote Onassis, en plus beau. Orthodoxe pratiquant, il ne manque pas la messe du dimanche, et son plus grand rêve est de trouver une jolie Grecque, femme au foyer dans l'âme, qui lui fasse dix-sept gamins ! Mais, pour l'instant, il préfère s'afficher avec des Jackie Onassis. »Christine Bravo est née comme lui un 13 mai, à la même heure, dans la même maternité. Un signe pour le superstitieux Nikos, qui a fait de Christine sa seconde maman. Reste qu'il aurait pu poursuivre une carrière de grand reporter. Une idée qu'il n'a« pas totalement abandonnée ».« Je retournerais bien en Grèce vers 2004. Avec les JO, il y aura des choses à faire... »


Page 1/2
DATES CLÉS

13 mai 1969. Naissance à Paris. 1987. Maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne. 1988-1992. Premier emploi, de nuit, comme deskman à RFI. 1992-1993. Anime les matinales de Radio Notre-Dame. 1993-1999. Présentateur dePrismasur Euronews et d'une émission du soir sur TMC. Chroniqueur dansUnion libresur France 2. Septembre 1999. Corédacteur en chef d'Union libreet rédacteur en chef/présentateur du JT de 20 h 30 sur la chaîne grecque Alter Channel. 1er septembre 2001. AnimeStar Academysur TF1.

Vos commentaires

Réagissez à cet article
Merci de vous identifier afin de pouvoir publier un commentaire : Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

CANNES LIONS 2013
Annuaires professionnels en ligne

STRATEGIES SERVICES

-->